Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TAPIS MODERNES ET CONTEMPORAINS

La vogue du tapis tuft

C'est de Hong Kong qu'arrivèrent en 1974 les premiers exemples de tapis tuftés main, nommés également tapis au point d'Asie. Le mot anglais tuft ou hand-tuft fait référence au terme français bien évocateur de touffe, allusion aux brins de laine colorés qui formeront le motif du tapis. Il s'agit d'un procédé nouveau que la manufacture de tapis de Cogolin fut la première à adopter en France, son moindre coût permettant une diffusion de l'œuvre d'un artiste en tirage limité et contrôlé. En 1977, Sonia Delaunay donna sa caution à Artcurial, et les cas d'artistes tentés par ce nouveau mode d'expression se multiplièrent. En 1985, à l'occasion du Salon des artistes décorateurs, quatre-vingt-cinq tapis d'artistes furent présentés par des galeries et des éditeurs tels Artcurial, Néotu, Tisca, Flipo, et ces tapis d'un coût abordable rencontrèrent un accueil très favorable. Le musée des Arts décoratifs et le groupe Ecart International lancèrent également des éditions de tapis d'artistes. Ce succès public ne devait plus se démentir.

Le moindre coût s'explique par l'armature toile préétablie, sorte de canevas, qui remplace la chaîne. Sur cette toile est reporté le dessin de l'artiste. Une fois la toile tendue sur le métier vertical, on procède au tuftage, c'est-à-dire à l'implantation de la laine brin à brin par le moyen d'un pistolet à aiguille. Ce pistolet manuel, pneumatique ou électrique, couvre la toile dans un mouvement de va-et-vient. L'enduction, deuxième opération, consiste à enduire l'envers de l'œuvre d'une couche de latex, puis l'entoilage sur ce latex doit assurer la solidité du tapis. La phase de finition, rasage pour égaliser le velours et éventuellement ciselage à la main pour accuser le dessin et les reliefs, permet d'aborder plus charnellement la pièce réalisée. Si pour l'artisan la technique du tuft est radicalement différente de celle du tapis au point noué ou du tapis ras, pour l'artiste concepteur, il s'agit exactement du même processus de création : il y a entente préalable entre l'artiste et le teinturier sur l'échantillonnage des couleurs. Le carton est réalisé à grandeur d'exécution d'après la maquette, et certains artistes insistent pour intervenir sur le ciselage final. De ces précisions techniques, on retiendra la totale liberté du créateur qui contrôle la réalisation et décide du nombre d'exemplaires à effectuer.

Le tuft, beaucoup plus rapide à réaliser que les techniques traditionnelles, ne nécessite pas les mêmes investissements financiers, permettant ainsi une plus grande latitude pour la question cruciale des prix de revient. La clientèle privée pouvant acquérir aujourd'hui un tapis savonnerie, un point noué ou même un tapis ras n'existe pratiquement pas. Seules les commandes d'État ou de mécénat d'entreprise peuvent financer ces réalisations coûteuses.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : adjointe à la Miission ameublement du Mobilier national, chargée du fonds textile d'Aubusson du XXème siècle au Mobilier national
  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Toulouse-II

Classification

Pour citer cet article

Valérie GLOMET et Michèle HENG. TAPIS MODERNES ET CONTEMPORAINS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ABAKANOWICZ MAGDALENA (1930-2017)

    • Écrit par Michèle HENG
    • 1 201 mots
    • 1 média
    ...débuts en 1960 avec une exposition qui comporte de grandes gouaches sur papier et quelques tissages. L'exposition est interdite pour cause de formalisme. Maria Laskiewicz, sculpteur, ancienne élève de Bourdelle, propose alors la candidature d'Abakanowicz à la Ire biennale internationale de la ...
  • LURÇAT JEAN (1892-1966)

    • Écrit par Nicole de REYNIES
    • 553 mots

    Essentiellement connu pour ses cartons de tapisserie, Jean Lurçat, frère de l'architecte André Lurçat, s'est exprimé cependant avec talent dans des domaines très divers (peintures, dessins, aquarelles, estampes, vitraux, céramiques et mosaïques, bijoux et cristaux, décors de théâtre, poèmes, œuvre...

  • MATÉGOT MATHIEU (1910-2001)

    • Écrit par Pierre-Emmanuel MARTIN-VIVIER
    • 802 mots

    Mathieu Matégot est né le 4 avril 1910 en Hongrie à Tapio-Sully, village situé à une vingtaine de kilomètres de Budapest. Il débute comme décorateur au Théâtre national de la capitale après avoir suivi une formation artistique à l'Académie Jaschick et à l'école des Beaux-Arts. Âgé de dix-neuf ans, il...

  • PICART LE DOUX JEAN (1902-1982)

    • Écrit par Sophie DESWARTE
    • 764 mots

    La réaffirmation des fonctions murales et monumentales de la tapisserie, l'étude attentive de ses techniques spécifiques, principes défendus par Jean Lurçat à la suite de sa redécouverte de l'Apocalypse d'Angers en 1929, ont été le point de départ de l'œuvre de cartonnier de Jean...

Voir aussi