VALEURS, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plus encore que les normes, les valeurs font aujourd'hui partie de ce vocabulaire de la sociologie qui s'est progressivement imposé dans le langage courant pour désigner des idéaux ou principes régulateurs des meilleures fins humaines, susceptibles d'avoir la priorité sur toute autre considération. Ce sens actuel de la valeur s'écarte des usages économiques ou mathématiques plus classiques du terme, mais ne contredit pas son étymologie : valere qui, en latin, signifie « être fort », puisque c'est bien la puissance de certains idéaux qui semble devoir assurer leur prévalence. La tradition sociologique a fait du prédicat de valeur, originellement attaché à un sujet individuel – par exemple la valeur d'un homme au combat –, une sorte d'entité souveraine reconnue comme telle par une collectivité humaine.

Chez quelques précurseurs britanniques de la sociologie, comme Adam Smith, certains aspects du sens moderne sont présents à travers la figure d'un spectateur impartial qui légitime l'approbation ou la désapprobation collective des actions particulières (Théorie des sentiments moraux, 1759). Mais la philosophie des valeurs, sous sa forme idéalisée, a une origine allemande. Selon cette tradition, la valeur est attachée à une culture où elle désigne ce qui, dans cette culture, reçoit une signification particulière ou, suivant Max Scheler, certaines qualités abstraites qui font l'objet d'une intuition ou d'une perception affective (Le Formalisme en éthique et l'éthique matériale des valeurs, 1916). C'est cependant surtout à Max Weber et à son étude du rôle de l'éthique protestante dans le développement du capitalisme que la notion de valeur doit son statut de catégorie sociologique cruciale (L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme, 1905). La notion s'est ensuite imposée dans la sociologie américaine, notamment avec Talcott Parsons (The Structure of Social Action, 1937), au sens d'une orientation vers des fins capable de justifier les normes sociales existantes. On considère en effet que si les normes ont un caractère obligatoire et relèvent donc surtout du devoir et de la sanction, les valeurs ont plutôt un caractère attractif, ce qui les rapproche de la notion philosophique du bien.

Max Scheler

Photographie : Max Scheler

Max Scheler (1874-1928), philosophe allemand, considère qu'il y a plusieurs genres de connaissances (théologique, mythique, philosophique, psychosociologique, positive, perceptive, technique, scientifique, etc.) et qu'il appartient aux divers cadres sociaux d'accentuer ou de privilégier tel ou... 

Crédits : ullstein bild/ Getty Images

Afficher

Polythéisme des valeurs ?

Si, dans une culture donnée, les valeurs sont des biens jugés dignes d'être recherchés, on peut alors les considérer comme irréductiblement « relatives », car toutes les cultures ne poursuivent pas les mêmes fins. De plus, les biens sont généralement liés à des préférences « subjectives » ou en tout cas contingentes, qui ont toutes chances de varier suivant les individus et les groupes. Les valeurs des uns ne seront donc pas forcément les valeurs des autres, et les groupes humains pourront ne pas partager des valeurs auxquelles chacun d'eux accorde pourtant une importance immense. La diversité des cultures et celle des biens concourent ainsi l'une et l'autre à établir ce « polythéisme des valeurs », dont Weber empruntait l'idée à John Stuart Mill. Au demeurant, même si les valeurs ne sont pas « relatives », elles ne sont certainement pas observables comme le sont des actions, des événements ou des individus. Elles relèvent en effet de ce qu'on souhaite ou de ce qui pourrait être et non pas de ce qui est. À ce titre, elles ne sont pas des faits comme le sont les événements matériels qui organisent la vie sociale des êtres humains. Lorsque, malgré tout, on associe une valeur à quelque chose (une fin, un comportement ou un individu), on ne sait pas si cette valeur appartient intrinsèquement à l'être en question ou si elle lui est, comme on dit, « attribuée » par une décision subjective ou extérieure.

La célèbre conclusion que Max Weber a tirée de ces difficultés est celle de la neutralité axiologique ou, plus exactement, de la « liberté à l'égard des valeurs » (Wertfreiheit) qui recommande au savant d'éviter les jugements de valeur et de s'en tenir à l'observation de ce à quoi les groupes humains accordent eux-mêmes de la valeur ou, en résumé, de ce que Weber appelait le « rapport aux valeurs ». Il n'est pas sûr cependant que l'observation du rapport aux valeurs soit beaucoup plus aisée que celle des valeurs elles-m [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VALEURS, sociologie  » est également traité dans :

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 286 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La charge symbolique des cérémonies électorales »  : […] Le droit de vote est généralement – bien qu'inégalement – perçu comme une conquête. Des hommes et des femmes ont sacrifié leur vie pour l'obtenir et le transmettre. Il symbolise l'appartenance et l'adhésion à la communauté nationale (Sophie Duchesne) et distingue traditionnellement le citoyen de l'étranger. Voter, c'est donc aussi manifester son intérêt pour son pays. Les élections sont par aille […] Lire la suite

ANOMIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 989 mots

Dans le chapitre « Anomie et division du travail »  : […] Dans De la division du travail social , Durkheim consacre son livre troisième aux formes anormales de la division du travail et le premier chapitre de ce livre à la division du travail anomique. L'idée générale de la théorie de Durkheim consiste dans l'affirmation que les sociétés évoluent d'un type de solidarité mécanique à un type de solidarité organique. Dans le premier cas, les éléments qui c […] Lire la suite

ASSIMILATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Shmuel Noah EISENSTADT
  •  • 9 369 mots

Dans le chapitre « Caractéristiques principales du processus d'assimilation sociale »  : […] Il y a interaction constante entre les candidats à l'assimilation et la société d'accueil. Pour le candidat, le processus d'assimilation sociale consiste à inscrire, dans une situation nouvelle, le rôle qu'il s'est assigné. Il doit donc passer par des phases successives et étroitement liées les unes aux autres. Premièrement, il lui faut acquérir de nouveaux moyens, apprendre à user de mécanismes […] Lire la suite

ATTRIBUTION CAUSALE, psychologie sociale

  • Écrit par 
  • Olivier CORNEILLE
  •  • 961 mots

Afin de mieux comprendre et prédire leur environnement, les individus tentent régulièrement d’identifier les causes responsables d’événements physiques et de comportements sociaux. L’attribution causale concerne les processus psychologiques impliqués dans ce raisonnement. Elle peut également être entendue comme le produit de ce raisonnement (« si Jean a raté son examen, c’est parce qu’il est pare […] Lire la suite

CHANGEMENT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 5 803 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dimension endogène »  : […] Ainsi l'importance des facteurs endogènes dans le changement est-elle soulignée. Schumpeter voyait dans l'innovation une solution à la fois non nécessaire et non optimale, mais proprement créatrice, affectant les séries historiques d'une forte discontinuité et d'une irréversibilité plus ou moins marquée. Reste évidemment à se demander ce qu'il y a de proprement endogène dans l'innovation, sous pei […] Lire la suite

CHÔMAGE - Le chômeur dans la société

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 3 581 mots

Dans le chapitre « Les effets sociaux du chômage »  : […] Les diverses expériences vécues des chômeurs se traduisent, pour la majorité d'entre eux, par une condition anomique plutôt que par la révolte violente ou la radicalisation politique. Alors que le taux de chômage reste supérieur à 8 p. 100 de la population active, les chômeurs ne constituent pas un groupe social animé d'une volonté collective et susceptible de mener des actions politiques violent […] Lire la suite

CIVISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 694 mots

Dans le chapitre « Une notion au statut ambigu »  : […] Au xx e siècle, il est impossible de traiter du civisme sans référence à la valeur, comme le montrent ses deux antonymes contemporains, anticivisme et incivisme. Incivique se dit de la conduite d'un citoyen qui n'accomplit pas les actes exigés par le dévouement à la chose publique, bien plus : qui laisse libre cours à ses intérêts ou à son égoïsme. L'incivisme peut dériver d'une volonté mauvais […] Lire la suite

COMMUNAUTARISME

  • Écrit par 
  • Justine LACROIX
  •  • 1 090 mots

Dans le chapitre « Le juste et le bon »  : […] Pourtant, manié avec prudence, le vocable « communautarisme » conserve une réelle pertinence. Même partie d'intentions politiques très différentes, la démarche des quatre principaux auteurs communautariens obéit aux mêmes principes directeurs. Tous sont unis par une commune défiance vis-à-vis des principes du libéralisme politique, lequel ne tiendrait pas suffisamment compte, pour la formation de […] Lire la suite

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 394 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une topique sociologique »  : […] Cela conduit à introduire ce qu'on peut nommer une topique sociologique, définissant les relations entre divers systèmes : le système d'action historique, lieu du travail et du pouvoir, donc des conflits de classes ; le système politique et institutionnel, qui n'est pas seulement la manifestation et l'acquisition du pouvoir, mais qui concilie les rapports sociaux dans l'unité d'une société, défini […] Lire la suite

CONFORMISME (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michel CHAMBON, 
  • Michaël DAMBRUN
  •  • 1 022 mots

Dans le chapitre « Trois degrés de conformité »  : […] La crainte du rejet et la volonté de complaire à d'autres personnes occupant une position dominante, du fait de leur nombre ou de leur statut social, tendent le plus souvent à favoriser une simple conformité de façade. Celle-ci se caractérise par une franche dissociation entre les convictions intimes que l'individu conserve intactes et son attitude publiquement affichée. Une telle conformité dis […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick PHARO, « VALEURS, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-sociologie/