ĀRAṆYAKA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mot sanskrit qui veut dire « forestier » et qui, au pluriel, désigne une classe de textes védiques, en prose ou en vers, destinés à l'enseignement de rites secrets et à l'herméneutique de cette liturgie marginale. Souvent d'ailleurs, le rituel est supposé connu, et les spéculations théologiques y prennent la première place : de ce point de vue, les Āraṇyaka sont très proches des Upaniṣads qui les prolongent naturellement, et le départ entre ces deux genres littéraires est parfois difficile à établir.

Théoriquement, chaque école védique possède au moins un texte de cette catégorie, et les Āraṇyaka portent le nom de l'atelier brahmanique où ils furent élaborés : ainsi parle-t-on, pour ne citer que les plus connus, du Taittirīya-Āraṇyaka, ou de l'Aitareya-Āraṇyaka. Mais il y a des exceptions, la plus célèbre étant celle du Brihad-Āraṇyaka (le « Grand Texte forestier ») qui, d'une part, prolonge le Shatapatha-Brāhmana (il ne porte donc pas de nom d'école) et, d'autre part, se confond avec une importante Upaniṣad. D'autres fois, l'Āraṇyaka manque ou se distingue mal des chapitres conclusifs du Brāhmana correspondant.

Il s'agit donc là d'un genre littéraire mal défini, mais il est à peu près certain que tout texte védique traitant de rites marginaux peut être tenu pour « forestier », terme qui indique que l'étude de telles œuvres devait être entreprise « dans la forêt » (aranya, en sanskrit), c'est-à-dire à l'écart des villes, hors du cadre habituel de l'enseignement, au cours, semble-t-il, de sortes de retraites pour étudiants avancés organisées « au désert », dans les ermitages retirés, où le maître enseignait des pratiques hors du commun et les justifiait par l'exposé d'une doctrine originale, différente de celle qui fondait la liturgie publique.

C'est dans ce cadre des Āraṇyaka que s'élabore, par exemple, le rite de l'ātmayajna (« culte rendu à l'Âme »), dans lequel la divinité dédicataire du sacrifice coïncide avec l'âme (ātman) de l'officiant, la victime sacrificielle étant remplacée par la nourriture absorbée au cours d'un repas apparemment ordinaire, les mantras (prières rituelles) étant seulement « pensés » au lieu d'être effectivement proférés, etc. Souvent, de telles pratiques furent adoptées par les sādhus (« renonçants », « moines errants ») et rattachées au yoga dont elles devinrent un élément essentiel. Dans la même perspective, on comprend que l'idéologie fondant de tels rites préparait la voie au « métaritualisme » des Upaniṣads.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  ARANYAKA  » est également traité dans :

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Louis GARDET, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 12 548 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des premiers disciples du Bouddha aux religieux d'aujourd'hui »  : […] L'institution de l'ordre monastique dans le bouddhisme remonte au Bouddha lui-même qui, pour cela, emprunta largement à une tradition toujours florissante dans l'Inde. Comme les autres religieux de ce pays, le moine bouddhiste était un ascète ( śramaṇa ), c'est-à-dire un homme qui « s'efforçait » d'obtenir une certaine forme de salut. Pour atteindre ce but, il avait d'abord abandonné complètement […] Lire la suite

UPANIṢAD

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 566 mots

Dans le chapitre « Les upaniṣad védiques »  : […] La Bṛhad āraṇyaka et la Chāndogya appartiennent donc à la même strate de textes, sans qu'on puisse avec certitude attribuer la priorité à l'une ou à l'autre. Toutes deux, fort longues, doivent avoir été composées de fragments conçus séparément mais provenant des mêmes cercles védiques. La Bṛhad āraṇyaka , la « Grande Upaniṣad forestière », se rattache aux écoles du Yajurveda blanc  ; elle forme […] Lire la suite

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les textes rituels »  : […] Brāhmana et Kalpasūtra sont, on l'a vu, étroitement solidaires, les seconds décrivant avec minutie un cérémonial que les premiers commentent. Considérablement nombreux, ces ouvrages sont énormes ; ainsi, la traduction française (par Caland et Henry) du rituel d'un seul type de sacrifice, l' Agniṣṭoma (« Cantate du feu »), occupe cinq cents pages ; la traduction anglaise du seul Śatapatha Brāhmaṇ […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « ĀRAṆYAKA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aranyaka/