TOURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancienne capitale de la province royale de Touraine, Tours est le chef-lieu du département de l'Indre-et-Loire. En 2013, la commune comptait 138 150 habitants, l'agglomération 349 400 et l'aire urbaine plus de 483 000.

Centre-Val de Loire : carte administrative

Centre-Val de Loire : carte administrative

Carte

Carte administrative de la région Centre-Val de Loire. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La situation géographique de Tours combine les avantages d'une ville de la Loire à la croisée de deux voies d'échanges, fréquentées dès l'Antiquité : un axe est-ouest, reliant Lyon à la Bretagne via Bourges, un axe nord-sud entre Paris et l'Aquitaine via Orléans et le seuil du Poitou. Au xviiie siècle, le choix d'une logique nord-sud (Tranchée de Saint-Symphorien, Pont Neuf, rue Royale, devenue rue Nationale) pour l'axe principal de la ville, auparavant orienté d'est en ouest le long du fleuve, conforte la position de carrefour par une relation terrestre directe avec Paris. Il atteste également d'une longue tradition étatique dans le destin de la ville. Deux siècles plus tard, le tracé du T.G.V. Atlantique, placant Tours à une heure de la capitale, participe de cette double logique.

Caesarodunum est fondée au ier siècle de notre ère et connaît des phases de prospérité (iie siècle) puis de déclin (iiie siècle). Son site initial s'établit sur une butte insubmersible au cœur de la plaine de confluence entre Loire et Cher. Au ive siècle, la cité des Turones vit, repliée dans son enceinte, de ses fonctions administratives de capitale de la IIIe Lyonnaise. À la fin de ce siècle, saint Martin, évêque de Tours, fonde, à quelques kilomètres, l'abbaye de Marmoutier, qui abrite, après sa mort, ses reliques et devient un important lieu de pèlerinage, foyer religieux et d'urbanisation (Châteauneuf, xe siècle), générant une bipolarisation de la ville entre, à l'ouest, le prospère bourg Saint-Martin et, à l'est, la cité. Cette dernière subit les luttes de pouvoir entre comtes d'Anjou et de Blois [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TOURS  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie urbaine

  • Écrit par 
  • Henri GALINIÉ
  •  • 3 188 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Création et organisation d'administrations spécifiques »  : […] En 1980, le ministère de la Culture, par l'entremise de sa toute récente Direction du patrimoine, sous-direction de l'Archéologie, organisa à Tours un colloque international entièrement consacré à la question de l'archéologie urbaine. Cette ville fut choisie de préférence à d'autres au patrimoine plus prestigieux, pour la raison précise de sa représentativité et parce que s'y conduisait depuis pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-methodes-et-techniques-l-archeologie-urbaine/#i_49321

CENTRE-VAL DE LOIRE, région administrative

  • Écrit par 
  • Franck GUÉRIT
  •  • 2 958 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une région sous tensions »  : […] Sous l'influence plutôt positive et modernisatrice de Paris, le Centre-Val de Loire n'apparaît pas pour autant comme une région homogène. Un gradient nord-sud manifeste la décroissance de l'influence parisienne vers le sud de la région et met en lumière, schématiquement, trois sous-ensembles régionaux. La médiocrité du système urbain et l'influence des départements renforcent la diversité liée au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/centre-val-de-loire-region-administrative/#i_49321

TISSUS D'ART

  • Écrit par 
  • Anne KRAATZ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Marie RISSELIN-STEENEBRUGEN
  •  • 22 657 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Tissus français »  : […] La sériciculture avait été introduite dans le sud de la France à peu près à la même époque qu'en Italie, c'est-à-dire vers le début du xiii e  siècle. La cour des papes à Avignon avait attiré de nombreux artisans italiens responsables d'une petite production de velours et de satins. Après le départ des papes en 1377, il faut attendre le milieu du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissus-d-art/#i_49321

TOURAINE

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 872 mots
  •  • 3 médias

Un des trente-deux gouvernements que comptait la France d'Ancien Régime, la Touraine est une province dont l'origine remonte à l'époque gauloise : à son arrivée en Gaule, César signale le pays des Turones, bordé par les pays des Aulerci Cenomani (région du Mans), des Carnutes (pays Chartrain), des Bituriges Cubi (Berry), des Pictones (Poitou) et des Andevaci (Anjou). À l'époque gallo-romaine, la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/touraine/#i_49321

TOURNOIS, monnaie

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 534 mots

Monnaie extrêmement répandue au Moyen Âge (le nom de tournois vient de la ville de Tours, où le chapitre de Saint-Martin battait monnaie au viii e  siècle). On a, au temps de Pépin et de Charlemagne, des deniers d'argent aux effigies de ces princes, portant la légende Sancti Martini . Ce droit de monnayage paraît avoir été su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tournois-monnaie/#i_49321

Pour citer l’article

Franck GUÉRIT, « TOURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tours/