TŌKYŌ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D’abord une capitale politique

Ancêtre de Tōkyō, Edo (« Porte de la baie ») est à l'origine un petit village de pêcheurs. Cet endroit est choisi en 1603 par le clan vainqueur des Tokugawa pour installer la nouvelle capitale. Sa situation est géopolitiquement stratégique car au centre d'un archipel dont l'occupation humaine, articulée sur un front pionnier rizicole, remonte vers l'est et le nord. Son site est commode : au contact des collines du plateau de Musashino et d'une plaine alluviale, au fond d'une baie bien protégée et au débouché d'un des bras du fleuve Tone. Ce contact avec le réseau hydrographique de la plaine du Kantō favorise le transport fluvial et l'approvisionnement en eau.

Vues célèbres d'Edo

Photographie : Vues célèbres d'Edo

Ando Hiroshige, estampe de la série des Vues célèbres d'Edo. Victoria and Albert Museum, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Devenue la cité des nouveaux shōgun, Edo incarne la conquête du pouvoir via l’unification du pays par la classe guerrière, au détriment d'une aristocratie déclinante et d'une bourgeoisie anéantie à la fin du « long seizième siècle ». À partir du xviiie siècle, la classe des marchands regagne cependant du pouvoir grâce à sa richesse et à son mode de vie, connu sous le nom de « culture d'Edo ». Elle triomphe en appuyant la fraction moderniste de l'aristocratie qui conduit à la restauration impériale de Meiji (1868).

En déménageant la cour impériale de la surannée et aristocratique Kyōto à Edo, aussitôt rebaptisé Tōkyō ou « capitale de l'Est » en novembre 1868, le nouveau régime donne un signal fort du changement et instaure une centralisation moderne de la société. Le nouveau toponyme révèle cette ambition car « l'Est » désigne aussi bien l'Orient du Japon, avec une translation du centre antique, que l'Orient de l'Asie dont elle se veut le futur maître.

Le pouvoir central, l'État, qui siège à Tōkyō, se garde de donner une trop grande autonomie à la ville en tant que cité. Cette attitude prolonge la méfiance des Tokugawa qui ont soigneusement séparé les patriciens des plébéiens dans Edo. Une contradiction s'instaure entre la concentration spatiale inhérente au nouveau capitalisme d'État, favorisant l'extension de Tōkyō au détriment, souvent, d'un aménagement plus équilibré du pays, et la gestion locale de plus en plus complexe du nouvel ensemble urbain.

L'hostilité récurrente que l'oligarchie meijienne éprouve envers l'autonomie des collectivités locales s'ajoute à la nécessité de maîtriser la capitale comme symbole de puissance aux yeux du peuple et de l’étranger. Cette pression se traduit par une mainmise écrasante du défunt ministère de l'Intérieur (1873-1947), qui désigne les maires et les préfets et qui contrôle directement l'urbanisme grâce à ses propres fonctionnaires. Les redécoupages incessants du département et de la ville de Tōkyō de 1868 à 1945 témoignent des difficultés pour trouver le bon module politique et territorial.

Apparu au début du xxe siècle, le néologisme à connotation moderniste de teito, ou « capitale impériale », est propagé au cours des années 1930 et 1940. Ces deux décennies incarnent la reconstruction moderne de Tōkyō après le séisme de 1923 et l'hégémonie d'une « tennōcratie » militariste et fascisante (le pouvoir de l’empereur, ou tennō).

Le 1er juillet 1943, la préfecture (fu) et la ville (shi) de Tōkyō sont fondues en une seule et même entité, le T̄ōkȳo-to. To est une autre lecture de l'idéophonogramme miyako qui s'appliquait à Kyōto et qui signifie « cité de l'empereur ». Chaque arrondissement du centre de Tōkyō se voit attribuer le statut de ville, tandis que le préfet administre l'ensemble du département. La faible autonomie de la ville de Tōkyō (l'ex-T̄ōkȳo-shi) disparaît au profit d'un ensemble plus vaste qui traduit, en pleine guerre, la volonté de l'État de centraliser encore davantage son pouvoir.

Après la défaite de 1945, le vocable de teito est remplacé par celui, plus neutre et plus technocratique, de shuto qui correspond au français « capitale », y compris dans son étymologie (shu : « cou », « tête », à rapprocher du latin caput, « tête », qui a donné « capitale » ; to : miyako). Un système démocratique est instauré, avec les premières élections locales en 1947. Il comporte de nombreuses limites car l'État garde un contrôle sur Tōkyō, comme sur les autres communes, grâce aux finances notamment. La préfecture ne perd pas son statut unique de to acquis en 1943. L'ex-ville de Tōkyō, de surcroît réduite à vingt-trois arrondissements au lieu de trente-cinq, reste fondue dans l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Japon : carte administrative

Japon : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tōkyō : définitions géographiques

Tōkyō : définitions géographiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Vues célèbres d'Edo

Vues célèbres d'Edo
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tokyo bombardé

Tokyo bombardé
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TOKYO  » est également traité dans :

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les plus anciennes et plus grandes villes du monde  »  : […] Au sein d'une Asie encore rurale, le fait urbain est ancien, profond, important et dynamique. C'est en Mésopotamie que sont probablement apparues les premières cités au monde ( IV e  millénaire). Le modèle des anciennes capitales chinoises a rayonné sur toute l'Asie orientale. Les hautes vallées de l'Indus ou de l'Irrawaddy, les sables et les pierrailles de l'Asie centrale sont remplis de vestig […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un espace de civilisation sinisée »  : […] Contrairement aux sociétés rurales européennes, méditerranéennes et d'Asie centrale caractérisées par leur « action directe, positive et sélectionniste », l'Asie orientale est caractérisée, selon l'anthropologue André-Georges Haudricourt (1911-1996), par une « action indirecte, négative et collectionneuse » s'exerçant sur les plantes et les animaux. L'igname, le taro et le riz sont reproduits pa […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 248 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une économie de guerre passée en temps de paix »  : […] Les principales structures de ce capitalisme d'État sont instaurées au cours des années 1940 caractérisées par une économie de guerre, et elles ont été maintenues après la défaite militaire de 1945. Cette continuité est permise par le revirement géopolitique des États-Unis qui, après avoir voulu transformer le Japon vaincu en un pays rural et pacifique modèle, le remettent en selle industrielleme […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « Le deuxième mouvement de sauvegarde de la Constitution »  : […] Le marasme, cependant, continuait. Les syndicats s'organisaient peu à peu – la Sōdōmei, C.G.T. japonaise, en 1921 –, mais ne pouvaient espérer l'amélioration de la condition ouvrière sans la solution de la crise économique et ne trouvaient aucun porte-parole parmi les partis légaux. Le premier Parti communiste fut créé en 1922, puis écrasé, dès qu'il fut découvert, l'année suivante. Et ce fut la p […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Kenzo Tange et les architectes métabolistes »  : […] C'est après la Seconde Guerre mondiale que l' architecture japonaise commença à s'imposer sur la scène mondiale. D'abord avec les œuvres de Kunio Mayekawa (1905-1986), notamment le centre culturel de Ueno à Tōkyō (1961). Puis, surtout, avec celles de son brillant élève Kenzo Tange (1913-2005) qui sut porter le vocabulaire de Le Corbusier à une plasticité brute et presque dramatique en construisa […] Lire la suite

TOKUGAWA LES (1603-1868) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 302 mots

1603 Tokugawa Ieyasu (1543-1616) est nommé shogun par l'empereur et fixe le siège de son gouvernement à Edo. 1605 Tokugawa Ieyasu transmet de son vivant ses pouvoirs à son second fils, Tokugawa Hidetada, et fonde ainsi la troisième dynastie shogunale du Japon. 1614 Face au développement du christianisme du fait de l'expansion occidentale vers l'Asie, Tokugawa Hidetada lance une campagne de pers […] Lire la suite

KANSAI ou KINKI

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 1 021 mots
  •  • 1 média

Grande rivale culturelle du Kantō, le Kansai, aussi appelé parfois Kinki ou Kinai, est une région située au centre de l'île japonaise de Honshū . D'une superficie de 33 108 kilomètres carrés, elle est composée de sept départements (Kyōto, Osaka, Hyōgo, Nara, Shiga, Wakayama et Mie). Elle abritait en outre en 2015 plus de 22,7 millions d'habitants, essentiellement concentrés dans des plaines litto […] Lire la suite

KANTŌ ou KWANTŌ

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 963 mots
  •  • 1 média

Situé sur l'île de Honshū, limitrophe du Tōhoku au nord et du Chūbu à l’ouest, le Kantō est à la fois une région densément aménagée de 32 423 kilomètres carrés et une plaine côtière plus réduite mais très urbanisée abritant Tōkyō, la capitale du Japon . En tant que région, le Kantō, correspondant à la shutoken (pour « région capitale »), se compose de sept départements : Chiba, Gunma, Ibaraki, Ka […] Lire la suite

KUROKAWA KISHŌ (1934-2007)

  • Écrit par 
  • Marc BOURDIER
  •  • 1 388 mots

Fils d'architecte, Kurokawa Kisho (plus connu avant 1970 sous le nom de Kurokawa Noriaki) est né au Japon à Nagoya en 1934. Diplômé de l'université de Kyōto en 1957, il entre alors dans l'agence du célèbre architecte Kenzo Tange (1913-2005) et y travaille notamment à l'élaboration du plan d'aménagement de la baie de Tōkyō (1960). Il ouvre sa propre agence à Tōkyō en 1961. Dès 1960, il prend une p […] Lire la suite

MAEKAWA KUNIO (1905-1986)

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 748 mots

Kunio Maekawa (ou Mayekawa) figure parmi ce qu'il est convenu d'appeler les « pères » de l'architecture moderne au Japon. Il introduisit dans son pays qui les ignorait les nouveaux concepts de l'architecture occidentale, après avoir séjourné, de 1928 à 1930, à Paris, dans l'atelier de Le Corbusier. Maekawa travailla pour Antonin Raymond (1890-1976), architecte américain d'origine tchèque qui s'éta […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

23 mai 2022 États-Unis. Déclaration du président Joe Biden sur la défense de Taïwan.

Le 23, le président américain Joe Biden, en visite à Tōkyō dans le cadre de sa tournée en Asie, affirme son « engagement » à défendre militairement Taïwan en cas d’agression chinoise. Il évoque les sanctions adoptées contre la Russie après son invasion de l’Ukraine, qu’il assimile à un « signal […] sur le coût d’une tentative de prise de Taïwan par la force ». […] Lire la suite

8 août - 5 septembre 2021 Japon. Jeux Olympiques de Tōkyō.

Lors de la cérémonie de clôture, la gouverneure de Tōkyō Yuriko Koike transmet le drapeau olympique à Anne Hidalgo, maire de Paris où doivent se dérouler les Jeux d’été 2024. Du 24 août au 5 septembre se déroulent à Tōkyō les seizièmes jeux Paralympiques d’été auxquels participent quatre mille quatre cents athlètes appartenant à cent soixante-deux délégations. […] Lire la suite

1er août 2021 Biélorussie – Japon. Demande d'asile d'une athlète biélorusse.

L’athlète biélorusse Kristina Timanovskaïa, qui participait aux jeux Olympiques à Tōkyō, se place sous la protection de la police japonaise et du Comité international olympique (CIO) alors qu’elle était sur le point d’être rapatriée de force, quelques jours après avoir critiqué dans une vidéo la fédération d’athlétisme de son pays. Le lendemain, la Pologne lui accordera un visa humanitaire. […] Lire la suite

7-23 juillet 2021 Japon. Ouverture des jeux Olympiques.

Le 7, les autorités de Tōkyō annoncent la suppression du traditionnel relais de la flamme olympique, qui devait débuter le 9, en raison de la forte recrudescence des contaminations par le variant Delta du coronavirus dans la capitale. Les jeux Olympiques ont déjà été reportés de 2020 à 2021 en raison de la pandémie. Le 8, le gouvernement annonce le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire à Tōkyō du 12 juillet au 22 août et indique que les épreuves sportives se dérouleront sans spectateurs dans la capitale et dans les trois départements voisins, qui totalisent trente-quatre des quarante-deux sites olympiques. […] Lire la suite

12 février 2021 Japon. Démission du président du comité d'organisation des jeux Olympiques de Tōkyō.

L’influent président du comité d’organisation des jeux Olympiques de Tōkyō, Yoshiro Mori, présente sa démission. À la suite de propos sexistes tenus au début du mois – il avait affirmé que « les femmes parlent trop pendant les réunions » –, il faisait l’objet d’une pétition réclamant son départ, des centaines de bénévoles impliqués dans l’organisation des Jeux avaient annoncé leur retrait et de gros sponsors avaient exprimé leur réprobation. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe PELLETIER, « TŌKYŌ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tokyo/