SCHUBERT FRANZ(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Schubert, Marguerite au rouet

Schubert, Marguerite au rouet
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Schubert, Le Roi des aulnes

Schubert, Le Roi des aulnes
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Schubert, Quatrième Symphonie «Tragique»

Schubert, Quatrième Symphonie «Tragique»
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Schubert, Cinquième Symphonie

Schubert, Cinquième Symphonie
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Tous les médias


31 janvier 1797 Franz Peter Schubert naît à Vienne.

1810 Plus ancienne composition connue de Schubert, portant le numéro D 1 dans le catalogue établi par Otto Erich Deutsch : Fantaisie en sol majeur, pour piano à quatre mains.

19 octobre 1814 Schubert compose son premier chef-d'œuvre, le lied Gretchen am Spinnrade (« Marguerite au rouet », D 118), d'après Faust de Goethe, qui pour beaucoup de musicologues marque la naissance du lied romantique allemand.

Schubert, Marguerite au rouet

Schubert, Marguerite au rouet

Son

Marguerite au rouet, D.118 Interprétation: Elisabeth Schwarzkopf, soprano, Edwin Fischer, piano (enregistré en 1952). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1815 Schubert compose environ cent cinquante lieder, parmi lesquels Erlkönig (« Le Roi des aulnes », D 328), sur un poème de Goethe.

Schubert, Le Roi des aulnes

Schubert, Le Roi des aulnes

Son

Le Roi des aulnes, D.328 Interprétation: Alexander Kipnis, basse, Gerald Moore, piano (enregistré en 1936). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1816 Schubert achève le 27 avril la Quatrième Symphonie « Tragique », en ut mineur (D 417) ; il achève le 3 octobre la Cinquième Symphonie, en si bémol majeur (D 485) ; il compose plus de cent lieder.

Schubert, Quatrième Symphonie «Tragique»

Schubert, Quatrième Symphonie «Tragique»

Son

Premier mouvement, Allegro vivace, de la Quatrième Symphonie «Tragique», en ut mineur, D.417 Interprétation: Orchestre philharmonique de Londres, direction Adrian Boult (enregistré en 1953). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Cinquième Symphonie

Schubert, Cinquième Symphonie

Son

Premier mouvement, Allegro, de la Cinquième Symphonie, en si bémol majeur, D.485 Interprétation: Orchestre symphonique de la Radio bavaroise, direction Eugen Jochum (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1817 Schubert compose les deux premières des cinq versions du lied Die Forelle (« La Truite », D 550), sur un poème de Christian Friedrich Daniel Schubart, le lied Der Tod und das Mädchen (« La Jeune Fille et la mort », D 531), sur un poème de Matthias Claudius, le lied An die Musik (« À la musique », D 547), sur un poème de Franz von Schober.

Schubert, La Truite

Schubert, La Truite

Son

La Truite, D.550 Interprétation: Elisabeth Schwarzkopf, soprano, Karl Hudez, piano (enregistré en 1948). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, La Jeune Fille et la Mort

Schubert, La Jeune Fille et la Mort

Son

La Jeune Fille et la Mort, D.531 Interprétation: Kathleen Ferrier, contralto, Bruno Walter, piano. 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, An die Musik

Schubert, An die Musik

Son

An die Musik, D.547 Interprétation: Elisabeth Schwarzkopf, soprano, Edwin Fischer, piano (enregistré en 1952). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1818 Le lied Erlafsee (« Le Lac Erlaf », D 586), sur un poème de Johann Baptist Mayrhofer, est la première œuvre publiée de Schubert.

Schubert, Erlafsee

Schubert, Erlafsee

Son

Erlafsee, D.586 Interprétation: Dietrich Fischer-Dieskau, baryton, Karl Engel, piano (enregistré en 1953). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1819 Schubert compose le Quintette avec piano en la majeur « Die Forelle » (« La Truite », D 667) en s'inspirant de son lied Die Forelle (ce quintette utilise une formation peu usitée : un piano, un violon, un alto, un violoncelle et une contrebasse).

Schubert, Quintette avec piano «La Truite»

Schubert, Quintette avec piano «La Truite»

Son

Quatrième mouvement, Andantino: thème, du Quintette avec piano, en la majeur, «La Truite», D.667 Interprétation: Walter Panhoffer, piano, membres de l'Octuor de Vienne (enregistré en 1950). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1821 Schubert achève la composition de Gesang der Geister über den Wassern (« Chant des esprits au-dessus des eaux », D 714), sur des poèmes de Goethe, pour quatre ténors, quatre basses, deux violoncelles, deux altos et une contrebasse.

Schubert, Chant des esprits au-dessus des eaux

Schubert, Chant des esprits au-dessus des eaux

Son

Chant des esprits au-dessus des eaux, D.714 Interprétation: Chœur de chambre de l'Académie de Vienne, direction Clemens Krauss (enregistré en 1953). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1822 Schubert compose les deux premiers mouvements de la Huitième Symphonie « Inachevée », en si mineur (D 759), et la Wandererfantasie, en ut majeur, pour piano (D 760).

Schubert, Huitième Symphonie «Inachevée»

Schubert, Huitième Symphonie «Inachevée»

Son

Premier mouvement, Allegro moderato: deuxième thème, de la Huitième Symphonie «Inachevée», en si mineur, D.759 Interprétation: NBC Symphony Orchestra, direction Arturo Toscanini (enregistré en 1950). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Wandererfantasie

Schubert, Wandererfantasie

Son

Quatrième mouvement, Finale: Allegro, de la Wandererfantasie, en ut majeur, pour piano, D.760 Interprétation: Clifford Curzon, piano (enregistré en 1949). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1823 Schubert compo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHUBERT FRANZ (1797-1828)  » est également traité dans :

SCHUBERT FRANZ

  • Écrit par 
  • Brigitte MASSIN
  •  • 3 074 mots

« Voulais-je chanter l'amour, cela m'entraînait à la douleur ; voulais-je chanter la douleur, cela me menait à l'amour » (Schubert, 1822). Schubert ou le paradoxe. La proposition est peut-être inattendue ; à y regarder de près, c'est sans doute celle qui s'attache le plus sérieusement à lui dans la perception que l'on peut avoir de sa vie, de son œuvre et de sa légende.Pur produit d'un univers clo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-schubert/

LE VOYAGE D'HIVER DE SCHUBERT (I. Bostridge) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 036 mots
  •  • 1 média

Né le 25 décembre 1964 à Londres, Ian Bostridge est un grand interprète au répertoire varié : Schubert, Purcell, Monteverdi, Bach, Britten ou Thomas Adès. Le ténor britannique a notamment étudié le chant à l’école Britten-Pears d’Aldeburgh, puis auprès de Dietrich Fischer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-voyage-d-hiver-de-schubert/#i_18207

VOYAGE D'HIVER (F. Schubert)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

Au centre de l'œuvre vaste et diverse de Franz Schubert – symphonies, messes, pages pour piano, musique de chambre – se dresse un massif de plus de 660 lieder. Ce musicien méconnu de son temps peut être considéré comme le véritable créateur de ce genre, même si le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voyage-d-hiver/#i_18207

BANCQUART ALAIN (1934- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 735 mots

Dans le chapitre « Pères spirituels  »  : […] Le souci premier d'Alain Bancquart est la grande forme : en d'autres termes, l'expansion temporelle libérée de la contrainte de la pulsation métrique traditionnelle, grâce à des processus d'écriture fondés sur ceux des compositeurs qui ont nourri sa réflexion : Bach, Beethoven, Schubert, Bruckner, Messiaen et Stockhausen. Bach, parce qu'il a conçu la trame contrapuntique de telle manière que les r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-bancquart/#i_18207

LIED

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Allemagne : l'époque brillante »  : […] C'est donc bien vraiment chez Franz Schubert que l'on rencontre, pour la première fois, cette conception du lied qui donne vie aux mots et à ce qui est derrière les mots. Il donne vie à l'inexprimé. Si cette pensée est trop précise et trop rationnelle, elle ne fait plus la part du rêve, et la poésie se retire. La musique a ce privilège, lorsqu'elle s'associe à un texte, qu'elle ne précise rien, m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lied/#i_18207

MASSIN BRIGITTE (1927-2002)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 569 mots

Le nom de Brigitte Massin reste indissociable de celui de Schubert, auquel elle a consacré de longues recherches musicologiques et un ouvrage très complet qui fait toujours autorité. Brigitte Massin voit le jour à Roubaix, le 21 juillet 1927, dans une grande famille du Nord. Mais ses convictions l'éloignent du berceau familial. Elle épouse un personnage hors normes, Jean Massin (1917-1986), prêtre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brigitte-massin/#i_18207

MÜLLER WILHELM (1794-1827)

  • Écrit par 
  • Brigitte MASSIN
  •  • 801 mots

Sans l' Intermezzo lyrique de Heinrich Heine et sans les deux cycles de lieder, La Belle Meunière et Le Voyage d'hiver , de Franz Schubert, qui se souviendrait encore aujourd'hui — hors des limites du monde germanique — du nom et du rôle du poète de l'école souabe, Wilhelm Müller ? Bien que né à Dessau, c'est sous le nom de « Müll […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-muller/#i_18207

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 365 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le romantisme »  : […] Les premiers compositeurs romantiques s'attachent davantage à la virtuosité naissante de l'instrument qu'à la diversité de ses possibilités : Weber ou Mendelssohn – plus poète dans ses Romances sans paroles – se montrent avides de traits jaillissants, de grands sauts, d'octaves brisées ou de doubles notes. Mais les mêmes effets semblent plus intimes sous la plume de Schuber […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano/#i_18207

PROMÉTHÉE, mythe moderne

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 268 mots

Il est plus significatif qu'étonnant de constater la mise en sommeil à peu près totale du mythe de Prométhée dans les arts et les lettres de l'âge médiéval. Les premières allusions au vieux titan grec apparaissent aux xvi e et xvii e siècles (Calderón écrit en 1669 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/promethee-mythe-moderne/#i_18207

Quintette avec piano en la majeur «La Truite», SCHUBERT (Franz)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 488 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] À l'âge de dix-sept ans, Schubert écrit son premier chef-d'œuvre, le lied (mot qui signifie «chant», en allemand) Marguerite au rouet . Il tente de vivre uniquement de sa plume mais la reconnaissance ne lui parvient que tardivement, et alors que la syphilis, qui l'emportera, l'a déjà touché. Il meurt à trente-deux ans, célébré à l'égal de Mozart ou de Beethoven. Il laisse prè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quintette-avec-piano-en-la-majeur-la-truite-schubert-franz/#i_18207

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « SCHUBERT FRANZ - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/schubert-reperes-chronologiques/