LIMBIQUE SYSTÈME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mode d'action du système limbique

En se basant sur les observations faites en clinique humaine, ainsi que sur un grand nombre de données expérimentales obtenues chez différentes espèces animales, on peut considérer que le système limbique intervient essentiellement dans deux ensembles de processus étroitement complémentaires :

– d'une part, les processus par lesquels des éléments cognitifs et surtout un contenu affectif spécifique sont intégrés aux différents aspects de l'information sensorielle présente, par référence à l'expérience passée, au vécu. Cette intégration conduit à prévoir, à attendre certains résultats susceptibles d'être obtenus en répondant d'une certaine façon (ou susceptibles d'être évités en s'abstenant de répondre ainsi) à l'information du moment. Cette dernière peut ainsi acquérir certaines vertus motivantes, c'est-à-dire qu'elle devient susceptible d'inciter un organisme donné à répondre (ou à s'abstenir de répondre) par une séquence comportementale donnée ;

– d'autre part, les processus par lesquels s'effectue l'enregistrement des « succès » ou des « échecs » lors de la confrontation des résultats effectivement obtenus avec ceux qui étaient attendus, et partant la mise en route des renforcements positifs ou négatifs, avec consolidation ou au contraire extinction progressive de la liaison entre l'information sensorielle et la réponse comportementale.

Il est bien évident que tous ces processus présupposent que le vécu laisse des traces dans le cerveau et que ce dernier puisse s'y référer ultérieurement. Or, le système limbique – et tout particulièrement l'hippocampe – intervient également dans la constitution comme dans l'utilisation des traces mnésiques. En effet, les lésions de la formation hippocampique perturbent profondément la fixation et l'évocation des expériences récentes ; à l'inverse, une nette amélioration des performances dans un conditionnement instrumental peut être induite par une stimulation non épileptogène de l'hippocampe. Les recherches d'ordre neurochimique ont mis en évidence le rôle majeur joué, dans ces processus mnésiques, par des transmissions cholinergiques au sein de l'hippocampe.

Association d'une tonalité affective à un stimulus

En ce qui concerne l'association d'une signification « appétitive » ou « aversive » à un stimulus, l'enregistrement ou l'évocation du caractère plaisant ou déplaisant d'une expérience, le rôle joué par les structures limbiques du lobe temporal est bien mis en évidence par des données fournies respectivement par des expériences de lésion, par des perturbations fonctionnelles localisées et transitoires et par des enregistrements d'activités neuronales unitaires.

La section des connexions entre le cortex visuel et le lobe temporal n'empêche pas l'analyse des paramètres physiques du stimulus visuel, mais elle entraîne, chez le singe, la perte de la signification, en particulier affective, attachée au préalable à l'information de nature visuelle ; une lésion interrompant les connexions entre le cortex somesthésique et le lobe temporal perturbe, de son côté, la reconnaissance de la signification des objets sur la base des afférences tactiles. Le déficit induit par la section des connexions entre le cortex visuel et le lobe temporal est également observé à la suite d'une destruction bilatérale du cortex inféro-temporal ou encore du pôle temporal et de l'amygdale : le singe opéré est incapable de reconnaître le signal positif, c'est-à-dire celui qu'il avait précédemment appris à associer avec l'obtention d'une récompense.

Modulation de cette signification affective

Un animal porteur de lésions bilatérales de l'amygdale fait preuve d'une sensibilité réduite à l'égard de tout changement survenant dans la récompense qu'un stimulus laisse anticiper. De façon plus générale, des perturbations plus ou moins profondes du comportement apparaissent, à la suite des lésions limbiques, toutes les fois que l'animal doit apprendre à s'abstenir de répondre à un signal, à inhiber une réponse comportementale donnée afin d'éviter une « punition » sous la forme d'une stimulation douloureuse, ou une « frustration » due à l'absence de la récompense escomptée. Dans ces conditions, l'organisme semble ne pas tirer profit de ses échecs et il a donc tendance à persévérer dans un comportement devenu inadéquat. Des observations d'ordre électrophysiologique (portant en particulier sur le rythme thê [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur de neurophysiologie à la faculté de médecine de Strasbourg, directeur du laboratoire de neurophysiologie du Centre de neurochimie du C.N.R.S., membre de l'Académie des sciences, président de l'E.B.B.S.

Classification

Autres références

«  LIMBIQUE SYSTÈME  » est également traité dans :

ADDICTION

  • Écrit par 
  • Bernard Pierre ROQUES, 
  • Eduardo VERA OCAMPO
  •  • 7 783 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Hypothèses explicatives »  : […] Quels sont les mécanismes par lesquels les drogues stimulent la libération de dopamine ? Ils sont de deux sortes et dépendent du site où agissent les drogues. Les psychostimulants (cocaïne, amphétamines, ecstasy et médicaments contenant ce type de substances) bloquent un système régulateur de la concentration synaptique en dopamine principalement au niveau du noyau accumbens. Or il existe des con […] Lire la suite

AGRESSIVITÉ, éthologie

  • Écrit par 
  • Philippe ROPARTZ
  •  • 3 918 mots

Dans le chapitre « Le substrat nerveux »  : […] Les neurophysiologistes et les physiologistes du comportement sont parvenus à localiser les substrats nerveux de l'agression au niveau de structures sous-corticales et diencéphaliques : amygdale et hippocampe dans le système limbique (cf.  système limbique ), hypothalamus latéral dans le diencéphale. Une stimulation électrique des noyaux amygdaliens fait apparaître des comportements de menace et […] Lire la suite

CERVEAU ET ÉMOTION

  • Écrit par 
  • Patrik VUILLEUMIER
  •  • 1 618 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aires cérébrales spécialisées pour les émotions ? »  : […] Historiquement, un premier modèle neuro-anatomique proposé par James Papez (1883-1958) postulait que toutes les émotions dépendent de régions cérébrales « primitives », impliquant les fonctions végétatives et endocriniennes de l’hypothalamus et du tronc cérébral , sous le contrôle du cortex cingulaire à la surface médiale des hémisphères (appelé lobe limbique) et de ses connexions. Le modèle « tr […] Lire la suite

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 12 730 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le système limbique »  : […] Selon Paul MacLean (1958), théoricien d'un cerveau en trois parties selon des critères évolutifs, le système limbique correspond au cerveau paléo-mammalien, siège des motivations et des émotions. Il est capable de répondre à une information présente en faisant appel au souvenir d'informations passées. Il intervient donc dans le traitement émotionnel, l'apprentissage et la mémoire. Le système limb […] Lire la suite

HOMÉOSTASIE

  • Écrit par 
  • Jack BAILLET
  •  • 4 839 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Homéostasie et comportement »  : […] L'organisme est un système qui ne trouve son équilibre dynamique que grâce à son ouverture sur le monde extérieur, c'est-à-dire grâce à sa vie de relation qui intègre fonctions nerveuses et fonctions endocriniennes. Les glandes endocriniennes périphériques, stimulées à chaque instant par des stimulines hypophysaires, sécrètent diverses hormones dont le taux décide de l'activité des récepteurs e […] Lire la suite

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurogenèse et évolution

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 10 354 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Grande lignes de l'évolution »  : […] Le névraxe retient chez tous les vertébrés beaucoup de traits communs, ce qui permet de retrouver et de retracer plus facilement les homologies existant entre les différentes classes, d'une part, et, d'autre part, de distinguer aussi du même coup plus facilement les grandes lignes, voire le détail, des modifications apportées par la phylogenèse. En revanche, les structures adultes dérivées du téle […] Lire la suite

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 741 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Hypothalamus et système limbique »  : […] L'intégration des émotions et de la peur s'effectue principalement au niveau de l' hypothalamus et du système limbique (hippocampe, septum et en particulier amygdale, ). Certains tranquillisants, tels que les benzodiazépines (chlordiazépoxide, diazépam), dépriment ces régions et inhibent les réactions neurovégétatives, émotionnelles et électriques, qui apparaissent après stimulation du système li […] Lire la suite

NEUROBIOLOGIE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 3 878 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’anatomie fonctionnelle du système nerveux »  : […] C’est à l’aide de ces connaissances que les recherches peuvent faire retour sur les fonctions du système nerveux, et particulièrement la plus simple d’entre elles, la contraction musculaire, en se concentrant d’abord sur les synapses ou « jonctions neuromusculaires » mettant en jeu les motoneurones de la moelle épinière et le contrôle de leurs activités : les motoneurones cholinergiques libèrent […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre KARLI, « LIMBIQUE SYSTÈME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-limbique/