SULFURE D'HYDROGÈNE ou HYDROGÈNE SULFURÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formule brute : H2S

Masse moléculaire : 34,08

Point de fusion : — 85,5 0C

Point d'ébullition : — 60,7 0C

Température critique : 100,38 0C

Gaz incolore, d'odeur caractéristique d'œufs pourris, assez soluble dans l'eau où il cristallise avec sept molécules d'eau ; il apparaît toujours dans la décomposition des substances organiques contenant du soufre, et il est l'un des constituants des vapeurs volcaniques et de plusieurs eaux minérales. La solution aqueuse de sulfure d'hydrogène prend le nom d'acide sulfhydrique.

Le sulfure d'hydrogène brûle dans l'air avec une flamme bleuâtre qui, dirigée sur une surface froide et humide, laisse déposer du soufre ; mais, en présence d'un excès d'oxygène, la combustion est totale :2 H2S + 3 O2 → 2 H2O + 2 SO2.

Tous les métaux moins nobles que l'argent, en présence de sulfure d'hydrogène, se couvrent d'une couche noire (sulfure).

C'est un réducteur puissant ; sa solution aqueuse (aqua hydrosulfurata) s'oxyde lentement dans l'air et laisse déposer du soufre en poudre blanche. L'acide sulfhydrique est un acide très faible, ionisé à peine à 1 p. 100 suivant :H2S → H+ + HS.

L'hydrogène sulfuré est un poison puissant, mais son odeur caractéristique le trahit facilement.

On prépare le sulfure d'hydrogène en laboratoire par action d'acide sulfurique ou chlorhydrique sur le sulfure de fer :FeS + 2 HCl → H2S + FeCl2.

On l'obtient en grandes quantités à partir du pétrole ou du gaz naturel.

L'acide sulfhydrique est un réactif très utilisé en analyse qualitative, car il forme des sulfures insolubles avec tous les métaux lourds.

Les sulfures alcalins sont solubles, mais ils s'hydrolysent lentement en laissant déposer du soufre, sauf le sulfure d'ammonium dont la solution est plus stable. Les solutions aqueuses de sulfures alcalins se transforment peu à peu en polysulfures :Na2S + S → Na2S2, Na2S + 2 S → Na2S3,

etc., jusqu'à Na2S7.

—  Bernard CARTON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SULFURE D'HYDROGÈNE ou HYDROGÈNE SULFURÉ  » est également traité dans :

CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 7 878 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Différentes formes chimiques »  : […] Le soufre existe sous plusieurs états d'oxydation et participe à de nombreuses réactions d'oxydoréduction. L'état le plus réduit, S(–2) est représenté par des composés comme H 2 S, RSH (où R représente une chaîne organique), RSR, OCS, CS 2 , CuS 2 , HgS. À l'exception de H 2 S, ces espèces ne s'oxydent que lentement. Seules les eaux anoxiques (marécages, eaux interstitielles des sédiments) peuvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycles-biogeochimiques/#i_11985

MARÉES VERTES

  • Écrit par 
  • Alain MENESGUEN
  •  • 734 mots

Depuis les années 1970, un nombre croissant de plages et de vasières de la côte bretonne sont envahies, du printemps à l'automne, par une prolifération de macro-algues vertes (ulves libres et entéromorphes fixées). Cette conséquence typique (phénomène dit d' eutrophisation) d'un enrichissement excessif des eaux côtières en substances nutritives, surtout azotées, nuit au tourisme et à la conchylic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marees-vertes/#i_11985

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie dans les grandes profondeurs

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 3 865 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les peuplements des suintements froids »  : […] Les peuplements des suintements froids, fondés comme les précédents sur la chimiosynthèse de bactéries symbiotes, ont été découverts plus tardivement : le premier exemple de tels peuplements a été mis en évidence en 1984, par 3 270 mètres de profondeur, au pied de l'escarpement de Floride. Là, des sorties d'un fluide sursalé, chargé d'ammoniac, d'hydrogène sulfuré, de chlorures et de méthane nour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-dans-les-grandes-profondeurs/#i_11985

ORIGINE DE LA VIE

  • Écrit par 
  • André BRACK
  •  • 11 454 mots

Dans le chapitre « Réactions autocatalytiques sur des surfaces minérales »  : […] Cette piste a été proposée par Günter Wächtershäuser (1994). En fait, il s'agit d'une véritable révolution, puisque l'auteur favorise un système autotrophe utilisant directement le dioxyde de carbone (CO 2 ) comme source de carbone, à l'instar des plantes et de certaines bactéries. Ces organismes vivants primitifs sont décrits comme des molécules organiques autocatalytiques, chargées négativement, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine-de-la-vie/#i_11985

SOLS - Microbiologie

  • Écrit par 
  • Yvon DOMMERGUES
  •  • 7 159 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Influence des micro-organismes sur les plantes »  : […] On vient de voir comment la végétation influe sur les micro-organismes non symbiotiques du sol. Inversement, ces micro-organismes affectent directement la croissance et le développement des plantes. Cette action peut être bénéfique ou nuisible. Sont bénéfiques pour les plantes les processus suivants : – l'apport d'azote résultant de la fixation d'azote par des bactéries rhizosphériques (fixation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-microbiologie/#i_11985

SOUFRE

  • Écrit par 
  • Fernande CHATAGNER, 
  • René LECLERCQ, 
  • Noël LOZAC'H, 
  • Serge MASSON
  •  • 6 532 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Oxydation des sulfures en sulfates »  : […] L' oxydation chimique des sulfures soit naturels, soit produits par l'utilisation domestique ou industrielle de divers combustibles (charbon, gaz, dérivés du pétrole) a lieu essentiellement dans l'atmosphère . C'est une transformation lente mais dont l'importance est considérable. Les sulfates ainsi formés sont entraînés par les pluies et répandus sur les sols des continents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soufre/#i_11985

SUPRACONDUCTIVITÉ CONVENTIONNELLE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 705 mots
  •  • 1 média

Les matériaux supraconducteurs sont très divers, et leur état supraconducteur est toujours difficile à atteindre. La température critique ( T c ) en dessous de laquelle ils n’opposent aucune résistance au passage d’un courant électrique est en général extrêmement basse, de l’ordre de quelques kelvins (4 K pour le mercure, 7 K pour le plomb). La découver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supraconductivite-conventionnelle/#i_11985

Pour citer l’article

Bernard CARTON, « SULFURE D'HYDROGÈNE ou HYDROGÈNE SULFURÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfure-d-hydrogene/