LURÇAT JEAN (1892-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Essentiellement connu pour ses cartons de tapisserie, Jean Lurçat, frère de l'architecte André Lurçat, s'est exprimé cependant avec talent dans des domaines très divers (peintures, dessins, aquarelles, estampes, vitraux, céramiques et mosaïques, bijoux et cristaux, décors de théâtre, poèmes, œuvre critique). Il abandonne des études médicales pour apprendre la fresque puis la gravure. Ses premières tapisseries sont exécutées au point sur canevas (1915-1932). C'est en 1933 que sont réalisées ses premières œuvres sur métier : Mme Cuttoli fait tisser en basse lisse, dans son atelier à Aubusson, L'Orage tandis que Les Illusions d'Icare sont tissées en haute lisse aux Gobelins (données à la reine des Pays-Bas pour le Palais royal de La Haye), pièces décevantes car le tissage n'ajoute rien à la peinture. En 1938, Lurçat découvre la tenture de l'Apocalypse d'Angers qui est, pour lui, une révélation esthétique (ampleur et poésie) et technique (gros tissage, palette réduite, dessin simplifié). Il crée ainsi le carton à couleurs non plus peintes mais numérotées et limitées en nombre, révolution technique qui devait entraîner une révolution commerciale ; le temps d'exécution est ainsi réduit, mais le travail du lissier devient purement mécanique. En 1939, les Manufactures nationales de Beauvais et des Gobelins (dont le directeur est Guillaume Janneau), repliées à Aubusson, lui commandent quatre cartons en collaboration avec Marcel Gromaire et Pierre Dubreuil. C'est alors que Saint-Saëns, Picart le Doux, Coutaud et dom Robert deviennent ses émules. Influencé en peinture par les fauves, par les cubistes puis par les surréalistes, Lurçat est, dans ses cartons, essentiellement symboliste. Les symboles, souvent répétés (le coq, annonciateur de l'aurore ; le soleil, symbole de vie), parfois originaux et sophistiqués, sont servis par un dessin stylisé, clair et dense où l'utilisation de l'élément végétal comme remplissage des motifs est déjà très fréquente. La guerre de 1940 oriente Lurçat ver [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  LURÇAT JEAN (1892-1966)  » est également traité dans :

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 530 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les contemporains »  : […] Durant trois siècles, l'Apocalypse cessa presque totalement d'inspirer les artistes. On pourrait évoquer seulement quelques fresques baroques. Il fallut attendre la fin du xix e  siècle pour que l'intérêt se portât de nouveau sur ce livre mystérieux. En 1899, Odilon Redon publia une série de lithographies extrêmement évocatrices pour en illustrer les scènes principales. Depuis lors, surtout après […] Lire la suite

PICART LE DOUX JEAN (1902-1982)

  • Écrit par 
  • Sophie DESWARTE
  •  • 763 mots

La réaffirmation des fonctions murales et monumentales de la tapisserie, l'étude attentive de ses techniques spécifiques, principes défendus par Jean Lurçat à la suite de sa redécouverte de l' Apocalypse d'Angers en 1929, ont été le point de départ de l'œuvre de cartonnier de Jean Picart le Doux. Né à Paris le 31 janvier 1902 dans une famille d'artistes – son père était le peintre Charles Picart […] Lire la suite

ROBERT dom GUY DE CHAUNAC dit (1907-1997)

  • Écrit par 
  • Michèle HENG
  •  • 787 mots

Guy de Chaunac, dont la famille paternelle était d'origine périgourdine, est né en 1907 à Nieul-l'Espoir dans la Vienne, où il passa son enfance dans la propriété maternelle. Au collège des jésuites de Poitiers, il montra peu d'intérêt pour les études, à l'exception du dessin. En 1925, il fut admis à l'École nationale des arts décoratifs de Paris où l'enseignement lui parut terne et conventionnel. […] Lire la suite

TAPIS MODERNES ET CONTEMPORAINS

  • Écrit par 
  • Valérie GLOMET, 
  • Michèle HENG
  •  • 4 844 mots

Dans le chapitre « L'après-guerre et les années 1960  »  : […] Contrairement à l'époque précédente, cette période entérina l'effacement progressif des tapis de décorateurs au profit des tapis d'artistes. L'immédiat après-guerre fut surtout marqué par la renaissance de la tapisserie et le mouvement qui s'est cristallisé autour de Lurçat et de l'Association des peintres-cartonniers de tapisserie. Les peintres-cartonniers, à quelques exceptions près, se sont pe […] Lire la suite

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 989 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le xxe siècle : « renouveau » et « rupture » »  : […] Dès le début du xx e  siècle, la tapisserie fut associée au renouveau des arts décoratifs : elle trouva une place honorable dans les décors intérieurs conçus par la Compagnie des arts français et le groupe Jansen. Par ailleurs, des tentatives dignes d'intérêt pour renouveler l'art de la tapisserie prolongèrent les heureuses expériences menées à la fin du siècle précédent. Marius Martin, directeur […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicole de REYNIES, « LURÇAT JEAN - (1892-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-lurcat/