Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TARN

Le plus gros affluent de la Garonne, et même plus abondant qu'elle, le Tarn arrive de l'est, partage son cours et son bassin entre le Massif central et la plaine aquitaine, reçoit vers la fin le renfort de l'Agout sur sa rive gauche, puis celui de l'Aveyron sur sa rive droite, et, après Moissac, verse à la Garonne 230 mètres cubes par seconde. Le bassin s'étend sur 15 700 kilomètres carrés ; le débit spécifique est ainsi de 14,6 litres par seconde et par kilomètre carré ou 460 millimètres. Ses 375 kilomètres de longueur s'étirent entre les cotes 1523 et 60.

Le Tarn naît au flanc sud du mont Lozère, plonge rapidement jusqu'à la rencontre des Causses (bloc calcaire enkysté dans le cristallin), subit des ruptures de pente dans son canyon, au pas de Souci, puis au saut du Sabo, au contact des Ségalas granitiques et du bassin sédimentaire d'Albi. L'Agout vient de l'Espinouse dans le socle hercynien et trouve le sédimentaire peu avant Castres. De même, l'Aveyron descend du Rouergue (Rodez), puis traverse le bas Quercy.

Le régime pluvio-nival de l'amont (Fontchalettes), avec maximum d'avril, creux profond d'août, reprise en novembre et rétention sensible en février, se dégrade vers l'aval en régime pluvial avec sommet en janvier et minimum d'août.

Sur le Tarn même, les étiages extrêmes ne sont pas trop sévères. Les Grands Causses ont un effet régulateur. Le plus faible débit enregistré au Pinet, à la sortie du canyon, en août 1949, est de 5 mètres cubes par seconde ou de 1,9 litre par seconde et par kilomètre carré, mais l'Agout, dépourvu des mêmes réserves, tombe bien plus bas (0,3 l . s—1 . km—2), et le Viaur plus encore (0,01 l . s—1 . km—2), de sorte qu'à Moissac le Tarn rampe jusqu'à 1 litre par seconde et par kilomètre carré.

Les crues sont plus redoutables. Toutes les conditions sont réunies : pentes accentuées, encaissement du lit, convergences du réseau, puissance des précipitations océaniques ou méditerranéennes qui affectent également le Tarn.

Il en résulte des records impressionnants ; en mars 1930 : 19 kilomètres à l'heure de vitesse entre Florac et Les Vignes, 19 mètres de hauteur à Saint-Sulpice, à l'arrivée de l'Agout, une montée de 6,30 m en vingt-quatre heures et finalement de 11,49 m à Montauban dans la plaine, 8 000 mètres cubes par seconde à Moissac, le rapport des extrêmes étant de 500.

Les pluies les plus intenses provoquent des inondations catastrophiques sans équivalent ailleurs en France.

Le Tarn apporte une contribution modeste à l'énergie hydro-électrique : vingt-sept ouvrages totalisant une puissance installée de 440 mégawatts fournissent annuellement moins de 1,3 milliard de kilowattheures. L'étrange beauté de certains sites lui valent une réputation touristique justifiée.

— Jean de BEAUREGARD

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jean de BEAUREGARD. TARN [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ALBI

    • Écrit par
    • 710 mots
    • 2 médias

    Albi, préfecture du Tarn, est l’une des villes « moyennes » de la région Occitanie, très loin cependant derrière Perpignan, Montpellier et Toulouse. Avec 51 510 habitants (recensement de 2012), elle se trouve au centre d'une agglomération de dix communes (73 510 hab.) et d'une aire urbaine...

  • ALBI, histoire et histoire de l'art

    • Écrit par
    • 1 090 mots
    • 2 médias

    En dépit des aléas de l'histoire, Albi a toujours joué le rôle d'une petite capitale régionale. La contrée dont elle a orienté le destin n'est pas une région naturelle. La ville a établi sa zone d'influence en organisant et en contrôlant les échanges entre deux domaines complémentaires...

  • GARONNE

    • Écrit par
    • 814 mots
    • 2 médias

    Petite, nerveuse et redoutable, telle apparaît la Garonne. C'est le fleuve français le plus court (575 km), au bassin le plus limité (56 000 km2). Il débite 625 m3/s, plus que la Seine, soit 11,1 l/s/km2 ou 350 mm, ce qui lui vaut la deuxième place, après le Rhône, en alimentation...

  • LOT, rivière

    • Écrit par
    • 438 mots
    • 1 média

    Dernier grand affluent de la Garonne, sur sa rive droite, le Lot se compare naturellement à son voisin, le Tarn : même origine, le mont Lozère (ici le versant nord) ; même direction est-ouest ; longueur, bassin et alimentation de même ordre : 481 kilomètres, 11 400 kilomètres carrés, 15 litres...