GISCARD D'ESTAING VALÉRY (1926- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 2 février 1926 à Coblence, en Allemagne, dans une famille de la haute bourgeoisie d'origine auvergnate, Valéry Giscard d'Estaing fait l'École polytechnique avant d'intégrer l'École nationale d'administration (E.N.A) de 1949 à 1951. Il est nommé inspecteur des Finances en 1952 puis directeur adjoint au cabinet d'Edgar Faure, président du Conseil, en 1954. Membre du Centre national des indépendants et paysans (C.N.I.P.), il est élu à partir de 1956 député du Puy-de-Dôme, succédant à son grand-père maternel Jacques Bardoux. Trois ans plus tard, il devient secrétaire d'État aux Finances, puis ministre des Finances et des Affaires économiques à partir de 1962 dans les gouvernements Debré et Pompidou. La même année, pour les élections législatives, il anime le nouveau groupe politique des Républicains indépendants (R.I.), allié à la majorité gaulliste. Libéré de ses fonctions ministérielles en décembre 1965, il s'attache dès lors à consolider son parti tout en le démarquant quelque peu de la majorité ; il ira jusqu'à faire voter non au référendum du 27 avril 1969 sur la réforme du Sénat et la régionalisation. Le non l'emporte avec 52,41 p. 100. Le général de Gaulle, prenant acte du désaveu des Français, démissionnera le lendemain. Giscard d'Estaing n'en retrouve pas moins, en juin de la même année, après l'élection de Georges Pompidou à la présidence de la République, le portefeuille de l'Économie et des Finances qu'il conservera jusqu'en 1974.

Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac, 1969

Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac, 1969

Photographie

Valéry Giscard d'Estaing, ministre français de l'Économie et des Finances, et Jacques Chirac, son secrétaire d'État, en 1969. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Un destin présidentiel

Candidat à l'élection présidentielle d'avril 1974, Giscard d'Estaing fait campagne sur le thème d'une « société libérale avancée ». Il obtient au premier tour près de 33 p. 100 des voix contre 43,3 p. 100 à François Mitterrand et 14,5 p. 100 à Jacques Chaban-Delmas ; au second tour, il l'emporte avec 50,8 p. 100 des suffrages exprimés contre 49,2 p. 100 à François Mitterrand. Sa présidence s'ouvre avec un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac, 1969

Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac, 1969
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Raymond Barre

Raymond Barre
Crédits : Hulton Getty

photographie





Écrit par :

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

21 octobre 2012 • France • Création de l'Union des démocrates et des indépendants.

Le 21, Jean-Louis Borloo réunit l'assemblée constituante de l'Union des démocrates et des indépendants (U.D.I.) à Paris, en présence de nombreuses personnalités du centre droit, telles que Simone Veil ou Valéry Giscard d'Estaing, qui intervient dans un message vidéo. L'U.D.I. compte dans ses rangs [...] Lire la suite

12-15 décembre 2003 • Union européenne • Échec du sommet de Bruxelles consacré au projet de Constitution européenne.

Les 12 et 13, les chefs d'État et de gouvernement des vingt-cinq États qui composeront, à partir de mai 2004, l'Union européenne, se réunissent en sommet à Bruxelles afin d'entériner le projet de Constitution élaboré par la Convention présidée par Valéry Giscard d'Estaing. Le principal désaccord [...] Lire la suite

4 octobre 2003 • Union européenne • Ouverture de la Conférence intergouvernementale.

par la Convention présidée par Valéry Giscard d'Estaing. L'Espagne et la Pologne rejettent la définition de la majorité qualifiée ainsi que la nouvelle pondération des voix au Conseil des ministres, qui les défavorise par rapport aux dispositions du traité de Nice, signé en décembre 2000. De leur côté [...] Lire la suite

21-23 avril 2003 • Union européenne • Présentation du projet institutionnel de Valéry Giscard d'Estaing.

Le 21, Valéry Giscard d'Estaing soumet publiquement son propre projet de réforme des institutions européennes à la Convention sur l'avenir de l'Europe, organe qu'il préside et qui est chargé d'élaborer la Constitution européenne. Ce geste est, selon lui, destiné à mettre « une proposition [...] Lire la suite

14-23 janvier 2003 • France - Allemagne • Célébration du quarantième anniversaire du traité de l'Élysée.

une fois. Ce président serait assisté d'un ministre des Affaires étrangères rattaché à la fois au Conseil et à la Commission. Approuvées par le Royaume-Uni, l'Espagne et le président de la Convention sur l'avenir de l'Europe, Valéry Giscard d'Estaing, ces propositions sont critiquées par la Commission [...] Lire la suite

8 novembre 2002 • Union européenne • Hostilité déclarée de Valéry Giscard d'Estaing à l'adhésion de la Turquie.

Valéry Giscard d'Estaing, président de la Convention sur l'avenir de l'Europe, exprime, dans un entretien au journal Le Monde, son hostilité à l'adhésion d'Ankara à l'Union européenne, déclarant lui préférer le partenariat et la coopération. Cet avis intervient quelques jours [...] Lire la suite

28 février 2002 • Union européenne • Début des travaux de la Convention sur l'avenir de l'Europe.

projet de Constitution européenne. Composée de 105 membres, la Convention est présidée par l'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing. Les vice-présidents en sont l'Italien Giuliano Amato et le Belge Jean-Luc Dehaene, tous deux anciens chefs de gouvernement.  [...] Lire la suite

5-28 janvier 2002 • Italie - Union européenne • Tension entre Rome et Bruxelles.

Giscard d'Estaing. L'Italie parvient ainsi à imposer un représentant de son gouvernement aux côtés des autres représentants nationaux, en plus du socialiste Giuliano Amato, désigné en décembre 2001 par le Conseil européen de Laeken au poste de vice-président de la Convention.  [...] Lire la suite

14-15 décembre 2001 • Union européenne • Lancement de la Convention sur l'avenir de l'Europe au sommet de Laeken.

de l'élargissement de l'Union à l'horizon 2004. Cette Convention doit être composée de représentants des gouvernements, des Parlements nationaux, du Parlement européen et de la Commission. Le 15, les participants confient à l'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing la présidence de la Convention sur l'avenir de l'Europe.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard PONTHIEU, « GISCARD D'ESTAING VALÉRY (1926- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/valery-giscard-d-estaing/