Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ZAGROS

S'étendant de la latitude du lac d'Ourmia jusqu'à la région de Persépolis, cette chaîne de hautes montagnes sépare le plateau iranien de la plaine mésopotamienne. La configuration physique de la région, où les dépressions encastrées entre des falaises abruptes ne sont accessibles que par des cols élevés, a fait de tout temps du Zagros le refuge de populations très indépendantes. À l'époque de la civilisation mésopotamienne, les ethnies du Zagros, jamais pacifiées d'une façon définitive, n'ont cessé de représenter une menace pour les habitants de la Mésopotamie.

Stèle de Narâm-Sîn - crédits :  Bridgeman Images

Stèle de Narâm-Sîn

Telle était déjà la situation dès l'époque de Naram-Sin (~ 2254-~ 2216), roi d'Akkad qui eut affaire à deux populations du Zagros central et septentrional : les Loulloubi, établis dans la région de Sharezor ; et, plus au nord, entre les deux Zab, dans la montagne qui fait face à Arbèles, les Gouti. Ces derniers réussirent à subjuguer la Mésopotamie pour plus d'un siècle après la mort du fils et successeur de Naram-Sin, Šar-kali-sarri (~ 2217-~ 2193). En ~ 2003, les Sou contribuèrent avec les Amorites et les Élamites à la ruine de la dynastie d'Our III.

Un autre peuple du Zagros, les Kassites, installés au pays de Kashshen, dans le Louristan actuel, descendait régulièrement du Zagros pour chercher du travail en Mésopotamie. Au ~ xviiie siècle, sous la poussée de peuplades indo-aryennes, les Kassites dévalent les pentes du Zagros en masse, s'emparent du pouvoir à Babylone, dont ils changent le nom en Kardouniash. Les listes citent trente-six noms de rois kassites dont le dernier, Enlil-nadin-ahi, règne entre ~ 1159 et ~ 1157.

Les textes mentionnent des rois d'Assyrie, tels Adad-Nirari Ier (~ 1307-~ 1275), Salmanasar Ier (~ 1274-~ 1245), Tukulti-Ninurta Ier (~ 1244-~ 1208), Assour-reshishi Ier (~ 1133-~ 1116), Assournaṣirpal II (~ 883-~ 859), qui durent mener campagne contre diverses populations du Zagros.

À l'époque d'Assourbanipal (~ 668-~ 627), on signale une campagne victorieuse du roi d'Élam Teumman contre les Balahouté, habitants du centre du Zagros.

— Valentin NIKIPROWETZKY

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Valentin NIKIPROWETZKY. ZAGROS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Stèle de Narâm-Sîn - crédits :  Bridgeman Images

Stèle de Narâm-Sîn

Autres références

  • ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

    • Écrit par , et
    • 34 872 mots
    • 8 médias
    L'arc méridional (le Zagros) est au contraire du point de vue structural une zone géosynclinale typique, qu'on peut diviser en un certain nombre de zones structurales longitudinales bien caractérisées :
  • BÉLOUTCHISTAN ou BALOUTCHISTAN

    • Écrit par
    • 890 mots
    • 1 média

    Vaste région montagneuse semi-désertique, le Béloutchistan (ou Baloutchistan ou Bālutchestān) est partagé entre l'Iran et le Pākistān et comprend, au moins sur le plan ethno-linguistique, une partie de l'Afghānistān méridional. Il est formé de chaînes, parallèles à la côte du golfe d'Oman, qui...

  • FĀRS

    • Écrit par
    • 466 mots
    • 1 média

    Province iranienne s'étendant sur 120 005 kilomètres carrés et peuplée de 3 817 000 habitants (recensement de 1996,estimation de 4 300 000 hab. au milieu des années 2000), le Fārs est l'antique Perside, berceau des dynasties achéménide et sassanide, dont le dialecte (fārsī) fut d'abord la langue...

  • IRAN - Géologie

    • Écrit par
    • 3 211 mots
    • 2 médias
    ...nord-ouest - sud-est, de plus de 1 500 kilomètres de longueur, allant de la Turquie orientale jusqu'au niveau du détroit d'Ormuz. Ces chaînes, appelées globalement Zagros, s'élèvent jusqu'à 4 550 mètres au Zard Kuh. Comme toutes les chaînes orogéniques, elles sont bordées par une dépression frontale, localisée ici...
  • Afficher les 7 références