MITTERRAND FRANÇOIS (1916-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

François Mitterrand a été l'une des personnalités politiques françaises les plus importantes de la seconde moitié du xxe siècle. Plusieurs fois ministre sous la IVe République, président de la République sous la Ve, il a marqué de son empreinte l'histoire de la gauche française depuis les années 1960, et a présidé à ses destinées pendant un quart de siècle.

Il est difficile d'expliquer le parcours politique de François Mitterrand. Il est fait d'attaches et de choix successifs et apparemment contradictoires : de Vichy, où il est décoré de la francisque par le maréchal Pétain, à la Résistance dans laquelle il se jette avec courage en 1943. Il est aux côtés du général de Gaulle en 1944 et exerce les fonctions de secrétaire général aux prisonniers de guerre. Ambitieux, indépendant, intelligent et talentueux, il est, dès 1947, à trente ans, le plus jeune ministre depuis la Révolution française. Anticommuniste à cette époque, il réalisera vingt-cinq ans plus tard l'Union de la gauche. Personnage important et défenseur de la IVe République, il terminera sa longue carrière politique comme président de la Ve République.

Une longue carrière politique

Deux éléments donnent cependant une cohérence à ce parcours. D'abord, comme l'écrit Éric Duhamel, « son action publique, tendue vers la conquête du pouvoir, donne de l'unité à sa trajectoire politique ». François Mitterrand possède une exceptionnelle maîtrise des règles du jeu politique et institutionnel, quel que soit le régime dans lequel il opère. Dans sa quête ininterrompue du pouvoir, il rencontre très tôt, en décembre 1943, celui qui sera son principal adversaire et compétiteur, le général de Gaulle. Celui-ci veut fusionner le Mouvement national des prisonniers de guerre et déportés, dont François Mitterrand est le principal responsable, dans une organisation unifiée. François Mitterrand s'y oppose. Son refus d'allégeance au chef de la France libre se transformera en une permanente et violente hostilité. Il défendra, contre lui, la IVe République. Il sera l'un des premiers opposants au 13 mai 1958 et il fustigera, en 1963, le nouveau régime dans un pamphlet brillant et cinglant, « le coup d'État permanent » – « j'appelle le régime gaulliste dictature » –, personnifiant de plus en plus l'opposition au gaullisme. Comprenant néanmoins les opportunités offertes par les nouvelles institutions et surtout par la révision de 1962 qui instaure l'élection du président de la République au suffrage universel, – il dira en 1968 : « dès 1962, j'ai su que je serais candidat » – et profitant de l'aveuglement d'une grande partie de la classe politique sur les conséquences des changements institutionnels, il réussit son premier coup de maître en étant désigné par l'ensemble de la gauche comme son candidat unique à la première élection présidentielle au suffrage universel en 1965. Réussissant à mettre en ballottage son vieil adversaire, et obtenant 45 p. 100 des suffrages au second tour, il relance alors très puissamment sa carrière politique. Mais c'est encore de Gaulle qui l'arrête, quand, en pleine crise de Mai-68, il décrète maladroitement la vacance du pouvoir, se déclarant candidat à une élection présidentielle anticipée qu'il appelle de ses vœux. Le triomphe gaulliste aux élections de juin le ramène presque à son point de départ. Ce n'est qu'après le retrait du général et l'écrasement de la gauche en 1969 qu'il relance l'offensive qui le portera finalement, après une longue marche de douze années, à la présidence de la République. Élu en 1981, réélu en 1988, il est resté quatorze années à l'Élysée.

François Mitterrand, 1981

Photographie : François Mitterrand, 1981

François Mitterrand (1916-1996) lors de l'élection présidentielle de mai 1981 qui le portera au pouvoir. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

François Mitterrand, 1981

François Mitterrand, 1981
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Didier Ratsiraka et François Mitterrand, 1986

Didier Ratsiraka et François Mitterrand, 1986
Crédits : Pierre Rousseau/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MITTERRAND FRANÇOIS (1916-1996)  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

L'année 1981 marque un tournant dans l'histoire de la Ve République : la gauche accède au pouvoir après vingt-trois ans dans l'opposition. Elle va utiliser à son profit tous les ressorts d'une Constitution qu'elle rejetait à l'origine, finissant ainsi de légitimer les institutions nées du pouvoir gaulliste.Les deux septennats de […] Lire la suite

ÉLECTION DE FRANÇOIS MITTERRAND

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 232 mots
  •  • 1 média

Plusieurs fois ministre sous la IVe République, adversaire en son temps du général de Gaulle, battu de justesse en 1974 par Valéry Giscard d'Estaing, le socialiste François Mitterrand est élu à l'Élysée le 10 mai 1981 et permet ainsi à la gauche d'accéder au pouvoir p […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] La décolonisation de l'Afrique noire française apparaît, elle, largement comme un problème « mûri de l'extérieur » : à l'issue de la guerre, l'opinion, les partis et les gouvernants français n'étaient absolument pas prêts à envisager une perspective d'indépendance des colonies, tant la « reprise du rang » par la France dans le concert des grandes puissances s'identifiait à la grandeur de l'empire, […] Lire la suite

BADINTER ROBERT (1928- )

  • Écrit par 
  • Laurent WILLEMEZ
  •  • 1 374 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un combat contre la peine de mort »  : […] Inscrit au barreau de Paris en 1951, Robert Badinter est d'abord un spécialiste de droit civil : après sa thèse soutenue à la Sorbonne sur « les conflits en matière de responsabilité civile dans le droit des États-Unis » et un ensemble de contributions au droit de l'automobile, il fonde en 1966, avec son ami Jean-Denis Bredin, un cabinet spécialisé en droit des affaires. Mais c'est aux assises qu' […] Lire la suite

B.E.R.D. (Banque européenne pour la reconstruction et le développement)

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC, 
  • Olivier MARTY
  •  • 546 mots

La B.E.R.D. (Banque européenne pour la reconstruction et le développement) est une institution internationale qui s'apparente par sa vocation à son illustre ancêtre, la Banque mondiale, à ceci près qu' elle officiait initialement et exclusivement dans les pays de l'Europe centrale et orientale (P.E.C.O.) et dans la Communauté d'États indépendants issus de l'ex-Union soviétique (C.E.I.). Elle a ét […] Lire la suite

BÉRÉGOVOY PIERRE (1925-1993)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 1 056 mots

Homme politique français. Pierre Bérégovoy est né le 23 décembre 1925 à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime). Son père, un « Russe blanc », capitaine du tsar et menchevik, tient un café-épicerie. À cinq ans, l'enfant est confié à sa grand-mère, qui l'éduquera. Bon élève, il obtient le brevet élémentaire à douze ans, puis un C.A.P. d'ajusteur au lycée technique d'Elbeuf. Voilà pour les diplômes de ce […] Lire la suite

BERGÉ PIERRE (1930-2017)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 011 mots
  •  • 1 média

Personnage de la mode et du monde parisien parmi les plus en vue, Pierre Bergé a marqué son temps par la création de la maison de couture Yves Saint Laurent aux côtés du célèbre styliste en 1961, un sens aigu des affaires et une implication indirecte, mais bien réelle dans la vie politique du pays. Pierre Bergé est né le 14 novembre 1930 à Saint-Pierre-d’Oléron, une commune du département de la C […] Lire la suite

BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN
  •  • 1 093 mots
  •  • 1 média

La Bibliothèque du roi, qui est à l'origine de la Bibliothèque nationale, rebaptisée Bibliothèque nationale de France en 1994, apparut à la Renaissance. Charles VIII en amorça la création lorsqu'il joignit aux manuscrits de ses parents des volumes de la Bibliothèque des rois de Naples. Plus tard, Louis XII réunit à ce fonds primitif la librairie familiale, qui comprenait les livres de son père, le […] Lire la suite

BIBLIOTHÈQUES

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN
  •  • 8 914 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les bibliothèques nationales »  : […] La principale fonction des bibliothèques nationales est de conserver pour les générations à venir le patrimoine national, qu'il s'agisse de livres imprimés et de périodiques, mais aussi de manuscrits, d'estampes, de cartes et plans, et, depuis une date plus récente, de photographies, de films et de tous documents sur nouveau support. Cette masse ne cesse de s'accroître par le biais du Dépôt légal. […] Lire la suite

CHEVÈNEMENT JEAN-PIERRE (1939- )

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 727 mots

Né le 9 mars 1939, énarque, Jean-Pierre Chevènement commence sa carrière comme attaché commercial au ministère de l'Économie et des Finances avant de devenir conseiller commercial à Djakarta. Il adhère en 1964 à la S.F.I.O., crée l'année suivante le Centre d'études, de recherche et d'éducation socialistes (C.E.R.E.S.) et s'allie à François Mitterrand au congrès d'Épinay en 1971, ce qui permet à ce […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard GRUNBERG, « MITTERRAND FRANÇOIS - (1916-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-mitterrand/