ASANGA (entre IVe et VIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi les maîtres les plus célèbres du bouddhisme de tendance mahāyāna, les deux frères Asanga et Vasubandhu, originaires du nord-ouest de l'Inde (région de Pashāwar), occupent une place importante. Asanga, l'aîné, est tenu pour le fondateur de l'école vijnānavāda, selon laquelle la réalité absolue n'est « rien d'autre que pensée » (vijnāna : « discernement » ; ou citta : « chose perçue »). Seules comptent les représentations mentales qui, toutes ensemble, constituent la conscience (autre sens du mot citta) et qui toutes sont valables, qu'elles soient le fait d'un homme éveillé et sain d'esprit, d'un malade mental, d'un homme endormi qui rêve ou d'un yogin qui, par des exercices appropriés, produit des images n'ayant pas d'équivalent dans la prétendue réalité quotidienne. En fin de compte, l'essentiel est que la pensée parvienne à se penser elle-même, à « se voir », à se « connaître avec discernement » (vijnāna) : on y parvient par le yoga, et c'est pourquoi l'école fondée par Asanga s'appelle encore yogācāra. Au moment où, par la méditation profonde (dhyāna), la pensée n'est plus rien qu'elle-même, le salut est obtenu (sous la forme du nirvāna), puisque ce sont les imprégnations mentales dues aux actes qui déterminent le maintien de l'être dans l'existence phénoménale. Cette théorie est exposée dans le Laṅkāvatāra-Sūtra attribué à Asanga. Il a composé d'autres ouvrages qui sont perdus ou ne survivent que dans des traductions chinoises datant probablement du viiie siècle.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  ASANGA (entre IV e et VI e s.)  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « Les écoles et les sectes du Mahāyāna »  : […] La plupart des divisions de la communauté mahāyāniste sont plutôt des écoles que des sectes. On ignore si leurs adeptes formaient déjà, dès les premiers temps, des groupes séparés de ceux des moines du bouddhisme antique ou s'ils continuaient à appartenir à certaines sectes de ce dernier, en en conservant les enseignements doctrinaux et les pratiques auxquels ils ajoutaient ceux et celles qui étai […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des Gupta au XIIe siècle »  : […] La transformation la plus importante du bouddhisme est la formation d'une nouvelle branche qui n'a pas fait disparaître les anciennes écoles, mais a donné une nouvelle histoire à la religion. Il n'y a pas de date de schisme qui en marque la naissance. Il y a constitution progressive de nouvelles orientations, le plus souvent dues à de fortes personnalités. Elle se sont donné le nom de Mahāyāna (« […] Lire la suite

VASUBANDHU (entre IVe et VIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 178 mots

Frère cadet du célèbre maître bouddhiste Asanga, Vasubandhu se distingua d'abord de celui-ci, à en croire la légende, en adhérant au Petit Véhicule (Hīnayāna), dont on dit même qu'il devint un docteur. Il aurait ensuite été converti par son aîné aux doctrines du Grand Véhicule (Mahāyāna) et plus particulièrement à celles de l'école du Vijñānavāda, dont Asanga passe pour être le fondateur. Après sa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « ASANGA (entre IVe et VIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/asanga/