TOTEM ET TOTÉMISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le totémisme australien

Si l'homme a mis le pied sur le continent australien il y a plus de huit mille ans, il y a tout lieu de penser que les sociétés australiennes ont vécu dans un isolement relatif, ce qui explique sans doute que l'on puisse dégager, malgré toutes leurs différences, un type australien d'organisation sociale et religieuse. Aussi les auteurs ont-ils été tentés d'avancer une explication générale valable pour l'ensemble des sociétés australiennes. Si l'on s'en tient aux critères exclusivement sociologiques, il est permis cependant de déceler dans la distribution des systèmes sociaux à travers le continent australien plusieurs modalités différentes. Tout d'abord les sociétés situées à la périphérie et qui ne présentent pas de « classes » matrimoniales où l'on soit contraint de choisir son conjoint. Puis, dans le Sud, les sociétés à moitié matrilinéaires, dans le Nord celles à moitié patrilinéaires dotées de sections et de sous-sections. Enfin, dans les régions désertiques, on rencontre les systèmes à quatre sections, la région centrale manifestant des organisations à huit sous-sections. Ces systèmes à classes et à sections matrimoniales réglementent de façon plus ou moins complexe l'exogamie ; celle-ci, affirme Van Gennep, « a pour résultat et probablement pour but de relier entre elles certaines sociétés spéciales [...]. L'institution [...] sert donc au renforcement de la cohésion, non pas tant des membres du clan entre eux que des divers clans vis-à-vis de la société générale. » C'est en se fondant sur les faits de l'organisation sociale que Lévi-Strauss a pu élaborer une typologie générale des systèmes australiens.

Pourtant, d'autres auteurs, et notamment A. P. Elkin, ont cherché à interpréter les faits australiens à partir des croyances totémiques. C'était d'une nouvelle façon reprendre les théories de McLennan, de Smith et de Frazer, pour qui le totémisme, phénomène premier, expliquait l'apparition de la règle d'exogamie. Loin d'éclairer le débat, les travaux d'Elkin montrent l'extraordinaire h [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  TOTEM ET TOTÉMISME  » est également traité dans :

ABORIGÈNES AUSTRALIENS

  • Écrit par 
  • Barbara GLOWCZEWSKI
  •  • 7 130 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le cas des Warlpiri »  : […] Chasseurs-cueilleurs semi-nomades du désert Tanami (Territoire-du-Nord), les Warlpiri ont été sédentarisés de force dans les années 1950, obligés de vivre dans quatre réserves à la lisière du désert. Pour garder la mémoire des terres où ils n'avaient pas le droit de retourner, ils ont continué à raconter et célébrer par leurs récits les habitudes migratoires des animaux, les rythmes saisonniers de […] Lire la suite

BANQUET RITUEL

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 390 mots

Banquet appartenant à la catégorie des repas totémiques, des sacrifices mangés et des cérémonies de communion. Selon Freud, le banquet rituel serait la reproduction et la fête commémorative d'un événement historique, à savoir le « parricide primitif » (meurtre du père de la horde par ses fils jaloux). Au cours de ce repas, les fils se réconcilient rétrospectivement avec le père offensé. En consomm […] Lire la suite

CLAN

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 066 mots

Dans le chapitre « Exogamie et totémisme »  : […] Si les membres d'un même clan ne peuvent retracer, génération par génération, leur ascendance à l'ancêtre clanique, comment se reconnaissent-ils ? Par le nom, le blason et le totem , affirmait Marcel Mauss, en 1937. Et par totémisme, il entendait « la croyance à une descendance commune de l'homme et d'une espèce déterminée d'animaux ou de plantes ». Il ajoutait d'ailleurs que le lien du clan au to […] Lire la suite

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « « Les formes élémentaires de la vie religieuse » »  : […] L'intérêt de Durkheim pour l'analyse des phénomènes religieux est ancien puisqu'il publie dès 1899, dans L'Année sociologique , une étude sur « La Définition des phénomènes religieux » et de nombreux comptes rendus sur des ouvrages de sociologie religieuse. Personnellement athée, convaincu que le rôle de la religion traditionnelle devait s'affaiblir avec le progrès scientifique et persuadé cepend […] Lire la suite

DURKHEIM (ÉCOLE DE)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « La société comme objet de la religion moderne »  : […] Durkheim devait nécessairement s'intéresser à la religion, considérée comme système de représentations imposant aux adeptes le respect des mêmes obligations morales, basées sur une séparation des ordres profane et sacré, ce dernier reposant sur des rites ayant trait à des interdits et des pratiques de culte. Dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), il insiste bien sur le fait que […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 092 mots

Dans le chapitre « L'ethnologie comparée »  : […] L'analyse d'un système religieux oblige à chercher les raisons de son évolution non seulement dans les facteurs internes à l'ethnie, mais encore dans des facteurs étrangers : migration de peuples, conquêtes militaires avec imposition du culte des vainqueurs, emprunt de cérémonies à des voisins lorsque ces cérémonies se montrent plus aptes à réaliser les finalités de l'ethnie (faire tomber la pluie […] Lire la suite

FRAZER JAMES GEORGE (1854-1941)

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 3 467 mots

Dans le chapitre « La théorie de la magie »  : […] La notion de magie sympathique est, quant à elle, susceptible d'une application plus large puisque, aux yeux de Frazer, la pensée magique anime l'un des stades traversés par l'humanité, les deux autres étant caractérisés par la pensée religieuse et par la pensée scientifique. Il ne s'agit pas d'un évolutionnisme rigide. C'est ainsi que des traces de pensée magique existent encore dans notre mond […] Lire la suite

GÖBEKLI TEPE, site archéologique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 640 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un bestiaire de chasseurs »  : […] Les constructions circulaires ou légèrement ovales qui ont déjà été fouillées sont désignées par des lettres . La construction A comprend six piliers déjà dégagés, la construction B neuf, la C dix-huit et, enfin, la D treize. Il est à noter que la faune sauvage consommée, dont des ossements ont été retrouvés sur le site – gazelles, bovidés et onagres –, n’est que très rarement représentée sur les […] Lire la suite

HAIDA

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 420 mots

Indiens des îles de la Reine-Charlotte (Colombie britannique) et du sud de l'île du Prince-de-Galles (Alaska). Ils parlent le haida, une langue liée à l'athapascan, et sont, du point de vue culturel, très proches des Tlingit et des Tsimshian. Ils étaient environ 2 200 en 1995. L'ethnie était divisée en deux unités appelées « moitiés » : on appartenait à une moitié dès sa naissance par filiation ma […] Lire la suite

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'identité des choses »  : […] Le sens des identifications, variables d'une culture à une autre, que toute société établit entre certains êtres en excluant les autres, n'est pas un problème propre aux sociétés traditionnelles. Il est cependant plus spectaculaire dans ces sociétés, où les identifications et classifications de l'univers diffèrent radicalement, au premier abord, de celles que l'Occident a toujours considérées comm […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel de COPPET, « TOTEM ET TOTÉMISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/totem-et-totemisme/