FEUILLADE LOUIS (1873-1925)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre de Louis Feuillade est considérable : près de cinq cents films, compte tenu d'une centaine de négatifs détruits. C'est un précurseur de cette école française du cinéma que l'on a coutume de désigner sous l'appellation de « réalisme poétique » et qui groupa des personnalités aussi diverses que René Clair (lequel fut d'ailleurs son interprète), Epstein, Feyder, Carné, Vigo, Renoir, Grémillon et même, plus récemment, Franju et Resnais, ces deux derniers vouant à l'auteur de Fantômas une admiration sans borne. « Feuillade, dit Resnais, m'a appris que le fantastique se créait bien plus aisément dans la rue, en décor naturel, qu'au studio. » Un climat fantastique greffé sur le quotidien, un imaginaire surgi du réel, telle est en effet la leçon de Feuillade, « un des maîtres du cinéma primitif, régi par les lois foraines et merveilleusement neuf, populaire, vivant » (Jacques Prévert).

Feuillade a abordé tous les genres, toutes les formes de drame ou de mélodrame (bourgeois, paysan, patriotique, historique), de comique (troupier, galant, burlesque), de féeries à la Méliès, de documents bruts à la Lumière, mais sa contribution capitale concerne le ciné-roman (ou film à épisodes). Il y a dans tout cela, à coup sûr, beaucoup de déchet. Mais aussi quelques chefs-d'œuvre : la série des Fantômas (1913), Les Vampires (1915), Barrabas (1919).

Francis Lacassin le décrit (Louis Feuillade, Paris, 1964) comme un Méditerranéen enthousiaste, catholique pratiquant, monarchiste et passionné de tauromachie. Son imagination féconde lui vaut d'être engagé chez Gaumont comme scénariste, et sa compétence technique le mène bientôt à la mise en scène. Ses ambitions tranchent sur les productions standard de l'époque : « À l'encontre de beaucoup de producteurs de cinématographie d'art, écrit Feuillade en 1910, nous pensons que la science photographique nous est aussi indispensable pour traduire nos idées que la syntaxe est indispensable à l'écrivain. » Entre mars 19 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Paris-I, historien du cinéma

Classification


Autres références

«  FEUILLADE LOUIS (1873-1925)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Thèmes et tensions »  : […] Avant la guerre de 1914, le cinéma explore les voies où il s'engagera dans les cinquante années suivantes. L'appât du gain aidant, l'art se confond très vite avec la fabrication et le commerce de pellicule impressionnée. En France, Charles Pathé et Léon Gaumont bâtissent leur empire. Aux États-Unis, William Fox, Louis B. Mayer, Adolph Zukor, les frères Warner s'emparent du marché de l' exploitatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_16980

CINÉMA ET HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 8 282 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le cinéma de fiction : une histoire dédoublée »  : […] La fiction conjuguée au présent représente la part la plus importante du cinéma produit et regardé dans le monde. Tous genres confondus. Le cinéma anime des personnages, crée des situations, qui sont contemporains des premiers spectateurs. La question du « reflet » (le cinéma renvoie-t-il une image pertinente de la société contemporaine ?) est un préalable. La fiabilité immédiate du cinéma vu comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-et-histoire/#i_16980

FANTÔMAS

  • Écrit par 
  • Michel LEBRUN
  •  • 280 mots

Créé en 1911 par Pierre Souvestre et Marcel Allain, lancé à grand renfort de publicité par l'éditeur Fayard, Fantômas , gigantesque cycle romanesque de trente-deux volumes, connaît un fabuleux succès jusqu'à la guerre de 1914. Fantômas, bandit sans visage, accumule les crimes monstrueux et lance des défis à la police, représentée par l'inspecteur Juve. Flanqué du journaliste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantomas/#i_16980

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 154 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les débuts d'une industrie »  : […] En 1907, un « coup d'état » de Charles Pathé met fin au commerce du film vendu au mètre. Désormais, les films seront loués aux exploitants par l'intermédiaire de concessionnaires. Cette mesure, liée à la sédentarisation progressive des lieux de projection au cœur des villes, définit la structure ternaire – qui reste celle de la profession – en installant le distributeur entre le producteur et l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-cinema/#i_16980

MUSIDORA JEANNE ROQUES dite (1889-1957)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 729 mots

Actrice française de l'ère du cinéma muet, Musidora est surtout connue pour les rôles qu'elle interpréta dans la série criminelle Les Vampires (1915) et dans Judex (1916), tous deux signés Louis Feuillade. Elle fut aussi l'une des premières réalisatrices en France. Fille d'un compositeur qui fut aussi un théoricien du socialisme et d'une critique lit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanne-musidora/#i_16980

POLICIER FILM

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  • , Universalis
  •  • 4 322 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Cinéma populaire et anarchie »  : […] L'avènement du cinéma est contemporain de l'apogée du mouvement anarchiste et de l'évolution de la littérature policière de la simple énigme criminelle (Émile Gaboriau et Arthur Conan Doyle) vers un message social plus ou moins ouvertement exprimé. Le cambrioleur mondain Arsène Lupin, parangon de la reprise individuelle, n'est pas sans affinité avec le célèbre « anar » Marius Jacob ; le succès de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/film-policier/#i_16980

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 600 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Essai de définition »  : […] Les grands acteurs de théâtre furent entourés d'un rituel spécifique dès l'époque préromantique et romantique. C'est là que fait son apparition la vedette, c'est-à-dire l' acteur placé comme « en sentinelle » (le mot est d'origine militaire) pour recueillir le maximum d'applaudissements. Au même moment, la principale danseuse d'un ballet reçoit, pour la première fois, le titre flatteur d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stars-et-vedettes/#i_16980

Pour citer l’article

Claude BEYLIE, « FEUILLADE LOUIS - (1873-1925) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-feuillade/