Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CITIZEN KANE, film de Orson Welles

<it>Citizen Kane</it>, d'Orson Welles

Citizen Kane, d'Orson Welles

Premier long-métrage d'un wonder boy de vingt-cinq ans, Citizen Kane est un film atypique pour des raisons multiples. Bien que débutant dans le cinéma, Orson Welles (1915-1985) obtient de la RKO un contrat exceptionnel qui lui donne le contrôle du film, alors que, dans le système des studios d'Hollywood des années 1930, le pouvoir est exercé par les producteurs. Il a donc carte blanche et réalise un film hors norme, d'une narration complexe, avec de nombreux flash-backs, mais aussi un film politique et polémique inspiré de la biographie d'un magnat de la presse américaine, William Randolph Hearst, qui tentera d'entraver la sortie du film. Citizen Kane sort sur les écrans américains en 1941 au milieu d'une polémique. Les spectateurs français ne découvrent le film qu'en 1946 en raison de la guerre.

Quand il réalise ce premier film, le jeune Welles est célèbre comme acteur, homme de théâtre et homme de radio. Il a provoqué une panique nationale en octobre 1938 en adaptant pour la radio La Guerre des mondes d'H. G. Wells et en faisant croire au public que les Martiens venaient d'atterrir dans le New Jersey.

Citizen Kane va devenir rapidement un film mythique et déclencher de nombreuses vocations. Avant ce scénario, Welles avait choisi Au cœur des ténèbres (Heart of Darkness, 1899) de Joseph Conrad. C'est cette nouvelle que Francis Ford Coppola adaptera sous le titre d'Apocalypse Now (1979), film dont les parentés avec Citizen Kane sont très nombreuses.

Vie et mort d'un magnat de la presse

Xanadu, un château baroque entouré d'un parc fantastique. Un vieillard meurt en laissant tomber une boule de verre et en prononçant un dernier mot étrange « Rosebud ». On enchaîne sur des actualités tonitruantes « News on the March » qui retracent la biographie mouvementée d'un politicien américain, grand patron de presse, Charles Foster Kane. À l'issue de la projection, le rédacteur en chef demande à un journaliste, Thompson, de rechercher le sens du dernier mot du défunt et d'enquêter sur sa vie. Thompson va alors interroger la dernière femme de Kane, Susan, qui refuse de parler, puis son tuteur Thatcher, son ancien ami et collaborateur Leland pour revenir à Susan qui accepte de donner son témoignage sur ses dernières années avec le milliardaire enfermé dans sa citadelle. Enfin, Thompson interroge Raymond, le maître d'hôtel de Kane alors que l'on brûle d'innombrables objets qu'il a accumulés depuis son enfance.

Citizen Kane, O. Welles

Citizen Kane, O. Welles

Les récits des témoins permettent de reconstituer le puzzle de la vie de Kane : sa naissance en 1865, la mine d'or que sa mère reçoit en héritage, la séparation de ses parents, la prise de possession du journal l'Inquirer, son mariage avec Emily Norton, l'apogée de son empire de presse, sa rencontre avec Susan Alexander, sa tentative malheureuse aux élections en raison du scandale de sa liaison amoureuse, le mariage avec Susan, la construction de Xanadu, le déclin de la presse, la mort du milliardaire seul dans son château, abandonné de tous, et notamment de sa seconde épouse.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<it>Citizen Kane</it>, d'Orson Welles

Citizen Kane, d'Orson Welles

Citizen Kane, O. Welles

Citizen Kane, O. Welles

Autres références

  • CITIZEN KANE (O. Welles), en bref

    • Écrit par Joël MAGNY
    • 213 mots
    • 1 média

    Connu pour ses mises en scène peu conformistes de Shakespeare et pour l'immense panique provoquée par son adaptation radiophonique de La Guerre des mondes, de H. G. Wells, un jeune homme de vingt-cinq ans, Orson Welles (1915-1985), obtient de la R.K.O. un contrat exceptionnel, qui lui laisse...

  • CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

    • Écrit par Marc CERISUELO, Jean COLLET, Claude-Jean PHILIPPE
    • 21 694 mots
    • 41 médias
    Le coup de force de Citizen Kane (1941) sera aussi déterminant pour les vingt années à venir que celui, en son temps, de Naissance d'une nation. En 1915 s'affirmait l'unité américaine ; en 1941, cette unité se brise en la personne d'un Américain exemplaire. Le journaliste qui enquête sur la personnalité...
  • CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

    • Écrit par Joël MAGNY
    • 4 776 mots
    • 10 médias
    C'est avec Orson Welles et Citizen Kane que l'on situe généralement l'accession de la mise en scène à la modernité. L'utilisation systématique du plan-séquence et de la profondeur de champ transforme largement les données du cinéma hollywoodien : le montage perd son invisibilité et le spectateur retrouve...
  • HERRMANN BERNARD (1911-1975)

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 2 986 mots
    • 1 média
    ...les studios de la côte ouest avec une grande partie de son équipe du Mercury Theater, dont Bernard Herrmann. Leur premier essai est un tour de force : Citizen Kane (1941) est sans doute un des films les plus inattendus de toute l'histoire du cinéma ; en mettant en scène un personnage aussi énigmatique...
  • WELLES ORSON

    • Écrit par Jean COLLET
    • 2 376 mots
    • 2 médias
    Lapremière parole proférée dans Citizen Kane est aussi le dernier mot d'un personnage, son dernier soupir. Comment oublier le très gros plan de la bouche de Kane-Orson Welles qui murmure le fameux « Rosebud » avant de se fermer pour toujours ? Un jeune homme de vingt-cinq ans (Welles est né en 1915)...

Voir aussi