BRENTANO CLEMENS (1778-1842)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est autour de Brentano que se regroupa quelque temps, à Heidelberg, la deuxième génération romantique allemande, peu après 1800, lorsque se fut dissoute l'école d'Iéna. Brentano a touché à tous les genres, et c'est un des tempéraments les mieux doués et les plus créateurs du romantisme. Mais il a gaspillé ses dons et n'est parvenu à réaliser presque aucun de ses ambitieux projets.

Un élève des romantiques d'Iéna

Brentano fit ses débuts littéraires dans la capitale du romantisme qu'était alors Iéna, en publiant, dès 1800, contre Kotzebue et les ennemis du romantisme en général, une satire, Gustav Wasa, et, en 1801-1802, le roman Godwi. Les analogies avec le Wilhelm Meister de Goethe, modèle de tous les romans romantiques, ne manquent pas. L'influence du William Lovell de Tieck et celle du roman inachevé de F. Schlegel, Lucinde, y sont aussi très sensibles. Godwi, où se reflète la passion de Brentano pour Sophie Mereau qu'il devait épouser en 1803, quand elle eut divorcé, est un roman révolutionnaire qui proclame les droits de l'individu et du cœur contre les convenances et la morale bourgeoises. La poésie et la beauté de certains passages, la grâce frivole et espiègle de certaines scènes se perdent au milieu d'une intrigue compliquée, d'une masse touffue de considérations, des jeux perpétuels d'une fantaisie indomptée. Un grand nombre de poésies sont insérées dans le roman ; quelques chants et ballades de ton populaire révèlent déjà les dons lyriques de Brentano : avec Die Lore Lay, il a notamment créé la légende qui devait inspirer à Heine une de ses poésies les plus connues. Il a, par la suite, violemment renié cette œuvre qui défend l'amour libre et proclame, tout à fait dans la tradition de l'Ardinghello de Heinse, le culte de la beauté et de la sensualité.

En 1803, Brentano publie une comédie dans le style de Gozzi, Les Joyeux Musiciens, qui sera mise en musique par E. T. A. Hoffmann. Une deuxième, Ponce de Léon, qui s'inspire à la fois de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Nice

Classification


Autres références

«  BRENTANO CLEMENS (1778-1842)  » est également traité dans :

EMMERICK ou EMMERICH ANNA KATHARINA (1774-1824)

  • Écrit par 
  • Gilbert GIANNONI
  •  • 1 042 mots

« Je me sentis tout de suite comme chez moi ; tout fut compréhensible et sensible autour de moi. » Ainsi Clemens Brentano note l'impression qu'il retire de sa rencontre avec Anna Katharina Emmerick, le 24 septembre 1818. De fait, le poète vagabond vient de trouver son havre pour quelques années. Il va demeurer auprès de la stigmatisée, du printemps 1819 à la mort de celle-ci. L'épisode est moins f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmerick-emmerich/#i_2221

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 223 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire du folklore comme discipline »  : […] Il est important de tenter de retracer la préhistoire de l'étude du folklore pour en saisir la spécificité. Lorsque cette discipline est née, au début du xix e siècle, l' ethnologie, en effet, existait déjà, même si elle n'en portait pas encore le nom. Elle s'était constituée à partir de la découverte au xvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folklore/#i_2221

Voir aussi

Pour citer l’article

André SOUYRIS, « BRENTANO CLEMENS - (1778-1842) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clemens-brentano/