VAMPIRE, cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le thème du vampire doit sa célébrité au cinéma. Dès le xviiie siècle, Dom Calmet avait réuni tous les éléments du mythe (monstre buveur du sang des vivants, qui ne peut mourir que d'un pieu enfoncé dans le cœur), éléments repris, au xixe siècle, par Collin de Plancy dans son Dictionnaire infernal et par de nombreux écrivains russes (Gogol, Alexis Tolstoï), anglo-saxons (Polidori, Montaigue Rhode James, Poe, Lovecraft, Blackwood) ou français (de La Morte amoureuse de Théophile Gautier au curieux Vampire de Jean Mistler, 1944, en passant par La Guerre des vampires de Gustave Lerouge, La Maison des hommes vivants de Claude Farrère et La Jeune Vampire de Rosny aîné, pionnier avec Maurice Renard de la science-fiction française). Trois œuvres dominent le genre : Dracula de Bram Stoker (1897), inspiré par Vlad l'Empaleur et la comtesse Báthory ; Carmilla de Sheridan Le Fanu (1872) et Je suis une légende de Richard Matheson (1954). Ces ouvrages sont à l'origine de la plupart des films de vampires. C'est Dracula qui impose l'archétype du vampire. Sous forme de journaux intimes de différents personnages, Stoker nous raconte la rencontre de Jonathan Harker et du comte Dracula, la découverte par Harker de la nature exacte de celui qui l'accueille dans son château, un mort-vivant, la lutte du docteur Van Helsing contre le vampire et la défaite finale de Dracula, dont le corps tombe en poussière. L'originalité de Carmilla est de renouveler le thème de la malédiction familiale (ici, les Karlstein) et de nous présenter pour la première fois un personnage de femme-vampire. Aux confins de la science-fiction, le récit de Matheson nous décrit une terre d'où les vampires ont éliminé les humains et où il ne subsiste qu'une poignée d'hommes.

La première adaptation de l'ouvrage de Stoker et le premier classique du genre est Nosferatu le Vampire (Nosferatu oder eine Symphonie des Grauens, 1922), de Murnau, qui se situe dans le cadre de l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  VAMPIRE, cinéma  » est également traité dans :

DREYER CARL

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 1 342 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Montage et mobilité »  : […] À cette époque, le montage règne impérieusement sur le cinéma mondial. Le Danois Dreyer – né et mort à Copenhague –, qui a abordé sa carrière par cette technique, se soumet à sa nécessité. La Passion de Jeanne d'Arc est morcelée en un très grand nombre de plans.Mais déjà une caméra très mobile, habile à recadrer un geste vif, semble détruire à l'intérieur de certains plans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-dreyer/#i_17350

DREYER CARL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 582 mots

3 février 1889 Naissance d'un enfant sans nom à Copenhague, d'une fille mère employée dans une ferme, Joséphine Nillson. 5 avril 1891 Adopté, l'enfant reçoit le nom de Carl Theodor Dreyer. 1905-1912 Après des études au cours desquelles il a fréquenté des groupes « libéraux », Dreyer entre à la compagnie des télégra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dreyer-reperes-chronologiques/#i_17350

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 074 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du film fantastique américain (1931-1939) »  : […] De 1931 à 1939, aux États-Unis, c'est véritablement l'âge d'or du cinéma fantastique. On y assiste à l'avènement des grands mythes inspirés des classiques de la littérature de l'étrange et de l'effroi. Dracula , réalisé par Tod Browning et présenté le 14 février 1931 aux États-Unis, est le premier film sonore d'épouvante. Adapté de l'œuvre de Bram Stoker qui avait inspiré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantastique/#i_17350

FEUILLADE LOUIS (1873-1925)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 789 mots

L'œuvre de Louis Feuillade est considérable : près de cinq cents films, compte tenu d'une centaine de négatifs détruits. C'est un précurseur de cette école française du cinéma que l'on a coutume de désigner sous l'appellation de « réalisme poétique » et qui groupa des personnalités aussi diverses que René Clair (lequel fut d'ailleurs son interprète), Epstein, Feyder, Carné, Vigo, Renoir, Grémillon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-feuillade/#i_17350

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Terreur et onirisme : le gothique au cinéma »  : […] Hollywood a ignoré les textes fondateurs du gothique en raison de leurs récits contournés, leurs intrigues mélodramatiques, leurs effets désuets et leur idéologie problématique où la polémique religieuse et le sous-texte sexuel occupent une place importante. En revanche, le cinéma s’est très vite emparé des grandes figures mythiques comme Frankenstein et sa créature, Jekyll-Hyde ou Dracula. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-cinema-gothique/#i_17350

LUGOSI BELA (1882-1956)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 740 mots

De son vrai nom Blasko Béla Ferenc Dezco, Bela Lugosi est né le 20 octobre 1882 à Lugos en Hongrie (aujourd'hui Lugoj, en Roumanie). À onze ans, Lugosi s'enfuit de chez lui et vit de petits boulots, notamment au théâtre. Il s'inscrit à l'Académie d'art dramatique de Budapest et débute sur les planches en 1901. De 1913 à 1919, il fait partie de la troupe du Théâtre national. Toujours à Budapest, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bela-lugosi/#i_17350

MURNAU FRIEDRICH WILHELM - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 718 mots

28 décembre 1888 Naissance de Friedrich Wilhelm Plumpe à Bielefeld, en Westphalie. 1895 Participe aux représentations données par sa sœur dans le théâtre qu'elle a aménagé dans les combles de la propriété familiale. 1897 Il reçoit un théâtre miniature où il montera les pièces vues au théâtre, à Kassel. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/murnau-reperes-chronologiques/#i_17350

MURNAU FRIEDRICH WILHELM

  • Écrit par 
  • Denis MARION
  •  • 1 507 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De l'horreur à l'Éden »  : […] De son vrai nom Friedrich Wilhelm Plumpe, né à Bielefeld (Westphalie), mort à Hollywood par suite d'un accident d'auto, Murnau, en vingt-deux ans, dirige vingt-deux films, dont une dizaine seulement sont conservés et quatre sont considérés comme des classiques : Nosferatu (1921-1922) , Le Dernier des hommes (1924), L'Aurore (1927) e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-wilhelm-murnau/#i_17350

NOSFERATU LE VAMPIRE, film de Friedrich Wilhelm Murnau

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Terreur et sacrifice »  : […] Le jeune Thomas Hutter est envoyé par son employeur, l'agent immobilier Knock, en Transylvanie, où il doit conclure avec le comte Orlock l'achat d'une maison située sur la place centrale de la ville de Wisborg. Dans une auberge proche du château du comte, Hutter est averti par les villageois du grand danger qu'il court ; un livre qu'il trouve dans sa chambre précise ce danger : le vampirisme. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nosferatu-le-vampire/#i_17350

NOSFERATU LE VAMPIRE (F. W. Murnau), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 189 mots
  •  • 1 média

Si l'expressionnisme cinématographique est né en 1919 avec Le Cabinet du docteur Caligari , de Robert Wiene, il trouve une manière d'accomplissement avec Nosferatu . F. W. Murnau (1888-1931) le fait passer du simple « jeu » esthétique, à une dimension métaphysique, où se déploie la lutte de la Lumière et des Ténèbres. Alors que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nosferatu-le-vampire-f-w-murnau-en-bref/#i_17350

POLANSKI ROMAN (1933- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 857 mots

Dans le chapitre « Un univers mental »  : […] Les premiers courts-métrages polonais de Roman Polanski donnent déjà le ton d'un univers désenchanté, voire désespéré, où la violence et le meurtre côtoient l'indifférence : Meurtre (1956), La Lampe (1959), Quand les anges tombent... (1959). Trois autres courts-métrages très remarqués, Deux hommes et une armoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-polanski/#i_17350

Pour citer l’article

Jean TULARD, « VAMPIRE, cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vampire-cinema/