CONDUCTIVITÉ ou CONDUCTIBILITÉ, physique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grandeur physique caractérisant la propagation, dans un milieu matériel, d'un flux d'électrons (conductivité électrique), d'un flux de chaleur (conductivité thermique) ou d'une perturbation mécanique (conductivité acoustique). Les milieux dans lesquels la propagation est aisée sont dits conducteurs ; ceux dans lesquels elle n'est pas possible (ou difficile, ou très lente) sont dits isolants.

La conductivité électrique σ et la conductivité thermique κ sont des constantes spécifiques de tout corps homogène, définies par les relations i = σE (avec grad T = 0) et q = —κ grad T (avec i = 0), où i est la densité du courant électrique, q la densité du courant thermique, E le champ électrique et T la température absolue. Les restrictions grad T = 0 pour σ et i = 0 pour κ découlent du fait que, si les porteurs d'électricité et de chaleur sont les mêmes et si l'on a simultanément E ≠ 0 et grad T ≠ 0, i et q sont liés par les relations de la thermodynamique des processus irréversibles. Ces restrictions ne sont pas symétriques (les restrictions symétriques seraient grad T = 0 pour σ et E = 0 pour κ), le rôle de i = 0 étant d'éliminer le transport thermique par convection. Il faut, en outre, déduire de i le courant électrique par diffusion, dû à la non-uniformité de la concentration des porteurs, et de q le courant thermique par rayonnement. En général (dans les corps anisotropes, à l'exception du système cubique), σ et κ sont des tenseurs symétriques du second ordre.

Les conductivités σ et κ ne sont de véritables constantes spécifiques du corps considéré que si elles ne dépendent pas, respectivement, de E (loi d'Ohm) et de grad T (loi de Fourier). Le régime ohmique est pratiquement toujours réalisé dans les métaux et les électrolytes. Il ne l'est pas, pour des champs E suffisamment forts, dans les gaz et les solides non métalliques, ce qui donne naissance aux phénomènes de saturation, électrons « chauds », rupture diélectrique, etc. Même lorsque les con [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CONDUCTIVITÉ ou CONDUCTIBILITÉ, physique  » est également traité dans :

ARGENT, métal

  • Écrit par 
  • Robert COLLONGUES
  •  • 5 186 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Chimie de l'état solide »  : […] L'argent se distingue très nettement de ses partenaires du groupe I  b . En effet, les coordinations habituelles pour le cuivre et l'or sont 2 et 4, les plus importantes étant 4 pour le cuivre et 2 pour l'or. L'argent adopte indifféremment les coordinations 2, 4 et 6, et la coordination 3 peut aussi exister . Par suite de l'existence d'une coordination 6 possible pour l'argent, un certain nombre […] Lire la suite

CARBURANTS

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • Jean-Claude GUIBET, 
  • Xavier MONTAGNE
  •  • 10 523 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques exigées »  : […] Pour que la combustion s'accomplisse de façon satisfaisante, le carburéacteur doit se vaporiser rapidement et se mélanger intimement à l'air. Cela justifie la fixation de spécifications relatives à la masse volumique (entre 0,775 et 0,840 kg/l à 15  0 C), à l'intervalle de distillation (plus de 10 p. 100 distillés à 204  0 C, point final inférieur à 300  0 C), et à la viscosité (inférieure à 8 mm […] Lire la suite

CONSTANTAN

  • Écrit par 
  • Stanislas de CHAWLOWSKI
  •  • 212 mots

Alliage de cuivre et de nickel caractérisé par une résistance électrique pratiquement indépendante de la température, et convenant donc à la construction de résistances électriques. Le cuivre et le nickel étant deux métaux parfaitement isomorphes, ils sont donc miscibles à l'état liquide en toutes proportions. La courbe des conductivités de l'alliage, en fonction de la proportion de cuivre et de n […] Lire la suite

CUIVRE

  • Écrit par 
  • C.I.C.L.A., 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 8 199 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Cuivres faiblement alliés »  : […] Renfermant généralement moins de 1 p. 100 d'éléments d'addition, leurs caractéristiques mécaniques sont supérieures à celles du cuivre pur et ils conservent des caractéristiques électriques élevées. Les principaux sont : le cuivre à l'argent (de 0,03 à 0,10 p. 100 d'Ag), dont les caractéristiques mécaniques sont conservées à une température plus élevée de 100  0 C que celle du cuivre pur ; le c […] Lire la suite

DIÉLECTRIQUES

  • Écrit par 
  • Roland COELHO
  •  • 9 274 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Conductivité complexe ̱σ »  : […] La relation (8) peut s'écrire sous la forme avec ̱σ  ; =  σ  +  j ω ε′. Le déphasage entre I et V , qui était exactement égal à π/2 avant le remplissage du condensateur, diminue d'un petit angle δ , appelé angle de pertes , défini par : En pratique, si les caractéristiques connues du matériau sont sa résistivité ρ , sa permittivité relative κ ′ et si la fréquence f est exprimée en hertz, la rela […] Lire la suite

ÉLECTRICITÉ - Lois et applications

  • Écrit par 
  • Jean-Marie DONNINI, 
  • Lucien QUARANTA
  •  • 4 779 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La conduction, les générateurs, la loi d'Ohm »  : […] Les charges présentes dans la matière sont plus ou moins liées. Dans le cas des métaux, on trouve un grand nombre d'électrons quasi libres de se déplacer à l'intérieur du matériau ; les métaux sont de bons conducteurs de l'électricité. Il existe à l'inverse des corps où les charges sont complètement liées, ce sont les isolants. Entre ces deux extrêmes, on trouve les semi-conducteurs (composés for […] Lire la suite

ÉLECTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques SIMONET
  •  • 6 283 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Connaissance et utilisation des électrolytes »  : […] Dans une cellule ou une pile, l'espace séparant deux électrodes de polarité opposée doit être suffisamment conducteur pour que le passage du courant soit assuré. Le courant se propage grâce au mouvement des ions qui se déplacent principalement sous l'effet d'un champ électrique. Ce processus implique au préalable une dissociation suffisante de l' électrolyte dissous dans le solvant choisi. L'eau […] Lire la suite

ÉLECTROLYTES

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 641 mots

On classe sous ce vocable l'ensemble des conducteurs ayant la propriété de conduire le courant électrique par transport simultané de matière vers les électrodes. Appartiennent à ce groupe les acides, les bases et les sels, à l'état fondu ou en solution, ainsi que certains cristaux dit ioniques. Dans le cas des solutions, il s'agit le plus souvent de solutions aqueuses, mais un grand nombre d'autre […] Lire la suite

FROID, physique

  • Écrit par 
  • Jean MATRICON, 
  • Georges WAYSAND
  •  • 4 032 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Deux états paradoxaux : supraconductivité et superfluidité »  : […] L'état supraconducteur fut découvert en 1911 par Kamerlingh Onnes au cours d'une expérience où il étudiait l'effet des très basses températures, que venait de lui rendre accessible la liquéfaction de l'hélium, sur la conductivité électrique des métaux. À 4,19 K, la résistance au courant électrique du mercure devient nulle, c'est-à-dire indécelable à quelque précision que ce soit. Cet effet specta […] Lire la suite

GAZ ANALYSE DES

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 6 558 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Méthodes physiques »  : […] Les méthodes physiques sont fondées sur le fait suivant : étant donné un mélange de deux gaz A et B, on peut généralement trouver une ou plusieurs caractéristiques de ce mélange qui soient des fonctions univoques de sa composition ; connaissant l'une d'elles, on peut déduire la composition d'un mélange quelconque de la mesure de la grandeur considérée. Lorsqu'il s'agit d'une propriété additive (de […] Lire la suite

MACDIARMID ALAN G. (1927-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 880 mots

La carrière du chimiste néo-zélandais et américain Alan MacDiarmid, né à Masterton (Nouvelle-Zélande) le 14 avril 1927 et mort à Drexel Hill (Pennsylvanie) le 7 février 2007, illustre l'ambivalence de maintes découvertes scientifiques, à la fois fortuites et ancrées dans des faits acquis. Cet inventeur de nouveaux matériaux se vit décerner le prix Nobel de chimie en 2000, conjointement avec Alan […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 602 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Liaisons et propriétés physiques »  : […] Le mode de liaison influe naturellement sur la température de fusion, sur la dureté ou sur les conductivités électrique et thermique. Plus l'énergie de liaison est élevée, plus il est difficile de détruire l'ordonnancement des atomes. De ce point de vue, la liaison de Van der Waals est la moins forte et cela explique les faibles températures de fusion des solides de gaz rares (84 kelvins pour l’a […] Lire la suite

MÉTALLOGRAPHIE - Essais physiques

  • Écrit par 
  • Georges CIZERON
  •  • 7 347 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Méthode de Kohlrausch »  : […] L'échantillon, sous forme de fil ou de barreau de faible section, est chauffé par effet Joule, ses extrémités ainsi que l'enceinte environnante étant maintenues à température constante T 0 . Il est préférable d'utiliser un courant alternatif pour éliminer un chauffage additionnel par effet Thomson. Dans ces conditions, le traitement mathématique du problème conduit à la relation : où σ est la cond […] Lire la suite

ONSAGER LARS (1903-1976)

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 588 mots

Chimiste et physicien américain né à Oslo de parents norvégiens. Dès 1925, Lars Onsager obtient dans cette ville son diplôme d'ingénieur chimiste à l'École technique supérieure de Norvège. Au cours de ses études, Lars Onsager manifeste déjà des dispositions particulières pour les problèmes théoriques fondamentaux et apporte la preuve de qualités d'imagination exceptionnelles. Ses premiers travaux […] Lire la suite

PERCOLATION

  • Écrit par 
  • Jean ROUSSENQ
  •  • 1 952 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quelques applications »  : […] L'utilisation de la théorie de la percolation pour résoudre un problème physique comporte deux étapes : tout d'abord le choix d'un modèle de percolation qui simule convenablement le phénomène ; ensuite, la détermination des propriétés de ce modèle par l'une des méthodes que nous venons d'évoquer. Les matériaux hétérogènes, qui présentent un désordre de position et de composition, correspondent bi […] Lire la suite

PHONON

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BURGER
  •  • 2 360 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Anharmonicité, dilatation et conductivité thermique »  : […] L'approximation d'oscillations harmoniques utilisée jusque-là ne permet pas d'expliquer un certain nombre de phénomènes aussi généraux que la variation des fréquences de vibration avec la pression, l'existence d'une dilatation thermique, la valeur finie de la conductibilité thermique d'un cristal isolant électrique. L'inclusion de termes non quadratiques dans le potentiel interatomique conduit non […] Lire la suite

PHOTOÉLECTRIQUE EFFET

  • Écrit par 
  • Pierre VERNIER
  •  • 5 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Technique de la photoconductivité »  : […] La photoconductivité a été découverte en 1873 par W.  Smith, mais elle n'a pas pris la même importance théorique que l'émission photoélectrique lors de l'établissement de la théorie des quanta. Son intérêt apparut d'abord sur le plan technique pour détecter la lumière, en concurrence avec la photo émission dans le domaine visible, et pratiquement sans concurrence dans l'infrarouge de 2 μm à 300 μ […] Lire la suite

POLYMÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 5 143 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Grandes classes de polymères »  : […] Polyéthylène . Hans von Pechmann (1850-1902) le prépara fortuitement par chauffage de diazométhane CH 2 N 2 en 1898. Ses collègues Eugen Bamberger (1857-1932) et Friedrich Tschirner caractérisèrent le composé blanc et cireux comme de composition (–CH 2 –) n . En 1933, le matériau fut redécouvert par Eric William Fawcett (1908-1987) et Reginald O. Gibson (1902-1983) dans un laboratoire anglais des […] Lire la suite

RÉFRACTAIRES MATÉRIAUX

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre TRAVERSE
  •  • 2 085 mots

Dans le chapitre « Propriétés électriques et thermiques »  : […] Les propriétés électriques et thermiques dépendent très étroitement de la température. Ainsi les oxydes, considérés comme des isolants électriques à température ambiante, deviennent relativement conducteurs à température élevée. En revanche, les métaux, naturellement bons conducteurs électriques, voient leur résistivité s'élever avec la température. Il en est de même pour les carbures et les bor […] Lire la suite

Pour citer l’article

Viorel SERGIESCO, « CONDUCTIVITÉ ou CONDUCTIBILITÉ, physique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conductivite-conductibilite/