NAGOYA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef-lieu du département d’Aichi, Nagoya est la quatrième ville du Japon (2,3 millions d’hab. en 2017), cœur d’une mégapole qui s’étend aussi sur les départements limitrophes de Gifu et Mie, au cœur de la plaine de Nobi, l'une des plus grandes de l’archipel. Cet ensemble forme le Chūkyō, la troisième région urbaine du Japon, après celles de Tōkyō et d’Ōsaka, regroupant une dizaine de millions d’habitants.

Japon : carte administrative

Carte : Japon : carte administrative

Carte administrative du Japon. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Une des origines de la ville est le développement d’une activité d’hébergement le long de la route terrestre du Tōkaidō, qui relie la région de Kyōto à celle de Tōkyō. Elle devient par la suite une cité castrale, malgré sa position en plaine. Le château est en effet construit sur une butte d’à peine une vingtaine de mètres de hauteur et non pas à flanc de plateau comme c’est en général le cas pour ce type de structure. La citadelle est aussi soumise au risque d’inondation, récurrent dans la plaine de Nobi. Cependant, les travaux d’endiguement des principales rivières de cette vaste zone deltaïque, en particulier la Kiso et la Shōnai, permettent ensuite de hauts rendements rizicoles. Ceux-ci font la fortune et la puissance des seigneurs de la région, dont sont originaires les réunificateurs du Japon médiéval : Oda Nobunaga, Toyotomi Hideyoshi et enfin Tokugawa Ieyasu.

Pendant la période d’Edo (1603-1868), Nagoya prend sa forme définitive avec le déplacement du château sur le site actuel en 1610, ainsi que de nouveaux travaux d’endiguement et de détournement de rivière. Les Tokugawa, originaires de la province, garderont toujours une attention particulière au développement de la ville.

Sa fonction de ville-étape du Tōkaidō se renforce, profitant des flux qui s’intensifient entre Edo, la capitale politique, et Ōsaka, la capitale économique. Nagoya s’étend le long d’un axe nord-sud depuis le château, en direction des sanctuaires d’Atsuta et le long de la route qui mène à Edo. Elle connaît une croissance rapide au xviiie siècle, comptant près de 200 000 habitants, dont de nombreux artisans, signe de la bonne santé économique de la ville. Parmi ces derniers, on peut déjà noter une spécialisation dans la mécanique avec les poupées automates Karakuri et dans l’armement, la région produisant l’essentiel de la poudre à canon de la période Tokugawa.

Lors de la restauration Meiji (1868), Nagoya se développe sur les plans industriel et financier, et poursuit son développement vers le sud et la mer. Elle est desservie en 1886 par le chemin de fer Tōkyō-Ōsaka, et son port industriel est inauguré en 1907. Ville moyenne sous Edo, Nagoya est la grande gagnante de la révolution industrielle japonaise. Ouvert sur la baie d’Ise, le Chūkyō devient dès le début du xxe siècle le troisième centre industriel du Japon, spécialisé dans l’industrie lourde et la construction mécanique. Sa population atteint le million d’habitants en 1934. Elle bénéficie de l’essor du groupe Toyota dans sa banlieue est, et devient un pôle majeur du complexe militaro-industriel japonais dans le domaine de l’aéronautique, porté par l’implantation du groupe Mitsubishi. Ainsi, la plupart des avions japonais de la guerre du Pacifique sortiront des bureaux d’études et des usines de Nagoya. Son château héberge également des centres de commandement de l’armée impériale. Cela lui vaudra d’être, avec Tōkyō, l'une des villes les plus bombardées par les raids américains, menés de 1942 à juillet 1945. Ils détruisent Nagoya dans sa quasi-totalité et la vident de sa moitié de sa population.

Dans l’après-guerre, la reconstruction des quartiers centraux de la ville se fait sur le choix d’un plan en damier. Il ne change pas fondamentalement de celui de la ville historique, mais est caractérisé par l’ouverture de larges avenues, dont la Hisaya Ōdōri, d’une centaine de mètres. Nagoya redevient une ville millionnaire en 1950 et la première ligne de métro est ouverte en 1957. Le choix des larges avenues et la position en plaine permettent un développement urbain plus extensif et un usage privilégié de la voiture. Nagoya connaît ainsi des densités de population plus faibles pour un taux d’usage des véhicules individuels plus élevé que Tōkyō et Ōsaka. La ville est d’ailleurs un véritable nœud autoroutier, au croisement des principales autoroutes qui traversent le Japon, alors que son réseau ferroviaire local est relativement peu développé. Mais Nagoya bénéficie de sa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en géographie, maître de conférences en langues et civilisations étrangères

Classification

Autres références

«  NAGOYA  » est également traité dans :

CHŪBU

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 722 mots
  •  • 1 média

Encadrée au nord par le Kantō et au sud par le Kansai, le Chūbu, signifiant littéralement « partie centrale », est une région localisée au centre de Honshū, la principale île du Japon . D'une superficie de 72 572 kilomètres carrés et peuplée de 21,46 millions d’habitants en 2015, elle regroupe neuf départements : quatre sur le littoral nord-ouest, bordés par la mer du Japon (Fukui, Ishikawa et Toy […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 248 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une population très urbanisée »  : […] La population vivant dans les communes urbaines ( shi ) dépasse celle des communes rurales (« bourgs », chō  ; et « villages », son ) dès le milieu des années 1950. Les espaces très peuplés, ou D.I.D. ( densely inhabited districts , traduction anglaise de la classification japonaise de jinkō shūchū chiku ), ont une densité supérieure à quatre mille habitants au kilomètre carré pour une masse aggl […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rémi SCOCCIMARRO, « NAGOYA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nagoya/