Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) L'archéologie urbaine

Il y a une quarantaine d'années, la rénovation du centre historique des villes, l'élargissement de la notion de patrimoine et l'amélioration des techniques de terrain, ont permis de reconsidérer l'archéologie des villes. Entendue comme une archéologie de l'urbain, et non plus de choses urbaines, l'archéologie urbaine prenait son essor en Europe. Partie du nord, elle s'étendit vers le sud jusqu'à atteindre les rivages méditerranéens au début des années 1980.

Aujourd'hui, la pratique a de nouveau changé, et on est revenu à une archéologie des choses urbaines, dans un registre bien plus étendu qu'auparavant, qu'il s'agisse de la durée considérée ou des centres d'intérêt traités.

L'archéologie en ville ? Une prise de conscience tardive

Longtemps, l'archéologie des villes s'est cantonnée à l'étude des cités méditerranéennes antiques qui livraient des témoignages de grandes civilisations. En France, seul le littoral de la Méditerranée où se trouvaient des villes d'origine grecque ou romaine et quelques grandes villes comme Lyon, capitale des Gaules, suscitaient l'intérêt de la recherche académique. Le reste du territoire était laissé aux sociétés savantes locales.

La Seconde Guerre mondiale, par ses destructions massives, a conduit à une prise de conscience du réel potentiel que contenait le sol des villes septentrionales aussi bien que médiévales. La reconstruction qui s'ensuivit révéla des stratifications de plusieurs mètres d'épaisseur, formées depuis l'Antiquité et lisibles sur toute leur hauteur.

Simultanément, les progrès techniques réalisés par la recherche de terrain, tout particulièrement à l'initiative des archéologues spécialistes de pré- et de protohistoire accoutumés à examiner des constructions et des niveaux ne laissant que des traces fugaces, se diffusèrent dans le milieu des archéologues médiévistes. Grâce à des fouilles comme celle de Haithabu, un comptoir marchand des viiie-xe siècles au sud de la péninsule du Jutland, ils purent également découvrir le rôle majeur de l'architecture de bois dans les agglomérations médiévales. Les conditions scientifiques d'une prise en considération de l'intégralité du spectre chronologique urbain étaient dès lors réunies.

L'accélération de la rénovation des centres historiques, le développement de l'urbanisme souterrain, l'élargissement simultané de la notion de patrimoine, passant des édifices majeurs aux ambiances urbaines puis à l'environnement, à partir des années 1960-1970, permirent d'inscrire la pratique de l'archéologie, non sans heurts, dans la vie des cités.

En France, il fallut de nombreux scandales, en premier lieu celui du port de Marseille, à la fin des années 1960, ou ceux de Poitiers et d'Orléans, entre autres, pour que l'ampleur du problème archéologique que posait la rénovation du centre historique des villes soit pleinement mesurée. La résorption de l'habitat insalubre dans des centres laissés à l'abandon depuis des décennies justifiait alors l'éradication de quartiers anciens, leur remplacement par des îlots mieux adaptés à la vie moderne, et notamment à l'usage en pleine expansion de l'automobile.

La mise en œuvre, alors encore récente, de moyens de terrassement mécanique de grande puissance, se traduisait par le dégagement de dizaines de milliers de mètres cubes de sol en quelques semaines, ce qui engendrait des destructions massives des archives des sous-sols urbains, sans même que des observations puissent être faites par les archéologues.

La loi Malraux, en 1963, conduisant à la création des secteurs sauvegardés, à partir de critères d'intérêt architectural, avait renouvelé l'intérêt pour le patrimoine urbain. Les archéologues, en France comme ailleurs[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Henri GALINIÉ. ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie urbaine [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Fouilles de la montagne Sainte-Geneviève de Lutèce, Paris - crédits : L. de Cargouët/ INRAP

Fouilles de la montagne Sainte-Geneviève de Lutèce, Paris

Archéologie préventive : Bourges (Cher) - crédits : Une terre d’Images ; Bourges Plus

Archéologie préventive : Bourges (Cher)

Autres références

  • ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

    • Écrit par
    • 4 883 mots
    • 5 médias

    L’archéologie médiévale rassemble un large spectre de méthodes permettant d’étudier les témoignages matériels des cultures qui se sont succédé entre le ve et le xve siècle. Elle s’intéresse aussi bien aux structures enfouies ou en élévation qu’au mobilier et aux informations issues...

  • AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

    • Écrit par
    • 6 326 mots
    • 3 médias

    La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent...

  • AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

    • Écrit par , et
    • 9 654 mots
    • 6 médias

    L'histoire du continent tout entier apparaît comme une entreprise récente et difficile. Pendant longtemps, seules l'égyptologie, l'islamologie et l'histoire coloniale l'ont, chacune de son point de vue, abordée ; il faut noter du reste que les très anciens systèmes d'écriture, en Égypte, à Méroé, en...

  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

    • Écrit par , , , et
    • 15 151 mots
    • 2 médias
    ...d'archives, la connaissance très fragmentaire de cette histoire se fonde essentiellement sur l'étude conjointe des données livrées par la tradition orale et par l'archéologie. Le sol nous a laissé cependant peu de vestiges au regard d'autres régions du monde. Les raisons en sont simples : l'archéologie est...
  • AFRIQUE ROMAINE

    • Écrit par et
    • 9 564 mots
    • 10 médias

    La domination administrative et politique de Rome sur les diverses régions de l'Afrique du Nord (mis à part la Cyrénaïque et l'Égypte) s'étend sur près de six siècles : depuis la prise et la destruction de Carthage par Scipion Émilien (146 av. J.-C.) jusqu'au siège et à la...

  • Afficher les 246 références