TROISIÈME REICH (1933-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les résistances

Parce qu'elle n'a pas abouti à renverser le régime hitlérien, on a tendance à sous-estimer l'importance de la résistance sous le IIIe Reich, à moins qu'on ne la réduise à quelques actions montées en épingle.

En réalité, la première résistance et la plus constante a été celle des forces de gauche et singulièrement des communistes. Ce sont surtout ces antifascistes qui éditaient des tracts, ralentissaient ou sabotaient la production de guerre, organisaient des mouvements de grève, facilitaient l'évasion des prisonniers ou avaient des contacts avec les déportés du travail. Ce sont eux qui fournissent aussi, jusqu'en 1944, le gros des victimes ; ont été pendus ou fusillés pour opposition au IIIe Reich : 1 146 Allemands en 1941, 3 393 en 1942, 5 684 en 1943 et 5 764 en 1944.

La résistance des Églises n'est venue qu'après. Bien au contraire, le IIIe Reich a bénéficié au début d'un préjugé favorable, voire du soutien actif des organisations religieuses, et le Vatican a été la première puissance à entrer en pourparlers avec le régime national-socialiste (signature d'un concordat en juillet 1933).

Avec la guerre, devant les tentatives du pouvoir national-socialiste pour créer une Église protestante « allemande » et pour trancher les liens unissant les catholiques allemands à Rome, des protestations se firent jour dans les rangs des chrétiens. Quelques ecclésiastiques dénoncèrent courageusement les mesures d'euthanasie et les procédés d'extermination des Juifs. De nombreux pasteurs et des prêtres catholiques furent envoyés en camp de concentration. Il n'est cependant pas exact de parler de résistance organisée de la part des Églises.

Le complot du 20 juillet 1944

Le IIIe Reich n'aurait pu naître et survivre sans le soutien actif de l'armée. Jusqu'à la guerre, et même jusqu'à Stalingrad, il y a eu concordance entre les objectifs de la politique hitlérienne et les conceptions stratégiques globales des chefs de la Wehrmacht. Les désaccords, quand ils existaient, portaient simplement sur les méthodes. Cela explique que l'armée ait accepté sans protester l'assassinat de von Schleicher, le limogeage des généraux Beck, von Blomberg, von Fritsch.

En 1938, un petit groupe d'officiers supérieurs hostiles aux méthodes hitlériennes entra en contact avec des services anglais, mais n'engagea aucune action de résistance réelle. Certes, de nombreux plans furent élaborés dans les années suivantes. Aucun d'eux ne reçut un commencement d'exécution. On invoque d'ordinaire toute une série de hasards ou de circonstances défavorables. En fait, tant que la politique hitlérienne paraissait victorieuse, les chefs militaires refusaient de participer à une action de résistance contre un régime dont ils avaient approuvé jusqu'alors les fondements et les conquêtes. Qui plus est, ces généraux prenaient une part active à ces conquêtes. Ce sont ces « opposants » qui élaboraient les plans d'offensive, commandaient les armées, dirigeaient les services de contre-espionnage des armées hitlériennes et approuvaient, au moins tacitement, les mesures d'extermination contre une partie des populations des territoires occupés quand ils n'y étaient pas directement impliqués.

La résistance des milieux militaires se précisa après Stalingrad, à partir du moment où il devint évident que la guerre était perdue. Le complot du 20 juillet 1944 ne s'explique donc pas d'abord par le désir que les généraux auraient eu de mettre fin au IIIe Reich, mais par le souci de trouver à la guerre une issue qui n'eût pas de conséquences catastrophiques pour l'Allemagne telle que la concevaient les chefs de la Wehrmacht : les conjurés souhaitaient obtenir des Anglo-Américains la garantie de conditions de paix « honorables », qui laisseraient au nouveau régime le bénéfice d'une partie au moins des conquêtes hitlériennes. À l'intérieur, les conjurés imaginaient un système conservateur (étaient prévus, sous certaines conditions, le maintien du Parti nazi et l'interdiction du Parti communiste). En fait, il existait vers la fin de la guerre de nombreux groupes d'opposants, aux conceptions diverses et parfois divergentes, qui se recrutaient essentiellement parmi les officiers généraux, les hauts fonctionnaires, et dont faisaient partie quelques sociaux-démocrates, mais qui ne s'appuyaient sur aucune base populaire. Le plus important d'entre eux est celui qui organisa un attentat contre Hitler et avait élaboré une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Adolf Hitler au siège de son parti

Adolf Hitler au siège de son parti
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Incendie du Reichstag

Incendie du Reichstag
Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Remilitarisation de la Rhénanie

Remilitarisation de la Rhénanie
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 22 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargé d'enseignement à l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  TROISIÈME REICH (1933-1945)  » est également traité dans :

ACCESSION D'HITLER AU POUVOIR

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 207 mots
  •  • 1 média

Le 30 janvier 1933, Adolf Hitler est nommé chancelier, dans la légalité républicaine définie par la Constitution de Weimar. À ce moment-là, son parti, le Parti ouvrier allemand national-socialiste (N.S.D.A.P.) ou Parti « nazi » qui veut tenter, après Mussolini, une synthèse du nationalisme et du socialisme dans le […] Lire la suite

ABETZ OTTO (1903-1958)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 330 mots

Important dignitaire nazi, artisan dès avant 1933 d'une réconciliation franco-allemande en particulier avec Jean Luchaire et Fernand de Brinon, Otto Abetz eut pour rôle essentiel d'occuper, de 1940 à 1944, le poste d'ambassadeur d'Allemagne à Paris. Sa mission avait un double caractère qui dépassait largement celle d'un agent diplomatique ordinaire. D'une part il coordonnait les services civils da […] Lire la suite

ACCORDS DE MUNICH

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 214 mots
  •  • 1 média

Fidèle à son pangermanisme proclamé, Adolf Hitler réclame avec plus d'insistance que jamais, en septembre 1938, la cession au III e  Reich du territoire tchécoslovaque sur lequel vit la minorité germanophone des Sudètes. L'Allemagne est prête à la guerre pour obtenir gain de cause. Le 28 septembre, Benito Mussolini, poussé en ce sens par le Premier ministre britannique Arthur Neville Chamberlain, […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Le procès de l'Allemagne en ruine »  : […] À l'époque, livres et films s'intitulent volontiers « Allemagne, année zéro ». Parce que le pays vaincu apparaît si détruit, si désemparé que tout semble à reconstruire, depuis les maisons jusqu'aux esprits . Mais aussi parce que, pour beaucoup, Hitler a été l'aboutissement fatal du « germanisme ». L'hitlérisme défait, il n'y a en quelque sorte plus d'histoire allemande possible, puisque ce serai […] Lire la suite

ANGLETERRE BATAILLE D' (1940)

  • Écrit par 
  • Paul VILLATOUX
  •  • 231 mots
  •  • 1 média

Premier engagement purement aérien de l'histoire, la bataille d'Angleterre débute le 10 juillet 1940. Après la « bataille de la Manche », achevée le 7 août, la Luftwaffe lance le 13 août, « jour de l'Aigle », un plan d'attaque destiné à clouer au sol la chasse britannique puis à désorganiser l'économie du pays par des bombardements intensifs, préalables indispensables à une opération d'invasion pa […] Lire la suite

ANSCHLUSS (1938)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 223 mots
  •  • 1 média

Parvenu au pouvoir en Allemagne en janvier 1933, Hitler, au nom du pangermanisme, souhaite le rattachement ( Anschluss ) de l'Autriche au III e  Reich. En juillet 1934, il soutient ainsi une tentative de coup d'État menée par les nazis autrichiens. Le chancelier autrichien Dollfuss est assassiné, mais le coup d'État échoue, notamment grâce à l'action de Mussolini, qui masse des troupes sur le Bren […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'ère nazie : 1933-1945 »  : […] La crise économique et politique qui secoue l'Europe après le krach de 1929 va encore aggraver la xénophobie et l'antisémitisme. L'année 1933 marque l'arrivée de Hitler au pouvoir et la mainmise de l'idéologie raciste nazie sur l'Allemagne . L'Europe de l'Est est secouée par l'essor de mouvements antisémites qu'on retrouvera collaborant activement à l'élimination physique des juifs pendant les ann […] Lire la suite

ANTONESCU ION (1882-1946)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 261 mots
  •  • 1 média

Officier et homme politique roumain, Ion Antonescu est né à Pitesti en Transylvanie, qui appartenait alors au royaume de Hongrie. Il participe aux combats de la Première Guerre mondiale comme officier dans l'armée roumaine. Nommé attaché militaire à Londres, puis à Rome, il ne cache pas ses sympathies pour le régime fasciste. Il devient chef d'état-major général, puis ministre de la Guerre. Le dé […] Lire la suite

ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 3 948 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Reich « millénaire » »  : […] Si l'architecture issue des courants rationalistes arrive tant bien que mal, et au prix de compromis, à se maintenir en Italie pendant la période du fascisme, il n'en sera pas de même en Allemagne sous le III e  Reich. Dès son origine, le mouvement nazi avait mené le combat contre tout ce qui, selon lui, ne s'inscrivait pas dans le concept global de « valeurs allemandes ». Le « Kampfbund für deu […] Lire la suite

ARMISTICE DE 1940

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 929 mots
  •  • 1 média

L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de la Belgique et de la Hollande par l'armée allemande . Le 13 mai, le front français est rompu dans la région de Sedan. La capitulation d […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14-18 février 2019 Israël – Pologne. Crise diplomatique.

Israel Katz était arrivé en troisième position, le 5, à la primaire destinée à désigner la tête de liste du Likoud aux élections législatives prévues en avril. Il reprend aussitôt, au sujet de la polémique en cours, une formule de l’ancien Premier ministre Itzhak Shamir selon laquelle les Polonais « tètent [l’antisémitisme] avec le lait de leur mère ». […] Lire la suite

21-23 juin 1996 Vatican – Allemagne. Voyage du pape Jean-Paul II en Allemagne

Du 21 au 23, le pape Jean-Paul II effectue son troisième voyage en Allemagne – son premier depuis la réunification du pays. Le 23, dans le Stade olympique de Berlin, haut lieu des festivités du IIIe Reich, il béatifie deux prêtres catholiques résistants au régime nazi. Plus tard, Jean-Paul II, qui fut l'un des artisans de la chute du communisme en Europe, se rend à la porte de Brandebourg, accompagné du chancelier Kohl. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilbert BADIA, « TROISIÈME REICH (1933-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-reich/