TOURS DE GRANDE HAUTEUR ou GRATTE-CIEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aspects techniques

Toujours délicate, la construction d'une tour est le fruit de calculs complexes : les fondations comme les matériaux doivent être plus résistants que dans un édifice classique, le vent restant le principal problème. Ses effets latéraux provoquent des déplacements de la structure qui peut osciller au sommet de plusieurs dizaines de centimètres. On raconte d'ailleurs que les occupants des premiers gratte-ciel américains désertaient les derniers étages, en proie au « mal de mer » occasionné par des balancements de plus de 30 centimètres. Et si les matériaux actuels offrent une bonne résistance, l'inévitable oscillation doit être contrecarrée par des amortisseurs pour assurer un meilleur confort, mais aussi résister aux séismes.

Au fil du temps, les principes constructifs évoluent. Après l'ossature métallique, on emploie aussi la structure poteaux-poutres-coque en béton, qui garantit la stabilité et le contreventement, mise en œuvre par de grands architectes-ingénieurs qui marqueront l'histoire, comme Maillart, Freyssinet ou Nervi.

Ensuite, on s'oriente vers des solutions qui assurent séparément le transfert des charges verticales et les contreventements : d'une part, une ossature extérieure relativement souple, et, d'autre part, un noyau central, avec son propre contreventement, incluant circulations et passage des fluides et gaines techniques. Pour augmenter la rigidité du bâtiment, on lui associe parfois des treillis verticaux qui font office de murs pour lutter contre le vent.

Toutefois, le noyau central rigide en béton qui abrite les circulations verticales présente plusieurs inconvénients : il induit des niveaux rigoureusement identiques, une architecture monolithique, surtout, il prend de la place – jusqu'au tiers de la surface du plateau. La rentabilité du plan est mise à rude épreuve. Enfin il pèse lourd, très lourd.

On développe alors des solutions mixtes avec, par exemple, un noyau central et une ossature métallique extérieure en diagonale, pour le John Hancock Center à Chicago en 1969. Les portiques en X, à la fois légers et rigides, permettent de travailler en tension et en compression plutôt qu'en flexion, avec néanmoins l'inconvénient d'occulter certaines fenêtres. Les Twin Towers du World Trade Center obéissaient à un principe similaire : un noyau et une structure extérieure de poteaux métalliques verticaux espacés d'un mètre seulement et reliés par des entretoises.

On évite les inconvénients d'un noyau central avec l'assemblage de tours minces, mis en œuvre dans la Sears Tower à Chicago (1974). Ce parti permet d'obtenir des tours à forme asymétrique, et d'un poids réduit, 161 kg/m2 pour 442 mètres de hauteur.

On peut opter aussi pour un noyau en acier contreventé par des portiques en forme de X qui diminue considérablement le poids de la construction. Ainsi, le John Hancock Center (100 étages) supporte seulement 140 kg/m2 contre 200 kg/m2 pour l'Empire State Building (102 étages).

Les concepteurs inventent ensuite des structures à noyaux éclatés, comme la Hong Kong and Shanghai Bank à Hong Kong (Foster et Ove Arup) : ce dispositif permet de créer un immense vide intérieur, libre de tout poteau ou à noyaux décalés sur un pignon, comme la tour Heron à Londres de KPF, ou celle de Doha, de Jean Nouvel. Ce dernier architecte a aussi expérimenté un noyau double décalé pour la tour Agbar à Barcelone. On mélange acier et béton, on expérimente même des tours à ossature bois d'une hauteur très modeste (de 10 à 12 étages) qui rappellent la naissance des gratte-ciel à Chicago.

Désormais, toutes les combinaisons, toutes les hauteurs, toutes les formes sont possibles grâce à l'utilisation des nouvelles technologies pour les calculs et les simulations, la construction proprement dite puis la gestion quotidienne. De nouvelles typologies naissent : les formes rondes se déforment en spirale, se vrillent dans des torsions inhabituelles, semblent au bord du déséquilibre, s'accrochent à des structures aériennes ou à des constructions plus sages. Curieusement, certains projets rappellent les représentations traditionnelles de la tour de Babel.

Les plateaux se décalent de quelques degrés, donnant ainsi une impression de mouvement. Des projets sont à l'étude ou en cours de réalisation de tours réellement pivotantes sur un axe (Dubaï, David Fisher). Une dernière [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Gratte-ciel

Gratte-ciel
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Burj al-Arab, Dubaï

Burj al-Arab, Dubaï
Crédits : A. Kamasi/ Shutterstock

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TOURS DE GRANDE HAUTEUR ou GRATTE-CIEL  » est également traité dans :

BOSTON

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 1 596 mots
  •  • 3 médias

Capitale de l’État du Massachusetts et principale ville de Nouvelle-Angleterre, Boston, avec ses 673 000 habitants en 2016, est au cœur de la dixième agglomération des États-Unis (4,8 millions d’habitants). Elle est également la deuxième agglomération de la mégalopole BosWash (Boston-Washington), dont elle constitue le maillon septentrional. Sa place dans l’histoire de la nation américaine, son dy […] Lire la suite

BURNHAM DANIEL HUDSON (1846-1912)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 646 mots

Architecte et urbaniste américain, né le 4 septembre 1846 à Henderson, dans l'État de New York, mort le 1 er  juin 1912 à Heidelberg, en Allemagne. La famille de Daniel Hudson Burnham s'installe à Chicago alors qu'il est âgé de huit ans. Après le lycée et plusieurs faux départs, il suit une formation dans le bureau d'architecture Carter, Drake and Wight. Il y rencontre John Wellborn Root avec […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 012 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Louis Sullivan »  : […] Mais c'est Louis Sullivan (1856-1924) qui représente à juste titre la figure dominante de l'École de Chicago. Grand admirateur du poète Walt Whitman, il entend comme lui célébrer dans ses œuvres la démocratie américaine pour tenir à distance l'héritage de l'Europe « féodale ». Son fonctionnalisme résumé dans la célèbre devise « la forme découle de la fonction » ( Form follows function ) fait l'obj […] Lire la suite

FOSTER NORMAN (1935- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 2 108 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une œuvre symbole : la Hong Kong and Shanghai Bank »  : […] Tandis qu'échouait, en 1977, son ambitieux projet de centre urbain « sous bulle » à Hammersmith, dans l'ouest londonien, dans lequel une immense structure translucide devait couvrir un espace public de 1,6 hectare, Norman Foster réalisait à Norwich, dans le campus de l'université d'East Anglia, un centre d'arts plastiques offert par sir Robert Sainsbury pour abriter sa collection de peinture. L'éd […] Lire la suite

GRAHAM BRUCE JOHN (1925-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 455 mots

L' architecte américain, Bruce John Graham conçut certains des gratte-ciel les plus hauts et les plus emblématiques au monde. S'inspirant du style de Mies van der Rohe, il opta pour des constructions modernistes aux lignes pures, sans ornement, et utilisa des contreventements qu'il exhiba en façade afin de renforcer la solidité de ses bâtiments et d'agrandir l'espace intérieur consacré aux bureau […] Lire la suite

KHAN FAZLUR (1929-1982)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 347 mots

Ingénieur américain d'origine indienne, né le 3 avril 1929 à Dacca, au Bengale oriental (Pakistan oriental en 1947 auj. Dhaka, Bangladesh), mort le 27 mars 1982 à Djeddah, en Arabie Saoudite. Après avoir obtenu son diplôme d'ingénieur à l'université de Dacca en 1950, Fazlur Rahman Khan entre aux ponts et chaussées indiens comme second de l'ingénieur en chef et enseigne à l'université. En 1952, gr […] Lire la suite

LOGEMENTS COLLECTIFS DE L'APRÈS-GUERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 811 mots

1947-1952 Unité d'habitation, Marseille, Le Corbusier (1887-1965). Grâce à l'appui du ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, Le Corbusier peut, pour la première fois, mettre à l'épreuve son projet de « Cité radieuse » imaginé avant-guerre. Ce bâtiment, posé sur pilotis, accueille environ 400 logements de 23 types différents, desservis à chaque étage par une rue intérieure, ainsi que de […] Lire la suite

PEI IEOH MING (1917-2019)

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 1 132 mots
  •  • 2 médias

L'architecte sino-américain Ieoh Ming Pei est né à Canton le 26 avril 1917. Il a passé sa jeunesse à Hong Kong, où son père dirigeait la Banque de Chine, puis à Shanghai, au moment du plein développement économique et commercial de la ville. En 1935, il rejoint le Massachusetts Institute of Technology de Cambridge (États-Unis), dont il sort diplômé en architecture en 1940. Retenu par la Seconde Gu […] Lire la suite

PELLI CESAR (1926-2019)

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  • , Universalis
  •  • 726 mots

Né le 12 octobre 1926 à Tucumán en Argentine, Cesar Pelli, après des études d'architecture dans son pays et aux États-Unis, a commencé sa carrière américaine en 1954 dans l'agence d'Eero Saarinen. Naturalisé américain en 1964, il travaille de 1968 à 1976 à Los Angeles chez Victor Gruen Associates. En 1977, il fonde sa propre agence, Cesar Pelli and Associates. Ses œuvres se caractérisent par les d […] Lire la suite

ROOT JOHN WELLBORN (1850-1891)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 378 mots

Architecte américain, né le 10 janvier 1850 à Lumpkin (Georgie), mort le 15 janvier 1891 à Chicago. Envoyé en Angleterre pour être à l'abri des combats de la guerre de Sécession (1861-1865), John Wellborn Root étudie à Oxford pendant un an. Il retourne aux États-Unis en 1866 et obtient un diplôme de génie civil à l'université de New York en 1869. Après deux ans (1871-1873) comme dessinateur en che […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Élisabeth PÉLEGRIN-GENEL, « TOURS DE GRANDE HAUTEUR ou GRATTE-CIEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tours-de-grande-hauteur-gratte-ciel/