VIROSES VÉGÉTALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'instar de tous les organismes vivants, les plantes, qu'elles soient sauvages ou cultivées, sont sensibles à de nombreux virus : la classification actuelle fait état de trente-trois genres de virus affectant les plantes, répartis en neuf familles. L'impact des maladies virales, ou viroses, est très variable selon la gravité des symptômes provoqués et l'importance économique de la ou des plantes hôtes. Il est dû en grande partie à l'absence de moyens de lutte curatifs, ce qui explique l'essor de la prévention et des programmes d'obtention de variétés résistantes aux virus.

Plantes transgéniques

Tableau : Plantes transgéniques

Plantes transgéniques résistantes aux virus commercialisées aux États-Unis. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Biologie et symptomatologie

Les particules virales, ou virions, diffèrent d'une famille de virus à une autre en fonction de leur morphologie, de leur symétrie et de leur taille. Dans le cas des virus de plantes, elles sont souvent filamenteuses (potyvirus, potexvirus, carlavirus, closterovirus...), parfois sphériques (bromovirus, luteovirus...) ou en forme de bâtonnets rigides (tobamovirus, tobravirus...). Elles sont généralement formées d'une enveloppe protéique, la capside, qui protège le génome viral. Contrairement aux virus animaux, les particules de virus végétaux sont rarement enveloppées d'une membrane lipidique (tospovirus, rhabdovirus). Le génome, quant à lui, peut être constitué d'une ou plusieurs molécules d'ADN (acide désoxyribonucléique) ou d'ARN (acide ribonucléique) simple ou double brin. Pour 75 p. 100 des virus végétaux, il s'agit d'un ARN capable d'être multiplié et traduit directement en protéines par la machinerie cellulaire de la plante hôte. Ces protéines sont ensuite utilisées pour fabriquer des milliers de nouvelles particules virales capables d'infecter d'autres cellules (cf. figure). Une partie importante du métabolisme cellulaire est donc détournée par le virus à son unique profit, ce qui provoque des déficiences physiologiques se traduisant généralement par l'apparition de symptômes visibles sur différentes parties de la plante. Ces symptômes varient d'une plante hôte à une autre pour un même virus et, a fortiori, d'un virus à un autre pour un hôte donné. Ces différences de sensibilité sont liées à l'efficacité des mécanismes de défense naturels de la plante et/ou aux caractéristiques du virus lui-même. Ainsi, certaines souches du virus de la mosaïque du concombre possèdent, en plus de leur génome, un petit ARN parasite capable d'accroître de façon spectaculaire les propriétés nécrogènes du virus, uniquement sur la tomate. Ces souches sont, notamment en Italie et en Espagne, à l'origine d'épidémies particulièrement destructrices qui ont connu leur apogée à la fin des années 1980.

Multiplication dun virus dans une cellule végétale

Dessin : Multiplication dun virus dans une cellule végétale

Après pénétration du virus dans une cellule de la plante hôte à la faveur d'une blessure, la coque protectrice du génome viral, appelée capside et formée de l'agrégation de protéines capsidiques, se dissocie (décapsidation) du fait des conditions physico-chimiques régnant au sein de... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les symptômes dus aux infections virales, qui sont les premiers critères d'identification et de dénomination des virus, peuvent être classés en fonction de leur nature et de leur gravité :

– Des décolorations peuvent être observées sur les parties foliaires ou florales des plantes. Les plus répandues au niveau des feuilles sont les mosaïques qui affectent le limbe et qui sont limitées par les nervures secondaires. Elles sont caractéristiques, par exemple, du virus de la mosaïque du tabac qui fut longtemps le modèle de référence en virologie végétale et reste l'un des virus les mieux caractérisés. Les symptômes de mosaïque peuvent être plus ou moins prononcés. Ainsi, certaines souches du virus de la mosaïque de la laitue provoquent une marbrure légère sur cette plante, alors que d'autres occasionnent une sévère mosaïque sur le même hôte. Des décolorations peuvent également être localisées sur les nervures (virus de la gravure du tabac). Dans certains cas, elles peuvent se généraliser à l'ensemble de la plante et donner des symptômes de jaunisse (virus de la jaunisse occidentale de la betterave).

– Des nécroses se manifestent par l'apparition d'anneaux décolorés nécrotiques sur les feuilles (virus des tâches annulaires du tabac), les fleurs ou les fruits (virus des anneaux noirs de la tomate, virus des tâches annulaires du papayer). Ces symptômes traduisent des déficiences physiologiques dues à l'infection et qui peuvent entraîner d'importants retards de croissance, voire la mort de la plante. Ils peuvent affecter les tubercules de plantes cul [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Plantes transgéniques

Plantes transgéniques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Multiplication dun virus dans une cellule végétale

Multiplication dun virus dans une cellule végétale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VIROSES VÉGÉTALES  » est également traité dans :

GÉNOMIQUE - La transgenèse

  • Écrit par 
  • Pascale BRIAND
  •  • 7 280 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Intérêt des plantes transgéniques »  : […] Dans le domaine de la recherche fondamentale, les plantes transgéniques fournissent un outil adapté à l'étude précise des séquences régulant l'expression des gènes, qu'il s'agisse des promoteurs, des séquences activatrices ou enhancers ou encore des séquences inhibitrices ou silencers. Pour ce faire, des gènes comportant des portions de ces séquences sont introduits, et les conséquences de leur […] Lire la suite

MALADIES ÉMERGENTES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Ivan SACHE
  •  • 2 547 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des maladies venant de nulle part ? »  : […] Certaines maladies émergentes sont dues à des parasites totalement inconnus, n'ayant jamais été signalés auparavant. Ceux-ci peuvent exister depuis longtemps, mais, trop peu nombreux, ils ont été jusqu'alors indétectables. Ils sont devenus visibles à la suite de modifications des systèmes de culture favorisant leur émergence. Certains parasites possèdent toutefois des mécanismes évolutifs qui expl […] Lire la suite

TUMEURS ET GALLES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Jean ROUSSAUX
  •  • 6 456 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Tumeurs à virus »  : […] Parmi les viroses des plantes, certaines forment des hyperplasies à l'occasion de traumatismes : c'est le cas du virus des tumeurs de blessure de Black (1944). La maladie affecte de nombreuses plantes (mélilot, trèfle, oseille, tabac...) sur lesquelles on observe des déformations de feuilles et des tumeurs localisées sur les tiges et les racines. Le virus (Reoviridae) est un icosahèdre de 75 nm d […] Lire la suite

VIROLOGIE

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • Michel BARME, 
  • François DENIS, 
  • Léon HIRTH
  •  • 10 447 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « ADN monocaténaire »  : […] Chez certains virus à ADN, ce dernier est sous la forme d'une molécule à un brin, généralement circulaire. Ces virus sont trouvés aussi bien chez les procaryotes que chez les eucaryotes. Dans le cas des procaryotes , l'ADN monocaténaire, qui contient l'information nécessaire à la multiplication du bactériophage, peut être encapsidé, soit par une coque à structure isométrique (cas du bactériophage […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Yves TEYCHENEY, « VIROSES VÉGÉTALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/viroses-vegetales/