VELÁZQUEZ DIEGO (1599-1660)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vieille Femme faisant frire des œufs, D. Velázquez

Vieille Femme faisant frire des œufs, D. Velázquez
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Portrait d'un jeune homme, D. Velázquez

Portrait d'un jeune homme, D. Velázquez
Crédits : J. Martin/ AKG

photographie

Scène de cuisine avec le Christ dans la maison de Marthe et Marie, D. Velázquez

Scène de cuisine avec le Christ dans la maison de Marthe et Marie, D. Velázquez
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Portrait équestre d'Isabelle de Bourbon, D. Velázquez

Portrait équestre d'Isabelle de Bourbon, D. Velázquez
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Tous les médias


Portraits du peuple de Séville, portraits de la famille royale, peinture religieuse, scènes mythologiques, nus, paysages, natures mortes, sujets historiques : Velázquez a dominé tous les genres picturaux pratiqués en Europe au xviie siècle. Son œuvre s'inspire des modèles flamands et italiens mais fait preuve d'un sens exceptionnel de la réalité – dans le traitement de l'expression, de la lumière ou de la mise en scène – qui provoqua en particulier l'admiration de Manet. Homme cultivé, Velázquez sut mener une brillante carrière de courtisan qui le conduisit aux plus hautes charges de la cour madrilène ; elle lui permit surtout de faire, pendant plus de trente ans, le portrait du roi Philippe IV confronté au déclin inéluctable de son royaume.

Apprentissage et début de carrière à Séville

Velázquez naît à Séville en 1599, dans une famille de petite noblesse. La ville connaît alors l'apogée d'un développement spectaculaire, fondé sur une activité portuaire tournée vers l'Amérique. L'installation de nombreux ordres religieux à vocation missionnaire favorise une intense activité artistique. Séville est en outre une ville d'humanistes et de poètes qui se réunissent dans des académies littéraires également fréquentées par le clergé érudit de la cathédrale et par les grands aristocrates. Peintre parfois maladroit mais bon théoricien, excellent pédagogue, Francisco Pacheco (1564-1644) est l'un de ces beaux esprits. Entré chez lui en apprentissage en 1611, Velázquez se fait remarquer, dans ce milieu académique, par son goût pour le travail d'après nature et pour le portrait ; il obtient sa licence de peintre en 1617 et, ayant épousé la fille de Pacheco, Juana, il mène à Séville, jusqu'en 1623, une carrière indépendante. Son goût du réel s'impose dans les tableaux de dévotion (Immaculée Conception et Saint Jean à Patmos, National Gallery, Londres) mais surtout dans deux genres précis, le portrait et l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VELÁZQUEZ DIEGO (1599-1660)  » est également traité dans :

VELÁZQUEZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 182 mots

Le but de l’exposition organisée par le musée du Louvre et le Grand Palais du 25 mars au 13 juillet 2015 était notamment de proposer un panorama complet et cohérent de l’évolution artistique de Velázquez. Peinture religieuse et mythologique, portraits de cour et autoportraits : grâce notamment à des prêts très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/velazquez/#i_27492

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le peintre au travail : le triomphe de la peinture »  : […] Bien qu'il ne s'agisse pas d'un véritable autoportrait, l'image de Marcia peignant son propre portrait}} à l'aide d'un miroir ( Livre des femmes nobles et renommées de Boccace, 1402, Bibliothèque nationale de France, Paris ) montre bien ce qui est en jeu dans la représentation de l'artiste au travail, a fortiori dans le cas d'un autoportrait : la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autoportrait-peinture/#i_27492

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La Péninsule »  : […] Le cas de l'Espagne est particulier : la Péninsule, placée tout entière – après 1580 avec le Portugal – sous la puissante et impérieuse autorité des grands Habsbourg : Charles Quint, plus flamand qu'allemand, et Philippe II qui semble incarner l'hégémonie espagnole sur le monde, demeure une juxtaposition de provinces, riche chacune de son propre pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_27492

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 282 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La peinture du Siècle d'or »  : […] Ces déficiences ne rendent que plus digne d'admiration l'épanouissement de la peinture, encore que, dans ce domaine aussi, l'Andalousie fasse preuve d'une plus grande fécondité. À l'exception de Fray Juan Rizi, le peintre de l'ordre bénédictin, les talents sont monopolisés par la Cour, lorsqu'ils ne se consacrent pas à la décoration des églises de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castille/#i_27492

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 033 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le baroque espagnol »  : […] Alors que le xvi e siècle avait connu une prodigieuse expansion grâce à l'arrivée des richesses d'Amérique, le siècle suivant représente une période de dépression, d'inflation, de banqueroutes et d'épidémies meurtrières. La reprise ne s'effectua qu'après l'accession des Bourbons au trône : un dynamisme nouveau de l'État provoqua alors le réveil pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-l-art-espagnol/#i_27492

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Italie et l'Espagne : réalisme et mysticisme »  : […] Avant même que la formule nordique de la table servie ne fasse l'objet en Italie d'interprétations dépouillées chez Lodovico de Susio et Fede Galizia notamment, le jeune Caravage, avec la Corbeille de fruits de l'Ambrosienne de Milan (vers 1596), atteint un point d'équilibre entre précision descriptive, force plastique, justesse chromatique et sen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_27492

THE SCIENCE OF ART, Martin Kemp

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 229 mots

Dans le chapitre « Machines et couleurs »  : […] Aussi ne doit-on pas davantage s'étonner de voir que Kemp analyse la construction de l'espace dans les Ménines de Diego Velázquez (1656, Prado, Madrid) sans citer les célèbres pages de Michel Foucault à leur sujet, en ouverture des Mots et les Choses (1966). Mais en décrivant la bibliothèque du peintre qui possédait quelques-uns des écrits théori […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-science-of-art/#i_27492

Voir aussi

Pour citer l’article

Véronique GERARD-POWELL, « VELÁZQUEZ DIEGO - (1599-1660) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/velazquez-diego-1599-1660/