VELÁZQUEZ DIEGO (1599-1660)

Médias de l’article

Vieille Femme faisant frire des œufs, D. Velázquez

Vieille Femme faisant frire des œufs, D. Velázquez
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Portrait d'un jeune homme, D. Velázquez

Portrait d'un jeune homme, D. Velázquez
Crédits : J. Martin/ AKG

photographie

Scène de cuisine avec le Christ dans la maison de Marthe et Marie, D. Velázquez

Scène de cuisine avec le Christ dans la maison de Marthe et Marie, D. Velázquez
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Portrait équestre d'Isabelle de Bourbon, D. Velázquez

Portrait équestre d'Isabelle de Bourbon, D. Velázquez
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Tous les médias


Un nouvel apprentissage

Son installation à Madrid change radicalement le cours de sa carrière : désormais Velázquez travaille uniquement pour le roi et pour quelques courtisans amateurs. Les bodegones sont abandonnés, le portrait domine, et, à côté de quelques sujets religieux d'une belle portée spirituelle, apparaissent des scènes historiques et mythologiques. Les collections royales, déjà très riches, lui permettent d'étudier les œuvres de la Renaissance italienne – Titien en premier lieu – et des Flandres. Ses premiers portraits (Philippe IV en pied, Prado, Madrid, ou Le Comte-Duc d'Olivares, Hispanic Society, New York) reprennent le type du portrait de cour établi par Titien mais gardent encore un traitement un peu brutal de l'espace et de la lumière. De nombreuses reprises, que les restaurations ont fait apparaître, témoignent de la rapidité du peintre à maîtriser la pose de ses modèles, de l'adoucissement de l'éclairage et de l'enrichissement de sa palette. Le second séjour de Rubens à Madrid en 1628 est d'une importance capitale pour Velázquez : l'influence du maître flamand se note dans la souplesse de la touche, la gamme plus vive des coloris et le modelé des chairs (Triomphe de Bacchus, Prado, ou Philippe IV, Ringling Museum of Art, Sarasota). Rubens dut sans doute l'encourager à entreprendre le voyage d'Italie, rarement accompli par les artistes espagnols. Le roi lui fournit de nombreuses lettres de recommandation qui lui permirent de séjourner à Venise, où il copia La Cène de Tintoret, à Cento où il dut rencontrer Guerchin et surtout à Rome. Protégé par le cardinal Barberini et logé au Vatican, il dessina le Jugement dernier de Michel-Ange et les œuvres de Raphaël. Affirmé par Pacheco, ce talent pour le dessin ne s'appuie pour le moment sur aucune œuvre sûre, à la seule exception du Portrait du cardinal Borja (Académie de San Fernando, Madrid). Probablement peints à Rome, La Tunique de Joseph (Escorial) ou La Forge de Vulcain (Prado) montrent une maîtrise totale de la construction de l'espace et imposent les coloris clairs et l'expression des affetti (sentiments) selon les principes picturaux développés alors à Rome (Carrache, Dominiquin).

Portrait d'un jeune homme, D. Velázquez

Portrait d'un jeune homme, D. Velázquez

photographie

Diego Velázquez, «Portrait d'un jeune homme», 1623-1624. Huile sur toile, 55,5 cm × 38 cm. Musée du Prado, Madrid. 

Crédits : J. Martin/ AKG

Afficher

Scène de cuisine avec le Christ dans la maison de Marthe et Marie, D. Velázquez

Scène de cuisine avec le Christ dans la maison de Marthe et Marie, D. Velázquez

photographie

Diego Velázquez, «Scène de cuisine avec le Christ dans la maison de Marthe et Marie», 1620-1622. Huile sur toile, 60 cm × 103 cm. National Gallery, Londres. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  VELÁZQUEZ DIEGO (1599-1660)  » est également traité dans :

VELAZQUEZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 182 mots

Le but de l’exposition organisée par le musée du Louvre et le Grand Palais du 25 mars au 13 juillet 2015 était notamment de proposer un panorama complet et cohérent de l’évolution artistique de Velázquez. Peinture religieuse et mythologique, portraits de cour et autoportraits : grâce notamment à des prêts très généreux du musée du Prado à Madrid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/velazquez/#i_27492

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 586 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le peintre au travail : le triomphe de la peinture »  : […] se diversifie : si, avec Jan Steen et Frans I Van Mieris, il ne dépasse guère l'anecdote, Velázquez (Les Ménines, 1656, musée du Prado, Madrid) trouve là l'occasion de se livrer à un jeu fort savant sur la continuité de l'espace réel et de l'espace pictural (avec des sous-entendus funèbres), et, à travers soi, de glorifier la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autoportrait-peinture/#i_27492

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 839 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La Péninsule »  : […] collectionneurs, et la commande royale appela de Séville à Madrid Velázquez (1599-1660) dont un voyage à Rome avait élargi l'expérience (son portrait du pape Innocent X). Coloriste, paysagiste et peintre épique, il peignit les personnages de la famille royale, les grands seigneurs faisant caracoler leur monture, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_27492

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 287 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La peinture du Siècle d'or »  : […] L'époque de Philippe IV est dominée par la forte personnalité de Velázquez. Il vint de Séville et, avant de conquérir le roi lui-même, il dut sa faveur au comte-duc d'Olivares. Peintre officiel, il renouvela le genre du portrait de Cour, comme il fut aussi un maître de la peinture pure, soucieux avant tout de formes et de couleurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castille/#i_27492

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 036 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le baroque espagnol »  : […] de l'État décline, en raison de la situation catastrophique de ses finances. Le Siècle d'or n'a connu qu'un seul grand artiste profane, Velázquez, le peintre de la cour de Philippe IV. Son rôle dépasse d'ailleurs largement celui d'un témoin de son temps, du fait de l'ampleur de sa vision humaine et picturale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-l-art-espagnol/#i_27492

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 709 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Italie et l'Espagne : réalisme et mysticisme »  : […] (au sens originel, des représentations d'intérieurs de cuisine et d'aliments) de Velázquez, qui renouvelle ainsi la vieille formule maniériste de l'étalage à figure, pratiquée également, dans des styles plus traditionnels, par F. Barrera et A. de Loarte. Des échos de ces compromis se retrouvent, après 1650, chez Andrès Deleyto ainsi que dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_27492

THE SCIENCE OF ART, Martin Kemp

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 229 mots

Dans le chapitre « Machines et couleurs »  : […] Aussi ne doit-on pas davantage s'étonner de voir que Kemp analyse la construction de l'espace dans les Ménines de Diego Velázquez (1656, Prado, Madrid) sans citer les célèbres pages de Michel Foucault à leur sujet, en ouverture des Mots et les Choses (1966). Mais en décrivant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-science-of-art/#i_27492

Voir aussi

Pour citer l’article

Véronique GERARD-POWELL, « VELÁZQUEZ DIEGO - (1599-1660) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/velazquez-diego-1599-1660/