THERMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire de la thermique

Dans l’Antiquité, les Anciens ont beaucoup disserté sur la nature de la chaleur : Héraclite (576-480) considérait la chaleur comme une force, cause de toutes les transformations ; Démocrite (460-370), comme une matière émanant des corps chauds et formée d’atomes ronds et très mobiles ; Aristote (384-322) la regardait comme une quantité occulte de la matière, capable de réunir les éléments semblables et de séparer les systèmes hétérogènes.

Les philosophes des premiers siècles de l’ère chrétienne et du Moyen Âge se sont généralement contentés de commenter la théorie des éléments développée par les Anciens, dans laquelle les quatre corps simples (terre, eau, air et feu) sont analysés au moyen de deux couples d’opposés primitifs, chaud et froid, sec et humide.

Au xviie siècle apparaissent de nouvelles conceptions sur l’essence de la chaleur : Descartes, Bacon, Newton et Boyle soupçonnent l’existence de relations entre les phénomènes mécaniques et calorifiques. À la fin du xviiie siècle, on pense que la chaleur est un fluide impondérable et, comme la lumière, les deux hypothèses de l’ondulation et de l’émission servent à en expliquer la transmission. Les partisans de l’émission, majoritaires, admettent que les corps émettent de façon continue une substance impondérable appelée « calorique ». Bernoulli, Euler et surtout Thompson, partisans de l’ondulation, montrent que le frottement de deux corps peut indéfiniment produire de la chaleur, ce qui ne peut être expliqué par la théorie de l’émission. Lavoisier, étudiant les réactions chimiques, ne pouvait manquer d’observer de fréquents et importants dégagements de chaleur. Il est sans doute le premier à ranger [...]


Médias de l’article

Flux thermique

Flux thermique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Énergie thermique

Énergie thermique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Capacités calorifiques massives

Capacités calorifiques massives
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Conductivités thermiques

Conductivités thermiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, enseignant-chercheur, UMR 6614 CNRS-CORIA

Classification


Autres références

«  THERMIQUE  » est également traité dans :

ARCHITECTURE ÉCOLOGIQUE ou ARCHITECTURE DURABLE

  • Écrit par 
  • Dominique GAUZIN-MÜLLER
  •  • 5 078 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « D'une approche intuitive aux grilles d'évaluation »  : […] L'approche bioclimatique est assez intuitive : elle s'appuie sur l'observation du site et sur l'enseignement tiré des constructions vernaculaires. Ce n'est qu'au début des années 1990 que sont apparues les premières grilles destinées à une évaluation « objective » des caractéristiques environnementales des bâtiments. Ces grilles analytiques multicritères, inspirées de la procédure ISO 14001, ont g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-ecologique-architecture-durable/#i_46524

CALORIQUE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 377 mots

Ancien nom de la chaleur considérée comme un fluide pondérable dérivant du feu platonicien. Passant à travers les parois des vases (à cause de l'acuité de ses arêtes et de ses sommets pointus), il provoquait, d'une part, la dilatation des corps (en s'insinuant entre leurs propres particules qu'il éloignait les unes des autres) et, d'autre part, une augmentation de poids. Lavoisier, qui n'a pu ni l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calorique/#i_46524

CHALEUR

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 996 mots

La notion de chaleur telle qu'elle résulte de la sensation de chaud et de froid remonte aux époques les plus reculées. Toutefois, elle n'appartint à la science qu'à partir du xviii e  siècle, lorsque Lavoisier et Laplace reconnurent conjointement en elle « une grandeur susceptible d'accroissement et de diminution », et donc accessible à la mesure. La première tentative d'interprétation physique as […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaleur/#i_46524

CONDUCTIVITÉ ou CONDUCTIBILITÉ, physique

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 679 mots

Grandeur physique caractérisant la propagation, dans un milieu matériel, d'un flux d'électrons (conductivité électrique), d'un flux de chaleur (conductivité thermique) ou d'une perturbation mécanique (conductivité acoustique). Les milieux dans lesquels la propagation est aisée sont dits conducteurs ; ceux dans lesquels elle n'est pas possible (ou difficile, ou très lente) sont dits isolants. La co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conductivite-conductibilite/#i_46524

ÉNERGIES RENOUVELABLES

  • Écrit par 
  • Daniel CLÉMENT
  •  • 15 609 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La conversion thermique »  : […] La conversion thermique transforme le rayonnement solaire en chaleur pour des usages dans les secteurs résidentiels ou tertiaires (températures inférieures à 100  0 C) par l’intermédiaire d’un capteur solaire encore appelé capteur héliothermique ou collecteur. Le fluide circule dans un échangeur dont une face absorbante (typiquement une surface noire) va s’échauffer sous le rayonnement solaire et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/energies-renouvelables/#i_46524

GÉOTHERMIE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL, 
  • Jacques VARET
  •  • 14 585 mots
  •  • 18 médias

Sur le plan scientifique, la géothermie s'attache à l'étude du régime thermique du globe et aux mécanismes de transfert thermique – conductifs et convectifs. Elle tente d'intégrer l'ensemble des données géologiques, géochimiques et géophysiques dans des modèles satisfaisants. Abstraction faite des variations thermiques d'origine externe, qui affectent, selon leur périodicité, quelques mètres ou q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geothermie/#i_46524

PHONON

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BURGER
  •  • 2 360 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vibrations thermiques »  : […] Les vibrations internes à un solide peuvent également être excitées par la température T. L'agitation thermique qui en résulte est la superposition plus ou moins chaotique d'un grand nombre de vibrations, couvrant pratiquement tout le spectre des fréquences. Toutes ces vibrations sont indépendantes les unes des autres dans l'approximation harmonique, et on peut les assimiler à un gaz de phonons l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phonon/#i_46524

PROPULSION HYPERSONIQUE

  • Écrit par 
  • François FALEMPIN
  •  • 2 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Environnement thermique dans la chambre de combustion »  : […] Les flux thermiques sur la surface des parois de la chambre de combustion sont de l'ordre de 0,5 à 1 mégawatt par mètre carré, avec des pics locaux pouvant atteindre 5 mégawatts par mètre carré. Il faut par conséquent recourir à une structure des parois en « double peau », à travers laquelle le combustible circule avant son injection dans la chambre. Dans le cas d'un combustible de type hydrocarb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/propulsion-hypersonique/#i_46524

STEFAN JOSEF (1835-1893)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 225 mots

Physicien autrichien né à Sankt Peter près de Klagenfurt et mort à Vienne. Les travaux originaux de Josef Stefan, intéressant des domaines importants de la physique, comprennent la théorie cinétique des gaz, l'hydrodynamique et surtout la théorie du rayonnement. Après des études à l'université de Vienne où il obtient son doctorat en 1858, nommé Privatdozent de physique mathématique, il devient pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-stefan/#i_46524

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno CHÉRON, « THERMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermique/