SCHUBERT FRANZ(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

31 janvier 1797 Franz Peter Schubert naît à Vienne.

1810 Plus ancienne composition connue de Schubert, portant le numéro D 1 dans le catalogue établi par Otto Erich Deutsch : Fantaisie en sol majeur, pour piano à quatre mains.

19 octobre 1814 Schubert compose son premier chef-d'œuvre, le lied Gretchen am Spinnrade (« Marguerite au rouet », D 118), d'après Faust de Goethe, qui pour beaucoup de musicologues marque la naissance du lied romantique allemand.

Schubert, Marguerite au rouet

Son : Schubert, Marguerite au rouet

Marguerite au rouet, D.118 Interprétation: Elisabeth Schwarzkopf, soprano, Edwin Fischer, piano (enregistré en 1952). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1815 Schubert compose environ cent cinquante lieder, parmi lesquels Erlkönig (« Le Roi des aulnes », D 328), sur un poème de Goethe.

Schubert, Le Roi des aulnes

Son : Schubert, Le Roi des aulnes

Le Roi des aulnes, D.328 Interprétation: Alexander Kipnis, basse, Gerald Moore, piano (enregistré en 1936). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1816 Schubert achève le 27 avril la Quatrième Symphonie « Tragique », en ut mineur (D 417) ; il achève le 3 octobre la Cinquième Symphonie, en si bémol majeur (D 485) ; il compose plus de cent lieder.

Schubert, Quatrième Symphonie «Tragique»

Son : Schubert, Quatrième Symphonie «Tragique»

Premier mouvement, Allegro vivace, de la Quatrième Symphonie «Tragique», en ut mineur, D.417 Interprétation: Orchestre philharmonique de Londres, direction Adrian Boult (enregistré en 1953). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Cinquième Symphonie

Son : Schubert, Cinquième Symphonie

Premier mouvement, Allegro, de la Cinquième Symphonie, en si bémol majeur, D.485 Interprétation: Orchestre symphonique de la Radio bavaroise, direction Eugen Jochum (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1817 Schubert compose les deux premières des cinq versions du lied Die Forelle (« La Truite », D 550), sur un poème de Christian Friedrich Daniel Schubart, le lied Der Tod und das Mädchen (« La Jeune Fille et la mort », D 531), sur un poème de Matthias Claudius, le lied An die Musik (« À la musique », D 547), sur un poème de Franz von Schober.

Schubert, La Truite

Son : Schubert, La Truite

La Truite, D.550 Interprétation: Elisabeth Schwarzkopf, soprano, Karl Hudez, piano (enregistré en 1948). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, La Jeune Fille et la Mort

Son : Schubert, La Jeune Fille et la Mort

La Jeune Fille et la Mort, D.531 Interprétation: Kathleen Ferrier, contralto, Bruno Walter, piano. 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, An die Musik

Son : Schubert, An die Musik

An die Musik, D.547 Interprétation: Elisabeth Schwarzkopf, soprano, Edwin Fischer, piano (enregistré en 1952). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1818 Le lied Erlafsee (« Le Lac Erlaf », D 586), sur un poème de Johann Baptist Mayrhofer, est la première œuvre publiée de Schubert.

Schubert, Erlafsee

Son : Schubert, Erlafsee

Erlafsee, D.586 Interprétation: Dietrich Fischer-Dieskau, baryton, Karl Engel, piano (enregistré en 1953). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1819 Schubert compose le Quintette avec piano en la majeur « Die Forelle » (« La Truite », D 667) en s'inspirant de son lied Die Forelle (ce quintette utilise une formation peu usitée : un piano, un violon, un alto, un violoncelle et une contrebasse).

Schubert, Quintette avec piano «La Truite»

Son : Schubert, Quintette avec piano «La Truite»

Quatrième mouvement, Andantino: thème, du Quintette avec piano, en la majeur, «La Truite», D.667 Interprétation: Walter Panhoffer, piano, membres de l'Octuor de Vienne (enregistré en 1950). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1821 Schubert achève la composition de Gesang der Geister über den Wassern (« Chant des esprits au-dessus des eaux », D 714), sur des poèmes de Goethe, pour quatre ténors, quatre basses, deux violoncelles, deux altos et une contrebasse.

Schubert, Chant des esprits au-dessus des eaux

Son : Schubert, Chant des esprits au-dessus des eaux

Chant des esprits au-dessus des eaux, D.714 Interprétation: Chœur de chambre de l'Académie de Vienne, direction Clemens Krauss (enregistré en 1953). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1822 Schubert compose les deux premiers mouvements de la Huitième Symphonie « Inachevée », en si mineur (D 759), et la Wandererfantasie, en ut majeur, pour piano (D 760).

Schubert, Huitième Symphonie «Inachevée»

Son : Schubert, Huitième Symphonie «Inachevée»

Premier mouvement, Allegro moderato: deuxième thème, de la Huitième Symphonie «Inachevée», en si mineur, D.759 Interprétation: NBC Symphony Orchestra, direction Arturo Toscanini (enregistré en 1950). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Wandererfantasie

Son : Schubert, Wandererfantasie

Quatrième mouvement, Finale: Allegro, de la Wandererfantasie, en ut majeur, pour piano, D.760 Interprétation: Clifford Curzon, piano (enregistré en 1949). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1823 Schubert compose la Quatorzième Sonate pour piano, en la mineur (D 784), le cycle de lieder Die Schöne Müllerin (« La Belle Meunière », D 795), sur des poèmes de Wilhelm Müller, Rosamunde, musique de scène (D 797) pour le drame romantique Rosamunde, Fürstin von Zypern (« Rosamunde, princesse de Chypre »), de Helmina von Chézy, la librettiste de Euryanthe, de Carl Maria von Weber.

Schubert, Quatorzième Sonate pour piano

Son : Schubert, Quatorzième Sonate pour piano

Troisième mouvement, Allegro vivace, de la Quatorzième Sonate pour piano, en la mineur, D.784 Interprétation: Solomon, piano (enregistré en 1952). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, La Belle Meunière: Trockne Blumen

Son : Schubert, La Belle Meunière: Trockne Blumen

La Belle Meunière, D.795: Trockne Blumen (no 18) Interprétation: Dietrich Fischer-Dieskau, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1951). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Rosamunde

Son : Schubert, Rosamunde

Rosamunde, D.797: ouverture Interprétation: Orchestre philharmonique de Berlin, direction Wilhelm Furtwängler (enregistré en 1952). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1823-1828 Schubert compose les Six Moments musicaux pour piano (D 780).

Schubert, Six Moments musicaux

Son : Schubert, Six Moments musicaux

Troisième mouvement en fa mineur des Six Mouvements musicaux, D780 Interprétation: Edwin Fischer, piano (enregistré en 1953). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1824 Schubert compose le Treizième Quatuor à cordes, en la mineur (D 804), l'Octuor en fa majeur (D 803), le Quatorzième Quatuor à cordes, en mineur, « Der Tod und das Mädchen » (« La Jeune Fille et la mort », D 810), dont le deuxième mouvement est un thème et variations sur le lied éponyme de 1817 (D 531).

Schubert, Treizième Quatuor à cordes

Son : Schubert, Treizième Quatuor à cordes

Deuxième mouvement, Andante, du Treizième Quatuor à cordes, en la mineur, D.804 Interprétation: Quatuor du Wiener Konzerthaus (enregistré en 1951). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Octuor

Son : Schubert, Octuor

Premier mouvement: Allegro, de l'Octuor, en fa majeur, D.803 Interprétation: Octuor de Vienne (enregistré en 1953). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Quatorzième Quatuor à cordes «La Jeune Fille et la Mort»

Son : Schubert, Quatorzième Quatuor à cordes «La Jeune Fille et la Mort»

Deuxième mouvement, Andante con moto, du Quatorzième Quatuor à cordes, en mineur, «La Jeune Fille et la Mort», D.810 Interprétation: Quatuor du Wiener Konzerthaus (enregistré en 1949). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1825 Schubert commence la composition de la Neuvième Symphonie « La Grande », en ut majeur (D 944) ; il compose la Seizième Sonate pour piano, en la mineur (D 845).

Schubert, Neuvième Symphonie «La Grande»

Son : Schubert, Neuvième Symphonie «La Grande»

Deuxième mouvement, Andante con moto, de la Neuvième Symphonie «La Grande», en ut majeur, D.944 Interprétation: Orchestre philharmonique de Vienne, direction Herbert von Karajan (enregistré en 1946). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Dix-Huitième Sonate pour piano

Son : Schubert, Dix-Huitième Sonate pour piano

Quatrième mouvement, Rondo: Allegro vivace, de la Dix-Huitième Sonate pour piano, en la mineur, D.845 Interprétation: Artur Schnabel, piano (enregistré en 1945). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1826 Schubert compose le Quinzième Quatuor à cordes, en sol majeur (D 887).

Schubert, Quinzième Quatuor à cordes

Son : Schubert, Quinzième Quatuor à cordes

Troisième mouvement, Scherzo: Allegro vivace, du Quinzième Quatuor à cordes, en sol majeur, D.887 Interprétation: Quatuor du Wiener Konzerthaus (enregistré en 1951). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1827 Schubert compose le cycle de lieder Winterreise (« Voyage d'hiver », D 911), sur vingt-quatre poèmes de Wilhelm Müller répartis en deux livres de douze : Gute Nacht (« Bonne nuit »), Die Wetterfahne (« La Girouette »), Gefrorne Tränen (« Larmes gelées »), Erstarrung (« Engourdissement »), Der Lindenbaum (« Le Tilleul »), Wasserflut (« Dégel »), Auf dem Flusse (« Sur la rivière »), Rückblick (« Regard en arrière »), Irrlicht (« Feu follet »), Rast (« Repos »), Frühlingstraum (« Rêve de printemps »), Einsamkeit (« Solitude »), Die Post (« La Poste »), Der greise Kopf (« La Tête grise »), Die Krähe (« La Corneille »), Letzte Hoffnung (« Dernier espoir »), Im Dorfe (« Au village »), Der stürmische Morgen (« Le Matin orageux »), Täuschung (« Illusion »), Der Wegweiser (« Le Poteau indicateur »), Das Wirtshaus (« L'Auberge »), Mut ! (« Courage ! »), Die Nebensonnen (« Les Soleils illusoires »), Der Leiermann (« Le Ménétrier »).

Schubert, Voyage d'hiver: Gute Nacht

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Gute Nacht

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Gute Nacht («Bonne Nuit») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Die Wetterfahne

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Die Wetterfahne

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Die Wetterfahne («La Girouette») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Gefrorne Tränen

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Gefrorne Tränen

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Gefrorne Tränen («Larmes gelées») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Erstarrung

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Erstarrung

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Erstarrung («Engourdissement») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Der Lindenbaum

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Der Lindenbaum

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Der Lindenbaum («Le Tilleul») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Wasserflut

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Wasserflut

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Wasserflut («Dégel») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Auf dem Flusse

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Auf dem Flusse

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Auf dem Flusse («Sur la rivière») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Rückblick

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Rückblick

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Rückblick («Regard en arrière») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Irrlicht

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Irrlicht

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Irrlicht («Feu follet») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Rast

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Rast

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Rast («Repos») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: : Frühlingstraum

Son : Schubert, Voyage d'hiver: : Frühlingstraum

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Frühlingstraum («Rêve de printemps» Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Einsamkeit

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Einsamkeit

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Einsamkeit («Solitude») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Die Post

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Die Post

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Die Post («La Poste») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Der greise Kopf

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Der greise Kopf

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Der greise Kopf («La Tête grise») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Die Krähe

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Die Krähe

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Die Krähe («La Corneille») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Letzte Hoffnung

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Letzte Hoffnung

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Letzte Hoffnung («Dernier Espoir») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Im Dorfe

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Im Dorfe

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Im Dorfe («Au village» Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Der stürmische Morgen

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Der stürmische Morgen

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Der stürmische Morgen («Le Matin orageux») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Täuschung

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Täuschung

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Täuschung («Illusion») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Der Wegweiser

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Der Wegweiser

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Der Wegweiser («Le Poteau indicateur») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Das Wirtshaus

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Das Wirtshaus

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Das Wirtshaus («L'Auberge») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Mut!

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Mut!

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Mut! («Courage») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Die Nebensonnen

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Die Nebensonnen

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Die Nebensonnen («Les Soleils illusoires»)br>Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Schubert, Voyage d'hiver: Der Leiermann

Son : Schubert, Voyage d'hiver: Der Leiermann

Winterreise («Voyage d'hiver»), D.911: Der Leiermann («Le Ménétrier») Interprétation: Hans Hotter, baryton, Gerald Moore, piano (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1828 Le premier concert consacré exclusivement à des œuvres de Schubert est organisé à Vienne ; il rencontre un grand succès. Schubert compose la Messe en mi bémol majeur (D 950), les lieder rassemblés sous le titre Schwanengesang (« Chant du cygne », [...]

Schubert, Messe en mi bémol majeur

Son : Schubert, Messe en mi bémol majeur

Messe en mi bémol majeur, D.950: Sanctus Interprétation: Chœur de chambre de Vienne, direction Hans Gillesberger (enregistré en 1953). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Schubert, Marguerite au rouet

Schubert, Marguerite au rouet
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Schubert, Le Roi des aulnes

Schubert, Le Roi des aulnes
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Schubert, Quatrième Symphonie «Tragique»

Schubert, Quatrième Symphonie «Tragique»
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Schubert, Cinquième Symphonie

Schubert, Cinquième Symphonie
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Afficher les 52 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SCHUBERT FRANZ (1797-1828)  » est également traité dans :

SCHUBERT FRANZ

  • Écrit par 
  • Brigitte MASSIN
  •  • 3 074 mots

« Voulais-je chanter l'amour, cela m'entraînait à la douleur ; voulais-je chanter la douleur, cela me menait à l'amour » (Schubert, 1822). Schubert ou le paradoxe. La proposition est peut-être inattendue ; à y regarder de près, c'est sans doute celle qui s'attache le plus sérieusement à lui dans la perception que l'on peut avoir de sa vie, de son œuvre et de sa légende.Pur produit d'un univers clo […] Lire la suite

LE VOYAGE D'HIVER DE SCHUBERT (I. Bostridge) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 037 mots
  •  • 1 média

Né le 25 décembre 1964 à Londres, Ian Bostridge est un grand interprète au répertoire varié : Schubert, Purcell, Monteverdi, Bach, Britten ou Thomas Adès. Le ténor britannique a notamment étudié le chant à l’école Britten-Pears d’Aldeburgh, puis auprès de Dietrich Fischer […] Lire la suite

VOYAGE D'HIVER (F. Schubert)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 222 mots
  •  • 1 média

Au centre de l'œuvre vaste et diverse de Franz Schubert – symphonies, messes, pages pour piano, musique de chambre – se dresse un massif de plus de 660 lieder. Ce musicien méconnu de son temps peut être considéré comme le véritable créateur de ce genre, même si le […] Lire la suite

BANCQUART ALAIN (1934- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 735 mots

Dans le chapitre « Pères spirituels  »  : […] Le souci premier d'Alain Bancquart est la grande forme : en d'autres termes, l'expansion temporelle libérée de la contrainte de la pulsation métrique traditionnelle, grâce à des processus d'écriture fondés sur ceux des compositeurs qui ont nourri sa réflexion : Bach, Beethoven, Schubert, Bruckner, Messiaen et Stockhausen. Bach, parce qu'il a conçu la trame contrapuntique de telle manière que les r […] Lire la suite

LIED

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 235 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Allemagne : l'époque brillante »  : […] C'est donc bien vraiment chez Franz Schubert que l'on rencontre, pour la première fois, cette conception du lied qui donne vie aux mots et à ce qui est derrière les mots. Il donne vie à l'inexprimé. Si cette pensée est trop précise et trop rationnelle, elle ne fait plus la part du rêve, et la poésie se retire. La musique a ce privilège, lorsqu'elle s'associe à un texte, qu'elle ne précise rien, m […] Lire la suite

MASSIN BRIGITTE (1927-2002)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 569 mots

Le nom de Brigitte Massin reste indissociable de celui de Schubert, auquel elle a consacré de longues recherches musicologiques et un ouvrage très complet qui fait toujours autorité. Brigitte Massin voit le jour à Roubaix, le 21 juillet 1927, dans une grande famille du Nord. Mais ses convictions l'éloignent du berceau familial. Elle épouse un personnage hors normes, Jean Massin (1917-1986), prêtre […] Lire la suite

MÜLLER WILHELM (1794-1827)

  • Écrit par 
  • Brigitte MASSIN
  •  • 801 mots

Sans l' Intermezzo lyrique de Heinrich Heine et sans les deux cycles de lieder, La Belle Meunière et Le Voyage d'hiver , de Franz Schubert, qui se souviendrait encore aujourd'hui — hors des limites du monde germanique — du nom et du rôle du poète de l'école souabe, Wilhelm Müller ? Bien que né à Dessau, c'est sous le nom de « Müller le Grec » que le poète est d'abord connu par ses contemporains. […] Lire la suite

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 370 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le romantisme »  : […] Les premiers compositeurs romantiques s'attachent davantage à la virtuosité naissante de l'instrument qu'à la diversité de ses possibilités : Weber ou Mendelssohn – plus poète dans ses Romances sans paroles – se montrent avides de traits jaillissants, de grands sauts, d'octaves brisées ou de doubles notes. Mais les mêmes effets semblent plus intimes sous la plume de Schubert ; ses vingt-deux son […] Lire la suite

PROMÉTHÉE, mythe moderne

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 268 mots

Il est plus significatif qu'étonnant de constater la mise en sommeil à peu près totale du mythe de Prométhée dans les arts et les lettres de l'âge médiéval. Les premières allusions au vieux titan grec apparaissent aux xvi e et xvii e siècles (Calderón écrit en 1669 La Estatua de Prometeo ) et vont se multipliant au xviii e . La figure de Prométhée resurgit au carrefour des réflexions sur deux th […] Lire la suite

Quintette avec piano en la majeur «La Truite», SCHUBERT (Franz)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 488 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] À l'âge de dix-sept ans, Schubert écrit son premier chef-d'œuvre, le lied (mot qui signifie «chant», en allemand) Marguerite au rouet . Il tente de vivre uniquement de sa plume mais la reconnaissance ne lui parvient que tardivement, et alors que la syphilis, qui l'emportera, l'a déjà touché. Il meurt à trente-deux ans, célébré à l'égal de Mozart ou de Beethoven. Il laisse près de mille œuvres : mu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « SCHUBERT FRANZ - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/schubert-reperes-chronologiques/