TOGO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique togolaise (TG)
Chef de l'État et du gouvernementFaure Gnassingbé (depuis le 4 mai 2005). Premier ministre : Victoire Tomegah Dogbé (depuis le 28 septembre 2020)
CapitaleLomé
Langue officiellefrançais
Unité monétairefranc CFA
Population8 072 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)56 600

Histoire

Les frontières du Togo ont subi de nombreuses variations qui font que son histoire est inséparable de celle des pays de la « côte des Esclaves » : Gold Coast (actuel Ghana), Dahomey (actuel Bénin), Nigeria occidental.

La période coloniale

Si l'on fait abstraction de l'évangélisation portugaise commencée dès le xvie siècle et de l'arrivée des missionnaires protestants au début du xviiie siècle, l'installation européenne au Togo est tardive ; elle date de la seconde moitié du xixe siècle, dans une région, celle de la côte et des abords immédiats, ravagée par la traite des esclaves et les raids de puissants voisins, le royaume d'Ashanti et le royaume d'Abomey.

Alors que le rôle économique de l'Afrique commence à apparaître, la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne entrent en compétition dans cette zone ; par la convention de Berlin du 24 décembre 1885, le Schutzgebiet Togo (territoire protégé) allemand est reconnu par la France qui cède ses droits sur Petit Popo (Aného) et Porto-Seguro où s'étaient installées en 1864 et 1868 les maisons de commerce marseillaises ; en échange, la France reçoit des droits allemands sur la future Guinée française. Côté britannique est opérée la délimitation entre la Côte-de-l'Or et le Togo, la frontière passant à 2 kilomètres à l'ouest de Lomé, en plein pays éwé. La conquête allemande vers le nord se poursuit jusqu'en 1891. Le Togo allemand, qui s'étend sur 85 000 kilomètres carrés, est marqué par une active mise en valeur du sous-sol et des richesses agricoles ainsi que par un développement des moyens de communication (création de routes et de voies ferrées, construction du wharf d'embarquement de Lomé) ; il devient la Musterkolonie (colonie modèle) de l'Empire allemand. La période de la colonisation de l'Allemagne prend fin en août 1914 à la suite d'une brève guerre conduite par un corps expéditionnaire franco-anglais. La reddition de l'Allemagne amorce une série de partages du territoire dont les enjeux sont principalement les hautes terres occidentales riches productrices de cacao (partage du 27 août 1914, accord de Londres du 10 juillet 1919).

Au lendemain de la division du pays, les deux parties du Togo sont placées sous le régime du mandat de la S.D.N. Alors que la France conserve ses pouvoirs au Togo, le Togo britannique est gouverné d'Accra et administré conjointement avec la Gold Coast à laquelle il sera rattaché. Entre les deux guerres, les revendications allemandes sur le Togo ont pour conséquence que la France s'intéresse plus à ce pays qu'à ses autres territoires d'Afrique noire ; la mise en valeur économique et l'appel aux élites locales, chrétiennes et scolarisées, y sont plus poussés, cependant que l'administration française entretient le particularisme togolais à l'égard du Dahomey.

Les droits de la France seront reconduits mais aussi restreints par l'O.N.U. qui, plaçant le Togo sous « tutelle », confie à la puissance coloniale une mission d'administration et de développement politique du territoire appelé à l'indépendance.

Le contexte togolais à la veille de l'indépendance

La société togolaise est constituée de populations arrivées dans la région à différentes époques et qui présentent de fortes disparités sociales, économiques, religieuses et linguistiques. Ainsi qu'on le relève dans d'autres régions d'Afrique de l'Ouest ayant une façade maritime, les peuples éloignés de la côte sont entrés en relation avec les Européens plus tardivement. S'ils n'ont que peu participé au développement de la traite atlantique, ils ont souffert des guerres menées aux fins du commerce négrier alimenté par des intermédiaires africains proches du littoral. L'essentiel des raids, conduits par les puissants royaumes Ashanti et d'Abomey, de part et d'autre de l'actuel Togo, n'ont cependant pas épargné les populations du Sud.

Certains peuples du Nord se rattachaient à des entités politiques bien structurées de l'actuel Burkina Faso, où l'islam constituait çà et là une force de résistance. Ces sociétés, ainsi que les sociétés animistes et acéphales de peuplement ancien, comme les Kabyè, sont restées plus à l'écart des transformations imposées par les administrations coloniales successives, que la zone urbanisée, scolarisée et christianisée du Sud. Celle-ci a été le terreau des travailleurs et auxiliaires coloniaux prêts à former l'élite politique du pays indépendant, mais qui [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Togo : carte physique

Togo : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Togo : drapeau

Togo : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Togo : territoire et activités

Togo : territoire et activités
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Production de coton au Togo

Production de coton au Togo
Crédits : C. Sappa/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : vice-président de l'université de Bordeaux-I, doyen de la faculté de droit
  • : professeur à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
  • : docteur en histoire de l'université de Paris-I, chercheuse associée au Centre d'études des mondes africains, unité C.N.R.S. 8171
  • : maître de conférences d'histoire de l'Afrique, habilité à diriger des recherches, université d'Aix-Marseille

Classification

Autres références

«  TOGO  » est également traité dans :

TOGO, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] La décolonisation de l'Afrique noire française apparaît, elle, largement comme un problème « mûri de l'extérieur » : à l'issue de la guerre, l'opinion, les partis et les gouvernants français n'étaient absolument pas prêts à envisager une perspective d'indépendance des colonies, tant la « reprise du rang » par la France dans le concert des grandes puissances s'identifiait à la grandeur de l'empire, […] Lire la suite

ÉWÉ ou ÉVHÉ

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 891 mots

Les Éwé (ou Evhé, selon certains historiens comme R. Cornevin) occupent en Afrique occidentale le littoral du golfe de Guinée, de l'embouchure de la Volta, à l'ouest, à celle du Mono, à l'est, et l'arrière-pays sur une profondeur d'environ 150 km. La frontière entre le Ghana et le Togo traverse donc le territoire de cette ethnie (cf. carte in afrique noire . Langues). En 1990, la société éwé compr […] Lire la suite

EYADÉMA GNASSINGBÉ (1935-2005)

  • Écrit par 
  • Comi M. TOULABOR
  •  • 786 mots

Le général Gnassingbé Eyadéma a exercé sur le Togo une dictature implacable pendant trente-huit ans. Les failles sont nombreuses dans son curriculum vitae. Sa date de naissance officielle, fixée au 26 décembre 1935, relève d'une imagination fertile. Il serait plus exact de dire qu'Étienne Eyadéma est né vers 1930. Il se fait appeler par ses deux prénoms jusqu'en 1974, année où il devient Gnassingb […] Lire la suite

GHANA

  • Écrit par 
  • Monique BERTRAND, 
  • Anne HUGON
  •  • 7 193 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De la contestation anticoloniale au nationalisme »  : […] La mobilisation anticoloniale a commencé dès le xix e  siècle au Ghana, notamment sous l'influence d'intellectuels formés en Grande-Bretagne (juristes, journalistes, médecins...). Elle se poursuit tout au long du xx e  siècle, avec d'importants changements. Durant l'entre-deux-guerres, les mouvements d'opposition au colonialisme, plutôt élitistes et modérés, ne demandent ni l'indépendance ni même […] Lire la suite

LOMÉ

  • Écrit par 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY
  •  • 447 mots
  •  • 1 média

Avec 1 million d'habitants en 2005, Lomé est de très loin la première ville du Togo dont elle est la capitale politique. Sur un site lagunaire occupé par des villages d'agriculteurs éwé, Lomé a été créée en 1874 par des commerçants africains, britanniques et allemands. Ce sont ces derniers qui ont demandé et obtenu la mise en place d'un protectorat allemand en 1884, dont Lomé devint la capitale […] Lire la suite

OLYMPIO SYLVANUS (1902-1963)

  • Écrit par 
  • Bernadette PICARAT
  •  • 439 mots

Né à Lomé dans une famille originaire du Brésil, Sylvanus Olympio commence ses études à l'école allemande (le Togo était alors colonie allemande) puis les termine à Londres. Il est en 1926 représentant de la société Unilever au Nigeria avant d'être nommé au Togo où il devient président de la Chambre de commerce en 1948. Il adhère au Comité d'unité togolaise (C.U.T.), fondé en 1941 pour s'opposer a […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19-26 juillet 2021 Israël. Révélations sur l'usage par plusieurs États d'un logiciel israélien d'espionnage de téléphones.

Outre ces derniers, l’Azerbaïdjan, Bahreïn, Dubaï, les Émirats arabes unis, l’Inde, le Mexique et le Togo, sont visés par ces révélations. Le 22, le Parlement israélien met en place une commission d’enquête sur l’affaire Pegasus. De son côté, le Maroc annonce le dépôt d’une plainte pour diffamation contre Forbidden Stories et Amnesty International devant le tribunal correctionnel de Paris. […] Lire la suite

15 avril 2021 France – Côte d'Ivoire. Procès du bombardement de la base militaire de Bouaké.

La cour s’interroge sur les raisons qui ont empêché les autorités françaises de répondre à la proposition de Lomé de leur livrer le mercenaire biélorusse arrêté au Togo quelques jours après le bombardement. […] Lire la suite

26 février 2021 France. Refus de la procédure de plaider-coupable défendue par Vincent Bolloré dans une affaire de corruption au Togo.

Le tribunal judiciaire de Paris refuse d’homologuer la procédure de comparution avec reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) introduite par Vincent Bolloré et deux autres dirigeants du groupe Bolloré, Gilles Alix et Jean-Philippe Dorent. Ceux-ci sont mis en examen pour « corruption active d’un agent public étranger » et « abus de confiance » dans l’affaire des services rendus en 2009 et 2010 au président togolais Faure Gnassingbé par Euro RSCG – aujourd’hui Havas –, filiale de Bolloré, en échange de concessions portuaires à Lomé. […] Lire la suite

22 février 2020 Togo. Réélection du président Faure Gnassingbé.

Le président Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis mai 2005, est réélu dès le premier tour avec 72,4 p. 100 des suffrages, contre 18,4 p. 100 des voix pour son principal adversaire, Agbéyomé Kodjo, candidat du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement. L’opposant historique Jean-Pierre Fabre, chef de l’Alliance nationale pour le changement, n’obtient que 4,7 p. […] Lire la suite

20 décembre 2018 Togo. Élections législatives.

Avec 59 sièges sur 91, l’Union pour la République (UNIR) du président Faure Gnassingbé remporte les élections législatives reportées de plusieurs mois. L’Union des forces de changement de l’opposant Jean-Pierre Fabre obtient 7 députés. Dix-huit élus sont indépendants. Le taux de participation est de 59,3 p. 100. L’Alliance C 14, principale coalition d’opposition, appelait au boycottage du scrutin afin de protester contre la réforme constitutionnelle prévue par le chef de l’État, qui permettrait à celui-ci de briguer un quatrième mandat consécutif. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DU BOIS DE GAUDUSSON, Philippe GERVAIS-LAMBONY, Agnès LAINÉ, Francis SIMONIS, « TOGO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/togo/