URBANISMEL'urbanisme en France au XXe siècle

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Régions

Les autres villes françaises connaissent au xxe siècle des évolutions contrastées. Les destructions entraînées par les deux guerres mondiales, qui bouleversent l'équilibre d'agglomérations voire de régions entières, constituent un facteur externe fondamental. Les transformations économiques et démographiques de la France contribueront, pour leur part, à augmenter le poids de certaines agglomérations, sans toutefois s'accompagner d'une réelle maîtrise de leur urbanisation ; la reconversion de nombreux sites industriels deviendra alors, elle aussi, un enjeu urbain à la fin du xxe siècle. La création de métropoles d'équilibre à partir des années 1950 et l'accélération de la décentralisation dans les années 1980 tendront enfin à rééquilibrer le rapport entre Paris et les grandes villes françaises, dont le nombre demeure cependant, à l'échelle européenne, exceptionnellement faible.

Les villes françaises avant 1914

Les transformations opérées dans les villes françaises au cours de la seconde moitié du xixe siècle ne peuvent être comparées à celles que connaît Paris à la même époque. Le système mis en place par Haussmann dans la capitale sera tout de même partiellement exporté, sous sa forme la plus emblématique : la grande percée, même si certaines créations sont antérieures aux principales percées parisiennes.

Après le chantier précoce de la rue Impériale à Lyon (1855), plusieurs axes importants voient ainsi le jour, destinés à assainir les quartiers anciens et à relier les lieux majeurs de chaque ville : les rues Thiers et Jeanne-d'Arc à Rouen et la rue de la République à Marseille dans les années 1860 ou, plus tardivement, la rue de Strasbourg à Nantes, percée nord-sud traversant toute la vieille ville (1866-1877, mais prévue dès 1854) et la rue de la République à Orléans, entre la gare et la place du Martroi (1892-1900). Ces réalisations de prestiges, qui sont complétées par la création de places et de monuments importants (la gare à Limoges, l'Opéra à Lille), ne suffisent pas à résorber une insalubrité partout présente ; elles contraignent de surcroît des populations démunies à se déplacer vers les périphéries, dont la structure urbaine ne fait encore l'objet d'aucune législation. C'est notamment pour aider à maîtriser cette urbanisation des faubourgs que la loi Cornudet sera votée en 1919.

La loi Cornudet

La loi de 1919 est précédée de plusieurs projets : le premier est déposé en 1909 par le député Beauquier, avant celui de Jules Siegfried, président de la Ligue d'hygiène urbaine et rurale, alors très impliquée dans le débat sur l'avenir des villes (1912). En 1915, le député Honoré Cornudet adresse un nouveau projet à la Chambre, relatif à l'aménagement, l'embellissement et l'extension des villes françaises. Certains des termes seront modifiés dans le texte de la loi votée le 14 mars 1919, et de nouveau dans celui qui prend effet le 19 juillet 1924. Sont concernées par la loi Cornudet les villes de plus de 10 000 habitants, toutes les communes du département de la Seine, les communes en voie d'accroissement rapide, les stations touristiques et plus spécifiquement balnéaires, enfin les villes présentant un caractère pittoresque ; la loi de 1924 ajoutera celles qui « auront demandé leur assujettissement ». Chacune devra faire l'objet d'un plan d'aménagement, d'embellissement et d'extension, accompagné d'un programme et d'un arrêté municipal, le tout devant être approuvé par la municipalité, par la Commission supérieure des plans de villes nommée par le ministère de l'Intérieur, enfin par le Conseil d'État. Près de deux mille dossiers auront été réalisés en 1940, mais un dixième seulement d'entre eux seront déclarés d'utilité publique. Cet échec global de la planification urbaine est probablement dû à une multitude de stratégies locales, qui conduit de nombreuses municipalités à laisser « dormir » leur plan. La notion d'embellissement tendra pour sa part à disparaître de la formulation des projets.

La reconstruction des régions dévastées

La loi Cornudet fut votée, il est vrai, dans un contexte particulier. Victorieuse m [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Parc de Choisy, Paris

Parc de Choisy, Paris
Crédits : G. Mouly

photographie

Tour Croulebarbe, Paris, É. Albert

Tour Croulebarbe, Paris, É. Albert
Crédits : G. Mouly

photographie

Royan: le front de mer

Royan: le front de mer
Crédits : CAP/ Roger-Viollet

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  URBANISME  » est également traité dans :

URBANISME - Théories et réalisations

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY
  •  • 9 916 mots
  •  • 1 média

Le terme « urbanisme » est une création récente. Il est apparu dans la langue française au cours des années 1910 pour désigner une discipline nouvelle, née des exigences spécifiques de la société industrielle. L'urbanisme se présente alors comme la science de l'organisation spatiale des villes et comporte une double face théorique et appliquée.Cette discipline s'est progressivement imposée dans le […] Lire la suite

URBANISME - Urbanisme et architecture

  • Écrit par 
  • Bruno ZEVI
  •  • 3 305 mots
  •  • 1 média

La thèse qui compare la ville à « une grande maison » – assimilant les quartiers résidentiels aux chambres à coucher, les usines et les fabriques à la cuisine, les universités et les écoles au bureau-bibliothèque, les centres représentatifs et de loisirs à la salle de séjour, les rues et les places aux corridors et aux dégagements – a été soutenue par d'illustres partisans, de Léon Battista Albert […] Lire la suite

URBANISME - Urbanisme et société

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGE
  •  • 4 818 mots
  •  • 1 média

L'urbanisme, qui est à la fois la science et l'art de l'ordonnancement urbain, est technique en tant que science, et création sociale en tant qu'art. Il exprime la volonté d'être et de paraître d'une société. Comme tel, il est œuvre des maîtres de cette société, dont il affirme à la fois le triomphe et le goût. Mais il est aussi image de la société et de ses […] Lire la suite

ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)

  • Écrit par 
  • Frédérique LEMERLE
  •  • 3 108 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Humanisme et architecture : le théoricien »  : […] Alberti a défini en théorie le nouvel idéal artistique de la Renaissance : son De pictura , rédigé en latin et traduit en italien par Alberti lui-même, qui le destinait aux artistes (la version italienne est d'ailleurs dédiée à Brunelleschi), exposait la théorie de la perspective qui venait de déclencher une révolution dans la peinture florentine. Dans le De statua , il développa une théorie des p […] Lire la suite

ALPHAND ADOLPHE (1817-1891)

  • Écrit par 
  • Michel VERNÈS
  • , Universalis
  •  • 1 667 mots

Ouvrir de nouveaux espaces, assainir les anciens, créer des jardins, embellir l'ensemble, tels sont les différents gestes d'une même démarche qui ont conduit à faire de Paris une capitale moderne au xix e  siècle. Jean-Charles Adolphe Alphand, paysagiste et administrateur français de haut rang, fut l'un des grands acteurs de cette révolution urbaine menée par le baron Haussmann sous le second Emp […] Lire la suite

ANGIVILLER CHARLES CLAUDE DE LA BILLARDERIE comte d' (1730-1809)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 610 mots

La faveur de Louis XVI vaut à d'Angiviller de remplacer, en 1774, le marquis de Marigny comme surintendant des bâtiments du roi. Ses idées sont plus personnelles que celles de son prédécesseur, mais il reconnaît la valeur de l'œuvre accomplie par lui grâce aux sages conseils dont il a su s'entourer ; d'Angiviller cherche à continuer cette action malgré « la dureté du temps » dont il se plaint et l […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE URBAINE

  • Écrit par 
  • Thierry BOISSIÈRE
  •  • 4 896 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un passage fondateur par l’Afrique : des villes minières aux « Brazzavilles noires » »  : […] L’autre grande école d’anthropologie urbaine est britannique et voit le jour à la fin des années 1930 en Rhodésie du Nord (auj. Zambie), alors dominée par la Grande-Bretagne. Le Rhodes-Livingstone Institute y est fondé en 1937, avec pour mission d’étudier les changements affectant les sociétés d’Afrique australe confrontées à l’émergence rapide de villes minières et industrielles. Ces villes nouv […] Lire la suite

ARC-ET-SENANS

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 917 mots
  •  • 1 média

Réalisée entre 1775 et 1779, la manufacture des salines d'Arc-et-Senans, située en bordure du Jura, est un exemple précoce d'architecture industrielle conçue avec un souci d'esthétique . L'architecte Claude-Nicolas Ledoux y fonda en partie sa théorie de l'urbanisme et sa philosophie visionnaire de la société, dont les prolongements sont à rechercher dans sa publication L'Architecture considérée s […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie urbaine

  • Écrit par 
  • Henri GALINIÉ
  •  • 3 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'archéologie en ville ? Une prise de conscience tardive »  : […] Longtemps, l'archéologie des villes s'est cantonnée à l'étude des cités méditerranéennes antiques qui livraient des témoignages de grandes civilisations. En France, seul le littoral de la Méditerranée où se trouvaient des villes d'origine grecque ou romaine et quelques grandes villes comme Lyon, capitale des Gaules, suscitaient l'intérêt de la recherche académique. Le reste du territoire était lai […] Lire la suite

ARCHIGRAM GROUPE

  • Écrit par 
  • Yves BRUAND
  •  • 384 mots

Équipe d'architectes anglais constituée, en 1963, afin d'envisager l'urbanisme sous l'angle de la recherche prospective, Archigram fut d'abord une revue, publiée de 1961 à 1974 — neuf numéros et demi. Formé de Warren Chalk, de Dennis Crompton, de Peter Cook, de David Greene, de Michael Webb, de Ron Herron et de Peter Taylor, le groupe publie en 1967 un livre, Archigram, Seven Beyond Architecture […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Simon TEXIER, « URBANISME - L'urbanisme en France au XXe siècle », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/urbanisme-l-urbanisme-en-france-au-xxe-siecle/