THÉOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La théologie, science de la foi

Le temps n'est plus où la théologie pouvait légitimement revendiquer le titre de « reine des sciences » dans un système coordonné du savoir. L'avènement de la raison critique en philosophie, le développement des sciences modernes ont depuis longtemps ruiné cette prétention. Et, dans la société postreligieuse d'aujourd'hui, certains se demandent sérieusement si la théologie est autre chose que la fonction idéologique inévitable suscitée par toute grande religion et si elle a le statut scientifique suffisant pour pouvoir entrer en dialogue avec les autres disciplines du savoir humain. Il semble, d'ailleurs, que la fonction traditionnellement assumée par la théologie relève de plus en plus des diverses sciences des religions, qui connaissent un grand développement. La théologie ne serait alors plus que l'histoire des divers systèmes théologiques à travers les siècles. La théologie semble néanmoins toujours bien vivante. Si l'on en juge par le nombre des facultés où elle est enseignée, des congrès et des publications qui lui sont consacrés, elle constitue même une réalité sociale considérable. Il convient donc de se demander ce qu'elle dit d'elle-même, dans quelle mesure elle constitue un savoir autonome qui puisse rendre compte de ses principes et de ses méthodes. La théologie n'a de sens que par rapport aux doctrines de la religion particulière qu'elle thématise. Mais elle se définit par un langage rigoureux irréductible au simple langage religieux.

Bien qu'elle n'intéresse pas que le christianisme, mais aussi, notamment, le judaïsme et l'islam, c'est de son expression chrétienne qu'on traitera ici, en s'efforçant toutefois de l'envisager par-delà des divergences qui séparent encore la théologie catholique, la théologie orthodoxe et la théologie protestante, les clivages à l'intérieur de chaque Église pouvant être, en effet, plus importants que les barrières confessionnelles. Cette théologie chrétienne souffre nécessairement de la crise qui ébranle le chris [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  THÉOLOGIE  » est également traité dans :

ABÉLARD PIERRE (1079-1142)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 1 341 mots

Si l'œuvre et la carrière d'Abélard font de lui le type des premiers professeurs urbains, l'histoire de sa vie personnelle est singulière. Il vient parmi les tout premiers en trois domaines : philosophie, logique et théologie scolastique. Mais son apport dans ces deux dernières disciplines a été très vite intégré ou dépassé. En un siècle où le savoir s'accroît sans cesse, sa position d'avant-gar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-abelard/#i_3905

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La chronologie : une préoccupation chrétienne »  : […] Accepté au Moyen Âge aussi bien à Byzance que dans le monde musulman et en Occident, le petit univers d’Aristote centré sur la Terre ne fut pas remis en cause pendant près de deux millénaires. L’éternité du monde fut en revanche vite contestée par les chrétiens parce qu’elle contredisait clairement le tableau biblique de la Création minutieusement brossé par la Genèse. Pour les tout premiers chrét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/age-de-la-terre/#i_3905

ALBERT LE GRAND (1193?-1280)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 1 724 mots

Dans le chapitre « Le théologien »  : […] En théologie, Albert peut apparaître moins original. Cependant, sa marque propre affecte tous ses ouvrages : Commentaires des Sentences de Pierre Lombard, des quatre Évangiles , de Job , des prophètes, de Denys le pseudo-Aréopagite ( Noms divins , Théologie mystique , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-le-grand/#i_3905

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Le point de départ « aristotélicien » : histoire d'un contresens »  : […] Si l'histoire de la « théorie aristotélicienne de l'analogie » est l'histoire d'un contresens médiéval, ce contresens fait partie de l'histoire même de la transmission des textes d'Aristote. Interprétée en termes de corpus, la théorie médiévale de l'analogie se présente comme la fusion forcée de trois textes d'inspiration, de portée et de signification différentes : la distinction entre synonymes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analogie/#i_3905

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 036 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les deux cultures »  : […] À la différence des humanistes, les inventeurs de ce que nous appelons aujourd'hui les sciences exactes ne nourrissent aucun complexe à l'égard de l'Antiquité. Conscients des progrès qu'ils réalisent, ils les expriment dans les langues vulgaires et délaissent progressivement le latin, réservé, écrit Descartes dans le Discours de la méthode (1637), « à ceux qui ne croient qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anciens-et-modernes/#i_3905

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « Du Moyen Âge à l'époque contemporaine »  : […] La démarche apologétique classique du christianisme avait été formulée par saint Anselme dans son Proslogion (1078) : fides quaerens intellectum . La foi recherche les motifs qui, sans prétendre démontrer ce qui demeure mystérieux pour la raison, permettent de croire, et fondent un « jugement de crédibilité ». Mais les motifs de crédibilité ne sont pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologetique/#i_3905

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Être quelconque et être suprême »  : […] Cette dualité est déjà saisissable dans le célèbre Proœmium (Prologue) de la Métaphysique (A, 1 et 2), où Aristote analyse l'idée traditionnelle de la philosophie. S'il est clair que la philosophie est un savoir de type scientifique qui s'élève au-dessus de la sensation par l'intermédiaire de l'imagination, de la mémoire et de cette première forme de gé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_3905

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La métaphysique »  : […] Les éditeurs d'Aristote ont rassemblé dans une collection dite « les livres qui viennent après les livres physiques » les ouvrages d'Aristote qui traitent de sujets divers, qui sont tous objets de controverses. Ces livres constituent ce qu'on appelle depuis lors La Métaphysique d'Aristote. On ne saura jamais si et comment Aristote aurait introduit un ordre parmi ces livres, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme/#i_3905

ARISTOTÉLISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 4 994 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'« aristotélisme commun » et la représentation de la nature »  : […] Restent les données de fond de l'aristotélisme, ce qu'on pourrait appeler l'« aristotélisme commun », la multitude des emprunts et des garanties que la science et les sciences aristotéliciennes fournissent au savoir médiéval. La matière est ici inépuisable. L'idée même de science et des critères de la scientificité est, durant toute la période scolastique, proprement aristotélicienne : le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme-medieval/#i_3905

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 570 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Du Beau transcendantal »  : […] Cette relation entre le Beau et le Bien se renforce durant le Moyen Âge. La pensée médiévale est ainsi influencée à la fois par le néo-platonisme et par Aristote. Elle accentue le privilège du Beau-Bien intelligible au détriment de la dimension du vécu et de l'expérience de plaisir. Ce privilège tient aux nombreux penseurs du Moyen Âge qui font du Beau un des transcendantaux – ces propriétés qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-esthetiques-le-beau/#i_3905

ART & THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 6 769 mots
  •  • 1 média

L'élément religieux, c'est un fait notoire, a presque toujours tenu lieu d'élément matriciel ou originaire dans le développement des activités artistiques les plus diverses. Mais, à supposer acquise cette hypothèse, on n'a encore rien dit sur les rapports dialectiques qui peuvent s'établir entre un art et une théologie – ce savoir humain traitant des choses divines, et souvent considéré par le cro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-theologie/#i_3905

ATHÉISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 3 050 mots

Dans le chapitre « L'athéisme relatif »  : […] Les mots « athée » et « athéisme » n'appartiennent pas au vocabulaire technique de la philosophie ou de la théologie. Nous verrons que, pour interpréter l'athéisme, les philosophes et les théologiens ont créé un certain nombre de catégories savantes (c'est-à-dire de concepts méthodiquement définis), mais en lui-même l'athéisme n'est pas une catégorie, c'est une appellation. Cette appellation a so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atheisme/#i_3905

AUFKLÄRUNG

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 134 mots

Trop souvent identifiée sommairement à l'« âge des Lumières », l'Aufklärung se laisse mal délimiter et plus mal encore définir : elle peut sembler commencer avec Wolff (mais peut-être, déjà, avec Thomasius) et se terminer avec Kant, qui pourtant semble en marquer l'apogée plutôt que la fin. C'est que la situation culturelle de l'Allemagne du xviii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aufklarung/#i_3905

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La pensée d'Augustin »  : […] La pensée doctrinale d'Augustin s'est développée progressivement, ne parvenant que par étapes, à la suite des circonstances et parfois sous l'action de la controverse, à la prise de conscience de chaque vérité et à la perception lucide du rôle de cette vérité dans l'ensemble de la révélation chrétienne. Lui-même donne souvent à ses lecteurs le conseil de « progresser avec lui » : la perspective hi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin/#i_3905

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Le terme « augustinisme » est ambigu : il désigne en effet, non seulement la pensée authentique de saint Augustin telle qu'elle est entrée dans la doctrine de l'Église catholique, mais aussi l'histoire de la pensée augustinienne à travers les seize siècles qui nous séparent de sa formulation ; c'est-à-dire les développements féconds, les prolongements de tous ordres, philosophique, spirituel, mor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustinisme/#i_3905

AVERROÈS, arabe IBN RUSHD (1126-1198)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 3 289 mots

Dans le chapitre « Philosophie et religion »  : […] Ici apparaît aussitôt un problème : comment Averroès peut-il être à la fois musulman et aristotélicien, juriste traitant d'obligations fondées sur un texte révélé et philosophe pour qui le monde est éternel ? Averroès s'explique sur ce point, notamment dans son Faṣl al-maqāl ( Traité décisif  ). Il n'y a pas de contradiction entre la philosophie et la l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/averroes/#i_3905

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 898 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pas de rupture entre l'homme et l'ange »  : […] C'est qu'en effet la notion coranique de « nature » autorisait Avicenne à professer cette doctrine. La fiṭra , c'est la nature foncière et originelle de l'homme, telle qu'elle est éclose du mystérieux pacte préexistentiel avec l'Unique ; une telle origine fait aussi bien de cette nature une « surnature ». Et partant aussi, il n'y a pas entre nécessité et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicenne/#i_3905

AVICENNISME LATIN

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 6 636 mots

Dans le chapitre « Le premier avicennisme »  : […] Avant la traduction complète d'Averroès (1230 env.), l'assimilation des textes philosophiques arabes reflète avant tout l'idiosyncrasie des traducteurs de Tolède. La traduction latine du De anima d'Avicenne est due à une équipe de traducteurs comprenant un membre arabophone (« Avendauth Israelita »), peut-être Ibn Daud (mort à Tolède vers 1180), et un latiniste (l'« archidia […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicennisme-latin/#i_3905

BALADIER CHARLES (1923-2016)

  • Écrit par 
  • Dominique IOGNA-PRAT
  •  • 724 mots

Né en 1923 à Vitry-sur-Loire (Saône-et-Loire), Charles Baladier est issu d’une très ancienne famille de vignerons bourbonnais qui franchit la Loire pour s’implanter en Bourgogne au début du xix e  siècle. Il se forme à Paray-le-Monial, haut lieu du catholicisme, passe par le petit puis le grand séminaire. En 1953, il obtient, à l’Angelicum de Rome […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-baladier/#i_3905

BAPTÊME

  • Écrit par 
  • Louis-Marie CHAUVET, 
  • Jean DANIÉLOU
  •  • 3 429 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le baptême des enfants »  : […] L'une des difficultés majeures auxquelles se heurte la théologie contemporaine, du « premier sacrement de la foi » vient de la distorsion qui existe entre sa théorie générale, élaborée, comme dans le Nouveau Testament et chez les Pères, en fonction des adultes qui se convertissent à Jésus-Christ et adhèrent librement à lui par la foi, et la pratique générale qui est celle, massive depuis des sièc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bapteme/#i_3905

BARTH KARL (1886-1968)

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 107 mots

Karl Barth, dogmaticien protestant suisse, né et mort à Bâle, inaugure en 1919 la théologie contemporaine en redécouvrant la transcendance du Dieu tout autre par rapport à la culture, à la morale, à l'histoire et au sentiment. De 1932 à 1964, il écrit une monumentale dogmatique, ecclésiale, christologique et trinitaire. Il exerce à partir de 1933 un ministère prophétique face aux événements politi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-barth/#i_3905

BAUER BRUNO (1809-1882)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 649 mots

Philosophe hégélien, historien, exégète critique des textes bibliques et des Évangiles, Bruno Bauer est né à Eisenberg en 1809. Il mourra à Rixdorf (Berlin) en 1882. Traditionnellement rangé dans la droite hégélienne, par référence à Marx qui l'accable de railleries dans La Sainte Famille , il se contente en fait de perpétuer la croyance en un devenir de l'Esprit, que Marx a, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bruno-bauer/#i_3905

BAUR CHRISTIAN (1792-1860)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 156 mots

Théologien et exégète protestant allemand, professeur à l'université de Tübingen, où il se heurta à son collègue de la faculté de théologie catholique, Johann Adam Mœhler. Spécialiste des origines chrétiennes, Christian Baur utilisa dans l'étude de celles-ci une critique marquée par la philosophie religieuse de Hegel et par un libéralisme dogmatique en réaction contre la traditionnelle orthodoxie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-baur/#i_3905

BENOÎT XVI JOSEPH RATZINGER (1927- ) pape (2005-2013)

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 2 140 mots

Le cardinal allemand Joseph Alois Ratzinger a été élu pape le 19 avril 2005 , pour succéder à Jean-Paul II sous le nom de Benoît XVI, nom qu'il a lui-même choisi, comme le veut la tradition. Son pontificat a été interrompu par l'annonce inattendue, le 11 février 2013, de sa démission motivée par le constat de son incapacité, due à une extrême faiblesse, à poursuivre son ministère. Cette renonciati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-benoit-xvi/#i_3905

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Le champ diversifié des méthodes d'approche »  : […] La plus ancienne et la plus largement pratiquée des méthodes d'approche du texte de la Bible est dite volontiers « historico-critique » : elle est à la fois historique et scientifique, reposant sur la rencontre de diverses activités critiques. Cette méthode comprend d'abord la critique des sources : avec des antécédents plus anciens, celle-ci n'a vraiment pris forme qu'au xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-etude-de-la-bible/#i_3905

LOGOS

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 505 mots

Dans le grec classique, logos signifie une parole ou la parole, et tout rôle qu'elle assume : profane (proposition, définition, exemple, science, opinion particulière, rumeur publique) ou sacré (réponse d'oracle, révélation d'en haut). Ce terme tient une place si considérable dans la langue philosophique que la multiplicité des significations qu'il recouvre oblige à s'enquér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logos/#i_3905

BOÈCE (480-524)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 463 mots

Dans le chapitre « Les traités théologiques »  : […] Dans la Consolation de Philosophie , on ne trouve aucune trace de profession de foi chrétienne, pas plus que dans les œuvres logiques ou dans les traités mathématiques. On s'est donc longtemps demandé si les œuvres théologiques que la tradition manuscrite attribue à Boèce étaient bien authentiques. Mais la découverte de l' Anecdoton Holderi , une notice […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boece/#i_3905

BONHOEFFER DIETRICH (1906-1945)

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 2 404 mots

Théologien protestant allemand, né à Breslau, Dietrich Bonhoeffer fut pendu le 9 avril 1945 au camp de concentration de Flossenburg. Après sa mort, son œuvre devient l'une des inspirations les plus fécondes mais les plus controversées du christianisme contemporain, qui se trouve confronté à l'autonomie des sciences humaines, à la sécularisation croissante de la société, comme à la dislocation d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dietrich-bonhoeffer/#i_3905

BOSSUET JACQUES BÉNIGNE (1627-1704)

  • Écrit par 
  • Jacques TRUCHET
  • , Universalis
  •  • 3 924 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théologie »  : […] La pensée théologique de Bossuet est à la fois éclectique et très ferme. Éclectique, Bossuet l'est en ce sens qu'il puise à diverses sources : les Pères de l'Église, Augustin surtout, lui sont très familiers, ainsi que les décisions pontificales et les conciles, mais il n'exclut pas les scolastiques. Il l'est aussi en ce sens qu'il n'a pas pris une position tranchée dans l'affaire du jansénisme. M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-benigne-bossuet/#i_3905

CAJÉTAN TOMMASO DE VIO dit (1469-1534)

  • Écrit par 
  • Bruno PINCHARD
  •  • 1 236 mots

Le plus grand théologien catholique de la Renaissance, Tommaso de Vio, était né à Gaète (d'où le nom qu'on lui donna — Il Caietano), dans une famille noble. Il entra chez les dominicains à Naples en 1484, dans ce même couvent où furent admis, avant lui, Thomas d'Aquin et, après lui, Tommaso Campanella et Giordano Bruno. C'est d'abord dans la dispute philosophique qu'il sut s'imposer. Après des étu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cajetan/#i_3905

CALVIN JEAN (1509-1564)

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 5 315 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'« Institution de la religion chrétienne » »  : […] Dans la nuit du 17 octobre 1534, de petites affiches, des «  placards » furent apposés en plusieurs endroits, à Paris et jusque sur la porte de la chambre de François I er au château d'Amboise. C'était une attaque violente contre la messe, rédigée par le pasteur Antoine Marcourt, de Neuchâtel. Le roi s'emporta contre ce qu'il considérait comme un crime de lèse-majesté. Ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-calvin/#i_3905

CASUISTIQUE

  • Écrit par 
  • Louis-Gustave VEREECKE
  •  • 1 838 mots

Utilisée spécialement en théologie morale, mais aussi en droit et en médecine, la méthode casuistique consiste à résoudre les problèmes posés par l'action concrète au moyen de principes généraux et de l'étude des cas similaires. Deux principes la fondent : validité des lois générales comme normes de l'action particulière ; similitude de certaines actions humaines qui permet de transposer les lois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casuistique/#i_3905

CATHOLICISME - Le pontificat de Benoît XVI

  • Écrit par 
  • Giancarlo ZIZOLA
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Après le long règne de Jean-Paul II, les cardinaux réunis en conclave en 2005 ont sans doute ressenti la nécessité de passer d'une papauté itinérante à une « papauté de trône », plus soucieuse d'intérioriser la foi catholique que de poursuivre une politique spectaculaire d'affirmation mondaine de l'Église romaine. Ce dessein impliquait également de discipliner l'enthousiasme des mouvements ecclé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-le-pontificat-de-benoit-xvi/#i_3905

CHENU MARIE-DOMINIQUE (1895-1990)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET, 
  • Émile POULAT
  •  • 1 304 mots

Marie-Dominique Chenu, fils d'un petit industriel, est né près de Paris, à Soisy-sur-Seine. Pur hasard, dans cette même commune, les dominicains, exilés en Belgique depuis 1903, installeront le couvent d'études de la province de France quand ils rentreront à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Attiré par la vie religieuse, soucieux d'un ordre à la fois intellectuel, contemplatif et apostoliqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-dominique-chenu/#i_3905

LA CITÉ DE DIEU, Augustin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Charles CHAUVIN
  •  • 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Interprétations de l'œuvre »  : […] Sur la nature précise de l'ouvrage, les commentateurs s'accordent aujourd'hui à le considérer « non comme un traité de théorie politique, mais comme l'expression d'une philosophie de l'histoire, qui s'efforcerait de cerner un dessein divin dans le cours des événements » (Henry Chadwick). Augustin s'y révèle exégète, philosophe et théologien et s'inspire tour à tour de la Bible, de Cicéron, de Var […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-cite-de-dieu/#i_3905

CLÉMENT OLIVIER (1921-2009)

  • Écrit par 
  • Michel EVDOKIMOV
  •  • 912 mots

Olivier Clément naît le 18 novembre 1921 à Aniane, un village cévenol partagé, selon ses propres mots, entre trois « religions » : catholique, protestante et laïque. Dans L'Autre Soleil , son autobiographie parue en 1975, il parle de son père, instituteur, un homme droit, et de sa famille, où il y avait un grand absent : il n'y était jamais question de Dieu. L'enfant s'éveill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-clement/#i_3905

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La loi des trois états »  : […] De toute façon, la science ne se constitue que progressivement. La formation de l'esprit positif dépend de la loi des trois états que Comte énonce déjà en 1822 dans le Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société . « Par la nature même de l'esprit humain, chaque branche de nos connaissances est nécessairement assujettie dans sa marche à passer succes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-comte/#i_3905

CONFESSION D'AUGSBOURG

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 368 mots

Confession fondamentale des Églises luthériennes présentée le 25 juin 1530 dans ses versions allemande et latine, au cours de la diète d'Augsbourg, à Charles Quint, par sept princes luthériens et deux villes impériales libres. L'auteur principal en était Melanchthon, qui se servit des premières considérations de Luther sur la foi. Le but poursuivi était de défendre les luthériens contre les mauvai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confession-d-augsbourg/#i_3905

CONGAR YVES (1904-1995)

  • Écrit par 
  • Étienne FOUILLOUX
  •  • 1 056 mots

Né à Sedan le 13 avril 1904, Yves Congar est issu d'une famille bien implantée localement. Il y achève ses études secondaires, avant de s'orienter vers le sacerdoce sous l'influence de l'abbé Lallement, un compatriote. Arrivé au séminaire parisien des Carmes en 1921, le jeune clerc fait ses trois ans de philosophie scolastique à l'Institut catholique. Après son service militaire, il entre en 1925 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-congar/#i_3905

CRESPY GEORGES (1920-1976)

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 1 093 mots

Méridional, malin certes, mais avec cette réserve enjouée, souvent plus attentive que bavarde, qui fait du Languedocien un homme chaleureux et toutefois difficile à circonscrire, le pasteur Georges Crespy a vécu toute sa vie à Montpellier. Extrêmement doué pour la parole, il a consacré une portion considérable de sa trop brève existence à une double écoute, pastorale et psychologique, sans pourtan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-crespy/#i_3905

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Croyance et foi »  : […] Le développement des trois acceptions majeures de la croyance – opinion, opiner-juger, assentiment – nous a fait passer de l'époque antique à l'époque classique. Or nous avons feint de croire que ce développement se bornait à exploiter le fonds grec de la notion et des notions avoisinantes. Notre introduction nous avait pourtant mis en présence d'une opposition plus vaste entre deux pôles, dont un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_3905

CULLMANN OSCAR (1902-1999)

  • Écrit par 
  • Jacques-Noël PÉRÈS
  •  • 924 mots

Né à Strasbourg le 25 février 1902, mort à Chamonix le 16 janvier 1999, Oscar Cullmann est l'un des théologiens luthériens les plus marquants de son siècle. Depuis son premier article (1925), par lequel il fait connaître au public français les méthodes de l'« histoire des formes » ( Formgeschichte ), jusqu'à son dernier livre sur la prière publié en 1994, l'originalité de sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscar-cullmann/#i_3905

DALY MARY (1928-2010)

  • Écrit par 
  • Matt STEFON
  • , Universalis
  •  • 483 mots

Théologienne, philosophe et militante féministe lesbienne, Mary Daly fut une pionnière de la théologie féministe radicale. Elle naît le 16 octobre 1928 à Schenectady, dans l'État de New York, dans une famille catholique. Après avoir obtenu en 1953 un doctorat en religion au Saint Mary's College à Notre Dame, dans l'Indiana, elle étudie la philosophie médiévale et la théologie thomiste à l'univers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-daly/#i_3905

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 672 mots

Dans le chapitre « Dieu et l'intellect »  : […] L'intellect ( nous en grec) est ce qu'il y a en l'homme de divin, et la pensée du divin est tout entière dominée par la relation de l'intellect et de l'intelligible. C'est là une donnée de base de l'aristotélisme. Dieu est pensé comme l'excellence d'une vie parfaite, plaisir ininterrompu, pensée de la pensée. Il meut toutes choses en tant qu'objet d'amour. Mais, comme les di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-problematique-philosophique/#i_3905

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Le Dieu caché et le Dieu inconnu »  : […] On se trouve en présence de deux séries de textes dans l'Écriture. Les uns affirment que nul ne peut voir Dieu et rester vivant (cf. Ex., xxxiii , 20-23 ; et aussi xix , 21) . « Personne n'a jamais vu Dieu », déclare Jean (I Jean, iv , 12) . D'autres affirment l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-l-affirmation-de-dieu/#i_3905

DIEU MORT DE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 345 mots

La théologie de la mort de Dieu est née dans des cercles protestants d'Allemagne et d'Amérique du Nord. Ses principaux représentants sont : Thomas J. J. Altizer, de l'université d'Emory ; Paul M. Van Buren, de l'université de Temple ; William Hamilton, du séminaire théologique de Colgate-Rochester ; Herbert Braun, de l'université de Mayence. On peut citer également, bien que son intention soit trè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-de-dieu/#i_3905

DREWERMANN EUGEN (1940- )

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BAGOT
  •  • 980 mots

Figure dérangeante de la théologie catholique, Eugen Drewermann est né à Bergkamen (Ruhr) en 1940, d'un père protestant, contremaître dans une mine, et d'une mère catholique. Étudiant brillant, il devient prêtre du diocèse de Paderborn en 1966. Confronté dans son ministère à des personnes en cure psychothérapeutique, il perçoit les effets funestes du langage religieux dogmatique et moraliste qu'on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugen-drewermann/#i_3905

DUNS SCOT JEAN (1266 env.-1308)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  • , Universalis
  •  • 6 225 mots

Dans le chapitre « La foi et la raison (positions comparées de Thomas d'Aquin et de Duns Scot) »  : […] À l'exemple d'Étienne Gilson, il nous paraît éclairant d'interroger d'abord le prologue de l' Ordinatio , parce qu'il contient un véritable dialogue entre les théologiens et les philosophes. La question est de savoir s'il y a place, à côté de la réflexion naturelle, pour une révélation surnaturelle. Longtemps on s'était plutôt demandé quelle aide le théologien pouvait recevo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-duns-scot/#i_3905

ECK JOHANN MAIER dit JOHANN (1486-1543)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 395 mots

Théologien catholique, l'un des principaux contradicteurs des réformateurs, parfois appelé Mayr, ou Mai(e)r. Après des études de théologie et de droit à Heidelberg, à Tübingen, à Cologne et à Fribourg-en-Brisgau, Johann Eck fut ordonné prêtre à Strasbourg en 1508 ; reçu docteur en théologie, il alla enseigner à Ingolstadt (1510). D'abord connu pour un traité sur le droit à l'intérêt (1515), il int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eck-johann-maier-dit-johann/#i_3905

ÉQUIVOCITÉ & UNIVOCITÉ

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 194 mots

Termes qui, dans leur sens technique, appartiennent à la philosophie médiévale. Est univoque le mot qui est toujours employé dans le même sens. Est équivoque le mot qui est employé dans des sens différents, sans toutefois qu'on arrive à la pure et simple homonymie (comme c'est le cas si l'on parle du vol d'un tableau au Louvre et du prochain vol d'Air France pour Athènes). Le problème du langage t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equivocite-et-univocite/#i_3905

ÉRASME (1467 env.-1536)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 6 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Gradus ad Parnassum » »  : […] Cambrai n'est pour l'ambitieux jeune homme que la première étape d'un tour d'Europe, mais surtout d'un pèlerinage aux sources de la civilisation et de la culture – de la double culture antique et chrétienne –, c'est-à-dire d'un pèlerinage à Rome. Rome, « préalable » indispensable à tout candidat à la maîtrise dans le domaine des litterae humaniores (ces lettres « qui vous ren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erasme/#i_3905

EUCHARISTIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JOSSUA
  •  • 7 101 mots

À l'origine, un événement : selon un usage juif, Jésus a partagé avant de mourir un repas avec ses disciples, rompant avec eux le pain « qui était son corps », et il les a invités à « faire cela en mémoire de lui ». Ce repas religieux aux multiples significations a été transmis de génération en génération, comme un donné de tradition vivante qui toujours dépasse les explicitations théoriques que l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eucharistie/#i_3905

FIDÉISME

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 292 mots

Terme d'origine théologique, appliqué à la doctrine de Bautain et de Lamennais. Cette doctrine a été condamnée en 1838 par les autorités ecclésiastiques. Elle était liée au traditionalisme de Joseph de Maistre et de Bonald. Selon le traditionalisme, la vérité ne peut être connue que par la tradition, non par la raison ; au principe de toute connaissance se trouve une révélation primitive que prol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fideisme/#i_3905

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « L'intelligence de la foi »  : […] Le 16 avril 1905, le philosophe Édouard Leroy avait publié dans les Cahiers de la Quinzaine un article intitulé : « Qu'est-ce qu'un dogme ? » Cet article engendra des controverses qui jouèrent un rôle central au cours de la crise moderniste. En 1907, sous le titre « Dogme et critique », l'auteur publiait de nouveau cet article en le faisant suivre de ses réponses aux object […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foi/#i_3905

GILSON ÉTIENNE (1884-1978)

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 1 001 mots

Philosophe, historien de la pensée médiévale, Étienne Gilson est, à ce dernier titre, un pionnier et l'animateur de toute une équipe de chercheurs qui ont renouvelé l'étude des idées et des systèmes du Moyen Âge. Agrégé de philosophie (1907), docteur ès lettres, avec deux thèses remarquables ( Index scolastico-cartésien et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-gilson/#i_3905

GRÂCE

  • Écrit par 
  • Georges CASALIS
  •  • 4 100 mots

Dans le chapitre « Interprétation contemporaine »  : […] Il est important de préciser qu'à la suite du théologien allemand D. Bonhœffer, mort en 1945, la théologie et la prédication contemporaines insistent sur le fait que ce n'est certes pas l'orgueil et la volonté de puissance de l'homme qui peuvent le faire vivre, libérer autrui, construire la paix... mais aussi et surtout que la grâce évangélique est l'annonce de l'événement christique, en quoi Die […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grace/#i_3905

GROTIUS HUGO DE GROOT dit (1583-1645)

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI, 
  • Paul DIBON
  •  • 3 342 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'archétype du citoyen de la « Respublica literaria et christiana » »  : […] La Bibliographie des écrits imprimés de Hugo Grotius (La Haye, 1950), dressée par J. ter Meulen et P. J. J. Diermanse, témoigne de l'ampleur et de la diversité de l'œuvre de Grotius. On ne manque pas d'être frappé de l'étonnante activité intellectuelle que déploya Grotius tout au long d'une existence tourmentée. Avocat à La Haye, homme d'État, dans sa prison de Loevenstein, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grotius/#i_3905

HEIDELBERG CATÉCHISME DE

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 617 mots

Sous le titre complet de Catéchisme ou Instruction chrétienne, telle qu'elle est donnée dans les églises et les écoles du Palatinat électoral , ce document est intégré, en novembre 1563, dans la Constitution ecclésiastique que l'Électeur Frédéric III « le Pieux » fait adopter, dans un territoire où l'institutionnalisation de la Réforme n'a été entreprise que récemment et où l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catechisme-de-heidelberg/#i_3905

HISTOIRE ET SALUT (K. Löwith) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 968 mots

Presque cinquante ans après la parution de sa version allemande, la traduction du livre de Karl Löwith Histoire et Salut . Les présupposés théologiques de la philosophie de l'histoire (trad. M. C. Calliol-Gillet, S. Hurstel, J.-F. Kervégan, Gallimard, 2002) vient enrichir le débat sur la « sécularisation » et ses enjeux, relancé en 1985 par Marcel Gauch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-et-salut/#i_3905

HYPOSTASE, philosophie

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 321 mots

Du grec hupostasis , ce qui est en dessous, au fond, d'où le sens de dépôt (Aristote), de fondement, de structure, de réalité par opposition à quelque fruit de l'imagination (Aristote). Le terme n'acquiert de sens philosophique que tardivement. L'Épître aux Hébreux, où Jésus-Christ est dit « empreinte de l'hypostase du Père », est la première attestation d'un usage philosophi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypostase-philosophie/#i_3905

INSTITUTION DE LA RELIGION CHRÉTIENNE, Jean Calvin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne CARBONNIER-BURKARD
  •  • 958 mots
  •  • 2 médias

Le nombre des éditions de l' Institution de la religion chrétienne témoigne du succès de l'ouvrage, dès sa sortie en 1536 : vingt éditions en latin et dix-sept en français, jusqu'à la fin du siècle, outre une bonne vingtaine d'éditions en d'autres langues. Ce manuel, devenu la somme de la théologie réformée, a pour auteur un autodidacte en théologie : le juriste Jean Calvin ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/institution-de-la-religion-chretienne/#i_3905

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Vers la fin du ii e  siècle de l'hégire, le champ théorique est entièrement occupé par, notamment, une théologie où l'on débat de l'unité de Dieu, de ses attributs, du sens qu'il faut donner aux noms et aux descriptions qui en sont attestés par le Coran, de la liberté humaine, de la foi, du péché et du salut, du pouvoir et de sa légitimité, et mê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_3905

JEAN SCOT ÉRIGÈNE (810 env.-env. 877)

  • Écrit par 
  • René ROQUES
  •  • 1 738 mots

L'œuvre de Jean Scot dit l'Érigène représente sans doute l'ensemble littéraire, philosophique, exégétique et théologique le plus considérable et le plus élaboré de la pensée occidentale latine entre le vi e et le xii e  siècle. On y retrouve l'empreinte profonde des auteurs de l'Antiquité profane […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-scot-erigene/#i_3905

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les théologies contemporaines »  : […] Il est un point au moins par lequel toutes les théologies contemporaines s'accordent avec les origines chrétiennes et avec la tradition qui les relie les unes aux autres : la place centrale et décisive qu'elles accordent à la christologie. C'est avec cette dernière que, pour elles aussi, se décide tant ce qu'on peut dire de Dieu et de son mystère que ce qu'il peut en être de l'homme et de son des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_3905

JOURNET CHARLES (1891-1975)

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 884 mots

Charles Journet naquit à Genève le 26 janvier 1891. Professeur au séminaire catholique de Fribourg, conférencier réputé, il fut nommé cardinal en 1965. Il est mort le 15 avril 1975. La célébrité de ce théologien qui ne quitta jamais la Suisse plus de quelques jours tint au fait qu'il sut unir une grande élévation spirituelle et la rigueur d'une pensée strictement thomiste à une large culture et un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-journet/#i_3905

KALĀM

  • Écrit par 
  • Mostafa Ibrahim MORGAN
  •  • 721 mots

L'expression arabe kalām ( ‘ilm al-kalām ), dans l'islam, signifie la science de la parole, notion désignée aussi par ‘ilm uṣūl ad-dīn , science des bases de la religion (ou par al-fiḳh al-akbar , qui s'oppose à al-fiḳh al-aṣghār , la jurisprudence musulmane mineure). Ces trois expression […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kalam/#i_3905

KÜNG HANS (1928- )

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 1 141 mots

Théologien catholique né le 19 mars 1928 à Sursee (Suisse), Hans Küng fait ses études de philosophie et de théologie à l'Université grégorienne de Rome. Il est ordonné prêtre en 1954. Tour à tour assistant à Münster (1959-1960), professeur de théologie fondamentale (1960-1963), puis de théologie dogmatique à Tübingen, il dirige depuis 1980 l'Institut de théologie œcuménique rattaché à l'université […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-kung/#i_3905

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 338 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Polémiques théologiques »  : […] À quelques exceptions près, il est difficile de distinguer les ouvrages théologiques purement dogmatiques des ouvrages purement polémiques : presque tous les traités consacrés à cette matière dans la littérature latine chrétienne sont des adversus ou des contra . Ils sont dirigés contre des adversaires : gnostiques, monarchiens, schismatiques novatiens, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature-chretienne/#i_3905

LE BUISSON ARDENT ET LES LUMIÈRES DE LA RAISON (J. Greisch)

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL
  •  • 997 mots

La philosophie de la religion a mauvaise presse. Remise en question par la théologie au nom de la distance qu'elle prend avec son objet, elle est soupçonnée par la science religieuse et, plus généralement, les sciences humaines, d'une trop grande proximité avec la foi. C'est sans doute ce qui explique le relatif abandon d'une telle approche au cours de ces dernières décennies du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-buisson-ardent-et-les-lumieres-de-la-raison-j-greisch/#i_3905

LOEB RABBI, dit LE MAHARAL DE PRAGUE (1512-1609)

  • Écrit par 
  • André NEHER
  •  • 2 091 mots

Dans le chapitre « L'œuvre d'un précurseur »  : […] L'œuvre de Rabbi Loeb, éditée de son vivant entre 1580 et 1600, a été certes connue et estimée dès sa parution, mais exclusivement dans les cercles mystiques du hassidisme d'Europe orientale. Les historiens de la pensée juive et l'intelligentsia juive éclairée d'Europe occidentale ont été, durant trois siècles, paradoxalement fascinés par le mythe de Rabbi Loeb. Ils l'ont transposé sur son œuvre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loeb-le-maharal-de-prague/#i_3905

LOSSKY VLADIMIR (1903-1958)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 066 mots

L'œuvre puissante et discrète de Vladimir Lossky commence seulement à porter ses fruits. Au-delà du polémiste, on découvre de plus en plus en lui le maître de la « néo-patristique », le théologien de l'apophase, de la personne et du Saint-Esprit, un des grands initiateurs de l'Occident à l'esprit de l'orthodoxie. Son témoignage cherche à surmonter les grandes dichotomies occidentales pour que se m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-lossky/#i_3905

LUBAC HENRI DE (1896-1991)

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ
  •  • 1 151 mots

Né à Cambrai le 20 février 1896, entré au noviciat de la Compagnie de Jésus en 1913, Henri de Lubac vécut l'essentiel de sa carrière théologique à Lyon. À la faculté de théologie de l'Institut catholique d'une part, où il enseigna, à partir de 1929, la théologie fondamentale et l'histoire des religions. Au scolasticat jésuite de Fourvière d'autre part, où il noua de riches amitiés et exerça une p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-lubac/#i_3905

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 930 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Origine et formation »  : […] Quoique, à l'occasion, il se soit réclamé de son humble origine paysanne, Luther, né le 10 novembre 1483 à Eisleben en Thuringe dans le comté de Mansfeld, a passé sa vie dans les villes. Son père, Hans, était un petit exploitant dans les mines de cuivre. On a cherché à expliquer les conflits religieux auxquels Martin fut exposé par ses rapports avec un père exigeant et une mère quelque peu mélanco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/#i_3905

MACQUARRIE JOHN (1919-2007)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 325 mots

Théologien britannique, John Macquarrie mêla les philosophies de l'existence à la pensée chrétienne orthodoxe afin de produire une analyse structurelle et systématique de la théologie chrétienne. Né à Renfrew, non loin de Glasgow, Macquarrie fréquente l'université de cette dernière ville, où il passe une maîtrise de la philosophie en 1940 et une licence de théologie en 1943. Entré dans les ordre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-macquarrie/#i_3905

MAL

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 218 mots

Dans le chapitre « Les formes classiques du discours rationaliste »  : […] La sagesse antique, en proposant des figures de sagesse, pensables et praticables, a donné les premiers modèles, achevés dès l'origine, de mises en forme d'un discours réduisant l'angoisse devant le mal comme la clarté du jour efface un mauvais rêve : on avance que faire le mal pour le mal étant une impossibilité logique, la volonté ne pouvant se définir que comme volonté de bien, la faute et même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mal/#i_3905

MARION JEAN-LUC (1946- )

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 063 mots

Sans conteste l'un des plus brillants philosophes de sa génération, Jean-Luc Marion, né à Meudon le 3 juillet 1946, a suivi un parcours universitaire sans faute : l'École normale supérieure, où il étudie avec Louis Althusser et Jacques Derrida, l'agrégation, le doctorat. Il enseigne ensuite à l’université de Poitiers en 1981, puis à l’université Paris X-Nanterre avant d'occuper la chaire de philos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-luc-marion/#i_3905

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 360 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Métaphysique et théologie chez saint Thomas »  : […] Pourtant, les philosophes du Moyen Âge sont loin d'accueillir unanimement la preuve ontologique : en particulier, l'argument de saint Anselme est rejeté par saint Thomas. Par la preuve ontologique, en effet, l'esprit humain semble s'installer d'emblée dans l'être, se passant non seulement du recours à la révélation, mais encore de l'expérience du monde. La raison thomiste se montre plus modeste. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphysique/#i_3905

MISSIONS

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Antonin-Marcel HENRY, 
  • Anastasios YANNOULATOS
  •  • 17 270 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La mission au sens moderne »  : […] Pour la théologie ancienne, et jusqu'au xvi e  siècle, le terme de mission reçoit un sens déterminé : il évoque l'envoi du Fils par le Père et celui de l'Esprit par le Père (et par le Fils chez les Latins). On distingue, d'une part, les missions divines visibles (telle est l'Incarnation, en laquelle est révélée la filiation : Dieu ne change pas, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/missions/#i_3905

MÖHLER JOHANN ADAM (1796-1838)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 386 mots

Théologien allemand, représentant principal avec J. S. Drey de la première génération de l'école catholique de Tübingen. Après avoir complété ses études théologiques (qu'il avait faites, de 1815 à 1818, à Ellwangen, puis à Tübingen sous la direction de Drey) par un séjour à Berlin et dans d'autres facultés protestantes (1822-1823), Möhler enseigna l'histoire de l'Église à Tübingen de 1823 à 1835, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-adam-mohler/#i_3905

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Pansémiotique et théologie »  : […] Qu'il soit de logique ou de grammaire, de physique ou de métaphysique, le savoir médiéval est une « pansémiotique » (U. Eco). C'est là la conséquence d'une pratique langagière du monde, mais c'est aussi la marque et l'essence même d'un projet théologique spécifique. Telle que la conçoivent les médiévaux, la théologie a évidemment Dieu pour objet principal ; mais elle a aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_3905

MYSTÈRE

  • Écrit par 
  • Édouard JEAUNEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « Le « mysterion » chez saint Paul et les Pères grecs »  : […] Avant la naissance du christianisme, le mot « mystère » (en grec, mysterion ) apparaît dans quelques livres tardifs de l'Ancien Testament, en particulier le livre de Daniel ( ii , 18, 27-28, 47). Son équivalent hébreu ( sôd ) se rencontre dans les textes de Qumrân ; il y est question du « mystère à venir » qui déterminera, « au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mystere/#i_3905

NAISSANCE DE L'UNIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 268 mots
  •  • 1 média

La première université, celle qu'on appelle la « mère nourricière des études », Alma Mater studiorum , naît à Bologne au xi e  siècle. Certains maîtres de grammaire, de rhétorique et de dialectique (les arts libéraux du trivium hérité de l'Antiquité) entreprennent alors d'y commenter le droit justinien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-de-l-universite/#i_3905

NÉO-PLATONICIENNE D'ATHÈNES ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 2 001 mots

Dans le chapitre « Une théologie platonicienne »  : […] Mais cette étude approfondie de Platon a été tout entière orientée vers la constitution d'une théologie païenne systématique. Cette théologie s'appuie sur une exégèse des hypothèses du Parménide par Syrianus, qui consiste à établir une correspondance entre les négations de la première hypothèse et les affirmations de la deuxième, et à lire dans la première hypothèse la théol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-neo-platonicienne-d-athenes/#i_3905

NEWMAN JOHN HENRY (1801-1890)

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 747 mots

Les plus grands théologiens du catholicisme sont parfois des hommes qui ont été formés hors de son sein. C'est le cas de saint Augustin, c'est celui aussi de Newman. Sa pensée est l'héritière en droite ligne de celles des grands anglicans, Hooker, Butler, Coleridge, qu'il a acclimatées dans le catholicisme. Ceux-ci ont eu le sens de l'histoire et s'étaient interrogés sur l' historicité du christia […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-henry-newman/#i_3905

NOMINALISME

  • Écrit par 
  • Paul VIGNAUX
  •  • 3 602 mots

Dans le chapitre « Nominalisme et théologie de la création »  : […] L'ontologie ockhamiste est liée à une théologie de la puissance créatrice : la position des créatures dans l'être n'est rien d'autre que leur création, radicalement libre, contingente et gratuite ; pour chacune, une position de tout son être que rien ne précède, notamment pas une « nature commune », préexistant en d'autres individus. La théologie de la création, donnée de foi et non acquisition p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nominalisme/#i_3905

OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 6 684 mots

Dans le chapitre « La morale et la métaphysique ockhamistes »  : […] La morale d'Ockham est plus surprenante que sa psychologie. Pour lui, le libre arbitre n'est pas seulement une exigence de foi ; à la différence de l'immatérialité de l'âme, il y voit une évidence empirique et il admet, très classiquement, que le vouloir se fortifie par l'habitude, s'affaiblit par l'inaction. Mais le terme qui se propose à l'action, le volibile , ne peut être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-ockham/#i_3905

ŒCUMÉNISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Georges CASALIS, 
  • Étienne FOUILLOUX
  •  • 6 378 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution du Conseil œcuménique des Églises »  : […] Le Conseil œcuménique des Églises (C.O.E.) a subi, pour sa part, le contrecoup du piétinement postconciliaire. Certains de ses responsables avaient été des membres très actifs du Groupe mixte de travail, commission commune au Conseil œcuménique des Églises et à l'Église catholique. En 1971, ce groupe rédigea un document envisageant les modalités concrètes d'une participation de l'Église catholiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oecumenisme/#i_3905

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aristote et la métaphysique »  : […] L'ontologie d'Aristote diffère de celle de Platon en ceci que ce qui est fondamentalement, ce ne sont pas les idées, mais les individus concrets : Callias, cet arbre, ce temple. Les idées sont ramenées à leur statut de genres, dont l'existence n'est que virtuelle, comme l'homme en Callias. L'Être, c'est à titre primordial la substance ( ousia , étance) sensible. Une ontologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_3905

PANIKKAR RAIMUNDO (1918-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 258 mots

Le jésuite et théologien espagnol Raimundo Panikkar prôna toute sa vie le dialogue interreligieux. Fils d'un Indien hindouiste et d'une Catalane catholique, Raimundo Panikkar naît le 3 novembre 1918 à Barcelone. Ordonné prêtre en 1946, il obtient la même année un doctorat de philosophie à Madrid. Il passe ensuite un doctorat de chimie en 1958, également à Madrid, puis un autre de théologie en 1961 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raimundo-panikkar/#i_3905

PARTICIPATION, théologie

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 331 mots

Au sens théologique, la participation désigne le rapport de la créature au Créateur, la façon dont l'esprit reste lié à Dieu, qui lui est présent bien que transcendant et auquel il ne cesse d'être uni, bien que le Dieu dont il dépend ne dépende pas de lui, bien que le Dieu dont l'homme est l'image ne soit pas à l'image de l'homme. L'intérêt de cette notion pour le théologien vient de ce que, sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/participation-theologie/#i_3905

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 815 mots

Le terme « patristique » peut désigner tout d'abord une partie de la théologie chrétienne qui systématise les enseignements de certains écrivains de l'Antiquité chrétienne, considérés comme Pères de l'Église par un choix de la tradition ecclésiastique et tenus, à cause de cela, pour d'authentiques garants de la foi orthodoxe. Il peut aussi désigner (conjointement avec le terme « patrologie ») l'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patristique/#i_3905

PÉCHÉ ORIGINEL

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE, 
  • André DUMAS
  •  • 6 925 mots
  •  • 2 médias

Le terme de péché originel a été créé par saint Augustin, probablement en 397, pour désigner l'état de péché dans lequel se trouve tout homme du fait de son origine à partir d'une race pécheresse ; et, ultérieurement, il a été étendu au péché d'Adam, premier père de l'humanité. La doctrine du péché originel, dont le germe est contenu dans les Écritures juives et chrétiennes, puis dans les œuvres d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche-originel/#i_3905

PETAU DENIS (1583-1652)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 143 mots

Jésuite français qui, helléniste de premier ordre, était entré en 1605 dans la Compagnie de Jésus où il devait passer sa vie à enseigner, d'abord à Reims et à La Flèche, puis au collège de Clermont à Paris. La réputation d'érudit de Petau s'appuie sur de savantes éditions de textes anciens et sur ses traités de chronologie. Mais sa participation la plus importante à l'histoire des idées consiste d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-petau/#i_3905

PIERRE LOMBARD (1100 env.-1160)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER, 
  • Jean RIBAILLIER
  •  • 2 510 mots

Auteur d'un ouvrage délibérément traditionnel et assez impersonnel qui lui a valu néanmoins d'être appelé le Maître des Sentences – car la « lecture » et le commentaire de cet exposé de la foi chrétienne ont constitué pendant plusieurs siècles la base de l'enseignement scolastique –, Pierre dit le Lombard serait né à Novare et aurait d'abord étudié à Bologne. Vers 1136, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-lombard/#i_3905

PNEUMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 127 mots

Dans la théologie chrétienne, la pneumatologie (du grec pneuma , « esprit ») est l'étude et la célébration de l'Esprit saint, troisième personne de la Trinité, envisagé soit au sein du mystère divin (la « procession » du Saint-Esprit), soit dans la manifestation de ce mystère et la communication de la vie divine (que saint Paul et les Pères anténicéens nomment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pneumatologie/#i_3905

PRÉDESTINATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 2 867 mots

La prédestination est la doctrine biblique et théologique selon laquelle Dieu choisit d'aimer l'homme, de l'appeler avant son savoir, de le sauver avant ses mérites, de le maintenir dans la fidélité de cet appel et de ce salut avant le terme de sa vie, de condenser ainsi dans un acte de libre amour ce qui se déroule dans la multiplicité variable du temps. La prédestination caractérise Dieu non co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/predestination/#i_3905

PROBABILISME

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 776 mots

Le système de théologie morale qui, dans l'Église catholique, a pris le nom de probabilisme tient à la difficulté d'appliquer strictement et indistinctement les lois de la morale chrétienne aux cas de conscience divers et précis que les fidèles rencontrent. Cette difficulté a été ressentie très tôt ; le problème de l'ignorance de la loi et celui du doute de la conscience occupèrent déjà les théolo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/probabilisme/#i_3905

PROSLOGION, Anselme de Cantorbéry - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 863 mots

Dans le chapitre « Une foi en quête d'intelligence »  : […] La preuve ontologique est ainsi devenue le symbole de la théologie rationnelle, confondue avec la métaphysique classique (ce que les disciples de Heidegger désignent comme onto-théo-logie), qu'on prétende la critiquer (Kant) ou l'accomplir (Hegel). Inversement, faire retour au Proslogion est apparu, sous l'impulsion en particulier du grand théologien protestant Karl Barth, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proslogion/#i_3905

PROTESTANTISME - Les Églises protestantes de la fin de la Réforme au début du XXe s.

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 1 942 mots

Dans le chapitre « Les mutations du XIXe siècle »  : […] Le xix e  siècle a été marqué par des mutations considérables qui étaient liées aux changements politiques ou territoriaux (de 1815) et à l'industrialisation, et qui ont eu pour caractéristiques la contestation des liens avec l'État, un puissant Réveil, une diversification considérable des tendances théologiques, la vitalité diaconale et missionna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-les-eglises-protestantes-de-la-fin-de-la-reforme-au-debut-du-xxe-s/#i_3905

PROTESTANTISME - Problèmes contemporains

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 3 708 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théologies issues du christianisme social »  : […] Des théologies privilégiant des engagements sociaux et éthiques, donnent l'impression d'une mosaïque de tendances. Elles possèdent une sensibilité commune qui s'inspire de leur origine, le christianisme social ; elles se soucient de promouvoir la confrontation avec la culture moderne et l'engagement, au nom du Christ, dans des combats sociaux, et même politiques dans certains cas. La plupart des f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-problemes-contemporains/#i_3905

PROTESTANTISME LIBÉRAL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 629 mots

Tendance de la théologie protestante qui, née de l'Aufklärung, en poursuit l'œuvre, en Allemagne surtout, dans le domaine de la critique des dogmes et de l'Écriture. Le protestantisme libéral, qui a bien des points en commun avec le libéralisme culturel, politique et économique, s'en distingue pourtant par son souci de demeurer essentiellement religieux et théologique. Il s'oppose à tout autoritar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-liberal/#i_3905

PURGATOIRE

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 868 mots

Il prolonge l'ambivalence du sentiment de la mort dans la tradition catholique. Apparue avec le péché, contre le dessein du Créateur, la mort est une malédiction (Rom., v , 12) ; mais le Christ, vainqueur à la fois du péché (par la Rédemption) et de la mort (par la Résurrection), a transformé toute malédiction en épreuve, en chance de rachat — jusqu'au trépas, sanctifié d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/purgatoire/#i_3905

RAHNER KARL (1904-1984)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 432 mots

Théologien catholique allemand, Karl Rahner s'est imposé, depuis de nombreuses années et surtout lors de la préparation du II e  concile du Vatican, comme un des plus grands docteurs de la pensée chrétienne contemporaine. Entré à l'âge de dix-huit ans dans la Compagnie de Jésus, où il rejoignit son frère Hugo, professeur de philosophie, il fut ordonné prêtre en 1932. Tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-rahner/#i_3905

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théologie et le mystère »  : […] Pourtant, ce mystère sera pensé, ne serait-ce que parce que la prédication exige que la bonne nouvelle soit rendue, sinon accessible à l'entendement, du moins acceptable : la théologie naît de là, tentative de penser le mystère, de le penser dans le seul discours que l'on ait à sa disposition, celui de la philosophie platonico-aristotélicienne (et stoïcienne). La foi ne veut pas rester pure répéti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_3905

RATRAMNE DE CORBIE (mort en 868 env.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 537 mots

Théologien, prêtre et moine de l'abbaye bénédictine de Corbie (Royaume des Francs occidentaux) mort vers 868, Ratramne de Corbie entreprend vers 850, à la demande de Charles II le Chauve, empereur d'Occident, la rédaction de deux traités majeurs : De corpore et sanguine Domini ( Du corps et du sang du Seigneur ) et De praedestinatione […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ratramne-de-corbie/#i_3905

RITSCHL ALBRECHT (1822-1889)

  • Écrit par 
  • Hans Wilhelm FREI
  • , Universalis
  •  • 719 mots

Théologien luthérien allemand, né à Berlin le 25 mars 1822, mort le 20 mars 1889 à Göttingen, fils et petit fils de pasteurs luthériens, Albrecht Ritschl étudie la théologie et la philosophie à l'université de Bonn dès 1839, puis de Halle à partir de 1841. Après l'obtention de son doctorat en 1843, il adhère aux idées de l'école de Tübingen, un mouvement qui se consacre à la reconstruction des or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-ritschl/#i_3905

RIVET ANDRÉ (1572-1651)

  • Écrit par 
  • Paul DIBON
  •  • 981 mots

Théologien protestant français, né à Saint-Maixent, André Rivet joua un rôle important au sein des Églises réformées et dans la vie politique du xvii e  siècle. Au terme d'études philosophiques et théologiques à La Rochelle, puis à l'Académie d'Orthez, nouvellement fondée par Henri de Navarre, il avait été appelé à Thouars en 1595 comme pasteur et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-rivet/#i_3905

ROGER BACON (1212/1220-1292)

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 1 837 mots

Dans le chapitre « Les mathématiques et l'expérience »  : […] « Type accompli de l'augustinisme avicennisant » pour les uns, « aristotélicien néoplatonisant » pour les autres, Bacon échappe définitivement à toute classification dès qu'il s'adonne à la pratique effective des sciences. Mathématiques et langues sont pour lui les indispensables instruments de la réforme de l'organisation du savoir chrétien programmée dans les sept livres de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-bacon/#i_3905

SACREMENTS

  • Écrit par 
  • Louis-Marie CHAUVET, 
  • Jean TROUILLARD
  • , Universalis
  •  • 3 801 mots

Dans le chapitre « Des origines au XIIe siècle »  : […] Figure révélatrice du dessein secret de Dieu sur le monde et notamment de l'établissement eschatologique de son Règne : telle était la signification fondamentale, héritée de l'apocalyptique juive, du mystèrion de la version biblique des Septante et de son décalque latin mysterium , ainsi que de sacramentum . C'est dans cette perspe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacrements/#i_3905

SAINT-ESPRIT

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Richard GOULET
  •  • 3 912 mots

Le Saint-Esprit, l'Esprit de Dieu , tient dans le judéo-christianisme une place paradoxale : il y apparaît à la fois omniprésent aux yeux de la tradition biblique et dogmatique et, en maintes époques du moins, assez largement méconnu chez nombre de croyants. Il est mentionné dès la première page de la Bible, sous la forme de la ruaḥ hébraïque : il « planait sur les eaux » au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-esprit/#i_3905

SCHILLEBEECKX EDWARD (1914-2009)

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 1 130 mots

Théologien catholique dominicain dont les travaux ont souvent inquiété le Vatican, Edward Schillebeeckx est mort à Nimègue (Pays-Bas), le 23 décembre 2009. Né en 1914 à Anvers, il avait été admis à la maison des dominicains de Gand à l'âge de dix-neuf ans. Ordonné prêtre en 1941, licencié en théologie de l'université de Louvain, il approfondit sa formation au centre d'études dominicain du Saulchoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-schillebeeckx/#i_3905

SCHLEIERMACHER FRIEDRICH DANIEL ERNST (1768-1834)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 1 946 mots

Philologue, philosophe, théologien et prédicateur, Schleiermacher a voulu fonder la religion sur l'intuition ( Anschauung ) et sur le sentiment ( Gefühl ) : il reconnut à la théologie une spécificité qui ne lui fut plus contestée. Son œuvre entraîna une rupture dans la pensée théologique : dans sa synthèse, les vieilles oppositions entre rationalisme, s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-daniel-ernst-schleiermacher/#i_3905

SCIENCES - Science et christianisme

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 4 110 mots

Dans le chapitre « La « guerre entre science et théologie » »  : […] À la fin du xvii e  siècle, la nouvelle science avait triomphé, et un accord nouveau s'établit entre les Églises chrétiennes et la nouvelle « philosophie naturelle ». La nature était devenue un immense mécanisme, comme une gigantesque horloge ; et la perfection de ce mécanisme démontrait l'existence d'un Créateur intelligent. Utilisant les nouvel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-christianisme/#i_3905

SCOLASTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 2 983 mots

Dans son emploi usuel, et qu'il soit nom générique ou adjectif, le mot « scolastique » fait naître l'idée de répétition ou commentaire du déjà-dit, de subtilité pédantesque, par opposition à l'originalité, à l'esprit de découverte par enquête sur les choses mêmes. Cette acception résume une part des critiques dirigées, depuis la Renaissance, contre le régime de pensée et d'enseignement qui caracté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scolastique/#i_3905

SOMME DE THÉOLOGIE, Thomas d'Aquin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Charles CHAUVIN
  •  • 965 mots
  •  • 1 média

C'est vers la fin de sa courte vie que Thomas d'Aquin (1224 ou 1225-1274) a rédigé une Somme de théologie ( Summa theologiae ), à l'instar d'une vingtaine de théologiens qui composèrent au cours du xii e et du xiii e  siècle le même type d'ouvrage, gen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/somme-de-theologie/#i_3905

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le XVIIe siècle et la réaction chrétienne »  : […] La lutte antispinoziste (première forme de l'influence désormais irréversible du spinozisme) commence immédiatement après la publication anonyme du Tractatus theologico-politicus  : les synodes provinciaux des États de Hollande et l'Église calviniste d'Amsterdam donnent l'alarme et condamnent violemment l'écrit, tandis qu'en Allemagne c'est Thomasius, le maître de Leibniz, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_3905

STRAUSS DAVID FRIEDRICH (1808-1874)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 1 237 mots

Théologien et exégète allemand, Strauss se rendit célèbre par sa Vie de Jésus , dont l'énorme retentissement lui ferma définitivement toute carrière ecclésiastique ou universitaire. La défense et l'illustration de ses idées l'amenèrent, peu à peu, à rompre avec le christianisme. Son intuition centrale – les évangiles sont des prédications et non pas des biographies – devait p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-friedrich-strauss/#i_3905

SUBSTANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 5 343 mots

Dans le chapitre « Aristote »  : […] C'est la définition de la « philosophie première » qui, chez Aristote (à travers les livres Γ, Λ, Ζ, Θ de la Métaphysique ), va se constituer comme l'origine simultanée de la métaphysique occidentale et de la philosophie d'Aristote ; la philosophie première est la science de l'être en tant qu'être et non pas la connaissance particulière de tel ou tel domaine de la réalité. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/substance/#i_3905

SURNATUREL

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 328 mots

Chez les Grecs, le surnaturel s'oppose à la nature physique et il signifie ce qui lui est immédiatement supérieur, à savoir la nature intellectuelle, ce qui appartient à l'intelligence, à l'intelligible, eux-mêmes considérés comme divins, en raison de l'immutabilité des idées qui suppose une coupure par rapport à la mobilité et à l'incertitude de l'expérience sensible. Le mot surnaturel a reçu ens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surnaturel/#i_3905

TEILHARD DE CHARDIN PIERRE (1881-1955)

  • Écrit par 
  • Claude CUÉNOT
  •  • 2 385 mots

Dans le chapitre « La pensée teilhardienne »  : […] Pierre Teilhard de Chardin, né à Sarcenat (commune d'Orcines, dans le Puy-de-Dôme), novice de la Compagnie de Jésus en 1899 et ordonné prêtre en 1911, entre l'année suivante au laboratoire de Marcellin Boulle au Muséum d'histoire naturelle. Mobilisé pendant la guerre de 1914-1918 comme brancardier, il prépare ensuite licence et doctorat de sciences naturelles et enseigne la paléontologie et la géo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-teilhard-de-chardin/#i_3905

TERTULLIEN (155 env.-env. 225)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude FREDOUILLE
  •  • 3 943 mots

Tertullien est né et a vécu à Carthage, dans une période déterminante pour l'histoire de la civilisation occidentale, à l'articulation exacte de deux mentalités qui s'affrontent encore, mais dont il devait être le premier à tenter la synthèse. Né païen, d'éducation et de formation païennes, cultivé, curieux, inquiet de tempérament, il occupe une place particulièrement importante dans l'histoire d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tertullien/#i_3905

THÉOLOGIE DE LA LIBÉRATION

  • Écrit par 
  • Michaël LÖWY
  •  • 1 369 mots

La théologie de la libération se présente d'abord comme un ensemble de textes rédigés depuis 1971 par des figures du catholicisme latino-américain comme Gustavo Gutiérrez au Pérou, Hugo Assmann, Frei Betto, Leonardo et Clodovis Boff au Brésil, Jon Sobrino et Ignacio Ellacuria au Salvador, Segundo Galilea et Ronaldo Muñoz au Chili, Pablo Richard au Chili et au Costa Rica, José Miguel Bonino et Jua […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie-de-la-liberation/#i_3905

THÉOLOGIE NÉGATIVE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 3 863 mots

Il serait peut-être préférable de parler d' apophatisme (du grec apophasis , négation) ou de méthode aphairétique (du grec aphairesis , abstraction) plutôt que de théologie négative. Car, si l'on appelle traditionnellement « théologie négative » une méthode de pensée qui se propose de concevoir Dieu en lui appliquant des propositions qui nient tout prédi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie-negative/#i_3905

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 364 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théosophie et ésotérisme : histoire d'un mot »  : […] Le mot theosophia , qui signifie étymologiquement « sagesse de Dieu », apparaît chez plusieurs Pères de l'Église, grecs et latins, comme synonyme de «   théologie » ; et cela tout naturellement, puisque sophia signifie à la fois une connaissance, une doctrine et une sagesse. Le sophos est un « sage ». Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theosophie/#i_3905

THOMAS D'AQUIN saint (1224 ou 1225-1274)

  • Écrit par 
  • Marie-Dominique CHENU
  •  • 4 372 mots
  •  • 1 média

Thomas d'Aquin, ainsi appelé du nom de la petite ville d'Aquino, sur la route de Naples à Rome, où ses parents détenaient dans le premier quart du xiii e  siècle un très modeste pouvoir féodal, ne peut être enfermé dans le crédit que lui accorde depuis sept siècles l'Église catholique ; il est le haut témoin de la novation culturelle qui, dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-d-aquin/#i_3905

THOMISME

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 5 228 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théologie »  : […] C'est Dieu qui, pour Thomas d'Aquin, est l'objet de la théologie, mais sous le point de vue divin exprimé par la Révélation ( sub ratione Dei ). Si le champ objectif de la théologie est bien centré sur Dieu en son mystère, il enveloppe aussi ce que Dieu a fait, fait et fera faire (outre la création, la rédemption, qui débouche sur l'eschatologie). L'unité épistémologique de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomisme/#i_3905

TILLICH PAUL (1886-1965)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 1 828 mots

Philosophe et théologien d'origine allemande, Tillich dut s'exiler aux États-Unis, où il enseigna durant la dernière partie de sa vie. Sa pensée se caractérise par la prise au sérieux de la religion et des symboles qui constituent le langage de l'être. Contrairement à Karl Barth, Tillich a toujours essayé de concilier la foi et la culture, la civilisation et la religion. Pour lui, en effet, la tâc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-tillich/#i_3905

DU TOIT JACOB DANIEL dit TOTIUS (1877-1953)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 364 mots

Poète, pasteur et professeur de théologie, l' Afrikaner Jakob Daniel Du Toit compila en 1936 un psautier en afrikaans, aujourd'hui considéré comme l'une des plus belles œuvres poétiques de son genre dans la littérature néerlandaise, flamande ou afrikaans. Il signa également de magnifiques élégies afrikaans. Jakob Daniel Du Toit, dit Totius, naît le 21février 1877 à Paarl, dans la colonie du Cap, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-daniel-du-toit/#i_3905

URS VON BALTHASAR HANS (1905-1988)

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ
  •  • 1 383 mots

Hans Urs von Balthasar, écrivain suisse de langue allemande, fut l'un des plus éminents théologiens du catholicisme contemporain et l'un des meilleurs connaisseurs du patrimoine culturel de l'Occident. Né à Lucerne, il étudia d'abord la « germanistique » (philosophie, littérature et art) à Munich, Vienne et Berlin. En 1929, il présenta à Zurich une thèse de philosophie sur « l'histoire du problème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-urs-von-balthasar/#i_3905

VATICAN (IIe CONCILE DU)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 6 130 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'ouverture et la première session (11 oct.-8 déc. 1962) »  : […] Jean XXIII inaugura le concile par un discours qui fit sensation, mettant en garde contre la tentation intégriste de multiplier les condamnations et rappelant la perspective unioniste qui devait caractériser ce concile pastoral (perspective que plusieurs commissions préparatoires avaient perdue de vue au point de refuser de prendre l'avis du Secrétariat pour l'unité). Deux jours plus tard, à la pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vatican-iie-concile-du/#i_3905

VINET ALEXANDRE (1797-1847)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 239 mots

Critique et théologien protestant suisse, Vinet enseigna d'abord la langue et la littérature françaises à Bâle (1817), puis la théologie pratique à Lausanne (1837) et enfin, dans la même ville, la littérature française (1845). Ordonné pasteur en 1819, il n'accepte pas de charge pastorale, mais prêche très volontiers. En 1846, lors de la révolution vaudoise, il abandonne ses fonctions pour se cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-vinet/#i_3905

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 783 mots

Dans le chapitre « Le contexte « théologique » : Augustin »  : […] La philosophie de la volonté d'Aristote n'aurait pas développé toutes ses ressources si elle n'avait été relayée, dans l'Occident chrétien, par une réflexion proprement théologique qui, d'une triple façon au moins, a affecté l'anthropologie philosophique jusqu'à Kant. C'est d'abord sur le fond d'une méditation sur le mal , ou péché, que s'est affinée et approfondie la psycho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/#i_3905

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques POULAIN, Henry DUMÉRY, Claude GEFFRÉ, « THÉOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie/