MÜLLER WILHELM (1794-1827)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sans l'Intermezzo lyrique de Heinrich Heine et sans les deux cycles de lieder, La Belle Meunière et Le Voyage d'hiver, de Franz Schubert, qui se souviendrait encore aujourd'hui — hors des limites du monde germanique — du nom et du rôle du poète de l'école souabe, Wilhelm Müller ?

Bien que né à Dessau, c'est sous le nom de « Müller le Grec » que le poète est d'abord connu par ses contemporains. Fils d'un maître cordonnier, Müller fait à Berlin des études de philologie, de langues anciennes et d'histoire. En 1813-1814, comme beaucoup de jeunes étudiants allemands, il prend une part active à la « guerre de libération » contre Napoléon et (comme le jeune poète Körner de Vienne s'engage dans un corps franc) il est enrôlé comme volontaire dans les chasseurs de la garde prussienne et se bat vaillamment. Après la fin de la campagne, il se joint à un groupe de jeunes poètes berlinois, tous « combattants de la liberté » (parmi eux, Achim von Arnim et Ludwig Rellstab), groupe romantique qui entend exalter tout ce qui se rapporte à l'histoire germanique et à l'histoire du Volkslied. Il publie alors une Anthologie des Minnesänger. En 1817, il est désigné pour accompagner en Égypte un noble prussien, le baron de Sack, mais il s'arrête en Italie, où il passe près d'une année, et dont il ramène la matière de deux volumes : Rome, les Romains et les Romaines, ainsi qu'une très importante collection de chansons et d'épigrammes. De passage à Vienne, au cours de ce même voyage, il apprend le grec moderne et rencontre des patriotes helléniques. À son retour, il est nommé professeur au gymnase de Dessau, puis bientôt conservateur de la bibliothèque qu'il est chargé de rassembler. En 1821, il prend ardemment parti pour l'indépendance grecque et publie alors ses Chants des Grecs (Lieder der Griechen) en vers allemands de huit pieds d'une facture originale, qui lui valent une célébrité internationale et le sur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MÜLLER WILHELM (1794-1827)  » est également traité dans :

LE VOYAGE D'HIVER DE SCHUBERT (I. Bostridge) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’exil intérieur »  : […] L’ouvrage est le fruit d’une longue fréquentation du cycle Winterreise pour voix et piano que le maître du lied romantique composa en 1827, à la fin de sa courte vie. Parue à Londres en 2015, traduite de l’anglais et de l’allemand par Denis-Armand Canal (Actes Sud, 2018), cette somme musicologique habilement illustrée comprend une introduction, vingt-quatre chapitres traita […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-voyage-d-hiver-de-schubert/#i_40382

Pour citer l’article

Brigitte MASSIN, « MÜLLER WILHELM - (1794-1827) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-muller/