TOURAINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des trente-deux gouvernements que comptait la France d'Ancien Régime, la Touraine est une province dont l'origine remonte à l'époque gauloise : à son arrivée en Gaule, César signale le pays des Turones, bordé par les pays des Aulerci Cenomani (région du Mans), des Carnutes (pays Chartrain), des Bituriges Cubi (Berry), des Pictones (Poitou) et des Andevaci (Anjou).

À l'époque gallo-romaine, la capitale, qui reçut le nom de Caesarodunum devint un centre assez important, à la croisée de routes qui la reliaient à Cenabum (Orléans), à Juliomagus (Angers), à Autricum (Chartres), à Limonum (Poitiers) et à Avaricum (Bourges). Valentinien fit de Caesarodunum la capitale de la IIIe Lyonnaise, qui comprenait les futures provinces de Bretagne, de Maine, d'Anjou et de Touraine. Jusqu'en 1859, ces pays ont dépendu de l'archevêché de Tours. À la fin du ive siècle, on trouve à Tours saint Martin, qui fonde l'abbaye de Marmoutier. La renommée du saint se répand dans toute la Gaule, et son tombeau devient un des lieux de pèlerinage les plus fréquentés de l'Occident chrétien. Cela explique que les Tourangeaux aient supporté avec impatience l'occupation des Wisigoths, et qu'ils aient accueilli Clovis comme un libérateur.

Dans la Gaule mérovingienne, sans cesse modelée par de nouveaux partages, la Touraine paraît écartelée entre la Neustrie et l'Aquitaine. La personnalité de la Touraine est consacrée sous Louis le Débonnaire : lors de la division de la Gaule en dix missatica, Tours fut la capitale du missaticum Toronicum.

Les frontières se précisèrent au début de l'époque féodale. Dès 940, Thibaut le Tricheur réunit sous son autorité les comtés de Tours, de Chartres et de Blois, et les villes de Chinon, de Montaigu, de Vierzon, de Sancerre et de Saumur. Son fils Eudes Ier, qui lui succéda, eut à lutter contre Foulques Nerra comte d'Anjou, qui convoitait la Touraine.

La guerre fit rage entre la maison de Blois et la maison d'Anjou pendant toute la première moitié du xie siècle, et l'on en voit encore des traces dans les châteaux forts établis aux confins des deux principautés territoriales. Thibaut III de Blois s'attira la colère d'Henri Ier de France en refusant de lui prêter hommage : le roi fit don de la Touraine à Geoffroy II Martel d'Anjou, à charge pour celui-ci de la conquérir. En 1043, Geoffroy mit le siège devant Tours, qui capitula après dix-huit mois. Finalement, la paix fut faite entre les deux voisins, mais Thibaut dut céder la Touraine à Geoffroy à titre de fief (1044).

La Touraine devait désormais suivre le sort de l'Anjou : c'est dire qu'elle fit partie de l'empire Plantagenêt s'étendant de l'Angleterre à l'Aquitaine. Henri II Plantagenêt fut un bienfaiteur du pays. Il consolida et agrandit les levées de la Loire, développa la ville de Tours, construisit de nombreux ponts, donna au pays une administration régulière.

Après la mort de Richard Cœur de Lion, Philippe Auguste, qui s'efforçait depuis longtemps de recouvrer cette province, reconnut d'abord pour duc Artus Ier de Bretagne, mais celui-ci fut capturé par Jean sans Terre. Une nouvelle guerre permit au roi de France de reconquérir la province, par les armes de Guillaume des Roches, seigneur de Rochecorbon, qui fut nommé sénéchal héréditaire de Touraine par Philippe Auguste (1204). En 1214, Jean sans Terre abandonnait définitivement la Touraine par le traité de Chinon.

La sénéchaussée héréditaire fut supprimée par la cession qu'en fit Amaury III de Craon au roi en 1312. La Touraine fut alors érigée en duché et donnée à plusieurs reprises en apanage aux fils de France, au cours du xive siècle.

Au siècle suivant, la Touraine paraît le siège de la royauté capétienne. Charles VII, dépossédé de Paris, dut se replier au sud de la Loire, et s'il a reçu le surnom de « roi de Bourges », il aurait aussi bien mérité celui de « roi de Touraine » ; car c'est dans les châteaux de cette province qu'il établit le plus souvent sa résidence. Charles VII décida de la rédaction des coutumes de la Touraine, qui furent établies, avant celles du reste du royaume, de 1453 à 1461.

Louis XI hérita de la prédi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Château d'Azay-le-Rideau

Château d'Azay-le-Rideau
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Villandry

Villandry
Crédits : Sylvain Sonnet/ The Image Bank/ getty Images

photographie

Château de Villandry, jardins

Château de Villandry, jardins
Crédits : Bruno Barbier/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Château de Chaumont

Château de Chaumont
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, bibliothécaire à la bibliothèque historique de la Ville de Paris

Classification

Autres références

«  TOURAINE  » est également traité dans :

FRANCE : POUVOIR ROYAL ET PRINCIPAUTÉS (fin IXe-XIIeSIÈCLE) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 761 mots

14 juin 877 Capitulaire de Quierzy. L'empereur Charles le Chauve, préparant son départ en Italie et voulant limiter les initiatives potentielles de son fils Louis le Bègue, décrète que les titulaires des honneurs et charges du royaume des Francs occidentaux conserveront ceux-ci pendant son absence et, s'ils devaient décéder, les transmettront à leurs fils. Ce texte, à validité exceptionnelle, for […] Lire la suite

TOURS

  • Écrit par 
  • Franck GUÉRIT
  •  • 1 074 mots
  •  • 1 média

Ancienne capitale de la province royale de Touraine, Tours est le chef-lieu du département de l'Indre-et-Loire. En 2013, la commune comptait 138 150 habitants, l'agglomération 349 400 et l'aire urbaine plus de 483 000. La situation géographique de Tours combine les avantages d'une ville de la Loire à la croisée de deux voies d'échanges, fréquentées dès l'Antiquité : un axe est-ouest, reliant Lyon […] Lire la suite

Les derniers événements

11 octobre 2016 France. Inauguration d'une salle de consommation de drogue à Paris.

La ministre de la Santé Marisol Touraine et la maire de Paris Anne Hidalgo (PS) inaugurent la première « salle de consommation [de drogue] à moindre risque » du pays, installée dans l’hôpital Lariboisière (Xe arrondissement). Cette salle, placée sous la supervision de professionnels de santé, doit accueillir des usagers majeurs qui apportent leur drogue et auxquels du matériel stérile est fourni. […] Lire la suite

4-26 août 2016 France. Polémique au sujet de l'interdiction du burkini sur les plages.

Le 25, les ministres Najat Vallaud-Belkacem et Marisol Touraine se démarquent de la position du Premier ministre sur le burkini. Le 26, le Conseil d’État, saisi par la LDH, annule la décision du tribunal administratif de Nice relative à l’arrêté municipal de Villeneuve-Loubet et suspend ce dernier, jugeant qu’il porte « une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle », en l’absence de risque avéré de trouble à l’ordre public. […] Lire la suite

17-29 février 2016 France. Réactions à l’avant-projet de réforme du Code du travail.

 » Le 21, les ministres Ségolène Royal, Marisol Touraine et Jean-Marc Ayrault se disent opposés à une adoption sans vote de la réforme du Code du travail. « Le mieux est de trouver une majorité », estime de son côté le président François Hollande. Le 23, une intersyndicale réunissant neuf organisations dont la CGT, la CFDT, la FSU, Solidaires, la CFE-CGC et l’UNEF dénonce « un projet élaboré sans réelle concertation » et prône son amendement, tandis que FO réclame le retrait du texte. […] Lire la suite

17 décembre 2015 France. Adoption de la loi santé.

Le Parlement adopte définitivement le projet de loi de modernisation du système de santé présenté par la ministre de la Santé Marisol Touraine. Celui-ci prévoit notamment la généralisation du tiers payant, la mise en place du paquet de cigarettes neutre, l’extension de l’interdiction de fumer et de vapoter, la création de « salles de shoot » destinées à encadrer la consommation de drogue, la modification des modalités de dons d’organes et la création d’un « droit à l’oubli » pour les anciens malades de maladies graves. […] Lire la suite

15 mars 2015 France. Mobilisation des professionnels de santé libéraux contre le projet de loi de santé.

De dix-neuf mille à cinquante mille professionnels de santé libéraux manifestent à Paris, à l’appel de leurs syndicats, contre le projet de loi de santé présenté par la ministre Marisol Touraine, dont l’examen au Parlement doit débuter le 17. Les syndicats de médecins généralistes avaient déjà appelé à une grève en décembre 2014, puis au blocage de la télétransmission des feuilles de soin depuis janvier. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DÉRENS, « TOURAINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/touraine/