VATICAN (Ier CONCILE DU)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le XXe concile œcuménique de l'Église romaine, réuni du 8 décembre 1869 au 20 octobre 1870, fut convoqué par Pie IX dans le double dessein de condamner plus solennellement les « erreurs modernes issues du rationalisme » et d'adapter le droit ecclésiastique à la société du xixe siècle. Il fut interrompu par l'annexion de Rome au royaume d'Italie, après avoir consacré la majeure partie de son temps et de ses énergies à la définition des prérogatives pontificales, en particulier l'infaillibilité du pape, laquelle donna lieu à une polémique très vive, suivie de près par l'opinion publique et par plusieurs gouvernements.

Préparation, programme et ouverture du concile

C'est le 26 juin 1867 que Pie IX annonça pour la première fois en public la décision, qu'il mûrissait depuis plusieurs années, de réunir un concile œcuménique. Son intention, précisée par les avis qu'il avait demandés à divers évêques jouissant de sa confiance, était, d'une part, de couronner l'œuvre de réaction contre le « naturalisme » et le rationalisme qu'il poursuivait depuis le début de son pontificat et, d'autre part, d'adapter la législation ecclésiastique aux profonds changements qui s'étaient produits dans le monde depuis le concile de Trente.

L'annonce du concile accentua l'opposition entre les courants d'opinion qui s'affrontaient au sein de l'Église depuis une vingtaine d'années : catholiques libéraux et néo-gallicans, d'une part, ultramontains et adversaires des libertés modernes, d'autre part. Le choix des consulteurs chargés de préparer les projets de décrets conciliaires (soixante Romains et trente-six venus de l'étranger), presque tous connus pour appartenir à la seconde tendance, inquiéta ceux qui crurent diagnostiquer une tactique : préparer le concile en secret hors de tout débat contradictoire, en ne tenant compte que du seul point de vue de la curie, puis faire accepter par les P [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VATICAN PREMIER CONCILE DU (1870)  » est également traité dans :

PREMIER CONCILE DU VATICAN

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Le pape Pie IX convoque le concile du Vatican qui réunit sept cents évêques le 8 décembre 1869 dans la perspective de « trouver les remèdes contre les si nombreux maux qui oppressent l'Église » – mais tous pensent que le sujet essentiel sera la définition de l'infaillibilité pontificale. La constitut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premier-concile-du-vatican/

ALFRINK BERNARD JAN (1900-1987)

  • Écrit par 
  • Kees MIDDELHOFF
  •  • 2 114 mots

Archevêque d'Utrecht pendant les tumultueuses années soixante, le cardinal Bernard Jan Alfrink fut l'initiateur de l'idée de collégialité lors du II e  concile du Vatican. Président international de Pax Christi, il restera celui dont l'élimination par Rome fut, selon Hans Küng, le scandale du xx e  siècle. Né, d'un père me […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-jan-alfrink/#i_26148

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le magistère ecclésiastique : élaboration dogmatique de la doctrine de l'inspiration »  : […] Collection de décisions énoncées par divers conciles, de Provence principalement, compilées durant la seconde moitié du v e siècle, les Statuta Ecclesiae antiqua prononcent la doctrine de l'origine et dès lors de la nature divine des écrits sacrés. On se référa textuellement à ce document normatif jusqu'à la fin du Moyen Âg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-inspiration-biblique/#i_26148

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 419 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Pie IX et le refus de la société moderne »  : […] Ouverture et raideur : après avoir cédé à la première tendance, Pie IX opte résolument pour la seconde. En dépit de l'enthousiasme provoqué par la manière dont il entreprend la réforme du gouvernement de l' État pontifical, son pouvoir se trouve balayé en 1848 par la conjonction de l'élan révolutionnaire européen et du patriotisme italien. Rétabli dans son autorité par l'intervention des troupes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-histoire-de-l-eglise-catholique-des-origines-au-pontificat-de-jean-paul-ii/#i_26148

CATHOLICISME LIBÉRAL ET CATHOLICISME SOCIAL

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 7 261 mots

Dans le chapitre « La liberté, fille du christianisme »  : […] Il existe en effet une famille de catholiques qui croient à la liberté pour elle-même : ce sont eux les catholiques libéraux authentiques. À leurs yeux, la liberté se justifie pour elle-même, indépendamment des avantages qui peuvent en résulter pour l'Église. Elle est au reste fille du christianisme : c'est l'Évangile qui en a inculqué la notion aux hommes, c'est l'Église qui, au cours des siècles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-liberal-et-catholicisme-social/#i_26148

CONCILE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 669 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les conciles œcuméniques »  : […] Si étonnant que cela puisse paraître, il n'existe pas de liste officielle des conciles reconnus comme œcuméniques par l'Église catholique. Cette indétermination, qui laisse une certaine latitude d'interprétation concernant l'œuvre des conciles, a d'ailleurs sans aucun doute une signification œcuménique. Tel concile, purement oriental, comme celui de Constantinople (381), a été finalement reçu comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concile/#i_26148

DOGME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JOSSUA
  •  • 2 650 mots

Dans le chapitre « Les divers usages du mot »  : […] Dans l'Église ancienne, le mot « dogme » recouvrait tout ce qui s'impose à la pratique et à la croyance chrétiennes, avec une insistance sur la doctrine venue d'en haut et transmise par les Apôtres. Il ne s'agit pas encore de formules doctrinales abstraites que l'on distinguerait de la parole de Dieu, mais de professions de foi liturgiques. La notion reste souple au Moyen Âge – où le terme est peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dogme/#i_26148

DÖLLINGER JOHANN IGNAZ VON (1799-1890)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 926 mots

Ecclésiastique et universitaire allemand, historien de l'Église et adversaire de l'infaillibilité pontificale. Né dans une famille de professeurs à Bamberg (Bavière), ordonné prêtre en 1822, docteur en théologie en 1826, Döllinger est nommé cette même année professeur à l'université de Munich, où il demeurera jusqu'à sa mort. Rêvant depuis sa jeunesse d'un apostolat intellectuel et devenu un intim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-ignaz-von-dollinger/#i_26148

DUPANLOUP FÉLIX (1802-1878)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 1 275 mots

Évêque d'Orléans, Dupanloup fut une personnalité marquante de l'Église et de la politique française dans la seconde moitié du xix e siècle. Enfant naturel, peut-être d'un des « grands noms de France » (selon P. Lasserre), il reçut à Paris, où sa mère se fixa en 1809, une excellente éducation et se trouva dès son adolescence en contact avec l'élit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-dupanloup/#i_26148

INFAILLIBILITÉ PONTIFICALE

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 569 mots

Pour l'Église catholique, l'infaillibilité peut caractériser tel enseignement d'un concile œcuménique, des évêques unanimes ou d'un pape parlant ex cathedra  ; elle est une conséquence de l'indéfectibilité de l'Église, c'est-à-dire de la promesse du Christ selon laquelle l'enseignement que celle-ci donnerait en son nom serait son enseignement à lui (Mt., […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infaillibilite-pontificale/#i_26148

MYSTÈRE

  • Écrit par 
  • Édouard JEAUNEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « Les théologiens modernes »  : […] Au cours des siècles, la notion a pris, comme on peut s'y attendre, des significations diverses. Au xv e siècle, par exemple, on appelle « mystère » – sans doute par confusion de mysterium et ministerium – une composition dramatique sur un sujet religieux : telle la Passion d'Arnou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mystere/#i_26148

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger AUBERT, « VATICAN (Ier CONCILE DU) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vatican-ier-concile-du/