TEMPS / MÉMOIRE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’énigme du temps

Il est si peu d’exemples, dans toute l’histoire de la philosophie, d’un penseur ayant marqué à ce point une notion que ne pas commencer par lui paraîtrait inconsidéré : tel est le cas d’Augustin d’Hippone (354-430) quand on aborde la question du temps.

« Qu’est-ce donc que le temps ? Quand personne ne me le demande, je le sais ; dès qu’il s’agit de l’expliquer, je ne sais plus » (Confessions, livre XI, xiv). La conscience immédiate du temps perçoit intuitivement qu’il est composé de trois dimensions : passé, présent, avenir. Mais l’étrangeté du temps tient à ce que ces trois dimensions sont aussi irréelles les unes que les autres. Le passé n’est plus, le futur n’est pas encore, le présent n’a pas l’épaisseur d’un cheveu.

En effet, sitôt l’instant présent apparu, il s’évanouit dans le néant pour ne plus jamais réapparaître. Et si l’on peut trouver des traces du passé, elles ne sont jamais que les traces présentes du passé. Ainsi, quand un paléontologue retrouve les ossements d’un diplodocus, il n’est pas précipité à l’ère tertiaire. C’est aujourd’hui, au xxie siècle, qu’il découvre et analyse ces ossements et construit des hypothèses à leur sujet.

Quant au futur, il n’a encore aucune réalité. Nous sommes condamnés à attendre qu’il devienne présent pour l’appréhender. D’où les constantes erreurs des hommes chaque fois qu’ils se sont risqués à prophétiser ce qui était censé advenir. Comme le remarque le philosophe empiriste David Hume (1711-1776), rien ne me garantit que le soleil se lève demain, rien ne me garantit qu’il y ait encore demain matin un monde. Penser qu’un avenir existe en avant de nous relève de la croyance et non de la connaissance.

Reste donc le présent, seule dimension du temps qui semble avoir une réalité indiscutable. Mais qu’est-ce que le présent ? La seconde ? Le centième de seconde ? Le milliardième de seconde ? Comme l’a démontré Zénon d’Élée (490-430 av. J.-C.), diviser un segment de droite ou un fragment du temps est une opération infinie : on peut toujours couper en deux ce qu’on imagine être le plus infime élément de l’espace ou du temps. Le présent ne possède donc aucune épaisseur, aucune réalité solide, et cette dernière dimension à laquelle on pensait se raccrocher pour donner une consistance au temps s’évanouit à son tour.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « TEMPS / MÉMOIRE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/temps-memoire-notions-de-base/