STRZEMINSKI WLADYSLAW (1893-1952)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Destiné à une carrière d'ingénieur, l'artiste Wladyslaw Strzemiński d'origine polonaise, né à Minsk en 1893, est avec son épouse Katarzyna Kobro, l'une des figures centrales des avant-gardes polonaises. Après des études d'art à Moscou, Strzemiński devient en 1919 membre du collège de l'IZO et expose à Moscou, Riazan et Vitebsk. Il rencontre Malévitch, également d'origine polonaise, et devient son assistant à l'école d'art de Vitebsk. Malévitch crée l'association de l'Ounovis (« L'affirmation du nouveau en art ») qui préconise l'application du suprématisme dans le champ du quotidien ; en 1920, Strzemiński ouvre une filiale de l'Ounovis à Smolensk. À son retour en Pologne en 1922, il diffuse les principes du suprématisme – ses œuvres témoignent néanmoins de la persistance du modèle européen, du pointillisme au cubisme et au futurisme –, avant de se détacher de Malévitch et de fonder Blok en 1924, avec Kobro, Belewi, Stażewski, Szczuka et Żarnower, premier groupe d'artistes polonais constructivistes. En 1926, Blok expose à Varsovie, Bucarest, Bruxelles et Riga, et Strzemiński, qui poursuit ses recherches architectoniques, présente sa théorie de l'unisme (« B = 2 », Blok, 1926). Absolue et autonome, la peinture uniste doit se défendre de tout illusionnisme jusqu'à récuser les formes abstraites qui, à l'exclusion de celles qui découlent du format du châssis, suggèrent toujours, selon l'artiste, le monde réel. Constituées de petits modules peints à la main, répétés à l'infini sur la surface plane du tableau et révélés par une infime nuance de ton, les Compositions unistes, nécessairement restreintes en nombre – une dizaine réalisée entre 1923 et 1934 –, « ne sont que peinture » et marquent l'union parfaite de la forme et de la couleur avec la surface et les limites de la toile. Rompant avec la groupe Blok en 1926, l'artiste participe à l'exposition du groupe Praesens auquel adhère Katarzyna Kobro, à V [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  STRZEMINSKI WLADYSLAW (1893-1952)  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction et formalisme »  : […] Il va de soi que ce que dit la peinture ou la sculpture ne peut pas être communiqué par le langage verbal. S'il en était autrement, il serait inutile de peindre ou de sculpter. Abstrait ou non, l' art, quand il aspire à devenir cosa mentale , ne cherche pas à transcrire ou à illustrer une pensée préexistante ; il est pensée en acte, incarnée dans un méd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_20264

AVANT-GARDE EST-EUROPÉENNE

  • Écrit par 
  • Andrzej TUROWSKI
  •  • 8 064 mots

Dans le chapitre « Les années 1920 : l'avant-garde internationale, le constructivisme »  : […] Dès le début des années 1920, on peut observer à l'Est, dans les milieux d'avant-garde, une grande diversité dans l'approche des problème posés par l'art moderne. Les déclarations expressionnistes se sont raréfiées au profit de l'attraction exercée par la dynamique futuriste et par le jeu dadaïste. Ces deux tendances engendrent une attitude générale par rapport à l'art plutôt qu'elles n'aboutisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avant-garde-est-europeenne/#i_20264

KOBRO KATARZYNA (1898-1951)

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 587 mots

Si la reconnaissance de Katarzyna Kobro, née à Moscou en 1898, a beaucoup pâti de la disparition de ses œuvres durant la Seconde Guerre mondiale, l'artiste est aujourd'hui reconnue pour la radicalité de ses sculptures géométriques abstraites et pour avoir contribué, avec son époux Wladyslaw Strzeminski, à l'émergence d'un courant avant-gardiste en Pologne. Après avoir suivi une formation à l'Éco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/katarzyna-kobro/#i_20264

MONOCHROME, peinture

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 3 837 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Monochromie et fin de la peinture »  : […] Parmi les pionniers de la monochromie, Malévitch (1878-1935) et Rodtchenko (1891-1956) occupent une place de choix. Pour l'un comme pour l'autre de ces deux artistes, la monochromie annonce la fin de la peinture. Malévitch expose son Carré noir – nommé également Carré noir sur fond blanc (Galerie Tretyakov, Moscou) – en 1915. En 1919, il présente s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monochrome-peinture/#i_20264

STAẒEWSKI HENRYK (1894-1988)

  • Écrit par 
  • Andrzej TUROWSKI
  •  • 640 mots

La mort du peintre Henryk Stażewski clôt une époque de l'art polonais : avec lui disparaît le dernier créateur de l'avant-garde artistique. À quatre-vingt-dix ans passés, il continuait à symboliser l'intransigeance d'un peintre moderniste. Lors de ses études qu'il termina en 1920, à l'École des beaux-arts de Varsovie, Stażewski était déjà très proche des jeunes artistes à la recherche des nouvea […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henryk-stazewski/#i_20264

SUPRÉMATISME

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 2 715 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « À la recherche de l'infini »  : […] La première rétrospective moscovite de Malevitch en 1917 annonce la fin de l'étape d'euphorie coloriste. Avec l'apparition du Rectangle jaune disparaissant dans l'infini (toile de 1917) commence la période de recherches mystiques. Pendant deux ans, elles resteront purement picturales, pour rejoindre à partir de 1920 le domaine de la symbolique religieuse. À cette date, le sup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suprematisme/#i_20264

Pour citer l’article

Cécile GODEFROY, « STRZEMINSKI WLADYSLAW - (1893-1952) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wladyslaw-strzeminski/