TŌKYŌ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La rénovation du centre tōkyōte

La récente rénovation urbaine de Tōkyō est guidée par deux grandes politiques dites de « renaissance urbaine » (toshi saisei) : 1986 sous le gouvernement Nakasone, 2002 sous le gouvernement Koizumi.

Elles ont en commun les dérégulations urbanistiques (engagées en 1982), un partenariat entre pouvoirs publics et secteur privé (politique dite de Minkatsu, « Activation du secteur privé »). Celle de 2002, qui suit le dégonflement de la bulle spéculative, encourage une maximisation de l’usage du foncier, symbolisée par l’autorisation de la titrisation immobilière en 1999, ainsi qu’une plus forte participation des capitaux étrangers. Elle permet le transfert du coefficient d’occupation du sol d’une parcelle sous-employée à une autre, même si celle-ci n’est pas adjacente, et même si le propriétaire est différent.

Outre des incitations fiscales, elle encourage le secteur privé à mener ses propres planifications urbaines. Elle introduit deux zonages spécifiques à la réglementation légèrement différente qui totalisent 2 760 ha en 2014, notamment dans les quartiers centraux et sur la baie, avec 131 projets de rénovation. Cent trente-sept tours hautes de plus de 150 mètres sont construites entre 2000 et 2012. De façon générale, le bâti s’élève.

La rénovation urbaine touche d’abord les quartiers péricentraux avec des opérations de prestige (Roppongi Ark Hills, Ōkawabata River City 21). Le démantèlement de la JNR (Japan National Railways) en 1987 libère des terrains, dont l'ancienne gare de triage proche de Shiodome, transformée en quartier d'affaires. Les bureaux du TMG déménagent à Shinjuku en 1991, dans un gratte-ciel dessiné par l'architecte emblématique du pouvoir, Tange Kenzō (1913-2005). Pendant la Bulle sont réalisés de nombreux bâtiments avant-gardistes relevant de l'architecture postmoderne. Les architectes étrangers se bousculent à Tōkyō, pensant que tout y est possible.

À la suite de l'éclatement de la Bulle, le TMG revoit l'aménagement du sous-centre du bord de mer (Rinkaifukutoshin, RFT) prévu sur le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Japon : carte administrative

Japon : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tōkyō : définitions géographiques

Tōkyō : définitions géographiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Vues célèbres d'Edo

Vues célèbres d'Edo
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tokyo bombardé

Tokyo bombardé
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TOKYO  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « Le deuxième mouvement de sauvegarde de la Constitution »  : […] Le marasme, cependant, continuait. Les syndicats s'organisaient peu à peu – la Sōdōmei, C.G.T. japonaise, en 1921 –, mais ne pouvaient espérer l'amélioration de la condition ouvrière sans la solution de la crise économique et ne trouvaient aucun porte-parole parmi les partis légaux. Le premier Parti communiste fut créé en 1922, puis écrasé, dès qu'il fut découvert, l'année suivante. Et ce fut la p […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Kenzo Tange et les architectes métabolistes »  : […] C'est après la Seconde Guerre mondiale que l' architecture japonaise commença à s'imposer sur la scène mondiale. D'abord avec les œuvres de Kunio Mayekawa (1905-1986), notamment le centre culturel de Ueno à Tōkyō (1961). Puis, surtout, avec celles de son brillant élève Kenzo Tange (1913-2005) qui sut porter le vocabulaire de Le Corbusier à une plasticité brute et presque dramatique en construisa […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 248 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une économie de guerre passée en temps de paix »  : […] Les principales structures de ce capitalisme d'État sont instaurées au cours des années 1940 caractérisées par une économie de guerre, et elles ont été maintenues après la défaite militaire de 1945. Cette continuité est permise par le revirement géopolitique des États-Unis qui, après avoir voulu transformer le Japon vaincu en un pays rural et pacifique modèle, le remettent en selle industrielleme […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les plus anciennes et plus grandes villes du monde  »  : […] Au sein d'une Asie encore rurale, le fait urbain est ancien, profond, important et dynamique. C'est en Mésopotamie que sont probablement apparues les premières cités au monde ( IV e  millénaire). Le modèle des anciennes capitales chinoises a rayonné sur toute l'Asie orientale. Les hautes vallées de l'Indus ou de l'Irrawaddy, les sables et les pierrailles de l'Asie centrale sont remplis de vestig […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un espace de civilisation sinisée »  : […] Contrairement aux sociétés rurales européennes, méditerranéennes et d'Asie centrale caractérisées par leur « action directe, positive et sélectionniste », l'Asie orientale est caractérisée, selon l'anthropologue André-Georges Haudricourt (1911-1996), par une « action indirecte, négative et collectionneuse » s'exerçant sur les plantes et les animaux. L'igname, le taro et le riz sont reproduits pa […] Lire la suite

POPULATION GÉOGRAPHIE DE LA

  • Écrit par 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 11 598 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Projections et perspectives »  : […] Les démographes retiennent des scénarios sur les bases desquels ils projettent l’évolution des populations. Les projections ne sont que de simples exercices mathématiques à plus ou moins long terme, mais elles permettent de dresser des perspectives en fonction d’hypothèses de fécondité et d’espérance de vie (et éventuellement de migrations). Bien que l'évolution observée au cours des dernières ann […] Lire la suite

VILLE - Le fait urbain dans le monde

  • Écrit par 
  • Jacques BONNET
  •  • 6 597 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'armature urbaine »  : […] Le semis des villes n'est pas dû au hasard. Les unités urbaines partagent l'espace de façon organisée, pour répondre au bon fonctionnement des mécanismes d'échanges. Le géographe allemand Walter Christaller a montré en 1933 ( Les lieux centraux dans le sud de l'Allemagne ) que la taille, le nombre et la distribution des villes s'expliquent par la fourniture de biens et services centraux aux région […] Lire la suite

TOKUGAWA LES (1603-1868) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 302 mots

1603 Tokugawa Ieyasu (1543-1616) est nommé shogun par l'empereur et fixe le siège de son gouvernement à Edo. 1605 Tokugawa Ieyasu transmet de son vivant ses pouvoirs à son second fils, Tokugawa Hidetada, et fonde ainsi la troisième dynastie shogunale du Japon. 1614 Face au développement du christianisme du fait de l'expansion occidentale vers l'Asie, Tokugawa Hidetada lance une campagne de pers […] Lire la suite

KANSAI ou KINKI

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 1 021 mots
  •  • 1 média

Grande rivale culturelle du Kantō, le Kansai, aussi appelé parfois Kinki ou Kinai, est une région située au centre de l'île japonaise de Honshū . D'une superficie de 33 108 kilomètres carrés, elle est composée de sept départements (Kyōto, Osaka, Hyōgo, Nara, Shiga, Wakayama et Mie). Elle abritait en outre en 2015 plus de 22,7 millions d'habitants, essentiellement concentrés dans des plaines litto […] Lire la suite

KANTŌ ou KWANTŌ

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 963 mots
  •  • 1 média

Situé sur l'île de Honshū, limitrophe du Tōhoku au nord et du Chūbu à l’ouest, le Kantō est à la fois une région densément aménagée de 32 423 kilomètres carrés et une plaine côtière plus réduite mais très urbanisée abritant Tōkyō, la capitale du Japon . En tant que région, le Kantō, correspondant à la shutoken (pour « région capitale »), se compose de sept départements : Chiba, Gunma, Ibaraki, Ka […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe PELLETIER, « TŌKYŌ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tokyo/