SERVAN-SCHREIBER JEAN-JACQUES (1924-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jean-Jacques Servan-Schreiber, né en 1924, trouve dans son héritage familial la double tradition du journalisme et du radicalisme : son père, Émile Schreiber, est codirecteur du journal Les Échos, et sa tahte, Suzanne Schreiber, accède en 1926 au secrétariat du Parti radical, dont elle devient la vice-présidente en 1931. Aux traditions familiales, le jeune Jean-Jacques ajoutera sa propre touche, celle de la modernité dont il se montrera l'inlassable avocat durant toute sa vie publique.

Reçu en 1943 à l'École polytechnique, il l'abandonne aussitôt pour gagner Alger par l'Espagne et s'engager dans les forces armées de la France combattante. Après un stage de pilotage aux États-Unis, il est affecté en Allemagne à la fin de la guerre. Il achève ses études à Polytechnique et commence en 1948 une carrière d'éditorialiste de politique étrangère au Monde, qu'il quitte en 1953 pour devenir le patron de l'hebdomadaire L'Express, à l'origine simple supplément des Échos.

Dès lors, le jeune homme possède les moyens de l'œuvre modernisatrice qu'il rêve d'entreprendre dans les domaines de la presse comme de la vie politique française. Transformant, avec l'aide de Françoise Giroud, L'Express en hebdomadaire de référence de la gauche moderne et républicaine, ouvert aux hommes politiques et aux intellectuels de premier plan, il le met au service de Pierre Mendès France, en qui il voit le modernisateur du Parti radical et de la IVe République. Si l'image de Mendès fabriquée par L'Express est assez éloignée du modèle réel, elle contribue sans nul doute à la venue au pouvoir de celui que l'hebdomadaire baptise « PMF » (comme on dit aux États-Unis « FDR » pour Roosevelt) et à la naissance dans l'opinion d'un puissant courant mendésiste.

L'échec de celui-ci sera un peu celui de « JJSS » (comme on dit « JFK » pour Kennedy). Hostile au retour au pouvoir du général de Gaulle, il s'inspire de l'exemple des médias américains pour lancer, en 1963, la candidature à l'élection présidentielle de M. « X » (qui s'avérera ê [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  SERVAN-SCHREIBER JEAN-JACQUES (1924-2006)  » est également traité dans :

GIROUD FRANÇOISE (1916-2003)

  • Écrit par 
  • Francis BALLE
  •  • 854 mots

Lazareff lui confie la rédaction du magazine Elle, fonction qu'elle assumera jusqu'en 1953. En 1951, elle rencontre le journaliste Jean-Jacques Servan-Schreiber, et devient sa compagne. C'est avec lui que, en mai 1953, elle fonde L'Express, premier magazine hebdomadaire français consacré à l'actualité générale et politique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francoise-giroud/#i_42602

Pour citer l’article

Serge BERSTEIN, « SERVAN-SCHREIBER JEAN-JACQUES - (1924-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jacques-servan-schreiber/