TIGRE, fleuve

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En arabe Didjla, en turc Dide (formes modernes du Diglat antique), le Tigre déroule la majeure partie de son cours (1 950 km) en Mésopotamie. Né en Turquie du Sud-Est, le fleuve est montagnard (gorges) jusqu'à son entrée dans les plateaux de Djézireh à Cizre. Il traverse la Djézireh irakienne dans une vaste dépression synclinale et franchit par des gorges de nombreux chaînons. Il reçoit sur sa rive gauche une série d'affluents importants descendus des montagnes du Zagros, le Grand Zāb (392 km) grossi du Khazir, le Petit Zāb (400 km), l'Adhaïm (230 km) et, en aval de Bagdad, la Diyālā (386 km). Il pénètre dans la plaine de Mésopotamie (Irak el-Arabi) à Balad, un peu en aval de Sāmarrā, où, à 50 mètres d'altitude, il est encore à 972 kilomètres du golfe Persique. De Balad à Kūt, le Tigre (qui s'est rapproché de l'Euphrate au niveau de Bagdad) parvient encore à drainer sa plaine sauf pendant les crues ; de Kūt à la mer, au contraire, le fleuve se déverse en immenses marécages et son cours devient incertain : jusqu'au xve siècle, il coulait plus au sud, dans le Chatt el-Gharraf, et rejoignait l'Euphrate dans le lac Hammar. Son trajet actuel lui permet de recevoir les eaux de la Kherka, descendue des montagnes d'Iran. Il conflue avec l'Euphrate à al-Qurna, à 64 kilomètres en amont de Bassorah, pour former le Chatt el-Arab. L'alimentation du Tigre, dans un bassin montagnard enneigé, en fait un torrent abondant (1 254 m3/s à Sāmarrā), mais brutal (crue maximale dix fois supérieure au débit moyen) et irrégulier : 53 p. 100 de ses eaux sont écoulées en mars, avril et mai. Ses crues sont terribles et ont provoqué dans l'histoire des inondations catastrophiques. À partir de Kūt, il perd, par l'irrigation et par ses déversements dans les marécages, plus de 80 p. 100 de ses eaux. Le Tigre n'est donc utile à l'homme qu'au prix de grands travaux destinés à réduire ses dévastations et à accumuler en réserve ses eaux de crue, tâche que seule l'époque moderne est en mesure de réaliser pleinement. Des barrages sur les affluents (Bekhme sur le Grand Zāb, Dukan et Batma sur le Petit Zāb, Demir Kapou sur l'Adhaïm, Derbendi Khan et Khan ben Saad sur la Diyala) retiennent les crues ; le barrage de Sāmarrā dirige le surplus des crues vers la dépression du wadi Tharthar dans la basse Djézireh ; d'autres barrages (Kūt) dirigent l'irrigation. Des digues protègent champs, villes et villages. Le Tigre est un sujet de litige entre l'Irak et la Turquie, qui souhaite construire de nouveaux barrages-réservoirs qui risquent de diminuer le débit du fleuve.

Syrie : carte physique

Syrie : carte physique

carte

Carte physique de la Syrie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

—  Jean-Marc PROST-TOURNIER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification


Autres références

«  TIGRE, fleuve  » est également traité dans :

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 833 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Hydrologie »  : […] La variété des régimes et des provinces hydrologiques est maximale dans les hautes terres du Nord. Aux régimes nivaux ou nivo-glaciaires de montagne des régions caspiennes et pontiques, aux régimes méditerranéens plus ou moins influencés par les neiges, mais essentiellement à hautes eaux d'hiver, du Taurus, du Zagros et de la frange montagneuse du Levant (Oronte), parfois abondamment soutenus par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-structure-et-milieu-geographie-physique/#i_27344

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 809 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La mobilisation des eaux et la question alimentaire »  : […] La quête de l'eau et sa maîtrise sont des impératifs absolus dans cette région où se juxtaposent à la fois des montagnes relativement arrosées grâce aux dépressions cycloniques d'hiver qui parviennent jusqu'en Méditerranée orientale et des déserts qui occupent plus de la moitié de l'espace. Les ressources hydrauliques annuelles renouvelables sont estimées à 520 km 3 , ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-dynamiques-regionales/#i_27344

BAGDAD

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Gaston WIET
  •  • 2 616 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La ville contemporaine  »  : […] Légèrement en amont du confluent du Tigre et de la rivière Diyala, dans l'axe de peuplement dense de la Mésopotamie, Bagdad se situe à mi-chemin des montagnes du Kurdistan et des marais de la basse Mésopotamie, à l'endroit où le Tigre et l'Euphrate se rapprochent. À peu près équidistante des deux autres grandes villes du pays qu'elle domine nettement, Mossoul au nord et Bassorah au sud, la capital […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bagdad/#i_27344

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 305 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Deux grands fleuves et quatre ensembles naturels inégalement peuplés »  : […] Dans ce pays où la température moyenne annuelle est presque partout supérieure à 20  0 C et les précipitations inférieures à 100 millimètres sur une large partie du territoire, la combinaison d'éléments climatiques, topographiques et hydrographiques conduit à distinguer quatre ensembles naturels. Le premier, au sud et à l'ouest, regroupe des plateaux arides prolongeant les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irak/#i_27344

IRAK EL-ARABI

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 497 mots

Expression arabe médiévale, l'Irak el-Arabi désigne la basse Mésopotamie et s'oppose à l'Irak el-Adjami (l'Irak persan), qui correspond à l'Iran occidental (l'ancienne Médie). La basse Mésopotamie constitue la partie méridionale de l'Irak actuel. Elle est entièrement dominée par la dynamique du Tigre et de l'Euphrate : à partir de la latitude de Bagdad, les deux grands fleuves coulent rapprochés l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irak-el-arabi/#i_27344

MÉSOPOTAMIE - Premier peuplement

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HUOT
  •  • 1 483 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Avant l'essor urbain »  : […] En Basse-Mésopotamie, les recherches archéologiques sont suffisamment avancées pour qu'on puisse déjà esquisser l'histoire du peuplement de cette région. Les premières étapes en présentent d'autant plus d'intérêt qu'elles expliquent peut-être le développement ultérieur d'une région qui s'est distinguée des pays voisins par un essor spectaculaire. Dès la fin du IV e  millé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-premier-peuplement/#i_27344

MÉSOPOTAMIE - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HUOT
  •  • 5 128 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La Mésopotamie antique »  : […] L'historien grec Polybe ( ii e  s. av. J.-C.) appelait la vallée alluviale du Tigre et de l' Euphrate la Mésopotamie ou « pays entre les fleuves ». C'est, en effet, le trait majeur de l'Iraq. Ces deux fleuves (Purattu et Idiglat, en akkadien) prennent leur source dans les montagnes d'Arménie et coulent presque parallèlement sur quelque mille kilom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-l-archeologie/#i_27344

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 595 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Un aménagement du territoire encore à naître et un centralisme administratif persistant »  : […] Dans ce contexte d'augmentation des disparités spatiales, à laquelle l'U.E. est sensible, une politique d'aménagement du territoire apparaît plus que nécessaire. S'il existe, depuis les débuts de la République, une culture de la planification dans l'administration centrale, celle-ci est surtout sectorielle (industrie, énergie, agriculture, irrigation...), centralisatrice et macroéconomique. Les g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_27344

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « TIGRE, fleuve », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tigre-fleuve/