LOT, rivière

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dernier grand affluent de la Garonne, sur sa rive droite, le Lot se compare naturellement à son voisin, le Tarn : même origine, le mont Lozère (ici le versant nord) ; même direction est-ouest ; longueur, bassin et alimentation de même ordre : 481 kilomètres, 11 400 kilomètres carrés, 15 litres par seconde et par kilomètre carré, ou 473 millimètres, au total, 170 mètres cubes par seconde ; fortes pentes et lits encaissés (viaduc de Garabit sur la Truyère) avec des crues également redoutables ; enfin, même partage entre l'amont dans le cristallin et l'aval sédimentaire. Mais, cette fois, les causses du Quercy se situent à l'aval et n'ont pas le même pouvoir de rétention que ceux du Tarn. Le réseau du Lot supérieur dessine avec la Truyère au nord, sur la rive droite, une pince qui enserre l'Aubrac. Alors que le Lot, à la sortie du mont Lozère, traverse rapidement vers Mende la partie septentrionale des Grands Causses et contourne l'Aubrac par le sud, la Truyère, issue du Gévaudan et de la Margeride, décrit un arc et se faufile entre les môles éruptifs de l'Aubrac et du Cantal. Il en résulte une rivière d'abord abritée et mal alimentée, ensuite généreusement pourvue par les pluies qui frappent ces reliefs. À l'inverse du cas général, le débit spécifique croît ici, vers l'aval, de 14 à 17 litres par seconde et par kilomètre carré (16 à Sarrans, 2 462 km2). Après le confluent, et Cajarc (7 033 km2), avec un débit de 122 mètres cubes par seconde, le chevelu disparaît dans les causses du Quercy jurassique, où les méandres s'encaissent, et revient dans les sables et les marnes tertiaires.

Vallée du Lot

Vallée du Lot

photographie

Vue aérienne du Lot, rivière française prenant naissance près du mont Lozère et qui serpente le Massif central et le bassin d'Aquitaine, avant de se jeter dans la Garonne. 

Crédits : Jeremy Walker, Getty Images

Afficher

Le régime du Lot évolue comme celui du Tarn, du type nivo-pluvial (maximums en mars et en décembre) au pluvial océanique, avec un sommet en janvier. L'irrégularité de cette rivière, où le karst ne retient pas l'eau, est notoire et supérieure à celle du Tarn. À la station de Cajarc, les débits journaliers extrêmes ont un rapport de 1 à 3 000 environ. En août 1949, on a relevé 1 mètre cube par seconde, et 2 900 mètres cubes par seconde en décembre 1944. La crue de mars 1783 a donné 3 400 mètres cubes par seconde à Entraygues (5 500 km2), au confluent de la Truyère, et 4 000 à Cahors (9 170 km2). Le maintien d'une pente forte dans le haut bassin, sur le Lot et surtout la Truyère, lui vaut une puissance installée et une productibilité électrique annuelle presque doubles de celles du Tarn.

—  Jean de BEAUREGARD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LOT, rivière  » est également traité dans :

CAHORS

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 508 mots
  •  • 2 médias

Chef-lieu du département du Lot, Cahors compte 21 193 habitants (recensement de 2012), formant avec la commune voisine de Pradines une agglomération de 23 505 habitants. Ce pôle urbain rayonne sur les trente-neuf communes de l’agglomération du Grand Cahors (comptant 43 400 habitants) où réside une partie de sa population active. Installée dans un m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cahors/#i_49369

GARONNE

  • Écrit par 
  • Jean de BEAUREGARD
  •  • 819 mots
  •  • 2 médias

Petite, nerveuse et redoutable, telle apparaît la Garonne. C'est le fleuve français le plus court (575 km), au bassin le plus limité (56 000 km 2 ). Il débite 625 m 3 /s, plus que la Seine, soit 11,1 l/s/km 2 ou 350 mm, ce qui lui vaut la deuxième place, après le Rhône, en alimentation spécifique. Des crues puissantes et d'origines diverses renden […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/garonne/#i_49369

Pour citer l’article

Jean de BEAUREGARD, « LOT, rivière », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lot-riviere/