THÉOGONIE, HésiodeFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Toute-puissance divine et faiblesses humaines

Les principaux mythes du patrimoine grec sont évoqués dans la Théogonie. Mais, dans la multitude des divinités, Hésiode se limite parfois à une simple présentation généalogique. Il accorde toutefois davantage de place aux unions entre déesses et mortels, ou dieux et mortelles, qui enfantent la race des héros, promise à occuper une place centrale dans la littérature grecque de l'époque classique

Dans la Théogonie, Hésiode a tout particulièrement insisté sur le passage du chaos au cosmos, sur la victoire de l'ordre sur le désordre. Le monde se met d'abord en place grâce à un dieu sorti du chaos, Éros : « Le tartare naquit ; puis l'amour vint au monde. » Grâce à lui la terre, Gaïa, et le ciel, Ouranos, s'unissent. Anteros, frère d'Éros, permet également à l'univers de trouver une stabilité qui l'empêche de retourner au chaos originel. À chaque changement de génération divine, l'univers gagne en stabilité. Chaque combat permet alors de franchir une étape menant à l'ordre universel. Ainsi, à l'issue du combat mené par Zeus contre les Titans, s'impose une nouvelle génération de dieux olympiens, garants de la paix. Les scènes de « Titanomachie », d'affrontement contre les Titans, puis de « Gigantomachie », de combat contre les Géants, évoquées par Hésiode furent de nombreuses fois exploitées pour orner les frises des temples classiques, notamment celles du Parthénon.

Mais la Théogonie témoigne aussi d'une certaine inquiétude sur l'avenir de l'homme. Le mythe de Prométhée et d'Épiméthée, les deux fils du Titan Japet, annonce déjà le pessimisme devant l'inconséquence du caractère humain qui caractérisera les philosophes et les poètes qui lui succéderont. Alors que Prométhée dérobe à Zeus le feu sacré – c'est-à-dire le bien, la connaissance – pour l'offrir aux hommes, Épiméthée, victime d'une machination de Zeus, épouse Pandore, une femme pétrie dans l'argile par Héphaistos, d' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  THÉOGONIE, Hésiode  » est également traité dans :

GAÏA

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 716 mots

Dans la Théogonie d'Hésiode, Gaïa, la Terre, « aux larges flancs, assise sûre à jamais offerte à tous les vivants », est nommée aussitôt après le Chaos et immédiatement avant Éros ou le Tartare. Elle est donc l'élément primordial, d'où naquirent les races divines. C'est d'abord sans l'aide d'aucun élément mâle qu'elle engendra Ouranos, « égal à elle-même, capable de la couvrir tout entière », ain […] Lire la suite

HÉSIODE (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 2 495 mots

Dans le chapitre « La Théogonie : un mythe de souveraineté »  : […] Dès les premiers vers de la Théogonie (Θεογονία, généalogie des dieux), Hésiode s'affirme comme un poète inspiré, que les Muses ont choisi pour dire « ce qui sera et ce qui fut », et pour célébrer « la race de bienheureux toujours vivants ». Si l'on voulait ne voir dans cette affirmation qu'une référence banale à la vocation poétique, on commettrait le plus grave des contresens. En invoquant le […] Lire la suite

MYTHE - Mythos et logos

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 3 293 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hésiode et Héraclite »  : […] Héraclite fait à Hésiode le reproche de « polymathie » : il a ravaudé sa sagesse avec toutes sortes de choses apprises. Vraisemblablement, cela veut dire qu' Hésiode a recomposé sa théogonie avec le matériel disparate de traditions recueillies dans un grand nombre de lieux saints. L'œuvre d'Hésiode représenterait donc un premier syncrétisme, dont l'agencement signifiant refoule les archaïsmes in […] Lire la suite

ORPHISME

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 1 640 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une religion des livres »  : […] Le refus prend d'autres formes. Il s'exprime en particulier dans un système de pensée de type cosmogonique, tout entier construit contre la tradition d'Hésiode et la « théologie » officielle des Grecs. Ces cosmogonies et théogonies orphiques ont souvent été tenues pour des constructions tardives, élaborées dans des milieux néo-platoniciens. La découverte, en 1962, à Derveni, près de Thessalonique […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Florence BRAUNSTEIN, « THÉOGONIE, Hésiode - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theogonie-hesiode/