VOLKSLIED

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par opposition à Kunstlied (chanson savante), le terme allemand de Volkslied est traduisible faute de mieux par « chant populaire », mais ne recouvre pas exactement les mêmes données que ce vocable français. Le mot est introduit pour la première fois à l'époque moderne par Johann Gottfried Herder (1744-1803), qui veut redonner vie au genre, à propos de son recueil de chants allemands et étrangers, paru ultérieurement sous le titre de Voix des peuples dans leurs chants (Stimmen der Völker in Liedern, 1807). L'essor du volkslied remonte en Allemagne au xive et surtout au xve siècle. Nombre de ces chants, aux alentours de 1500, sont traités de façon polyphonique par des compositeurs comme Heinrich Finck (1445 env.-1527), Ludwig Senfl (1486 env.-1543), ou Heinrich Isaac (1450 env.-1517), tous trois membres de la chapelle de l'empereur Maximilien, et qui, de la même mélodie, laissent très souvent plusieurs versions, au point de parfois attacher leur nom à tel ou tel air (Isaac à Innsbruck, ich muss dich lassen). L'apogée est atteint avec l'époque de la Réforme. De nombreux recueils, avec mélodies notées ou non, témoignent de cette première grande période du volkslied, comme par exemple les manuscrits d'Iéna (xiiie s.) et de Colmar (vers 1460), les deux manuscrits de Heidelberg, le Glogauer Liederbuch (xve s.) ou encore le Livre d'Erhard Oglin, le premier imprimé (Augsbourg, 1512). Aux xviie et xviiie siècles, avec l'influence française, l'intérêt pour le volkslied faiblit considérablement. Mais les activités de Herder attirent sur ses beautés l'attention du jeune Goethe, qui écrit des poésies retrouvant l'esprit des paroles de certains « chants populaires » (Heidenröslein). Avec le romantisme, les recueils (plus ou moins authentiques, d'ailleurs) se multiplient : ainsi celui d'Arnim et de Brentano intitulé Le Cor merveilleux de l'enfant (Des Knaben Wunderhorn, à partir de 1805), ou ceux de Ludwig Uhland et de Freiligrath (traductions). Sur le plan musical, se manifestent alors comme arrangeurs ou comme créateurs Johann Friedrich Reichardt (1752-1814), Friedrich Silcher (1789-1860), et même Johannes Brahms (1833-1897).

Cette abondance (plusieurs milliers de spécimens connus) et cette longue histoire rendent délicate la définition du volkslied. Il ne s'agit pas simplement d'un lied dont on ne connaît l'auteur ni des paroles ni de la mélodie, mais tout aussi bien « d'un lied devenu propriété du peuple ou d'un lied de caractère populaire, c'est-à-dire mélodiquement et harmoniquement simple et aisément assimilable » (Riemann). Alfred Götze, dans Le Lied populaire allemand (Das deutsche Volkslied, 1929), y voit « un lied faisant partie depuis si longtemps de la tradition chantée des couches les moins évoluées d'un peuple et se confondant stylistiquement avec elles à un point tel que celui qui le chante ne reconnaît plus à quiconque de droit de propriété sur ses paroles ni sur sa mélodie ». Cela dit, le volkslied implique encore un certain nombre de données plus ou moins importantes selon les cas. Il doit être chanté (Heidenröslein de Goethe ne devint volkslied qu'après avoir été mis en musique par H. Werner, résultat auquel n'aboutit pas la version de Schubert). La mélodie y est en général plus importante que le texte. Une mélodie savante, en devenant populaire, tend à se simplifier, comme le montre par exemple Le Tilleul (Der Lindenbaum) de Schubert. Il n'est pas stable mais varie selon les endroits et les époques. Sa simplicité n'est pas synonyme de monotonie. Il s'agit d'autre chose que d'un simple succès à la mode. Son origine est indifférente : il n'est pas nécessairement « bien de culture avili », il peut être né dans l'anonymat, parfois au contraire on en connaît bien l'auteur ou les auteurs (Ännchen von Tharau, mélodie composée en 1825 par Silcher sur des paroles du xviie siècle).

Enfin, les influences réciproques et les rapports mutuels du savant et du populaire résultent à travers les âges aussi bien d'une constante que d'une nature très variable. On trouve dans le volkslied les traces des modes ecclésiastiques, des minnesänger et des meistersinger, des événements politiqu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VOLKSLIED  » est également traité dans :

BRENTANO CLEMENS (1778-1842)

  • Écrit par 
  • André SOUYRIS
  •  • 1 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un élève des romantiques d'Iéna »  : […] Brentano fit ses débuts littéraires dans la capitale du romantisme qu'était alors Iéna, en publiant, dès 1800, contre Kotzebue et les ennemis du romantisme en général, une satire, Gustav Wasa , et, en 1801-1802, le roman Godwi . Les analogies avec le Wilhelm Meister de Goethe, modèle de tous les romans romantiques, ne manquent pas. L'influence du William Lovell de Tieck et celle du roman inache […] Lire la suite

CHANSON

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Guy ERISMANN, 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 7 142 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La théorie romantique »  : […] La plus importante et la plus féconde des théories de la chanson a été développée par Herder et les écrivains du Sturm und Drang allemand, puis popularisée par la génération romantique, avant d'être répandue en France par Gérard de Nerval et les romantiques français. Cette théorie est fondée sur une dichotomie opérée entre chanson populaire –  Volkslied  – et chanson d'art –  Kunstlied  –, le prem […] Lire la suite

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 224 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire du folklore comme discipline »  : […] Il est important de tenter de retracer la préhistoire de l'étude du folklore pour en saisir la spécificité. Lorsque cette discipline est née, au début du xix e siècle, l' ethnologie, en effet, existait déjà, même si elle n'en portait pas encore le nom. Elle s'était constituée à partir de la découverte au xvi e siècle du continent américain. Avec stupeur on avait appris alors l'existence d'une au […] Lire la suite

MÜLLER WILHELM (1794-1827)

  • Écrit par 
  • Brigitte MASSIN
  •  • 801 mots

Sans l' Intermezzo lyrique de Heinrich Heine et sans les deux cycles de lieder, La Belle Meunière et Le Voyage d'hiver , de Franz Schubert, qui se souviendrait encore aujourd'hui — hors des limites du monde germanique — du nom et du rôle du poète de l'école souabe, Wilhelm Müller ? Bien que né à Dessau, c'est sous le nom de « Müller le Grec » que le poète est d'abord connu par ses contemporains. […] Lire la suite

TANNHÄUSER

  • Écrit par 
  • Françoise AURIVAUD
  •  • 754 mots

Avant de devenir un héros wagnérien, Tannhäuser a été un Minnesänger, dont l'existence réelle est bien attestée. Né vers 1205, noble bavarois, croisé dans sa jeunesse, protégé de la cour d'Autriche, dépouillé de ses biens et menant ensuite une vie de poète errant à travers l'Allemagne et l'Italie, il ne laisse plus de trace après 1268. Ces accidents d'une vie tourmentée et voyageuse pouvaient offr […] Lire la suite

UHLAND LUDWIG (1787-1862)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude DESHAYES
  •  • 213 mots

Savant, poète, député, Uhland appartient au « cercle souabe » qui, entre 1820 et 1850, rassemble à Stuttgart des poètes et des artistes libéraux. Il jouera un rôle non négligeable dans la politique du Wurtemberg, en particulier en 1848. L'unité allemande, il la voit dans l'âme populaire éprise de justice et de république. Poète, il s'empare et s'occupe de préférence des thèmes populaires du Moyen […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « VOLKSLIED », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/volkslied/