SOLLERS PHILIPPE (1936-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philippe Sollers est né à Bordeaux. Hanté par une question somme toute traditionnelle : Qui suis-je ?, il apparaît, dès son premier texte, Le Défi jusqu'à Paradis et au Portrait du joueur, comme un des écrivains contemporains les plus prolifiques quant à la réponse. De l'esthétisme valéryen à l'engagement au côté du Parti communiste français, puis du maoïsme à l'extériorité de l'artiste baudelairien revendiquant le droit de se contredire, Sollers n'a cessé de multiplier les images de lui-même. Par ailleurs, son itinéraire a longtemps été indissociable de celui de la revue Tel Quel où, à partir de 1960, Sollers et ses amis aidèrent à la relecture de Sade, Bataille, Artaud, Lautréamont..., ou firent écho aux écrits de Barthes, Derrida, Lacan, aux travaux de Julia Kristeva qui firent mieux connaître en France ceux de Mikhaïl Bakhtine et des formalistes russes (Théorie de la littérature, 1966).

Il semble que le projet global de Philippe Sollers soit celui d'une autobiographie totale, à la fois éclatée et totalisante, fondée sur la substitution du langage comme fiction (somme de fictions, d'histoires et d'Histoire, lieu d'une multiple expérience : psychique, physique, idéologique, etc.) à l'illusion du Je comme « instance unaire », imposée, figure de la Loi, de la société, du dogme, du déjà-dit, etc. C'est pour cette raison que Sollers fut amené un temps à récuser ses premiers textes (Le Défi, 1957 ; Une curieuse solitude, 1958 ; Le Parc, 1961), qu'il considéra comme liés inconsciemment à l'« idéologie dominante », et, à la limite, non écrits, puisque selon sa formule, « qui n'écrit pas est écrit ».

C'est avec Drame (1965), salué par un article de Barthes, que se précise cette mise en question de l'unité du sujet dans et par le langage : l'écriture, qui est un geste, n'exprime pas le sujet mais le traverse, lui ôte tout centre et toute origine, révèle ce qui dans le Je vient du Il, du On, du Nous. Projet dont Logiques (1968) fera la théorie en désignant et en commentant les pères de la « rupture » [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, écrivain

Classification


Autres références

«  SOLLERS PHILIPPE (1936- )  » est également traité dans :

TEL QUEL, revue

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 814 mots
  •  • 1 média

Lorsque paraît en 1960 le premier numéro de la revue Tel Quel, le texte placé en exergue, qui éclaire le choix du titre, n'est pas emprunté à Paul Valéry, mais à Nietzsche : « Je veux le monde et le veux TEL QUEL, et le veux encore... » À ses débuts — alors que le comité de rédaction est constitué par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tel-quel-revue/#i_80720

TODOROV TZVETAN (1939-2017)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 918 mots
  •  • 1 média

notamment. Le livre est publié au Seuil dans la collection « Tel Quel », dirigée par Philippe Sollers, que Todorov a rencontré par l’entremise de Gérard Genette. Avec celui-ci, il fonde en 1970 Poétique, revue de théorie et d’analyse littéraires. La littérature y est abordée essentiellement sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tzvetan-todorov/#i_80720

Pour citer l’article

Daniel OSTER, « SOLLERS PHILIPPE (1936-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-sollers/