BOKASSA JEAN BEDEL (1921-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jean Bedel Bokassa naît en 1921 à Bobangui, dans l'ancien Oubangui-Chari, un des quatre territoires de l'Afrique-Équatoriale française qualifiée autrefois de « Cendrillon de l'empire français ». Orphelin à six ans, il est élevé par les missionnaires. En 1939, la carrière militaire s'offre naturellement à lui, et il fait partie des premières Forces françaises libres (1940). Une fidélité des premiers jours à la France et à son armée qui pèsera lourd auprès de la classe politique française. Il s'enorgueillit d'être le libérateur de la France (débarquement de Provence, 1944) et le défenseur de son intégrité territoriale (guerres d'Indochine et d'Algérie). Une formation à l'école militaire de Saint-Louis (Sénégal, 1947-1948) et au centre d'entraînement de Châlons-sur-Marne (1950) en a fait un de ces sous-lieutenants dont l'armée française a besoin pour servir outre-mer.

Jean Bedel Bokassa, 1977

Jean Bedel Bokassa, 1977

photographie

Jean Bedel Bokassa se couronne empereur dix ans après avoir pris le pouvoir en Centrafrique (1966). Il connaîtra un règne éphémère et sera déposé par l'ancien président David Dacko en 1979. Condamné à mort par contumace en 1980, il sera finalement libéré en 1993. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

À l'indépendance de son pays, rebaptisé Centrafrique (13 août 1960), Bokassa n'a pas à choisir la France, puisque celle-ci est toujours présente sous la forme d'une mission de coopération civile et militaire. Décoré de la Légion d'honneur et de la croix de guerre, il quitte l'armée française avec le grade de capitaine pour être affecté dans la jeune armée centrafricaine (1962), dont il est nommé commandant en chef par son cousin, le président David Dacko (1964). Sa seule famille reste la chose militaire. Le « coup d'État de la Saint-Sylvestre », à Bangui (31 décembre 1965), n'est qu'une demi-surprise, car le rapprochement de Dacko avec la Chine populaire a fortement mécontenté la France, qui a fait du Centrafrique le cœur de son dispositif militaire dans la région.

Chef de l'État et des armées, Bokassa se devait d'en avoir les distinctions les plus hautes. De colonel (1966) à général, puis maréchal et président à vie (1972), il en vient à se faire proclamer empereur (4 décembre 1976). Les formes sont respectées car une Constitution est votée avec la complicité du parti unique. Un an plus tard, son couronnement, sous le nom de Bokassa  [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOKASSA JEAN BEDEL (1921-1996)  » est également traité dans :

CENTRAFRICAINE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Apolline GAGLIARDI, 
  • Jean-Claude GAUTRON, 
  • Jean KOKIDE, 
  • Jean-Pierre MAGNANT, 
  • Roland POURTIER
  •  • 10 226 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Vers l'Empire centrafricain »  : […] Le putsch permit au colonel Jean Bedel Bokassa d'établir son pouvoir après avoir pris de vitesse et éliminé de la compétition le commandant de gendarmerie Jean Izamo, autre conjuré de la Saint-Sylvestre. Un régime provisoire fut établi qui, prévu pour durer le temps nécessaire à « moraliser » (et épurer) l'administration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-centrafricaine/#i_34184

DACKO DAVID (1930-2003)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 376 mots

noire), il est élu sans difficulté à la tête de l'État en 1962. Le président Dacko, qui concentre le pouvoir entre ses mains, se révèle cependant incapable de redresser la situation économique du pays, au bord de la faillite. Un coup d'État mené par le colonel Jean Bedel Bokassa le renverse dans la nuit du 31 décembre 1965 au 1er janvier 1966 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-dacko/#i_34184

Pour citer l’article

Bernard NANTET, « BOKASSA JEAN BEDEL - (1921-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bedel-bokassa/