TOURAINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Château d'Azay-le-Rideau

Château d'Azay-le-Rideau
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Château de Villandry, jardins

Château de Villandry, jardins
Crédits : Bruno Barbier/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Château de Chaumont

Château de Chaumont
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Un des trente-deux gouvernements que comptait la France d'Ancien Régime, la Touraine est une province dont l'origine remonte à l'époque gauloise : à son arrivée en Gaule, César signale le pays des Turones, bordé par les pays des Aulerci Cenomani (région du Mans), des Carnutes (pays Chartrain), des Bituriges Cubi (Berry), des Pictones (Poitou) et des Andevaci (Anjou).

À l'époque gallo-romaine, la capitale, qui reçut le nom de Caesarodunum devint un centre assez important, à la croisée de routes qui la reliaient à Cenabum (Orléans), à Juliomagus (Angers), à Autricum (Chartres), à Limonum (Poitiers) et à Avaricum (Bourges). Valentinien fit de Caesarodunum la capitale de la IIIe Lyonnaise, qui comprenait les futures provinces de Bretagne, de Maine, d'Anjou et de Touraine. Jusqu'en 1859, ces pays ont dépendu de l'archevêché de Tours. À la fin du ive siècle, on trouve à Tours saint Martin, qui fonde l'abbaye de Marmoutier. La renommée du saint se répand dans toute la Gaule, et son tombeau devient un des lieux de pèlerinage les plus fréquentés de l'Occident chrétien. Cela explique que les Tourangeaux aient supporté avec impatience l'occupation des Wisigoths, et qu'ils aient accueilli Clovis comme un libérateur.

Dans la Gaule mérovingienne, sans cesse modelée par de nouveaux partages, la Touraine paraît écartelée entre la Neustrie et l'Aquitaine. La personnalité de la Touraine est consacrée sous Louis le Débonnaire : lors de la division de la Gaule en dix missatica, Tours fut la capitale du missaticum Toronicum.

Les frontières se précisèrent au début de l'époque féodale. Dès 940, Thibaut le Tricheur réunit sous son autorité les comtés de Tours, de Chartres et de Blois, et les villes de Chinon, de Montaigu, de Vierzon, de Sancerre et de Saumur. Son fils Eudes Ier, qui lui succéda, eut à lutter contre Foulques Nerra comte d'Anjou, qui convoitait la Touraine.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, bibliothécaire à la bibliothèque historique de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  TOURAINE  » est également traité dans :

FRANCE : POUVOIR ROYAL ET PRINCIPAUTÉS (fin IXe-XIIeSIÈCLE) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 761 mots

14 juin 877 Capitulaire de Quierzy. L'empereur Charles le Chauve, préparant son départ en Italie et voulant limiter les initiatives potentielles de son fils Louis le Bègue, décrète que les titulaires des honneurs et charges du royaume des Francs occidentaux conserveront ceux-ci pendant son absence et, s'ils devaient décéder, les transmettront à leurs fils. Ce texte, à v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-pouvoir-royal-et-principautes-fin-ixe-xiiesiecle-reperes-chronologiques/#i_37308

TOURS

  • Écrit par 
  • Franck GUÉRIT
  •  • 1 074 mots
  •  • 1 média

Ancienne capitale de la province royale de Touraine, Tours est le chef-lieu du département de l'Indre-et-Loire. En 2013, la commune comptait 138 150 habitants, l'agglomération 349 400 et l'aire urbaine plus de 483 000. La situation géographique de Tours combine les avantages d'une ville de la Loire à la croisée de deux voies d'échanges, fréquentées dès l'Antiquité : un axe est-ouest, reliant Lyon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tours/#i_37308

Pour citer l’article

Jean DÉRENS, « TOURAINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/touraine/