Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÉOLOGIE

Analyse du langage théologique

Questions épistémologiques

Le langage théologique se présente comme l'ensemble des signes organisables en un ensemble de propositions descriptives qui ne peuvent être comprises qu'en fonction d'un terme clef : « Dieu ». Ce terme spécifie à lui seul un ensemble propositionnel plus vaste : le langage religieux, dont il détermine le sens soit en étant un élément explicite d'au moins une proposition de cet ensemble, soit formellement à titre de modificateur logique de l'énoncé, soit les deux à la fois. La distinction entre langage religieux et langage théologique est due à la religion occidentale dominante, le christianisme : par elle on vise, depuis Abélard, à isoler les énoncés scientifiques décrivant Dieu et ses relations avec les hommes et le monde, et organisés en un corps de propositions systématiquement ordonnées, des énoncés religieux dont la détermination et la précision sont suffisantes pour exprimer une prière, effectuer un acte liturgique ou prescrire une forme de vie, mais qui n'ont pas forcément une intention scientifique ou critique.

La question : le discours théologique est-il scientifique ? ne se dissocie plus d'une autre, plus radicale : le langage religieux a-t-il un sens ? Ce n'est pas seulement la possibilité de connaître Dieu qui en est en question, mais la possibilité même d'en parler sans se limiter à transposer ses émotions dans un langage objectivant. En rejetant le langage religieux comme non-sens, les positivistes du Cercle de Vienne répétaient l'attitude traditionnelle adoptée, pour d'autres raisons, par les mystiques en climat théocentrique : alors que ces derniers voyaient dans le langage religieux un instrument impuissant à représenter celui qui est au-delà de tout nom, celui qui ne peut être connu que comme inconnaissable, les positivistes logiques ont dénoncé dans l'« objet » visé par le langage religieux un pseudo-objet, un objet conçu de telle façon que le discours qui le décrit soit invérifiable. Dans un cas, Dieu échappe aux prises de prédicats qui ne conviennent qu'à des créatures, à des êtres dérivés : dans l'autre, la façon même dont on se réfère à lui en faisant de lui un être nécessaire, hors de l'espace et du temps, et cause du monde, fait de Dieu un référent inobservable, incapable d'être le sujet de quelque énoncé que ce soit. La question et la réponse positivistes concernent la totalité du langage religieux dans la mesure où le contenu même de tout énoncé, descriptif ou prescriptif, incluant « Dieu » empêcherait de le reconnaître syntaxiquement bien formé, formellement valide, apte à transmettre un contenu quelconque et à se référer univoquement à une réalité. L'accusation de non-sens porte a fortiori aussi bien sur une théologie dite naturelle dont tous les énoncés doivent être démontrables que sur une théologie de la révélation, discours « subalterné » par exemple à la foi au Dieu chrétien, fondé sur la Parole de Dieu et destiné à en montrer la cohérence et la complétude. Après avoir sondé les possibilités de signifier du langage religieux à partir des étalons de signification les plus courants, on pourra déceler en quelle mesure les propositions théologiques parviennent à « correspondre » à leur objet.

La possibilité du langage religieux

Au niveau d'abstraction où se pose la question du sens des propositions religieuses, le langage religieux apparaît comme un système de significations ordonné à l'existence d'une réalité singulière ou de plusieurs : ses difficultés lui viennent de ce que ses concepts opératoires déterminent cette existence a priori, nécessairement en dehors de toute expérience soumise aux conditions spatio-temporelles. Dieu se différencie et s'individue comme objet transcendant, inassimilable aux éléments subjectifs[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Sorbonne

Sorbonne

Autres références

  • ABÉLARD PIERRE (1079-1142)

    • Écrit par Jean JOLIVET
    • 1 335 mots
    • 1 média

    Si l'œuvre et la carrière d'Abélard font de lui le type des premiers professeurs urbains, l'histoire de sa vie personnelle est singulière. Il vient parmi les tout premiers en trois domaines : philosophie, logique et théologiescolastique. Mais son apport dans ces deux dernières...

  • ÂGE DE LA TERRE

    • Écrit par Pascal RICHET
    • 5 143 mots
    • 5 médias
    Ce fut au milieu du iie siècle que la question du type de création prit une grande importance dans le cadre de polémiques avec les sectes gnostiques. Celles-ci avaient en effet soulevé un sérieux problème théologique : si toute chose avait une origine divine, comment le Dieu bon des Écritures...
  • ALBERT LE GRAND (1193?-1280)

    • Écrit par Édouard-Henri WÉBER
    • 1 720 mots
    En théologie, Albert peut apparaître moins original. Cependant, sa marque propre affecte tous ses ouvrages : Commentaires des Sentences de Pierre Lombard, des quatre Évangiles, de Job, des prophètes, de Denys le pseudo-Aréopagite (Noms divins, Théologie mystique, Hiérarchie céleste) ; Somme...
  • ANALOGIE

    • Écrit par Pierre DELATTRE, Universalis, Alain de LIBERA
    • 10 427 mots
    ...question centrale n'est pas celle de la pluralité des sens de l'être, mais celle de l'applicabilité des catégories ontologiques dans le domaine de la théologie. Abondamment illustrée dans les premiers commentaires médiévaux du De Trinitate de Boèce, cette problématique, non aristotélicienne, tient...
  • Afficher les 136 références

Voir aussi