Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MONTAGE, cinéma

Articles

  • CINÉMA (Réalisation d'un film) - Montage

    • Écrit par Joël MAGNY
    • 3 665 mots
    • 9 médias

    La définition la plus courante du montage en fait « l'organisation des plans d'un film dans certaines conditions d'ordre et de durée » (Marcel Martin). Le caractère vague de cette définition indique bien les multiples aspects du montage, qui a pu revêtir un sens différent selon les écoles et les pratiques,...

  • L'ATALANTE, film de Jean Vigo

    • Écrit par Michel MARIE
    • 916 mots
    ...celui d'un roman populiste bien conventionnel. Le style de Vigo le transfigure complètement. La musique de Maurice Jaubert joue un rôle prépondérant. Le montage du film épouse le rythme de la partition et de ses grands thèmes. Les dialogues, nombreux et elliptiques, sont traités musicalement pour leur...
  • BERGMAN INGMAR (1918-2007)

    • Écrit par Jacques AUMONT
    • 2 035 mots
    • 4 médias
    Pourtant, le plus profond de son invention touche à un domaine où il est moins célébré : le montage. Très tôt – dès Monika –, Bergman a mis au point une formule originale pour souligner un jeu de scène : au lieu de passer d'un plan d'ensemble à un plan rapproché, il faisait l'inverse, passant...
  • CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

    • Écrit par Marc CERISUELO, Jean COLLET, Claude-Jean PHILIPPE
    • 21 694 mots
    • 41 médias
    ...fut l'un des premiers théoriciens du cinéma soviétique : Koulechov. L'expérience Koulechov-Mosjoukine est l'exemple le plus fameux de l'efficacité du montage, que les Soviétiques découvrent et développent dans les années 1920. On sait que Koulechov avait emprunté à un vieux film un gros plan de l'acteur...
  • CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

    • Écrit par Youssef ISHAGHPOUR
    • 5 396 mots
    • 2 médias
    « Béla oublie les ciseaux », reproche Eisenstein à Balázs. Cette phrase définit assezl'orientation des théoriciens-cinéastes soviétiques, qui tiennent le montage pour l'essence du cinéma et lui donnent chacun un sens selon leur pratique, liée à la recherche et à l'enseignement. Lev Koulechev...
  • CINÉMA (Aspects généraux) - Les techniques du cinéma

    • Écrit par Michel BAPTISTE, Pierre BRARD, Jean COLLET, Michel FAVREAU, Tony GAUTHIER
    • 17 534 mots
    • 17 médias
    ...partir de ce négatif. On y retrouve les scènes dans le désordre de la prise de vues. On appelle ce positif les rushes. Pendant le tournage, chaque jour, le réalisateur et ses collaborateurs visionnent les rushes.Le montage du film s'effectue sur ce positif qui devient alors la copie de travail.
  • CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma documentaire

    • Écrit par Guy GAUTHIER, Daniel SAUVAGET
    • 5 408 mots
    • 2 médias
    ...mettre en scène – les personnages en action, jugeant que la réalité se pénètre mieux quand on connaît par une longue approche ce qui en dévoile le sens. Au montage, les attitudes s'inversent. Vertov, cinéaste de conviction bolchevique profondément impliqué dans le débat qui agite l'avant-garde...
  • CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

    • Écrit par Joël MAGNY
    • 4 776 mots
    • 10 médias
    ...L'organisation de l'espace à l'intérieur d'un plan devient parfaitement secondaire par rapport au passage d'un plan à un autre et au jeu des plans entre eux. Le montage se substitue à la mise en scène proprement dite. Lorsque Lev Koulechov articule par le montage une assiette de soupe, un cadavre ou un enfant...
  • CITIZEN KANE, film de Orson Welles

    • Écrit par Michel MARIE
    • 934 mots
    • 2 médias
    ...va de pair avec une virtuosité technique et stylistique encore aujourd'hui fascinante. Welles mobilise à la fois, comme l'avait bien vu André Bazin, le découpage en plans séquences et en profondeur de champ (lors des entretiens entre Thompson et les témoins), les fondus enchaînéset le montage court.
  • LE CUIRASSÉ POTEMKINE (S. M. Eisenstein), en bref

    • Écrit par Joël MAGNY
    • 191 mots
    • 1 média

    Second film d'un jeune cinéaste de vingt-sept ans, S. M. Eisenstein (1898-1948) Le Cuirassé Potemkine a été classé à de nombreuses reprises « meilleur film du monde » par des jurys de cinéastes, historiens et critiques. En 1925, il vient surtout confirmer qu'un art nouveau est né, dans...

  • EISENSTEIN SERGE MIKHAÏLOVITCH (1898-1948)

    • Écrit par Bernard EISENSCHITZ
    • 3 077 mots
    • 2 médias
    ...Koulechov, qui élabore une méthode de jeu inspirée du cinéma américain. Puis il assiste Esther Choub lors du remontage d'un Dr Mabuse, de Fritz Lang. Il découvre que, par le montage, on peut modifier la réalité, montrer ce qui n'est pas visible. « En chacune de ces étapes, écrit Jean Collet, il y a toujours...
  • ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

    • Écrit par Daniel CHARLES
    • 5 083 mots
    • 2 médias
    ...d'assumer l'antinomie de Dahlhaus de façon active et non plus nostalgique ou contemplative. L'attente (au sens de Derrick de Kerckhove) fait être le temps. Celui qui conféra au montage ses lettres de noblesse, S. M. Eisenstein, le dit clairement dans un texte de 1938 : « Deux morceaux de pellicule, n'importe...
  • HIROSHIMA MON AMOUR, film de Alain Resnais

    • Écrit par Michel MARIE
    • 997 mots
    • 1 média
    Plus encore, ils ont donné à ce poème lyrique une structure révolutionnaire, entièrement fondée sur les retours en arrière et un montage libre qui accompagnent un texte ostensiblement littéraire, psalmodié d'une voix incantatoire : « Tu n'as rien vu à Hiroshima »... « J'ai tout vu à Hiroshima,...
  • L'HOMME À LA CAMÉRA, film de Dziga Vertov

    • Écrit par Jacques AUMONT
    • 938 mots
    ...ville), comparaisons (bourgeoises et ouvrières), séquences narratives (le sauvetage), morceaux de pur rythme (l'enthousiasme au travail, l'énergie) : la virtuosité est époustouflante, un des sommets du montage dans tous ses états. En outre le style de Vertov n'a rien de sec, et ses vertigineuses suites...
  • LE CUIRASSÉ "POTEMKINE", film de Serge Mikhailovitch Eisenstein

    • Écrit par Jacques AUMONT
    • 911 mots
    • 1 média
    ...années 1920, Eisenstein n'avait qu'une obsession : comment un spectacle peut-il déterminer à coup sûr une certaine réaction, « façonner » son spectateur ? À cette question, typique de l'époque et du contexte, il avait donné une première réponse, avec la théorie du « montage des attractions » : le spectacle...
  • MARKOPOULOS GREGORY-J. (1928-1992)

    • Écrit par Raphaël BASSAN
    • 1 430 mots
    Avec Psyché, le cinéaste élabore un formalisme en avance sur celui de ses contemporains qui utilisent soit le montage des attractions hérité d'Eisenstein (montage libre d'attractions indépendantes de l’action et arbitrairement choisies comme telles, mais demeurant toutefois dans la continuité de l’action),...
  • NAPOLÉON, film de Abel Gance

    • Écrit par Michel MARIE
    • 980 mots
    Napoléon est certes un film à « grand spectacle », mais c'est aussi un film expérimental. Ces expériences rhétoriques culminent dans le montage de plus en plus rapide dans toutes les séquences d'action. Abel Gance va jusqu'à monter des plans d'une à deux images seulement, quasi imperceptibles,...
  • PARLANT CINÉMA

    • Écrit par Michel CHION
    • 8 140 mots
    • 6 médias
    ...de tournage, aurait été selon lui « absorbé » par le modèle cinématographique classique, en même temps qu'il contribuait à le changer : ainsi pour le montage et le découpage, dont le parlant risquait de remettre en cause la souplesse en assujettissant les images au déroulement d'un dialogue continu....
  • PIALAT MAURICE (1925-2003)

    • Écrit par Joël MAGNY
    • 1 746 mots
    Cependant, la saisie du réel, ne s'arrête pas au tournage. Le montage restitue ce chaos plutôt que de le plier à une chronologie factice ou une logique dramatique externe : le film devient une série de blocs juxtaposés, mal ajustés, mais se répondant selon la nécessité d'un équilibre ou de chocs émotionnels....
  • LES PLAGES D'AGNÈS (A. Varda)

    • Écrit par Michel ESTÈVE
    • 1 102 mots
    • 1 média

    Au côté de l'univers de la fiction – Cléo de 5 à 7 (1962), Le Bonheur (1964), Sans toit ni loi(1985) –, le documentaire occupe une place importante dans l'œuvre d'Agnès Varda (une trentaine de films), qu'il s'agisse de documentaires au sens strict du terme – ...

  • POLICIER FILM

    • Écrit par Universalis, Jean TULARD
    • 4 270 mots
    • 5 médias
    ...les découvertes de la caméra, non dans les progrès de l'enquête. » L'auteur est conduit à conjuguer deux éléments : le découpage des séquences et le montage des images. Le découpage privilégie le suspense en ralentissant l'action par une attente que clôt une image choc, transposition cinématographique...

Médias

Cinéma : montage de la pellicule - crédits : Walter Sanders/ The LIFE Picture Collection/ Getty Images

Cinéma : montage de la pellicule

Cinéma : montage d'un film - crédits : mixetto/ E+/ Getty Images

Cinéma : montage d'un film

Techniques de montage cinématographique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Techniques de montage cinématographique