TOGO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Togo : territoire et activités

Togo : territoire et activités
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Production de coton au Togo

Production de coton au Togo
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Élection présidentielle au Togo, 1998

Élection présidentielle au Togo, 1998
Crédits : PA Photos

photographie

Le président du Togo, Faure Gnassingbé, en mai 2015

Le président du Togo, Faure Gnassingbé, en mai 2015
Crédits : Issouf Sanogo/ AFP

photographie


Nom officielRépublique togolaise (TG)
Chef de l'État et du gouvernementFaure Gnassingbé (depuis le 4 mai 2005). Premier ministre : Komi Sélom Klassou (depuis le 5 juin 2015)
CapitaleLomé
Langue officiellefrançais
Unité monétairefranc CFA
Population7 338 000 (estim. 2018)
Superficie (km2)56 600

Évolution politique depuis l'indépendance

La vie politique du Togo indépendant a connu deux périodes fortement contrastées et d'inégale durée, la première marquée par les tentatives infructueuses du pouvoir civil pour asseoir la jeune démocratie, la seconde étant celle du pouvoir militaire incarné par Étienne Gnassingbé Eyadéma, puis par son fils et successeur.

La période démocratique

La période qui va de 1960 à 1967 consacre l'impuissance du gouvernement à établir une vie politique régulière dans le cadre du pluripartisme et son incapacité à fédérer au nouvel État les autorités issues des anciens pouvoirs locaux. Dans un contexte d'austérité économique et de rigidité politique, une première crise éclate entre des militaires non intégrés à l'armée régulière et le président Olympio qui refusait d'incorporer aux forces de sécurité togolaises les nombreux vétérans issus de l'armée française, suspects d'hostilité au régime et souvent issus du Nord. Le 13 janvier 1963, un groupe de ces soldats, menés par le sergent Étienne Gnassingbé Eyadéma, opère un coup de force au cours duquel le chef de l'État est assassiné.

L'armée donne le pouvoir à Nicolas Grunitzky en tant que président, avec Antoine Méatchi, leader politique du Nord, comme vice-président. Le pouvoir est réparti entre les deux fonctions par la Constitution de la IIe République adoptée le 16 janvier 1963. Ce bicéphalisme ne résiste pas aux rivalités partisanes et, peu après avoir déjoué un coup d'État, l'armée prend le pouvoir le 13 janvier 1967 ; le colonel Eyadéma suspend la Constitution, dissout l'Assemblée nationale, interdit les partis politiques, installe un nouveau gouvernement militaire composé de ministres nordistes (Eyadéma étant lui-même un fils de paysans kabyé). Il annonce la tenue d'élections dès que possible.

La période militaire et le régime de parti unique (1967-1991)

Cette période « de transition » dure jusqu'en 1979, soit douze ans durant lesquels le nouveau chef de l'État étend son autorité, malgré – ou en raison – des accidents et des complots (1974, 1 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
  • : maître de conférences d'histoire de l'Afrique, habilité à diriger des recherches, université d'Aix-Marseille
  • : docteur en histoire de l'université de Paris-I, chercheuse associée au Centre d'études des mondes africains, unité C.N.R.S. 8171
  • : vice-président de l'université de Bordeaux-I, doyen de la faculté de droit

Classification


Autres références

«  TOGO  » est également traité dans :

TOGO, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/chronologie/togo/#i_32405

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] La décolonisation de l'Afrique noire française apparaît, elle, largement comme un problème « mûri de l'extérieur » : à l'issue de la guerre, l'opinion, les partis et les gouvernants français n'étaient absolument pas prêts à envisager une perspective d'indépendance des colonies, tant la « reprise du rang » par la France dans le concert des grandes puissances s'identifiait à la grandeur de l'empire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_32405

ÉWÉ ou ÉVHÉ

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 891 mots

Les Éwé (ou Evhé, selon certains historiens comme R. Cornevin) occupent en Afrique occidentale le littoral du golfe de Guinée, de l'embouchure de la Volta, à l'ouest, à celle du Mono, à l'est, et l'arrière-pays sur une profondeur d'environ 150 km. La frontière entre le Ghana et le Togo traverse donc le territoire de cette ethnie (cf. carte in afrique noire . Langues). En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ewe-evhe/#i_32405

EYADÉMA GNASSINGBÉ (1935-2005)

  • Écrit par 
  • Comi M. TOULABOR
  •  • 786 mots

Le général Gnassingbé Eyadéma a exercé sur le Togo une dictature implacable pendant trente-huit ans. Les failles sont nombreuses dans son curriculum vitae. Sa date de naissance officielle, fixée au 26 décembre 1935, relève d'une imagination fertile. Il serait plus exact de dire qu'Étienne Eyadéma est né vers 1930. Il se fait appeler par ses deux prénoms jusqu'en 1974, année où il devient Gnassingb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnassingbe-eyadema/#i_32405

GHANA

  • Écrit par 
  • Monique BERTRAND, 
  • Anne HUGON
  •  • 7 191 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De la contestation anticoloniale au nationalisme »  : […] La mobilisation anticoloniale a commencé dès le xix e  siècle au Ghana, notamment sous l'influence d'intellectuels formés en Grande-Bretagne (juristes, journalistes, médecins...). Elle se poursuit tout au long du xx e  siècle, avec d'importants changements. Durant l'entre-deux-guerres, les mouveme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ghana/#i_32405

LOMÉ

  • Écrit par 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY
  •  • 446 mots
  •  • 1 média

Avec 1 million d'habitants en 2005, Lomé est de très loin la première ville du Togo dont elle est la capitale politique. Sur un site lagunaire occupé par des villages d'agriculteurs éwé, Lomé a été créée en 1874 par des commerçants africains, britanniques et allemands. Ce sont ces derniers qui ont demandé et obtenu la mise en place d'un protectorat allemand en 1884, dont Lomé devint la capitale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lome/#i_32405

OLYMPIO SYLVANUS (1902-1963)

  • Écrit par 
  • Bernadette PICARAT
  •  • 439 mots

Né à Lomé dans une famille originaire du Brésil, Sylvanus Olympio commence ses études à l'école allemande (le Togo était alors colonie allemande) puis les termine à Londres. Il est en 1926 représentant de la société Unilever au Nigeria avant d'être nommé au Togo où il devient président de la Chambre de commerce en 1948. Il adhère au Comité d'unité togolaise (C.U.T.), fondé en 1941 pour s'opposer a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sylvanus-olympio/#i_32405

Voir aussi

DÉMOCRATISATION    ÉMEUTE    FRAUDES    FAURE GNASSINGBÉ    PARTI UNIQUE    PHOSPHATES    POLITIQUE ÉCONOMIQUE    RÉPRESSION

Pour citer l’article

Philippe GERVAIS-LAMBONY, Francis SIMONIS, Agnès LAINÉ, Jean DU BOIS DE GAUDUSSON, « TOGO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/togo/