NAGOYA

Située au fond de la baie d'Ise, Nagoya est la capitale de la préfecture (ken) d'Aichi, au cœur de l'île d'Honshū, et l'une des plus grandes villes industrielles du Japon. Elle comptait en 2006 2 223 148 habitants et la mégapole du Grand Nagoya quelque 8,6 millions d'habitants. C'est la troisième aire métropolitaine du pays.

L'histoire de Nagoya remonte à 1610, date à laquelle un grand château fut érigé par la maison Owari du puissant sh̄ogunat des Tokugawa. Après la restauration de Meiji (1868), qui marqua la fin du gouvernement sh̄ogunal, Nagoya devint un centre de commerce. Le développement de son port, en particulier après la Seconde Guerre mondiale, l'implantation centrale de la ville et les puissantes installations hydroélectriques construites sur les fleuves arrosant le centre de l'île dopèrent l'essor des industries lourdes. Aux ateliers traditionnels fabriquant montres, bicyclettes et machines à coudre vinrent bientôt s'ajouter des usines produisant des aciers spéciaux ainsi que des produits chimiques, pétroliers et pétrochimiques à mesure que les industries automobiles, aéronautiques et navales se développaient.

Plusieurs lignes de chemin de fer, y compris la ligne à grande vitesse Shinkansen reliant Ōsaka à Tōkȳo, convergent à Nagoya. La ville est également ouverte sur le monde grâce à son port, connecté aux zones industrielles de l'intérieur de l'île par un réseau de canaux. Elle était desservie, jusqu'en février 2005, par l'aéroport de Nagoya (situé au nord de la ville) qui a été remplacé depuis par l'aéroport international de Chūbu construit sur une île artificielle.

De nombreux établissements supérieurs ont élu domicile dans la ville, tels que l'université de Nagoya (1939), l'institut technologique de Nagoya (1949) et l'université de la ville de Nagoya (1950). Le château, construit par Ieyasu Tokugawa en 1610-1612 puis détruit par les bombardements pendant la Seconde Guerre mondiale, fut reconstruit à l'identique en 1959. Le musée d'art Tokugawa abrite les collections de la puissante famille nippone. Le sanctuaire d'Atsuta et le grand sanctuaire d'Ise, tout proche, sont les plus vieux temples shint̄o du Japon et les plus honorés. La ville peut également s'enorgueillir de son auditorium, du centre culturel Aichi, de la tour Chunichi et du théâtre Misono. Le parc Higashiyama est quant à lui réputé pour ses jardins zoologique et botanique.

—  Universalis

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification


Autres références

«  NAGOYA  » est également traité dans :

CHŪBU

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 716 mots
  •  • 1 média

La région du Chūbu (« région du milieu ») s'étend au centre de la grande île nippone de Honshū, qui atteint là son renflement maximal avec 220 kilomètres de largeur. Elle est constituée de neuf ken (départements, ou préfectures) : Fukui, Ishikawa, Niigata, Toyama, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chubu/#i_25934

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 247 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une population très urbanisée »  : […] coalescence de villes. C'est un réseau articulé autour de trois mégapoles (Tōkyō, Ōsaka, Nagoya), de plusieurs métropoles qui comprennent au moins un million d'habitants et d'une multitude hiérarchisée de cités. Il est structuré par des logiques industrielles, tertiaires, foncières et urbanistiques, que Tōkyō domine de plus en plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-geographie/#i_25934

Pour citer l’article

« NAGOYA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nagoya/