BOURGES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancienne capitale de la province royale du Berry, chef-lieu du département du Cher, Bourges comptait, en 2012, 68 727 habitants et son agglomération 82 944 habitants.

Centre-Val de Loire : carte administrative

Carte : Centre-Val de Loire : carte administrative

Carte administrative de la région Centre-Val de Loire. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Établi sur un éperon dominant la confluence de deux rivières marécageuses, l'Auron et l'Yèvre, le site de Bourges est très tôt occupé par les Celtes Bituriges (ve siècle av. J.-C.). Avaric, latinisée en Avaricum, est la plus belle cité des Gaulois. Prise par César en 52 avant J.-C. après un siège mémorable, elle devient capitale de l'Aquitaine première (ive siècle), puis exerce son influence régionale sur le Limousin et l'Auvergne en tant que centre politique et métropole religieuse. Enjeu territorial entre Aquitains et Francs, elle est prise en 762 par Pépin le Bref, ce qui marque la fin de son appartenance au monde antique aquitain et son basculement dans la France du Nord. Intégrée définitivement au royaume de France en 1101, Bourges devient capitale du duché du Berry, donné par Jean II le Bon en apanage (1360) à son troisième fils, qui, par ses commandes à de nombreux artistes européens, fait de la ville un important foyer culturel et artistique. Durant la guerre de Cent Ans, la ville joue un rôle essentiel : refuge de Charles VII (1418), elle fournit les bases matérielles à la résistance des Français et à la légitimité de la couronne. Elle en bénéficie : Louis XI y crée une université en 1463 et lui attribue deux foires (1485).

Une fois la guerre achevée, Bourges redevient une simple capitale de duché, éloignée de la Loire et de Paris ; ses bases économiques restent étriquées, dans une province pauvre et aux faibles densités ; son site défensif ne se prête pas aux échanges. Dès 1498, les foires quittent Bourges pour Lyon. Ville d'Église et d'université, elle traverse douloureusement les guerres de Religion. Ses relations avec le pouvoir central se font plus distantes et Bourges tombe alors dans un certain marasme. La Révolution lui enlève son statut de capitale régionale, les fonctions qui lui sont associées (l'université en 1792).

Avec le xixe siècle et l'affirmation de la menace allemande, Bourges profite de nouveau de sa fidélité au pouvoir central et de sa situation géographique protégée pour accueillir un vaste complexe militaro-industriel (arsenaux, école d'artillerie, école centrale de pyrotechnie). La cité provinciale cède la place à une ville d'industrie, ouvrière et fortement marquée par l'emprise des activités militaires. La société urbaine s'accroît (14 524 habitants en 1815, 46 551 en 1901), change (montée du syndicalisme et du vote socialiste), connaît des périodes d'intense activité (Première Guerre mondiale).

Après 1945, Bourges s'engage dans une nouvelle phase de prospérité, associée aux Trente Glorieuses, sans pour autant profiter mieux que d'autres villes de la région Centre des déconcentrations parisiennes. La ville se métamorphose : édification de Bourges-Nord (1950-1970, 30 000 habitants) ; aménagement, au sud de la ville, du plan d'eau du Val-d'Auron, combinant activités résidentielles et de plein air ; essor de l'ouest avec l'autoroute A71 (1989) et l'aéroport, création de la zone d'activité du P.I.P.A.C.T. (Parc industriel de production et d'activités commerciales et tertiaires, 1980-1990), rénovation du centre-ville (Avaricum, Maison de la Culture) et aménagement du quartier des Breuzes, au sud-ouest de la ville. Sa spécialisation dans l'armement a son revers, celui d'une mono-industrie fragilisée par la réduction de la demande. Depuis les années 1990, la récession entraîne la perte d'emplois directs dans l'armement et la diminution de la population de l'aire urbaine. Les atouts sont pourtant réels (niveaux de qualification élevés, haute technicité des activités, culture scientifique et technique grâce à l'enseignement supérieur) et sont au cœur de politiques de valorisation de ces pôles de compétences. Surtout, Bourges cherche depuis longtemps (après 1919) à diversifier sa base urbaine et à casser son image d'arsenal. Ville d'histoire au riche patrimoine (notamment la cathédrale Saint-Étienne remarquable par ses dimensions et l'absence de transept, palais Jacques-Cœur, hôtels Cujas, Lallemant...), elle veut renforcer ses fonctions touristiques et commerciales. Elle cherche surtout à renouer avec ses fonctions de cité culturelle (première maison de la culture fondée en France, 1963 ; Printemps de Bourges, festival de chansons, créé en 1977). En quelque sorte, redevenir une « ville moyenne », centre régional en périphérie proche de Paris (à 2 heures en termes de distance-temps).

Bourges : la cathédrale Saint-Étienne

Photographie : Bourges : la cathédrale Saint-Étienne

Construit en 1195, le chevet de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges se caractérise par une composition pyramidale de l'élévation avec double volée d'arcs-boutants, qui soutiennent le chœur et la nef. L'absence de transept accentue l'effet de continuité de la nef et crée ainsi, à... 

Crédits : Chris Bland/ Eye Ubiquitous/ Corbis

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Centre-Val de Loire : carte administrative

Centre-Val de Loire : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bourges : la cathédrale Saint-Étienne

Bourges : la cathédrale Saint-Étienne
Crédits : Chris Bland/ Eye Ubiquitous/ Corbis

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOURGES  » est également traité dans :

BERRY

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 575 mots
  •  • 1 média

Ancienne province du centre de la France, dont Bourges fut la capitale et qui a formé l'essentiel des départements du Cher (chef-lieu : Bourges) et de l'Indre (chef-lieu : Châteauroux). Riche en vestiges préhistoriques (mégalithes), le Berry entre brillamment dans l'histoire. Ses habitants, les Bituriges Cubi, formaient un peuple puissant parmi les Gaulois. On sait comment, par leur refus de détru […] Lire la suite

BITURIGES

  • Écrit par 
  • Paul QUENTEL
  •  • 246 mots

Tite-Live le premier mentionne un peuple gaulois du nom de Bituriges (V, xxxiv ). Bituriges signifie, sans contestation possible, « rois du monde », ce qui apporte au moins quelque crédibilité à ce que Tite-Live nous apprend sur l'étendue de leur empire. Il nous les montre, en outre, solidement établis en Gaule autour de leur roi Ambicatus et formant une confédération où apparaissent les Arvernes, […] Lire la suite

CŒUR JACQUES (1395 env.-1456)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 946 mots

Grand bourgeois parvenu du Moyen Âge finissant, Jacques Cœur aura connu, comme Nicolas Fouquet deux siècles plus tard, une ascension éclatante et une chute exemplaire ; comme lui, il aura confondu, dans son rôle de grand argentier, les finances de la France avec les siennes propres ; comme lui, il aura profité pour s'enrichir des troubles intérieurs et de la guerre extérieure. Mais le personnage d […] Lire la suite

CRÉATION DE L'UNIVERSITÉ DE BOURGES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 380 mots

L' université de Bourges est créée en 1463 par une ordonnance du roi Louis XI, très probablement publiée le 31 décembre de cette même année. Il s'agit officiellement d'une réponse à la requête de son frère Charles, duc de Berry. L'autorisation de création de l'université de Bourges est donnée par une bulle du pape Paul II le 12 décembre 1464. La nouvelle université possède quatre facultés ou « ma […] Lire la suite

Les derniers événements

5-30 janvier 2019 France. Lancement du « grand débat national ».

Bourges (Cher), désignée comme ville-phare de l’« acte IX » de la mobilisation des « gilets jaunes ». Le 13, Emmanuel Macron rend publique sa « lettre aux Français ». Celle-ci précise les cinq thèmes du grand débat : impôts, dépenses et action publique, organisation de l’État et des collectivités publiques, transition écologique, démocratie et citoyenneté […] Lire la suite

24-29 janvier 2014 France. Mouvement d'opposition à la « théorie du genre »

Bourges – collectif des adversaires de la loi sur le « mariage pour tous ». Les rumeurs diffusées sur Internet et relayées sur les réseaux sociaux et par textos, qui font état d'incitation à la masturbation ou d'apologie du transsexualisme et de l'homosexualité dans les classes, se réfèrent à l'expérimentation menée dans certaines écoles maternelles […] Lire la suite

26 janvier 2014 France. « Jour de colère » contre le président François Hollande

Bourges, qui regroupe les opposants les plus radicaux au « mariage pour tous ». Le cortège rassemble de nombreux militants d'extrême droite, catholiques intégristes, antifiscaux, anti-islam, ainsi que des membres des « bonnets rouges » bretons et des sympathisants du polémiste Dieudonné. Certains manifestants scandent des slogans antisémites, négationnistes […] Lire la suite

28-29 janvier 2010 France. Jugement dans le procès Clearstream

Bourges; il condamne l'ancien dirigeant d'E.A.D.S. Jean-Louis Gergorin et l'informaticien Imhad Lahoud à trois ans de prison, dont quinze mois ferme pour le premier et dix-huit mois pour le second, peine assortie d'une amende de 40 000 euros chacun. Le montant des dommages et intérêts accordés aux parties civiles s'élève à près de 700 000 euros, dont […] Lire la suite

8-21 décembre 2006 France. Audition de Dominique de Villepin dans le cadre de l'affaire Clearstream

Bourges, pour « vol et abus de confiance ». L'affaire Clearstream concerne une manipulation de fichiers originaires de l'établissement financier luxembourgeois ainsi nommé, afin de discréditer des personnalités, dont Nicolas Sarkozy, en laissant croire qu'elles y possédaient des comptes secrets. Florian Bourges est soupçonné d'avoir détourné des fichiers […] Lire la suite

Pour citer l’article

Franck GUÉRIT, « BOURGES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bourges/