ZAGROS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

S'étendant de la latitude du lac d'Ourmia jusqu'à la région de Persépolis, cette chaîne de hautes montagnes sépare le plateau iranien de la plaine mésopotamienne. La configuration physique de la région, où les dépressions encastrées entre des falaises abruptes ne sont accessibles que par des cols élevés, a fait de tout temps du Zagros le refuge de populations très indépendantes. À l'époque de la civilisation mésopotamienne, les ethnies du Zagros, jamais pacifiées d'une façon définitive, n'ont cessé de représenter une menace pour les habitants de la Mésopotamie.

Telle était déjà la situation dès l'époque de Naram-Sin (~ 2254-~ 2216), roi d'Akkad qui eut affaire à deux populations du Zagros central et septentrional : les Loulloubi, établis dans la région de Sharezor ; et, plus au nord, entre les deux Zab, dans la montagne qui fait face à Arbèles, les Gouti. Ces derniers réussirent à subjuguer la Mésopotamie pour plus d'un siècle après la mort du fils et successeur de Naram-Sin, Šar-kali-sarri (~ 2217-~ 2193). En ~ 2003, les Sou contribuèrent avec les Amorites et les Élamites à la ruine de la dynastie d'Our III.

Stèle de Narâm-Sîn

Stèle de Narâm-Sîn

photographie

Cette stèle célèbre la victoire de Narâm-Sîn (2254 env.-2218), roi d'Akkad, sur les Lullubi, montagnards du Zagros. Calcaire gréseux. Hauteur: 200 cm. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Un autre peuple du Zagros, les Kassites, installés au pays de Kashshen, dans le Louristan actuel, descendait régulièrement du Zagros pour chercher du travail en Mésopotamie. Au ~ xviiie siècle, sous la poussée de peuplades indo-aryennes, les Kassites dévalent les pentes du Zagros en masse, s'emparent du pouvoir à Babylone, dont ils changent le nom en Kardouniash. Les listes citent trente-six noms de rois kassites dont le dernier, Enlil-nadin-ahi, règne entre ~ 1159 et ~ 1157.

Les textes mentionnent des rois d'Assyrie, tels Adad-Nirari Ier (~ 1307-~ 1275), Salmanasar Ier (~ 1274-~ 1245), Tukulti-Ninurta Ier (~ 1244-~ 1208), Assour-reshishi Ier (~ 1133-~ 1116), Assournaṣirpal II (~ 883-~ 859), qui durent mener campagne contre diverses populations du Zagros.

À l'époque d'Assourbanipal (~ 668-~ 627), on signale une campagne victorieuse du roi d'Élam Teumman contre les Balahouté, habitants du centre du Zagros.

—  Valentin NIKIPROWETZKY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ZAGROS  » est également traité dans :

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 833 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le tapis végétal »  : […] Un premier type de formations forestières, très original, est constitué par les forêts humides des franges pontiques et caspiennes, où se sont conservées, dans ces secteurs abrités, des forêts très composites, riches en espèces d'affinités tropicales ayant résisté aux glaciations. Forêt caspienne et forêt pontique représentent cependant deux faciès différents. La première est presque exclusivement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-structure-et-milieu-geographie-physique/#i_19209

BÉLOUTCHISTAN ou BALOUTCHISTAN

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 889 mots
  •  • 1 média

Vaste région montagneuse semi-désertique, le Béloutchistan (ou Baloutchistan ou Bālutchestān) est partagé entre l'Iran et le Pākistān et comprend, au moins sur le plan ethno-linguistique, une partie de l'Afghānistān méridional. Il est formé de chaînes, parallèles à la côte du golfe d'Oman, qui rendent difficile l'accès vers l'intérieur du pays et sa mise en valeur. Morcelées et tourmentées, les ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beloutchistan-baloutchistan/#i_19209

FĀRS

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 466 mots
  •  • 1 média

Province iranienne s'étendant sur 120 005 kilomètres carrés et peuplée de 3 817 000 habitants (recensement de 1996,estimation de 4 300 000 hab. au milieu des années 2000), le Fārs est l'antique Perside, berceau des dynasties achéménide et sassanide, dont le dialecte (fārsī) fut d'abord la langue littéraire, puis la lingua franca de vastes régions musulmanes avant de devenir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fars/#i_19209

IRAN - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean BRAUD
  •  • 3 205 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le Zagros externe, sa suture ophiolitique et le Main Zagros Thrust »  : […] La péninsule arabique, qui s'avance jusqu'au golfe Persique, est constituée par un socle complexe de terrains cristallins précambriens. La couverture sédimentaire débute à l'Infracambrien avec des niveaux d'évaporites (sel) et se poursuit sans perturbation tectonique jusqu'à la période actuelle ; les sédiments, restés sub-horizontaux, y sont épicontinentaux, entrecoupés de lacunes. Les mêmes carac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iran-geologie/#i_19209

IRAN - Géographie

  • Écrit par 
  • Bernard HOURCADE
  •  • 5 159 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le pays des piémonts »  : […] Le territoire et les paysages iraniens associent trois espaces complémentaires : en amont, des montagnes fraîches ( yeylāq ou sardsir ), enneigées en hiver, réservoirs d'eau en été, en aval de vastes plaines désertiques ( qeshlāq ou garmsir ) aux étés torrides, où se perdent les rivières et, au centre, des pié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iran-geographie/#i_19209

KERMANSHAHAN

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 400 mots

Province de l'Iran occidental (24 988 km 2 , 1 921 200 hab. en 2004, estimation), limitée à l'ouest par l'Irak et au nord par la province iranienne du Kurdistān, la région abrite une majorité de Kurdes. Sur le grand axe routier Téhéran-Bagdad, à 190 kilomètres à l'ouest de Hamadan, se trouve le chef-lieu de la province, Kermanshah (anc. Bakhtarān), une ville du Zagros situ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kermanshahan/#i_19209

PERSIQUE GOLFE

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 852 mots

Site qui constitue, avec ses prolongements (plaines alluviales de Mésopotamie et du Khūzistan), une dépression située entre la plate-forme arabique et les chaînes sud-ouest du Zagros iranien. Le golfe Persique proprement dit est une mer fermée dont les fonds ne dépassent 100 mètres qu'au détroit d'Ormūz, les plus faibles profondeurs se trouvant du côté arabe ; cela facilite l'exploitation sur plat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/golfe-persique/#i_19209

Pour citer l’article

Valentin NIKIPROWETZKY, « ZAGROS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/zagros/