Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TAPIS MODERNES ET CONTEMPORAINS

Un nouvel engouement

L'art du tapis est enfin sorti de la désaffection qui le frappa durant les années 1960. Plusieurs facteurs expliquent ce regain d'intérêt. De nombreux artistes, architectes, designers ont montré qu'un tapis est une création à part entière et non un simple objet d'usage destiné à recouvrir le sol. Si la tapisserie rencontre certaines difficultés – où la placer quand le mur se module ou devient moins présent dans une architecture de verre ? – la primauté au sol qui redevient une donnée fondamentale de la création plastique grâce aux environnements, aux installations ouvre de nouvelles possibilités au tapis.

La politique de commande du Mobilier national, devenue moins hésitante depuis la fin des années 1970, a montré quel degré d'excellence pouvaient atteindre les tapis tissés à Beauvais ou Lodève : d'après les cartons d'artistes réputés comme Pierrette Bloch, Geneviève Asse, François Bouillon, Buraglio, Jaume Plensa, Sautour-Gaillard, Zao-Wou-Ki. Les manufactures marchoises ne sont pas en reste, avec des tapis tissés sur des cartons de Sarkis, Olivier Mosset, John Armleder ou Sylvain Dubuisson. Ce rôle de promotion demeure essentiel ; il demanderait néanmoins à être élargi grâce aux commandes privées.

Dans une métaphore opportune, certains ont comparé les techniques traditionnelles du tapis à la haute couture et le tapis tuft au prêt-à-porter. Comme ce dernier, le tapis contemporain tufté fait preuve d'une éclatante vitalité, toutes les tendances protéiformes de l'art d'aujourd'hui s'y confrontent, du minimalisme d'Olivier Gagnère au néo-baroque de Garouste et Bonetti.

Les problèmes du tapis contemporain concernent moins la création que les coûts de production. À titre indicatif, le prix de tissage au mètre carré d'un tapis de savonnerie est, en 1999, d'environ 5 700 euros et celui d'un tapis tufté de 1 000 euros. Il semble ne plus y avoir de solution intermédiaire entre les techniques traditionnelles réservées à la commande d'État ou au mécénat et le tapis tuft qui a su intéresser le public et les artistes. Le tapis ne reflète plus guère la conception de haut luxe défendue par les grands décorateurs des années 1920 à 1950. Les réalisations actuelles sont multiformes, complexes et contradictoires. Le sol est perçu tantôt comme une source de questionnement sur nos racines, notre identité première dans une volonté de dépouillement, tantôt comme un moyen de dépaysement imaginaire pour oublier la banalité voire l'hostilité du monde extérieur. Le besoin du cocon, devenu si puissant, explique sans doute ce dynamisme créateur, montrant l'adéquation de la fibre et de la laine aux sensibilités les plus contrastées de notre temps.

— Michèle HENG

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : adjointe à la Miission ameublement du Mobilier national, chargée du fonds textile d'Aubusson du XXème siècle au Mobilier national
  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Toulouse-II

Classification

Pour citer cet article

Valérie GLOMET et Michèle HENG. TAPIS MODERNES ET CONTEMPORAINS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ABAKANOWICZ MAGDALENA (1930-2017)

    • Écrit par Michèle HENG
    • 1 201 mots
    • 1 média
    ...débuts en 1960 avec une exposition qui comporte de grandes gouaches sur papier et quelques tissages. L'exposition est interdite pour cause de formalisme. Maria Laskiewicz, sculpteur, ancienne élève de Bourdelle, propose alors la candidature d'Abakanowicz à la Ire biennale internationale de la ...
  • LURÇAT JEAN (1892-1966)

    • Écrit par Nicole de REYNIES
    • 553 mots

    Essentiellement connu pour ses cartons de tapisserie, Jean Lurçat, frère de l'architecte André Lurçat, s'est exprimé cependant avec talent dans des domaines très divers (peintures, dessins, aquarelles, estampes, vitraux, céramiques et mosaïques, bijoux et cristaux, décors de théâtre, poèmes, œuvre...

  • MATÉGOT MATHIEU (1910-2001)

    • Écrit par Pierre-Emmanuel MARTIN-VIVIER
    • 802 mots

    Mathieu Matégot est né le 4 avril 1910 en Hongrie à Tapio-Sully, village situé à une vingtaine de kilomètres de Budapest. Il débute comme décorateur au Théâtre national de la capitale après avoir suivi une formation artistique à l'Académie Jaschick et à l'école des Beaux-Arts. Âgé de dix-neuf ans, il...

  • PICART LE DOUX JEAN (1902-1982)

    • Écrit par Sophie DESWARTE
    • 764 mots

    La réaffirmation des fonctions murales et monumentales de la tapisserie, l'étude attentive de ses techniques spécifiques, principes défendus par Jean Lurçat à la suite de sa redécouverte de l'Apocalypse d'Angers en 1929, ont été le point de départ de l'œuvre de cartonnier de Jean...

Voir aussi