Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BRAHMS JOHANNES (1833-1897)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Brahms - crédits : Rischgitz/ Getty Images

Brahms

Couvrant les deux derniers tiers du xixe siècle, Brahms nous présente le cas, unique en son genre dans la musique germanique, de l'artiste de synthèse. Échappant, par sa génération, à la période d'émancipation et de recherches des romantiques de la génération de Schumann, non engagé comme Bruckner, Mahler ou Hugo Wolf dans les prolongements du romantisme ou les recherches d'avenir, Brahms est le type d'artiste statique qui, au centre du xixe siècle, trouve un équilibre entre l'esprit architectonique du classicisme et la fièvre expressive du romantisme.

Une existence paisible

Né à Hambourg dans une famille de condition modeste, Brahms fut initié très tôt à la musique par son père, contrebassiste. Dès sa jeunesse, il joue du piano dans les tavernes de matelots de la ville hanséatique, après avoir travaillé l'instrument avec O. Cossel et E. Marxsen. Il donne son premier concert à quatorze ans. En 1853, il devient accompagnateur du violoniste hongrois E. Reményi avec lequel il effectue des tournées de concerts en Allemagne du Nord. La même année, il fait la connaissance de Joachim, de Liszt, et surtout de Schumann dont il provoque l'enthousiasme par ses premières compositions. Après avoir été adopté par le cénacle avant-gardiste de Weimar, il l'est par celui, conservateur, de Leipzig. Il est bientôt nommé directeur des concerts de la cour et de la société chorale du prince de Lippe-Detmold. En 1859, il revient se fixer à Hambourg comme directeur du chœur féminin. En 1862, il s'installe à Vienne qui sera dès lors sa résidence définitive, et où il sera nommé chef de la Singakademie. Désormais très paisible et sans événement saillant, sa vie ne sera plus que celle de sa production de chaque jour. En 1872, il devient chef de la Gesellschaft der Musikfreunde. Il est alors une célébrité internationale, encore que ses œuvres soient âprement discutées à Vienne même. Une assez sotte cabale de ses amis et de ceux de Wagner dressera pendant un temps les deux hommes l'un contre l'autre, hostilité qui, en dépit des apparences, n'aura jamais aucun fondement réel. La fin de sa vie se partagera entre Vienne et quelques voyages en Suisse, dans le Salzkammergut, et dans la Forêt-Noire où il s'isole pour composer. Il finit ses jours à Vienne.

Johannes Brahms - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Johannes Brahms

Johannes Brahms et Joseph Joachim - crédits : Universal History Archive/ Getty Images

Johannes Brahms et Joseph Joachim

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Claude ROSTAND. BRAHMS JOHANNES (1833-1897) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 20/03/2024

Médias

Brahms - crédits : Rischgitz/ Getty Images

Brahms

Johannes Brahms - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Johannes Brahms

Johannes Brahms et Joseph Joachim - crédits : Universal History Archive/ Getty Images

Johannes Brahms et Joseph Joachim

Autres références

  • CONCERTO POUR VIOLON ET ORCHESTRE (J. Brahms)

    • Écrit par
    • 308 mots
    • 1 média

    Le concerto de soliste naît en Italie à la toute fin du xviie siècle, lorsque Giuseppe Torelli publie les six Concerti a quattro de son opus 5 (Bologne, 1692) et, surtout, les douze Concerti musicali a quattro opus 6 (Augsbourg, 1698). Au début du xviiie siècle, dès L'estro armonico...

  • FERRIER KATHLEEN (1912-1953)

    • Écrit par
    • 1 774 mots
    • 1 média
    ...Klemperer, lors d'un concert public de 1951), ainsi que trois des cinq Rückert Lieder (avec l'Orchestre philharmonique de Vienne et Bruno Walter, 1952). Brahmsienne non moins remarquable, elle nous offre des interprétations magiques de la Rhapsodie pour voix d'alto, chœur d'hommes et orchestre...
  • JOACHIM JOSEPH (1831-1907)

    • Écrit par
    • 385 mots
    • 1 média

    Violoniste, chef d'orchestre et compositeur né à Kittsee (près de Bratislava), Joseph Joachim travaille avec G. Hellmesberger senior à Vienne et F. David à Leipzig (1843) avant de faire ses débuts au Gewandhaus de Leipzig (1843), à Londres (1844), à Dresde, Vienne et Prague (1846). Premier...

  • KATCHEN JULIUS (1926-1969)

    • Écrit par
    • 764 mots

    Le pianiste américain Julius Katchen naît à Long Branch (New Jersey) le 15 août 1926, dans une famille d’origine russe. Sa grand-mère lui donne une formation musicale – pianistique et théorique – très poussée, tandis qu'un précepteur se charge de son éducation générale. La réputation de cet enfant prodige...

  • LIED

    • Écrit par
    • 3 224 mots
    • 9 médias
    Avec Johannes Brahms, on est en présence d'une œuvre musicale qui a pris prétexte d'une certaine donnée littéraire pour s'épanouir selon ses propres lois naturelles. Les mots sont là comme les témoins d'un choc affectif par eux provoqué chez un musicien, qui respecte le sens général donné par leurs enchaînements,...
  • Afficher les 7 références